compteur


 

Partagez | .
 

 Quête nocturne [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité

Le Bronx n'avait guère changé depuis sa dernière visite. Toujours les mêmes ruelles supportables le jour et sordides la nuit. Toujours le même genre de groupes qui rôdent, cherchant la bonne victime à attraper. Dans ce genre de lieu, l'Homme n'avait plus grand chose d'humain. C'était chacun pour soi, et si l'on ne faisait pas partie d'un gang la vie s'avérait vite très courte. Mais Natasha n'était pas ici pour construire une thèse sur les milieux difficiles. Marchant près des bâtiments, alternant entre les zones d'ombre et de lumière, elle observait les alentours sans en avoir l'air. Habillée d'un simple chemisier blanc à manches courtes et d'un jean noir serré, elle ressemblait à une citoyenne lambda un peu apeurée. Son regard plus gris que vert avec le peu de luminosité qu'il y avait regardait nerveusement autour d'elle, à la fois comme si elle craignait d'être ici mais en même temps cherchait quelque chose d'important. Ses talons d'une hauteur respectable claquaient contre le bitume abîmé par endroits, la rendant bien difficile à ne pas remarquer. Une belle fille à la recherche de quelque chose de trop honteux pour son statut mais tout de même indispensable, ça se repérait vite, et dans un lieu pareil il n'était pas difficile de deviner quel était son but.

Arrivée à un croisement, la Veuve Noire savait qu'elle avait attiré déjà deux cibles potentielles. Elle regarda autour d'elle, attendant de distinguer normalement l'une ou l'autre, jouant parfaitement son rôle, jusqu'aux légers frissons qui la parcouraient. Son regard se posa alors sur deux hommes qui fumaient de l'autre côté de la rue et l'observaient sans s'en cacher. Ils étaient tous deux en grande partie dissimulés par leurs anoraks et leurs capuches, à la mode de l'endroit. Natasha regarda à nouveau ailleurs, hésitant, prêt à rebrousser chemin, mais cédant finalement au manque. Prenant son courage à deux mains, elle inspira un grand coup et se dirigea vers le duo, qui ne broncha pas. Arrivée assez près pour se faire entendre, elle s'arrêta et toussota un peu. Elle n'avait vraiment pas l'air habituée à faire ça.

- Heu... excusez-moi... peut-être pouvez-vous m'aider... je cherche de...

Une petite marque d'hésitation, puis une poussée de courage pour l'aider à continuer, à avouer.

- ... de la Super.

Voilà c'était dit. Croisant les bras, mal à l'aise, elle attendit une réaction, stressée mais également impatiente. Les deux hommes se jetèrent un coup d'oeil sous leurs capuches, et le plus grand, qui devait bien faire 1m90, jeta son mégot.

- D'où t'sors ça ? On a q'du bon nous, pas d'trucs chelous.

Sa voix avait un fort accent, ainsi qu'une bonne odeur de shit. Natasha regarda autour d'elle, comme si elle cherchait quelqu'un pour lui donner un coup de main, sans vraiment s'attendre à en avoir un, et revint sur l'homme. Elle déglutit, récupérant une petite dose de courage pour répondre.

- C'est... désolée, mais j'étais sûre... c'est... heu comment il s'appelle déjà... Nick ! C'est Nick qui m'a dit de venir ici pour en avoir plus et...

- Connais pas. S'tu veux rien dégage, on bosse nous.

L'autre homme avait une voix bien plus froide que l'autre, qui ne laissait pas place à la discussion. Étouffant un petit cri effrayé, Natasha hocha la tête et recula doucement.

- Pardon, j'ai dû me tromper, je voulais pas...

- Dégage on t'a dit !

- Oui, pardon, pardon...

Elle s'éloigna rapidement, se hâtant de rejoindre le coin de rue le plus proche pour ne plus être visible par ces hommes effrayants. Est-ce que ça allait marcher ? Peut-être. Elle repérait très bien les regards qui la suivaient, et ils lui semblaient un peu plus soutenus maintenant. Se frottant un peu les bras, elle releva la tête, inspira un bon coup et reprit sa route, cherchant un autre groupe de visible. Elle était peut-être effrayée, mais la peur passait bien après son manque. La petite femme bien élevée tenait à avoir sa dose, même si ça devait lui filer la frousse du siècle. Est-ce qu'on allait l'aborder ou simplement se montrer et attendre qu'elle vienne... là était toute la question. Cela dit, elle avait tout son temps. Ses fils étaient lancés, ne restait plus qu'à patienter et voir qui allait y toucher.


Dernière édition par Natasha Romanoff le Dim 16 Juin - 18:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Etre discrète … Etre une ombre … Depuis mon arrivée dans cette ville quinze jours plus tôt, j’avais appris à me fondre dans le décor que ce soit de jour comme de nuit. Je n’étais qu’une ombre qui passait de l’obscurité à la lumière avant de revenir dans l’obscurité sans que personne ne me remarque.

Ne pas me faire remarquer, ne pas me faire toucher … C’était du boulot, c’était du stress mais c’était mon quotidien … J’avais peur du contact, j’avais peur de mon pouvoir et je ne savais comment le gérer. J’appréhendais chaque contact et quand je ne pouvais faire autrement, je serrais les dents pour ne pas me sentir mal et ne pas m’évanouir. C’était difficile mais comment aurais-je pu dire aux autres ce que je voyais, on m‘aurait de suite prise pour une folle et envoyée à l’hôpital. Et je n’avais guère envie de me retrouver de nouveau enfermée entre quatre murs.

Relevant ma capuche sur mes cheveux, je plongeai les mains dans mes poches avant de m’avancer dans les ruelles plus sombres. Je n’étais guère capable de me défendre et pourtant je me promenais dans des quartiers plutôt réputé difficile mais encore une fois, je comptais sur mon … absence de présence pour passer inaperçue.

Marchant dans les rues, je déambulais à la recherche d’une bricole à manger, quelque chose de potable qui trainerait par là et qui me permettrait de tenir jusqu’à lendemain soir. Il fallait aussi que je me trouve une nouvelle planque pour la prochaine journée histoire que je sois tranquille pour dormir. Je changeais d’endroit tous les jours afin d’être sûre de ne pas être déranger. Ce n’était pas évident mais en principe ça fonctionnait. Je dormais le jour et vivais la nuit pour être une ombre, encore et toujours pour me faire discrète.

Je me fondais dans le décor … Passant vers deux gars qui ne me remarquèrent pas, je marchais rapidement, tête baissée cachée sous ma capuche et mes habits rapiécés. Je ressemblais à une vagabonde, j’étais une vagabonde et je me demandais parfois si un jour je serais autre chose mais j’avais du mal à m’imaginer un avenir …

Tournant dans une ruelle encore plus sombre, je m’installai sur une caisse en bois qui trainait par là et sortit de ma poche ce que j’avais réussi à piquer à un homme quelques minutes plus tôt. Le flash avait été violent et sombre mais je l’avais vite évacué en pensant à mon estomac qui criait famine. Débarrassant le biscuit de son emballage, je savourai la première bouche alors que des voix me parvenaient d’un peu plus loin. Deux hommes et une femme échangeaient quelques mots et même si je ne percevais que des brides de la conversation, je compris rapidement de quoi il s’agissait.

On ne m’avait jamais proposé ça … Et puis il fallait de l’argent et je n’en avais pas. Je me débrouillais pour manger et m’habiller avec ce que je trouvais par-ci par-là. D’ailleurs c’était fou ce que les gens pouvaient jeter parfois ! Enfin bref ! Finissant mon gâteau, j’entendis des pas venir dans ma direction. C’était la femme … En principe, je ne me mêlais pas des affaires des autres mais cette fois, j’avais besoin de dire quelque chose.

A votre place, je partirais d’ici et j’oublierais cette idée …

Toujours assise sur ma caisse, je levai les yeux vers la jeune femme et lui adressa un léger sourire. La lueur du réverbère devait à peine éclairée assez pour distinguer les traits de mon visage mais je m’en fichais, c’était aussi bien comme ça parce que si elle voyait mes habits déchirés pour sûr qu’elle se sauverait loin de là et je retournerais dans la solitude à laquelle j’étais habituée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Il y avait une présence proche d'elle, mais son rôle ne lui permettait pas d'en tenir compte. Natasha sursauta donc en bonne et due forme aux paroles surgies de nulle part et étouffa un petit cri en reculant par réflexe. Elle ne distinguait qu'une vague forme humanoïde assise sur une caisse, avec une moue difficile à comprendre dans le peu de lumière. Un sourire ? Un rictus ? Tout était possible. Mais la jeune femme avait un objectif important, si ce n'était vital, alors non elle ne pouvait pas faire marche arrière maintenant, même si l'envie la tenaillait clairement. Non, pas alors qu'elle touchait sûrement au but ! La voix tremblotante, elle parvint tout de même à répondre de façon intelligible.

- Merci, mais ce n'est pas possible... vous pourriez me renseigner peut-être ? Savez-vous si un dénommé Nick est dans les environs ? Il m'a dit de venir ici mais...

L'autre n'avait pas l'air agressive, alors la junkie se sentait un peu plus à l'aise, même si elle restait clairement effrayée. Est-ce que cette personne, à priori une femme à en juger par la voix et la silhouette générale, mais bon on ne sait jamais de nos jours, était une "employée" de Nick ? La mettait-elle à l'épreuve pour vérifier si elle était réellement une cliente ? Peut-être. Tout était possible ici. A moins qu'il ne s'agisse que d'une simple habitante du coin un peu altruiste qui cherchait à l'aider.

Plus loin, les deux premiers hommes parlaient à voix basse, puis le grand s'éloigna pour disparaître dans les ombres. Une autre zone à couvrir ? Fin de service ? Ou quelqu'un à prévenir ? Sans en avoir l'air, la Veuve Noire gardait un oeil vers celui qui restait visible, secouant un peu la tête de temps à autre comme pour clarifier ses idées. L'homme qui avait filé gagna une cabine téléphonique pour passer un coup de fil d'apparence anodin. On ne rigolait pas avec les affaires, mieux valait être prudent. L'autre de son côté s'était déplacé afin d'observer de loin les deux femmes en fumant. Celle de la caisse, qu'il distinguait curieusement assez bien lui disait quelque chose, il lui semblait que c'était une vagabonde qui traînait régulièrement la nuit dans le coin, mais trop fauchée pour faire une bonne cliente. Remarque s'ils arrivaient à en profiter pour lui faire goûter, ils pourraient peut-être la rendre accro. A elle après de se débrouiller pour trouver le fric, ça c'était pas leur problème. Mais d'abord ils devaient attendre la confirmation.

De son côté, écoutant la fameuse vagabonde, Natasha commençait à trouver le temps long. Est-ce qu'ils avaient un problème ? Ou étaient-ils prudents au point de vérifier le nom qu'elle avait donné ? Nick existait, ses renseignements étaient formels; et faisait partie du réseau. Mais est-ce qu'il était joignable, et si oui approuverait-il la nouvelle cliente ? Ca risquait de sentir le roussi d'ici peu. Mais s'ils étaient aussi paranoïaques, cela montrerait bien qu'ils avaient quelque chose d'important à cacher et confirmerait ses soupçons. A moins qu'ils n'attendent simplement qu'elle soit seule, sans l'autre sur sa caisse en témoin ? Enfin, pour l'heure, la Veuve Noire ne changeait pas de comportement, mais elle se tenait prête à agir au moindre signe d'hostilité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
La jeune femme avait peur. Enfin c’était ce qu’il me semblait vu sa réaction. Elle sursautait, criait légèrement en étant surprise de m’entendre. C’est vrai qu’il faisait sombre et qu’elle ne m’avait surement pas vu avant que je ne m’adresse à elle. Je souris un peu plus à l’idée que pour une fois, je n’étais pas la plus trouillarde.

Merci, mais ce n'est pas possible... vous pourriez me renseigner peut-être ? Savez-vous si un dénommé Nick est dans les environs ? Il m'a dit de venir ici mais...

Me prenait-elle pour une membre d’un quelconque groupe de junkies ? Possible et ça aurait pu si je me lier plus facilement mais je préférais rester à l’écart de tous. D’ailleurs je ne savais même pas pourquoi j’avais adressé la parole à cette femme. Me levant de ma caisse, je froissai le papier pour le fourrer dans ma poche avant de m’avancer pour voir un peu mieux mon interlocutrice.

Désolée mais je ne peux pas vous renseigner. Je ne suis pas d’ici, je suis juste … de passage.

D’ailleurs pourquoi est-ce que je me mêlais de ça ? Pour sûr qu’elle risquait de trouver ça bizarre mais tant pis, maintenant que j’avais commencé, je n’allais pas fuir. Restant à une distance respectable pour ne pas la toucher par accident, je croisai les bras et leva mon regard vers elle. C’est dans des moments comme ceux-ci que je réalisais que je ne connaissais pas grand chose du monde extérieur. Je m’adressais à elle sans savoir de quoi elle était capable et si c’était correct de m’adresser comme ça à une inconnue.

C’est un endroit pas très recommandé ni très recommandable. Se promener la nuit par ici est dangereux. Vous risquez gros …

Et moi j’étais là aussi … Je risquais gros mais j’étais une ombre … Et il était rare qu’une ombre ne se fasse prendre tant qu’elle n’était pas vu. Je savais être discrète, d’ailleurs c’était même mon point fort, savoir me faire oublier devenait même nécessaire pour ne pas risquer de contact avec des personnes et du coup j’avais appris avec une facilité déconcertante à me fondre dans la masse. Même dans une foule, on ne me voyait pas, enfin … disons que c’était parce que je détestais la foule. Trop de risque de contact et je détestais voir ces choses que je ne contrôlais pas.

J’avais lancé un regard vers les deux hommes et remarqué le manège de l’un d’entre eux. Je n’aimais pas ça … ca sentait les problèmes à plein nez et je n’avais pas envie d’être là quand ça allait dégénérer mais pour partir, il fallait que je laisse la femme. Peut-être qu’elle était capable de se débrouiller toute seule, après tout je ne serais de toute façon pas d’un très grand service vu que je ne savais pas me défendre.

En faite … Je crois que je vais vous laisser … L’endroit va devenir dangereux d’ici peu de temps et je n’ai pas envie d’être là quand ça arrivera. Vous … Et bien faites ce que vous voulez !

Décroisant les bras, je reculai d’un pas avant de jeter un regard vers l’homme qui attendait toujours au même endroit. Il s’était légèrement déplacé pour nous observer. Maintenant je n’étais plus une ombre mais une cible … Et je détestais ça. Il fallait que je fuie avant que la situation s’envenime. Lançant un dernier regard à la femme, je passai à côté d’elle pour sortir de la ruelle, hésitant sur la direction à prendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Natasha recula un peu lorsque l'inconnue se leva, apeurée mais déterminée à ne pas laisser sa peur prendre trop le dessus. Il lui fallait sa dose, absolument, et si cette personne était capable de lui en donner, elle devait tenir. Elle fit donc de son mieux pour ne pas prendre la fuite et eut un air déçu quand l'autre lui expliqua qu'elle ne pouvait l'aider. Elle secoua un peu la tête, ce n'était qu'une déception parmi d'autres, mais elle arriverait à aller au delà, il le fallait.

Natasha secoua un peu la tête avec un léger sourire. Cette fille la prévenait qu'il valait mieux ne pas rester dans le coin. Peut-être n'était-ce qu'une SDF avec un bon fond qui, puisqu'elle en avait l'occasion, essayait de faire sa BA du jour. Ou de la nuit, suivant le point de vue. Apparemment elle avait aussi repéré le manège des deux loubards et ça ne devait pas lui plaire. La Veuve Noire hocha la tête, compréhensive.

- Merci pour le renseignement... mais je ne peux pas partir. Pas encore.

Ca sentait mauvais. Si même cette vagabonde détectait le danger, c'est qu'il y avait un gros risque pour que sa tentative foire. Et s'il devait y avoir un combat, ce qui semblait de plus en plus probable vu le temps que ça mettait, mieux valait ne pas impliquer une civile. Elle ne dit rien, laissant l'autre s'éloigner, quand un reflet métallique très familier lui parvint du côté du type qui les surveillait. Danger ou pas, la Veuve Noire ne pouvait pas lutter contre ses réflexes ni son instinct. D'une main, elle attrapa un bras de l'autre femme et la tira vivement en arrière sans douceur dans le but de l'abriter derrière sa caisse. De l'autre, elle attrapa le flingue qu'elle dissimulait dans un holster d'épaule sous son chemisier et tira sans une once d'hésitation vers l'homme. La balle lui toucha l'épaule et vit du coup dévier son propre tir alors qu'il appuyait sur la gâchette. Le projectile se perdit dans la nuit.

- A terre.

La voix de Natasha n'avait plus rien d'effrayé, au contraire. Elle était froide, professionnelle, et ne laissait place à aucune discussion. Nick n'avait pas dû apprécié son petit numéro et sans doute était-il trop prudent pour prendre le moindre risque avec une cliente potentielle. Ce qui montrait bien que leur petite drogue n'avait rien d'anodin. Sa mission n'était pas un total échec après tout.

La Veuve Noire recula pour se plaquer autant que possible dans l'ombre du bâtiment, prête à tirer dès qu'elle aurait sa cible en visuel. L'homme s'était lui-même abrité au coin de la rue et, moins habitué à ce genre de situation, tirait vers elle sans se soucier d'économiser ses balles, ni de qui il toucherait : il voulait flinguer autant la vagabonde que l'espionne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Merci pour le renseignement... mais je ne peux pas partir. Pas encore.

Bah ça c’était elle que ça regardait ! Moi j’étais loin d’être folle pour rester dans les parages. Passant à distance respectable de la jeune femme, je m’éloignais d’elle pour rejoindre une autre partie de la ville, un endroit où je pourrais dormir tranquillement. C’était la première fois que je cherchais à venir en aide à une personne et elle refusait de m’écouter. Etait-ce si difficile d’écouter les autres ? Je n’avais peut-être rien compris aux êtres humains après tout. Quand on voyait que certains étaient prêts à utiliser des enfants pour leurs expériences, on pouvait comprendre un peu mieux que c’était chacun pour soi.

Une main m’attrapa le bras et me retira vivement en arrière, me laissant m’affaiblir sous une vision pour le moins surprenante. Alors qu’elle venait de me lâcher, je tentais de reprendre mon souffle et de me remettre de ce que je venais de voir. Je n’arrivais toujours pas à contrôler mes visions et elles me laissaient complètement vides à chaque fois. Est-ce que c’était parce que je me refusais de les laisser venir tranquillement ou simplement le fait que ce soit si récent mais je me sentais mal et à la limite de m’écrouler au sol.

A terre.

Je m’exécutai sans un mot. M’allongeant rapidement à l’abri derrière la caisse où j’avais été assise quelques minutes auparavant, je levais les yeux vers la jeune femme en silence. Elle avait sortie une arme de je ne sais où et venait de tirer sur l’autre gars. Me mordant les lèvres, les images de la vision me revinrent en mémoire. Cette femme avait l’habitude de se battre, elle était même plutôt douée d’après ce que j’avais vu. Allait-elle me protéger alors qu’elle ne me connaissait pas ? Je n’en savais rien pour le moment et me demandais ce que je pouvais faire pour lui prouver que je n’étais qu’une personne comme une autre.

Votre mission est plutôt mal partie …

J’avais prononcé ces quelques mots à voix basse mais à peine avais-je fini ma phrase que je m’en mordis les lèvres. Comment pouvais-je savoir qu’elle était en mission et non qu’elle était une simple femme en mal de sensation forte que procurait la drogue. Elle allait surement se poser cette question et il faudrait que j’y réponde de manière plutôt logique si je ne voulais pas qu’elle croit que j’étais dans le camp ennemi. En plus elle était armée contrairement à moi et je ne voulais pas qu’elle tente quelque chose qui pourrait ne pas trop me plaire. L’homme en face tira encore quelques coups mais ne semblait pas savoir vraiment viser. Une chance pour nous en gros. Me faisant encore plus petite, je me fondis dans l’ombre pour ne faire qu’un avec elle. Je me plaisais à me dire que j’étais moi-même une ombre, une personne qu’on pouvait oublier même si on savait qu’on l’avait à côté d’elle sauf bien évidemment si je me plantais et que je prononçais des mots que je n’aurais pas du.

Ne croyez pas que je suis de leur côté ! Je ne suis qu’une ombre qui cherche à se faire oublier. Une ombre qui sait certaines choses que peu de personnes savent mais qui n’a pas envie de savoir.

Je m’embrouillais de plus en plus dans mes explications et décida finalement de me taire. C’était peut-être mieux ainsi. Me taire et la laisser agir. J’étais incapable de l’aider, de lui être utile. Elle, elle savait se battre que ce soit avec une arme ou sans, elle saurait se sortir de cette embrouille. Moi, je devais me faire juste oublier pour qu’il ne m’arrive rien …
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Bon au moins cette vagabonde n'était pas stupide et obéissait. Elle devait bien comprendre que c'était dans son intérêt, un point positif pour elle. La Veuve Noire comptait les balles que son ennemi tirait quand l'autre femme fit un commentaire qui attira son attention. Sa mission ? D'où est-ce qu'elle sortait ça ? Remarque vu la situation ça pouvait être déductible par quelqu'un d'un minimum intelligent. Elle avait très bien joué la comédie et venait de prendre un rôle totalement différent, très froid et calculateur. En prime elle avait une arme et savait clairement bien s'en servir. On pouvait donc assez facilement supposer qu'elle était au moins une sorte de flic en mission dans le coin.

Si ça n'avait été que ça, Natasha n'aurait pas vraiment fait si attention. Mais la vagabonde reprit précipitament la parole, semblant essayer de se justifier. Comportement typique de quelqu'un qui a quelque chose à cacher. Et ses mots... quelqu'un qui sait certaines choses que peu de gens peuvent connaître ? Si c'était censé la blanchir de tout soupçon c'était totalement raté. Une chose était certaine maintenant : elle ne pouvait pas laisser cette fille disparaître dans la nature sans un petit interrogatoire. Peut-être était-elle une espionne du cartel de la drogue. Ou une indépendante. Ou une simple vagabonde qui se faisait discrète et pouvait ainsi apprendre pas mal de choses. Dans tous les cas, elle n'allait pas filer comme ça, oh non.

Silencieuse, la Veuve Noire ne répondit rien, concentrée sur sa cible, laquelle finit par ne plus avoir de balles. Aussitôt l'espionne s'écarta légèrement du mur pour mieux viser et tira. Une seule fois. L'homme s'agitait dans son coin pour recharger et s'était un peu trop exposé. La balle l'atteignit en pleine tête et il s'écroula dans un bruit sourd. Cela dit, les autres n'allaient sûrement pas tarder à répliquer. Se retournant vers la vagabonde, Natasha lui lança un regard froid mais pas non plus agressif, disons professionnel surtout.

- D'autres vont venir. Vous pouvez m'amener dans un endroit sûr et facilement défendable si besoin ?

Après tout, cette fille devait savoir ce genre de choses. Elle avait l'air débrouillarde et du genre à connaître les coins tranquilles où l'on peut se planquer. La Veuve Noire en aurait besoin pour mettre les choses au clair avec elle. Bien sûr un refus n'était pas envisageable, et elle avait un bon argument tout prêt si la vagabonde tentait de se défiler.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Je ne quittais pas la jeune femme du regard, l’observant faire. C’était une professionnelle, cela se voyait sans hésitation. Je n’étais peut-être pas très au courant de ce qui se passait dans le monde actuel mais ça j’en étais sûre. Au moment où je réalisai ça, je fus pris d’une légère panique. Et si elle décidait de me ramener au laboratoire ? Et si elle décidait que ma place était là-bas, que je n’étais qu’un objet bon à remettre à son propriétaire ?

Me retenant de me lever pour partir en courant, je me remis à observer ce qu’elle faisait. Les tirs venaient de cesser de l’autre côté, surement par manque de munitions. C’était le moment parfait pour fuir mais la jeune femme visa l’homme et le descendit d’une balle dans la tête. Je sursautai et sentis tout le sang se retirait de mon visage. Elle avait fait ça avec un tel sang froid que j’en avais limite peur. Quand elle se retourna vers moi, je restai immobile, n’osant même pas la regarder dans les yeux.

D'autres vont venir. Vous pouvez m'amener dans un endroit sûr et facilement défendable si besoin ?

Partir … Je devais partir d’ici rapidement … Mais si je fuyais comment réagirait la femme ? Si elle avait abattue cet homme, elle était capable de me faire la même chose et donc il fallait peut-être mieux que je lui obéisse … Déglutissant avec difficulté, je réfléchis rapidement à un endroit tranquille. Peut-être le vieux garage où j’avais dormis pendant la journée ? S’il était désert en journée, ça devait être la même chose de nuit.

Hochant la tête, je lui fis signe de me suivre en silence. Si je n’étais déjà pas bavarde en temps normal, c’était encore pire alors que mes pensées revenaient sans cesse à ce que la jeune femme venait de faire. Si les visions étaient parfois violentes, ce n’était rien comparer à voir la chose en face de soi. Je marchais vite et sans me retourner, à elle de me suivre si c’était ce qu’elle désirait vraiment, pour ma part je ne comptais pas rester dans les parages, trop dangereux à mon goût.

Enfin j’arrivai devant le local. C’était un ancien garage qui avait été murer, ne laissant qu’une porte d’entrée tout à fait normal qu’on pouvait fermer de l’intérieur et même bloquer avec une caisse. Passant la tête à l’intérieur, je remarquai que personne n’était venu depuis mon départ quelques heures plus tôt. Une chance pour nous dirais-je …

Je sais pas s’il est sûr mais personne ne m’a dérangé quand j’y étais …

Entrant complètement, je m’éloignai vers le mur opposé et me tourna pour faire face à la jeune femme. Croisant les bras sur ma poitrine comme si ça allait me protéger, je la regardais d’un air inquiet. Son silence après mon discours de tout à l’heure, ne laissait rien présager de bon. L’arme m’avait fait peur … l’arme m’avait fait dire des choses que je n’aurais jamais du dire, et maintenant j’étais piégée et il allait falloir que je trouve une solution pour me sortir de là sans encombre …
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Natasha observait attentivement l'autre femme. A voir sa tête, et malgré le peu de luminosité, elle avait l'air très pâle. C'était une vagabonde qui vivait probablement dans la rue, ou dans un immeuble miteux du coin, alors elle devait avoir vu des choses peu reluisantes. Mais entre observer de loin et se retrouver au centre de l'action il y avait une certaine différence. Comment avait-il déjà ? Une ombre qui cherche à se faire oublier, quelque chose comme ça. Plutôt une solitaire qui fuit les problèmes, donc pas du genre à se retrouver sous les armes à feu. Il y avait probablement de quoi choquer.

Mais la Veuve Noire n'avait pas le temps de faire dans la cellule psychologique. D'ici une minute ou deux le quartier pouvait se transformer en champ de bataille et il deviendrait de plus en plus difficile de fuir sans blesser de civils. Tant pis si elle devait faire un peu peur à quelqu'un. La jeune femme avait l'air de réfléchir, ce qui était une bonne chose : au moins elle était pas en état de choc, du moins pas au point d'être paralysée de la cervelle. Et le reste ? Apparemment ça fonctionnait aussi puisqu'elle hocha la tête et lui fit signe de la suivre.

Pistolet dans une main, Natasha opina et se faufila derrière elle. La vagabonde n'avait pas l'intention de s'attarder et c'était très bien, mieux valait ne pas traîner. Elle fut conduite devant un local plus ou moins grand, peut-être un garage vu les portes massives, ou un vieil entrepôt. Murées, il n'en restait qu'une, par laquelle passa la jeune femme pour regarder à l'intérieur. Apparemment il n'y avait personne.

L'espionne hocha la tête en réponse à sa remarque et la suivit en veillant à être prête à tirer. Elle observa les lieux, regardant rapidement autour d'elle. Gauche, droite, plafond, en face, derrière, rien à signaler. Bien. Par mesure de précaution elle fit quelques pas en restant près des murs pour mieux voir le reste du bâtiment, tendant l'oreille. Ca semblait silencieux et désert, mais elle ne tenait pas à y rester trop longtemps. On ne sait jamais.

Revenant à sa guide improvisée, la rouquine baissa son arme. D'accord l'avoir effrayée n'était pas spécialement gênant, mais maintenant autant paraître un peu moins agressive. Ne serait-ce que le temps d'avoir des réponses.

- Merci.

Après tout, même si c'était sûrement plus forcée par la peur qu'autre chose, la jeune femme l'avait quand même amenée ici, et ça ne semblait pas être un piège. Cela dit...

- Vous avez parlé d'une mission tout à l'heure et de certaines choses que vous savez. De quoi s'agit-il ?

L'espionne ne perdait pas le nord, et mieux valait être directe. Elle n'avait pas le temps de tourner autour du pot. Si cette vagabonde se révélait intéressante elle pourrait toujours la rassurer plus tard. D'abord en savoir plus, ensuite agir en fonction.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Je fixais la jeune femme en silence tout en sentant mon cœur battre la chamade. J’avais peur mais j’essayais de ne pas le montrer. Difficile pour une jeune fille comme moi qui ne connaissais rien de la vie mais je faisais mon possible quand même. Je la vis prendre le temps d’observer les alentours comme pour voir si je ne l’avais pas mener dans un piège. Elle se méfiait de moi et tout ça à cause de quelques paroles lancées de travers. Je regrettais d’avoir laisser échapper ça et je me doutais qu’elle n’allait pas me laisser longtemps tranquille.

La voyant baisser son arme, je lâchai un petit soupir de soulagement. La violence, ce n’était pas pour moi, je préférais largement le calme et la discrétion mais j’aurais du savoir que ça ne serait pas éternel. J’étais loin d’être idiote et j’avais bien compris que le monde marchait à la loi du plus fort. Je n’étais pas très forte à ce jeu mais j’apprenais vite.

Vous avez parlé d'une mission tout à l'heure et de certaines choses que vous savez. De quoi s'agit-il ?

Je faillis me détourner et m’éloigner un peu plus. Mais ça aurait été prouvé que j’avais quelque chose à cacher et même si c’était vrai, je n’étais pas prête à l’annoncer comme ça à une inconnue. Au contraire de ça, je continuai de fixer la jeune femme, soutenant son regard malgré une légère angoisse. Elle était toujours armée contrairement à moi et je ne désirais pas qu’elle fasse usage de son pistolet sur moi.

Votre désir d’à tout prix entrer en contact avec ces hommes, votre refus de partir alors qu’une junkie l’aurait fait, votre arme, votre façon d’agir. Pas difficile de comprendre que vous êtes en travail. Je ne veux pas savoir ce que vous faites mais moi je ne suis qu’une vagabonde.

Détournant le regard, je pivotai vers le fond du garage pour m’approcher du mur et me laisser glisser au sol. Mes mains tranquillement posées sur mes genoux, je pris le temps de garder le silence quelques instant avant de relever la tête pour fixer à nouveau la jeune femme.

Je sais comment faire pour me faire oublier des autres, je sais comment faire pour qu’on m’ignore parce que les gens croient que tous les vagabonds sont des imbéciles et qu’ils sont incapable de voir le bien du mal mais si c’était le cas, je serais restée là-bas, je ne vous aurais pas écouter quand vous m’avez demander de me mettre au sol et je n’aurais pas compris que vous étiez en mission.

Moi ou l’art d’essayer d’emmêler les autres pour détourner la conversation … Je n’avais pas d’expérience là dedans et je doutais de réussir à embrouiller quelqu’un mais sait-on jamais … Il existait des imbéciles partout, maintenant restait juste à savoir si j’en avais une en face de moi ou pas …
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Le regard inexpressif, Natasha observait attentivement son interlocutrice. Elle n'était pas à l'aise, difficile de ne pas le remarquer, et elle semblait aussi méfiante qu'effrayée. Mais d'un autre côté, elle prenait le temps de la réflexion et n'avait pas l'air de vouloir détaler. Elle était donc assez intelligente pour garder la tête froide malgré ses émotions. Et ne pas tenter de s'enfuir. 

Patiente, la Veuve Noire attendait sa réponse. La vagabonde lui rendait son regard, pas aussi à l'aise qu'elle, mais elle évitait tout de même de fuir même visuellement. Ce n'était pas rien, elle avait une certaine force de caractère, et devait se douter que baisser les yeux équivalait à une tentative de dissimulation. Les mots finirent par franchir ses lèvres, et son explication était assez logique. Mais son attitude était différente de ce que sa voix disait, bien moins convaincante. Elle détourna le regard et s'éloigna, fuyant dans un certain sens. Une personne qui n'avait rien à cacher n'agissait pas ainsi.

L'espionne ne disait rien, attendant la suite, qui ne tarda pas tant que ça, et se révéla très instructive, non pas au niveau du contenu mais plutôt sur la manière de s'exprimer. L'art et la manière d'emmêler les autres, elle connaissait très bien, passée maître dans cette discipline, alors on ne risquait de la lui faire. Cette femme essayait de noyer le poisson - une sole pour être exacte - et ne répondait pas totalement à ses questions. Avec un peu plus de temps, Natasha aurait bien cuisiner dans les règles de l'art son interlocutrice, mais les dealers risquaient de les retrouver, elle devait donc faire au plus vite.

- Je sais pour ma part que vous cachez quelque chose.

Le regard de la Veuve Noire, assombri par la luminosité pauvre du lieu, montrait clairement que toute fuite ou même négociation était inutile. Elle savait que cette femme avait une information intéressante, pas forcément importante ou vitale, non, mais intriguante. La façon qu'elle avait eu de se justifier pendant le combat, ses mots aussi, et une sorte de "refus" de ce qu'elle savait... il y avait matière à creuser. Mais le temps manquait, et avec lui les moyens.

- Vous êtes assez intelligente pour avoir compris certaines choses à mon sujet, vous devez donc comprendre où va votre intérêt. D'autres sentiront vos cachotteries, tôt ou tard, et seront bien moins aimables que moi quand ils vous interrogeront.

Comme pour souligner ses propos, des coups de feu retentirent dans une ruelle proche du bâtiment, mais ça ne sembla pas troubler l'espionne plus que ça.

- Nous nous reverrons. Et croyez-moi, où que vous soyez, je saurai vous trouver.

Ce n'était pas une menace, non, une simple évidence énoncée avec l'accent de la vérité inaltérable. La Veuve Noire aurait ses réponses, tôt ou tard, elle le savait, alors inutile de trop intimider la vagabonde. Elle restait bien moins agressive et dangereuse - dans un certain sens - que les dealers et autres tordus qui vivaient ici. Eux seraient vraiment bien moins patients qu'elle.

Etait-ce une erreur de ne pas insister ? L'espionne ne le pensait pas. Cette femme était trop sur ses gardes, son secret quel qu'il soit était trop important pour qu'elle le délivre facilement. Il fallait prendre le temps - ou la menacer d'une balle dans la tête - pour obtenir les réponses. Et Natasha avait beau ne pas reculer devant les moyens, là il était question d'une civile innocente - à priori - qui plus est elle ne faisait pas l'objet d'une mission. Alors il était hors de question de la torturer. Vus les moyens dont elle disposait, elle savait pouvoir la retrouver facilement, alors rien ne pressait. Pour l'heure, mieux valait s'éclipser.

Tournant le dos à la vagabonde, la Veuve Noire revint à la porte du garage et jeta un coup d'oeil dehors. Personne en vue, pour le moment l'agitation venait d'une rue voisine. Elle pouvait filer facilement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Je sais pour ma part que vous cachez quelque chose.

Mon cœur loupa un battement en entendant sa phrase. Si elle avait compris ça, je n’étais pas sûre de sortir vivante d’ici. A moins que ce soit quelqu’un de gentil mais je me méfiais et je n’accorderais pas ma confiance à une inconnue. Non, jamais je ne lui avouerais que j’ai un pouvoir mais que je ne savais pas le contrôler. Pour sûr qu’elle me conduirait directement dans un laboratoire pour qu’on me teste pour découvrir d’où ça venait et je m’y refusais.

Vous êtes assez intelligente pour avoir compris certaines choses à mon sujet, vous devez donc comprendre où va votre intérêt. D'autres sentiront vos cachotteries, tôt ou tard, et seront bien moins aimables que moi quand ils vous interrogeront.

Mon regard était toujours posé sur la jeune femme. Je ne voulais pas baisser les yeux comme une enfant prise en faute même si pour beaucoup j’étais encore une enfant vu mon jeune âge. Elle avait raison et j’allais tenir compte de son conseil. Après tout même si je ne la connaissais que peu, elle m’avait défendue quant l’autre gars avait ouvert le feu. Quelque chose que je n’oublierais pas, c’était certain.

Des coups de feu retentirent à proximité et me firent sursauter. Serrant les dents, je fermai les yeux quelques secondes avant de me souvenir que je n’étais pas seule dans ce local. La jeune femme, elle, semblait tout à fait sereine. Elle n’avait pas peur mais vu comme elle savait utiliser son arme, je ne doutais pas de ses compétences à se battre.

Nous nous reverrons. Et croyez-moi, où que vous soyez, je saurai vous trouver.

Que disait-elle ? Est-ce qu’elle allait partir ? Surement … Mais ça voulait dire qu’elle me laissait tranquille ! Un certain soulagement me pris et je fus à la limite de soupirer. Me retenant, je regardai la jeune femme s’avançait vers la porte et regardait dehors avant de disparaître dans la nuit qui se faisait de plus en plus sombre.

Assise contre le mur, je restais là sans bouger, sachant pertinemment que je pourrais passer inaperçue aux yeux des hommes vu que je n’étais qu’une vulgaire vagabonde. Remontant mes genoux contre ma poitrine, je fermai les yeux en silence, écoutant juste les bruits de pas qui passaient devant le bâtiment. Certains s’arrêtèrent quelques instants avant de repartir comme si de rien n’était. Encore une fois, j’étais devenue une ombre et on m’avait laissé tranquille. Du coup, je n’avais guère envie de ressortir pour ce soir et j’allais rester là quelques temps. Tant pis pour mon estomac, il devra attendre la nuit prochaine pour que je trouve à le remplir …
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

Quête nocturne [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Émil Nocturne (Terminé)
» [TERMINÉ] Discorde. Nocturne. Mickey. [Eris]
» Balade nocturne - PV (terminé)
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avengers Now :: Le Bronx-