compteur


 

Partagez | .
 

 Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Feat : Mark Ruffalo
Messages : 321
Autre Identité : Hulk

Race : Humain
Localisation : Inconnue
Emploi : Physicien


Feuille de personnage
Pouvoirs:

Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi
Natasha Romanoff et Bruce Banner

L’écran de la vidéo surveillance montrait la cellule, celle-ci était enterrée sous terre, à plusieurs mètres sous la surface, reliée au complexe par un boyau, elle était large et sans aucune ouverture, une seule porte blindée lourdement gardée permettait d’entrer et de sortir, la pièce était capitonnée et renforcée. Au centre, contre le mur du fond, un homme était allongé sur un lit de métal, ses poignets et ses chevilles étaient immobilisées par des sangles, sa poitrine nue était reliée à un moniteur qui contrôlait son rythme cardiaque et sa tension artérielle, la perfusion dans son bras permettait l’injection mécanique du tranquillisant administré par le médecin qui à distance grâce aux caméras et aux relevés des constantes du prisonnier pouvait décider de procéder à l’injection par un système automatisé. Il n’avait grâce à ce système aucun besoin de se rendre dans la pièce de confinement, sinon pour changer la poche du produit quand celle-ci était vide.

Il n’y avait que les tranquillisants pour maîtriser le docteur, ceux-ci ne lui faisaient d’effets que lorsqu’il était encore sous sa forme humaine, la drogue avait deux actions, elle bloquait la production d’adrénaline, et faisait chuter son rythme cardiaque en-dessous de trente battements. Son action devait être rapide, pour qu’il ne puisse pas réagir. Ils devaient renouveler l’injection toutes les 45 minutes. C’était le seul moyen d’empêcher les transformations du docteur, disons le seul moyen à leur portée, l’inhibiteur qu’ils avaient mis au point était identique à celui que possédait le SHIELD. Elle aurait tué n’importe quelle bête du règne animal, mais ça, ce n’était ni un homme, ni un animal, c’était quelque chose de contre nature, un monstre incontrôlable animé seulement par la rage et par la haine. Il l’avait vu, sur les caméras de surveillance, pendant l’attaque, avant qu’ils ne l’abattent, il avait vu ce que cette chose faisait, ce qu’elle était.

Ils avaient été dans l’obligation de droguer et d’immobiliser le docteur après l’incident du laboratoire, heureusement ils étaient parvenus à maîtriser le Hulk, mais pour éviter une seconde transformation, ils avaient abattu le docteur, ils l’avaient enfermé dans la pièce de confinement où ils l’avaient maintenu dans un sommeil artificiel grâce aux injections. Ils avaient déjà essayé de le laisser se réveiller à plusieurs reprises, mais le patient était très instable et violent et ils n’avaient pas d’autre choix que de faire usage de mesures de confinement et de le garder enfermé. L’elfe s’était fortement opposée à sa détention et les Avengers avaient exigé que le docteur Banner leur soit remis. Le SWORD ne pouvant pas garder le docteur confiné très longtemps, ils avaient contacté le SHIELD qui avait informé les Avengers de la situation. Ils ignoraient qui ils leurs avaient envoyé pour récupérer le docteur, ils avaient seulement parlé d’un agent, c’était peut-être un agent du SHIELD, si c’était un Avengers, il pouvait s’agir soit de l’agent Barton, ou de l’agent Romanoff.

Le contrôle de la base les informa de l’approche d’un quinjet. Il était temps de réveiller le docteur.  Ils avaient cessé les injections il y avait une trentaine de minutes. La drogue était entrain de se dissiper et celui-ci reprenait peu à peu conscience. Le scientifique ouvrit les yeux, ébloui par la lumière blanche il les referma aussitôt avant de détourner la tête comme pour échapper à l’éclat lumineux. Sa respiration se fit rapide et douloureuse, il paniquait, le médecin releva l’augmentation graduelle de son rythme cardiaque qui se stabilisa sous les effets de la drogue à 70 battements par minute. Il souffla. Il observa avec appréhension le corps allongé dans le lit, Bruce trembla, un gémissement s’échappa de ses lèvres qui s’entrouvrirent, il tira sur les liens qui l’entravaient, ses poings étaient serrés, il poussa un grondement rauque, le médecin, retranché dans la salle de surveillance, sursauta et s'apprêta à activer le système d'injection.




Don't make me angry, Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi
» Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, Je ne crains aucun mal
» Quand on tombe dans l'eau, la pluie ne fait plus peur.
» Nouvelle chevalière,nouvelles surprises (Lisbeth & Tsubasa)
» Dans la vallée de l'ombre, ne craindre aucun mal [Madison]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avengers Now :: Reste des USA-