compteur


 

Partagez | .
 

 Dreamlike

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
Alors alors... Comme j'ai pu en informer certain, j'écris un roman, oui je sais, je suis jeune, machin, j'ai pas beaucoup d’expérience, machin... Mais sachez que c'est un entrainement, et j'aimerai m'améliorer grâce à ça et notamment grâce à vos commentaires Wink
Ne soyez pas étonné, les deux premiers chapitres sont presque comme dans Bioshock infinite, c'est un peu un fanfic (merci à Nat' pour m'avoir enseigné ce mot ^^). Cette histoire s'appelle...

DREAMLIKE
 
I. Un départ inattendu
Bon, et bien, il faut que je vous raconte mon histoire, c’est ça? Quelle importance, vous n’y comprendrez rien de toute façon… Enfin, qui ne tente rien n’a rien… Bon, puisque vous insistez, je vais vous la raconter, cette histoire… Tout d’abord, je me nomme William ou Will Clifton, ça pourra vous être utile de connaitre mon nom… Enfin, voilà l’histoire que j’ai vécue.
Tout a commencé en Mai 1905, à New York, ma bonne vieille New York…
Cela faisait peu qu’il y avait des rumeurs comme quoi une secte se serait fondée mystérieusement, les on-dit expliquaient aussi qu’elle s’étendait de plus en plus… Et personne ne savait qui était le véritable meneur de cette secte, mis à part les adeptes, bien sur, qui refusaient tous de dévoiler l’identité de leur Maître qu’ils nommaient « Le Prophète », et qu’ils prenaient pour un dieu. A vrai dire, les gens disaient que cette secte s’était formée petit à petit en partant de la religion chrétienne, oubliant peu à peu le véritable Dieu, le signe de croix, les prières pour Jésus, ils abandonnaient la véritable foi chrétienne pour un simple humain. Mais un humain qui faisait des miracles ! Un nouveau messie comme ils le nommaient… Les écrits sur lui disaient qu’il avait vaincu la mort lors d’un féroce combat et que suite à cela, il ressuscita cinq personnes d’entre les morts… Tout cela devenait vraiment étrange, d’autant plus qu’on ne savait pas d’où venait ce fameux « Prophète » et ce qu’il voulait exactement.
Enfin, moi, je suis un agent d’une organisation ultra secrète chargée d’enquêter sur ce genre de mystère et sur les autres choses surnaturelle… Je n’ai pas vraiment le droit d’en dire beaucoup sur cette fameuse organisation qui porte le nom de « Dreamlike » en référence à toutes ces missions bizarres où on se croirait dans des rêves… En plus dangereux. Mais cette fois là, ça allait être, je pense, la plus dingue des missions que je n’ai jamais faites.
Un soir pluvieux, un étrange individu vint me chercher chez moi. Il dit simplement un petit « habille toi, tu dois partir quelque part le plus vite possible, on a une mission importante pour toi, c’est de la part de Dreamlike. ». Ce type étant apparemment un peu plus gradé que moi, je n’eus d’autre choix que d’obéir, et de toute façon, ça ne me gênait pas, je ne suis pas le genre de type qui bronche pour une petite corvée. Je me dépêchai de filer dans la chambre de ma petite maison où je vivais avec ma femme, Mary, mon fils Nicholas et ma fille Abby. J’ouvris le tiroir d’une commode à toute vitesse et m’habillai le plus vite possible d’une chemise blanche, un pantalon marron, un gilet sans manche noir et de mon fidèle foulard rouge autour de mon cou. Je recoiffai mes cheveux noirs grisonnant puis retroussai mes manches avant de me diriger de nouveau vers l’entrée de ma maison où m’attendait toujours ce type de Dreamlike, qui avait été rejoins par ma femme qui semblait triste de me voir partir. Sans dire un mot, je serai Mary dans mes bras et l’embrassai avant de regarder en direction du type dont on ne voyait que la bouche, le reste de son visage caché sous la capuche d’un grand imperméable vert kaki sur lequel ruisselaient les goutes de pluie. Il me fit signe d’un mouvement rapide de la tête de le suivre, gardant un visage grave, bien que très peu visible. Il me fit monter dans une diligence tirée par des chevaux noirs sans discuter et nous partîmes tout les deux vers je ne sais où. Il ne décrocha pas un mot du voyage, toujours caché sous sa capuche trempée, moi non plus d’ailleurs. Ce type était vraiment bizarre, mais comme il connaissait Dreamlike, c’était quelqu’un digne de confiance, et je suis du genre très docile. Nous arrivâmes à un port d’une petite ville non loin de New York. Il faisait toujours aussi moche et la mer était plutôt agitée, mais on ne pouvait pas dire que c’était une tempête. Là, une barque nous attendait, toute simple et toute seule. Nous montâmes  dedans et mon compagnon se mit à ramer.
C’était plus long que le voyage en diligence, vu la vitesse d’une barque. Un phare éteint commençait à apparaitre dans la brume de la nuit. Je demandai alors :
- Bon, je dois faire quoi ?
Le type attrapa une boite en bois posée sous le banc de la barque et me la tendit. Sans dire un mot, je l’ouvris et constatai ce qu’elle contenait : Un revolver chargé, une boite de cartouches, quelques pilules de cyanure – très rassurant – ainsi qu’une photo de ma famille. Je retournai cette dernière où il y avait écrit : « Pense à nous si tu as des problèmes. Signé : Mary » Elle avait dû donner cette photo au type avant que je parte, et ça me fit un petit pincement au cœur. Qui sait si je les reverrais ? Enfin, l’homme expliqua :
- Il s’agit du fameux Prophète… Apparemment, il commence à user de la force pour convertir à sa religion… Ce type est qualifié comme dangereux par Dreamlike. Comme tu le sais, on ne l’a jamais vu dans ce monde… Et bien voilà peut être la raison. On dit que ce type a été béni et qu’il séjourne au Paradis et qu’il arrive à communiquer des cieux jusqu’à la terre. Je sais que ça peut paraitre idiot et naïf mais on souhaiterait vérifier… Au phare que tu vois là se trouve la machine de Mlle. Dinley, une scientifique travaillant pour Dreamlike. Elle est persuadée qu’elle a réussit à mettre au point une machine permettant de voyager entre le Paradis et notre monde, une sorte de portail dimensionnel ou je ne sais plus quoi…
Puis la barque s’arrêta à un ponton. Le type me fit signe d’y aller sans terminer de m’expliquer et commença à repartir à la rame après un bref « bon courage ». Maintenant, je n’avais plus que cette petite boite de bois… Je pris le revolver et le mis dans la poche de mon pantalon, les pilules de cyanure dans l’autre et les cartouches ainsi que la photo dans la poche interne de ma veste. Je balançai la boite à la mer, je n’en aurais plus besoin. J’avançai calmement sur le ponton, à travers la nuit effrayante… pour certains ! J’arrivai à la porte du phare en me prenant quelque goutes d’eau provenant des vagues frappants les rocher. Sur la porte était affiché un papier sale où il était noté un message m’étant apparemment destiné :
« Montez au sommet du phare et respectez cet ordre pour ouvrir la porte de la cabine »
C’était signé, mais la signature avait été à moitié effacée par l’eau. Un ordre ? Mais quel ordre ? J’arrachai le papier et le retournai. Il y avait noté « 2x3 – 1x2 – 3x2 ». Je venais de comprendre, il devait y avoir des leviers ou je ne sais quoi pour ouvrir la porte avec un ordre précis. Je gardai le papier dans ma poche et entrai dans le phare non-éclairé à l’allure abandonné. Je n’y voyais rien, c’était agaçant ! Je marchai calmement vers les escaliers puis les montai jusqu’à une autre pièce qui devait être assez haute dans le phare. Là, une lampe à huile posée à terre éclairait une petite partie de la pièce. Mais elle éclairait quelque chose que j’aurais préféré ne pas voir… Un type avec une balle dans le torse attaché à une chaise était là, mort, avec un sac sur la tête et un carton posé à ses pieds où était écrit « Dépêche toi ou sinon… ». Ce message me fit frissonner tandis que je faillis me casser la figure en glissant sur la flaque de sang. Je fis un signe de croix en passant devant lui et continuai à monter, on m’avait dit qu’il ne fallait pas perdre de temps. J’arrivai enfin au balcon du phare. Je marchai autour de la cabine vitrée jusqu’à arriver à la porte. Elle était fermée et ornée de trois gros leviers. Haha ! C’était vraiment bête et facile comme énigme ! Je sortis le papier où était inscrit l’ordre d’actionnement des leviers et suivit les instructions à la lettre : tout d’abord le premier trois fois, le second deux fois et le troisième deux fois également. Mais cependant, rien ne se passa et la porte resta verrouillée… Je réfléchis un instant et compris tout. En réalité, il y avait un piège : Il fallait d’abord faire le troisième une fois, et pas le premier trois fois. Les codes étaient simplement mis à l’envers ! Je testai mon hypothèse et cela marcha. Parfait. La porte s’ouvrit et j’entrai. Là, il n’y avait aucune lampe – elle avait dû être retirée – mais un siège de métal doublé de cuir rouge pour qu’il soit plus confortable. Bon… il fallait surement que je m’assoie sur ce fauteuil bizarre… Vraiment étrange, mais j’étais confiant. Je m’assis sur le siège, comme ce qui devait être prévu et vit mes mains se faire attacher par des anneaux de fer au fauteuil. Là, je commençai à avoir peur et je hurlai tandis que des plaques de métal remontaient autour de moi comme pour m’enfermer dans une sorte de capsule œuf :
- AAAAH ! Mais c’est quoi ce bazar !!?? Je vais mourir ! JE VAIS MOURIR !
La capsule se referma autour de moi et la seule vitre qui me permettait de voir la lumière de la lune fut recouverte d’un store automatique. J’étais maintenant paniqué dans l’obscurité la plus totale, sans pouvoir faire le moindre mouvement. Puis je sentis la capsule vibrer, puis décoller du sol. Mais si j’arrivai au paradis pour de vrai, comment je saurais si je suis vivant ou mort ? Je préférai fermer les yeux et attendre le jugement de Dieu…

PS: Voilà le lien pour vos commentaires que je recevrai avec plaisir: http://avengers-now.forumactif.com/t448-dreamlike-commentaires#2849
Revenir en haut Aller en bas
 

Dreamlike

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avengers Now :: Espace détente :: Centre culturel :: Ecriture-