compteur


 

Partagez | .
 

 Event 3 ☣ L'Aube d'une Nouvelle Ère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Modérateur
Feat : Evangeline Lilly
Messages : 661
Autre Identité : Maeja Branwen

Race : Elfe
Localisation : Midgard, premère branche d'Yggdrasil et tout droit
Emploi : Elfe errante


Feuille de personnage
Pouvoirs:

Groupe B
Participants :Aster E. Blake - Harry Osborn - Lady Sif - Loki Laufeyson - Ophelia Sarkissian - Rigel Ditfridottir - Sigyn Ivaldidottir - Wendy Blake
Lieu : Utopia




La sortie de l’hôpital s'acheva sans incident majeur. Les infectés se ruaient parfois sur nous, mais à présent à l’extérieur et hors du piège des couloirs clos, nous avions une vision bien plus claire sur la situation. Sur Utopia, nombres étaient les mutants possédants des dons qu'ils pouvaient utiliser pour se défendre, et tout aussi nombreux étaient ceux qui avaient appris à se battre, dans un monde qui ne voulait trop souvent pas d'eux. Même parmi les patients que nous avions sortit de l’hôpital, tous n'étaient pas dans l'incapacité de combattre, je saluais l'effort d'un adolescent au bras en écharpe qui repoussait vaillamment les assauts de son unique main, armé d'un bout de bois qu'il avait ramassé pendant sa marche. Nous nous dirigions vers le port, prudemment, lentement, mais dans la régularité. Fort heureusement, ce qu'étaient devenu ces gens étaient agressif, dangereux, mais privé de tout sens d'analyse ou de stratégie. Ils attaquaient aléatoirement, sans cohésion, ce qui nous permettait d'y faire face.

La voix de Magneto perça le grondement indistinct pour nous informer de l'état de la situation. Plusieurs éléments me marquèrent : l'île était en quarantaine, pas d'évacuation immédiate, donc. Ensuite, il incitait les gens à se réfugier au port, de toute façon ces derniers n'avaient pas vraiment respecté l'ordre de rester chez eux. Enfin, et le plus grave : les infectés étaient perdu. Cela confirmait mes doutes, mais j'avais constaté une dégénérescence accélérée de leur métabolisme. Aucun traitement ne rattraperait ça. Cela impliquait pour les utopiens de se résoudre à voir les leurs mourir. Il restait une longue avenue avant d'arriver au port, le groupe pressait imperceptiblement le pas. Régulièrement, nous étions rejoint par d'autres mutants isolés, j'écartais un jeune homme du chemin de charge d'un infecté qu'il n'aurait pu éviter, ce qui eut pour effet de faire trébucher le zombie décontenancé par la fuite de sa cible. Il fut presque immédiatement abattu par un autre mutant d'un coup de parpaing. Pas très élégant, mais efficace.

Je le sentis avant de l'entendre, un grondement sourd sous mes pieds, une vibration, puis enfin, le son, les craquements. Et je le vis, l'immeuble qui s'ébranla sur le trottoir d'en face, déjà perdu dans la poussière et les débris. Le bruit se fit assourdissant et l'air se remplis de particules qui rendit la respiration laborieuse. J’ôtais mon masque médical du visage pour le confier à une mère portant un jeune enfant, les petits humains étaient bien plus fragiles que moi, je me contentais de porter ma manche au visage pour ne pas suffoquer. L'air se déchargea légèrement sous une intervention d'un autre mutant, pour nous laisser voir la situation, somme toute, très peu reluisante. J'avais dit qu'ils n'avaient pas de cohésion ? Ils en avaient, et nous encerclaient. J'empoignais mon arme de fortune et pris les devants. Pourquoi je risquais ainsi ma vie pour ces gens ? Je l'ignorais. Avais-je mieux à faire dans la situation présente ? Non.

Soudain, perçant le mur de poussière, je me trouvais face à un visage connu. Lui. Nous étions sur Utopia, les gens étaient pris d'un mal étrange qui faisait sombrer toute une communauté dans le chaos, et qui je trouvais ici qui n'avait rien à y faire ? Lui ? ”Pourquoi chaque fois qu'il se passe quelque chose de louche, tu n'es jamais loin ?” Dis-je autant pour lui que pour moi. Une fois de plus, je le retrouvais blessé et d'une humeur exécrable, il l'était bien trop souvent à mon goût. J'aurais voulu en rajouter une couche de la force de mes poings ou de mon scalpel, j'aurais aussi voulu l'arrêter, m'occuper de lui, retrouver les gestes qui m'étaient familiers, mais son regard était plus sombre encore que lorsqu'il m'avait surprise dans le jardin. La prudence, tant envers lui que pour ma position - bien que personne ne put nous voir dans ce brouillard - me poussa à m'écarter. Je n'épiloguais pas et passais à côté de lui d'un pas hâtif, non sans lâcher une ultime demande, d'un ton bien plus doux que je ne l'aurais voulu : ”Tu n'es qu'un enfoiré, mais s'il te plaît, tâche de survivre.” Et disparu de nouveau dans le chaos du combat, comme si ces quelques instants n'étaient pas arrivées.  

Conards de dés:
 

J’avais perdu de vue le groupe de patients que je devais protéger en ne m’éloignant que de quelques pas, je parvins à les localiser juste à temps, deux mutants étaient isolés du groupe, je fondis sur eux en même temps qu’un infecté. Il avait de l’avance et planta ses dents sur l’un des mutants, qui poussa un cri alors que je percutais l’infecté de toutes ma vitesse. Nous roulâmes de concert sur le sol pendant que j’entendis les borborygmes du mordu qui perdait peu à peu tout ce qu’il était. Mais je ne l’entendis pas assez vite et, alors que je levais mon scalpel pour abattre celui au sol, une douleur me traversa le dos, m'immobilisant dans mon geste et une grimace de douleur. Le mutant qui venait de se transformer avait des griffes, des longues, et venait de m’embrocher avec. Les dents serrées, j’échappais à son souffle de justesse, m’arrachait à l'étreinte de ses griffes en roulant sur moi-même, disparaissant dans le brouillard de même que le mutant rescapé. Quelques instants, je restais ainsi, face contre terre, sentant mon sang couler le long de mon dos meurtris. Je rampais, me relevais et m’arrêtais net devant une femme couverte de plumes, de sang et une expression douloureuse qui devait être semblable à la mienne. Une autre forme s’approcha, je réalisais que je n’étais plus armée, j’avais lâché mon scalpel quand la créature m’avait transpercée. Je le reconnu, soulagée de le voir non infecté, lui aussi. “Aster, j’ai besoin d’un répit, tu nous couvre ?” “Si j'me tache le cuir par ta faute, tu m'le paieras, t'es prév'nue !” Je souris avec difficulté à sa réponse mais sentit avec une certaine angoisse un filet de sang couler le long de mes lèvres. Je pouvais bien tenir, j’avais eu pire. Je passais derrière la femme oiseau, elle, elle avait besoin de soins, plus que moi, je les lui prodiguais dans l’urgence en refermant ses plaies. Je ne pouvais pas faire plus dans la situation, ni dans mon état. Je me laissais tomber sur le sol, quelques instants, ramassant un débris métallique au sol dont je pris appuis pour me relever, et repartir à la charge, le pas hésitant, mais la volonté ferme.


Dernière édition par Rigel Ditfridottir le Jeu 26 Nov - 20:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Rigel Ditfridottir' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'OUI/NON' :


--------------------------------

#2 'OUI/NON' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Feat : Tom Hiddleston
Messages : 1912
Autre Identité : Mr. Liesmith

Race : Jotun
Localisation : Midgard
Emploi : Dominer le monde


Feuille de personnage
Pouvoirs:

Groupe B
Participants :Aster E. Blake - Harry Osborn - Lady Sif - Loki Laufeyson - Ophelia Sarkissian - Rigel Ditfridottir - Sigyn Ivaldidottir - Wendy Blake
Lieu : Utopia




Il regardait Sif dans les yeux, ne cherchant pas à fuir son regard enragé. Malgré la douleur qui meurtrissait son corps et son visage, il brûlait de l’intérieur lui aussi. Il survivrait, il survivait toujours. Bien malgré ses ennemis, ils le retrouveraient toujours dans l’ombre de leurs malheurs parce que tout ça faisait partie de lui. S’il avait survécu à Hulk, il survivrait à Sif la déchue.

A son venin il ne put retenir un sourire, qui ressemblait davantage à une grimace dans ce contexte… Et lorsqu’il toucha le sol de nouveau, il toussa et ravala le sang qui maculait sa bouche. Il laissa passer un bref instant, reprenant son souffle, le regard braqué au sol. Lorsqu’il entendit les mots de Sigyn, remerciant sa très chère amie de l’avoir laissé en état d’utiliser ses jambes, son aura, son esprit et sa haine -pourtant déjà relativement grande- s’enflammèrent dans une seule étincelle. Sa mâchoire se serra, si fort que ses dents grincèrent, ignorant la douleur que les coups de la guerrière avait éveillés. Ses prunelles pers et luisantes se firent tranchantes en se posant sur Sif et sur Sif uniquement. Son poing se crispa sur le sol. Mais il ne contre-attaqua pas. Cette épreuve l’avait mis à mal, cela n’aurait du tout été une preuve d’intelligence que de répliquer maintenant. Alors finalement, un sourire, d’abord discret, s’étendit sur ses lèvres. Il était vipérin, réellement empoisonné et plus menaçant qu’une arme aurait su être.

Lorsque Sigyn s’agenouilla près de lui, il attrapa son poignet tandis qu’elle approchait sa main de son visage. Il le lui serra sans même se demander s’il serait blessant. Son regard irradiait d’une colère d‘une rare violence et n’était porté que sur son ennemie mais il ne faisait aucun doute que sa propre épouse était également concernée. A ses yeux, elle l’avait tout simplement trahi. Trahi et humilié.
Sa voix fut tel un sifflement lorsqu’il décida d’enfin ouvrir la bouche. “Pauvre Sif. Toujours à désirer des choses qu’elle ne peut posséder. Toujours à viser trop haut. Bien au-delà de ses moyens.
Puis sèchement, il délivra la main de Sigyn, sans même lui adresser un regard. Il resterait avec son nez cassé, puisqu’il avait déjà oublié sa douleur, trop focalisé sur la fureur qui le submergeait comme une tempête. Lentement, il se releva. Gardant sur la déesse guerrière un regard intense, insondable mais pourtant pas glacial comme à son habitude. C’était bien plus profond, bien plus noir.

La seule chose qui détourna son attention, c’était le sol qui tremblait sous ses pieds, ces tremblements qui lézardaient les murs tandis que le feu embrasaient une colonne d’air à quelques coins de rue de là. Une voix se fit entendre, poussant les habitants de l’île encore un tant soit peu en vie et conscients à quitter l’île pour survivre. Ainsi se détourna-t-il des deux femmes en s’enfilant, seul, dans une venelle dégagée tandis que la bâtisse qu’ils avaient frôlée peu de temps auparavant s’effondrait.  

Bien malgré lui, son errance le conduisit au même endroit qu’un groupe de survivants. Celui-là même qui contenait Sif et sa femme. Très vite, il se rendit compte qu’il n’avait pas le choix. Pour survivre, il devait se battre. Déterminé, hermétique à toute forme de communication, il céda à ses propres impératifs : sa survie. Il devait vivre. Qu’importait le prix.

Il s’arracha aux mains d’un zombie en le repoussant loin de lui et ses pas le firent se rapprocher de la guerrière pour un dernier affrontement.

Les dés que j'emmerde -sachez-le:
 





Le Mal est ma lueur
Le Mal est entré, meilleur ennemi. Il sait m'abandonner, je brûlerai avec lui.  Le Mal est ma lueur, son ombre est ma couleur, le Mal est ma lueur, mon parfum, son odeur. Prends ton mal en douceur.


Dernière édition par Loki Laufeyson le Jeu 26 Nov - 20:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Loki Laufeyson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Six faces' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Feat : Dane DeHaan
Messages : 35
Autre Identité : Green Goblin

Race : Humain.
Localisation : Amérique du Sud, pour le moment.
Emploi : Ancien CEO d'Oscorp Industries


Feuille de personnage
Pouvoirs:

Groupe B
Participants :Aster E. Blake - Harry Osborn - Lady Sif - Loki Laufeyson - Ophelia Sarkissian - Rigel Ditfridottir - Sigyn Ivaldidottir - Wendy Blake
Lieu : Utopia




Un jour tout de même... un jour il faudra qu'un plan, qu'une expédition ou qu'une simple recherche se passe sans accroc. Bon pas vraiment pour aujourd'hui en tout cas... Quoique, j'ai au moins eu accès à de bons échantillons de chair. Ceux-ci mis dans un petit conteneur aux capacités de conservation, lui même dans mon sac en bandoulière, me voilà à me balader – à fuir – dans les derniers couloirs avant d'atteindre l'extérieur. « Je dois avouer que le côté Apocalypse... ça pourrait presque me plaire. » Si je n'étais pas possiblement victime de devenir un zombie totalement écervelé, bien entendu. Non ! Ce n'est pas vrai... je n'en suis pas un. Je suis juste un peu... Bon ! Pas le temps de débattre ! En tout cas je ne suis pas le seul à avoir rejoins cet endroit précisément, il semble que quelques silhouettes capable de se défendre... La première chose que je cherche de mes yeux n'est pas vraiment à discerner les nouvelles silhouettes, mais trouver celles que je peux connaître. Ici... Liesmith est difficilement visible plus loin. « Plutôt dominé pour le moment, pas vraiment l'instant pour venir jouer les chercheurs de son côté. » Je baisse mes yeux vers un morceau de verre, observant ce reflet que tu es, bien plus calme et réfléchis que je ne le suis en ce moment. Tu as bien raison. Mais qu'est-ce qui nous empêche de trouver d'autres morceaux pour analyse ? Puis certains sont jeunes... ils ne seront pas trop lourd à porter pour ramener des cobayes. Quoique... trop compliqué... Si la retraite de tous par le même bateau est le seul élément stratégique, alors il ne faut pas s’embarrasser d'un corps !

Un grognement... Je tourne la tête, regardant l'un des zombies présents en cette scène de Danse Macabre qu'est devenue Utopia. Gardant le sac près de moi... je souris doucement avant de lui faire signe d'approcher avec ma main. « Je doute que tu comprenne le principe de la provocation de toute façon, vermine. Mais au cas ou... » Mon sourire deviens plus grand, alors que je le vois arrivé dans ma direction dans une charge furieuse bien que totalement désordonné dans les mouvements. Tant d'ouvertures. J'ouvre légèrement ma main, mes lèvres se déformant tandis que ma langue vient caresser un de mes crocs... « Viens danser avec mo.... Hey ! » Je ressens une main attraper vivement la veste sombre que je porte, pour m'éloigner avec une certaine efficacité de la trajectoire de ce « démon infesté ». Mais... Mais...Je gérais ! Non ! Pas le parpaing ! Trop tard. Je ne peux engager cette conversation si peu attendue dans laquelle je dirais que j'avais tout en main. « Ce qui, au final, est un tout petit faux. Tu sais, le hasard et tout ça. » Chut. Bref... je ne peux pas... Ou plutôt je souhaite le faire, jusqu'au moment où un bruit sourd traverse l'espace, des tremblements se ressentant dans le sol sur lequel, à cause de l'esquive forcée, je suis assis. L'immeuble en face commence alors à s'effondrer. Portant ma manche à ma bouche et mon nez, je commence à me redresser, refusant de ressentir les effets désastreux de ce genre de poussière sur mes poumons déjà malades. La visibilité, déjà réduite par les différentes tentatives de survie, devient presque impossible dans un tel décor. Même l'héroïne m'ayant... sauver d'une tentative de prendre un nouvel échantillon... est devenue impossible à trouver. « Il faut retrouver Liesmith ou la Vipère ! » Hochant la tête je cherche à retrouver l'une des deux silhouettes...

Venez petits dés !:
 

Bon... ne pas dire à Madame Hydra que j'ai pu la confondre avec une demoiselle zombie. Bien que j'imagine que la Vipère peut être, j'imagine, extrêmement mordante elle aussi. Deuxième chose à garder pour soi... Je ne suis pas une Hydre, si elle me coupe la tête, je doute qu'elle repoussera. Enfin... qu'importe... Il semble que mon « charme naturel » a malheureusement encore fait effet... voilà que cette demoiselle macabre arrive vers moi, lentement... J'ai pu voir ici et là que l'aspect désordonné de leurs mouvements peuvent les rendre, par moment, imprévisible... Mon cerveau agis rapidement... dès le premier mouvement je recule, ma main gauche attrapant le poignet qui était arrivé avec violence sur moi, le brisant sans ménagement. Je garde ma prise, souriant plus vivement, tandis que mon « rêve éveillé » commence à devenir de plus en plus présent. Alors que je tire la créature jusqu'à moi pour enfoncer mon genoux dans son ventre, je ressens les longs doigts de ces hallucinations digne de Lovecraft glisser contre ma joue. Je vibre... de plus en plus... L'excitation s'associe à la peur de mourir, au désir de survivre... Au désir de découvrir aussi de nouvelles choses grâce à ces magnifiques cobayes. Je lâche le poignet au moment de l'impact entre mon genoux et son estomac, ouvrant violemment mon poing pour attraper son visage et enfoncer mes ongles dans son visage... Je ressens le sang glisser contre mes doigts... La « vie » s'éteignant.  « C'est mieux qu'un parpaing quand même. »

Un zombie arrive près de moi, envoyé avec violence par Liesmith qui se défend. Je commence à réduire la distance qui me sépare de sa situation et moi-même.



Welcome to Hell.






Code:
[center][color=SeaGreen]Harry Osborn parle[/color]
[color=SeaGreen][i]Reflet de Harry Osborn[/i][/color]
[color=#C41E3A]Le Bouffon parle[/color]
[color=#C41E3A][i]Reflet du Bouffon[/i][/color][/center]


Dernière édition par Harry Osborn le Ven 27 Nov - 3:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Harry Osborn' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'OUI/NON' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modérateur
Feat : Angelina Jolie
Messages : 114
Autre Identité : Madame Hydra/Vipère

Race : Humaine... enfin presque
Localisation : Dans vos rêves...
Emploi : Affabulatrice


Feuille de personnage
Pouvoirs:

Groupe B
Participants :Aster E. Blake - Harry Osborn - Lady Sif - Loki Laufeyson - Ophelia Sarkissian - Rigel Ditfridottir - Sigyn Ivaldidottir - Wendy Blake
Lieu : Utopia




Des lancinantes courbatures la faisaient souffrir. Ce rejet de la part de l’artefact avait été particulièrement violent et elle peinait à récupérer sa motricité. Elle passa sa main sur son visage avant de se masser les tempes, puis la nuque. Elle constata que son éviction de l’artefact avait eu une conséquence inédite sur sa coiffure. Cela lui rappela les années disco où les cheveux en mode électrique étaient à la mode. S’appuyant sur ses mains pour l’aider, elle se releva.
Un craquement sinistre résonna alors dans la bâtisse. Elle vit l’un des murs se lézarder… “Bordel, c’est bien le moment…” Elle jeta un regard à l’artefact tout en comprenant qu’elle ne pourrait s’en emparer. Déjà une fissure grandissante la séparait de lui. Elle prit alors ses jambes à son cou car la moindre erreur lui serait fatale. La survie pouvait vous pousser à vous surpasser et malgré la douleur dans ses muscles, la Vipère semblait glisser sur le sol à une vitesse extravagante. Derrière elle, des pans de mur entier se détachaient. Elle avait perdu sa veste dans la course, s’en débarrassant pour avoir une meilleure amplitude dans ses mouvements. Sa jupe fut déchirée par des débris qui lui entaillèrent la peau des jambes, mais les bas, le visage.
Finalement, elle vit la sortie. Au sol elle vit une barre de fer dont elle se saisit. Alors qu’elle s’approchait de son objectif final, elle le lança vers celui-ci, faisant exploser le verre qu’elle traversa, l’entaillant plus encore et transformant sa tenue en lambeaux ne cachant plus grand chose de son anatomie. Tout en traversant le verre qui se brisait, elle reprit au vol la barre de fer et poursuivit sa course infernale. Elle n’était pas encore sortie d’affaire et le grincement qu’elle entendit signifiait que les fondations même de l’immeuble rendait l’âme.
C’est alors qu’il disparut. Une fumée sombre enveloppa les lieux, ne laissant rien voir de la fin de ce haut lieu de recherche ni de la réelle raison de sa destruction. La fumée s’engouffrait dans les rues et rapidement Ophelia fut noyée par celle-ci. Ce n’est que quelques secondes plus tard qu’une forme s’extirpa du brouillard. On vit les marques de coupures sur son corps disparaître. Dans sa main, une barre de fer était prête, arme de fortune mais qui lui serait d’un grand secours. Elle jaugea la situation… absolument pourrie. Il fallait rejoindre le port le plus vite possible.

Elle se mit alors en marche et rapidement elle fut prise dans la masse. Des mutants, des zombies… Elle vit assez loin Loki, sans son masque… C’était fini pour sa couverture et il avait du faire une rencontre inopportune vu l’état de son visage. Elle reconnut également Sigyn en prise avec des zombies. Elle avait repéré le chemin à prendre. Elle n’avit pas de temps à perdre. Mais sur ce chemin un groupe d’infectés étaient sur le point de s’occuper de deux jeunes gens, probablement encore mineurs. Comme si elle avait du temps à perdre avec ça…

ouf:
 

Elle fonça vers les deux jeunes gens. Une lutte acharnée débuta alors mais très vite le garçon fut mordu et s’effondra. Gêné plus qu’autre chose par la gamine, Ophelia la fit reculer. Bordel elle était une agent d’élite et n’allait sûrement pas se laisser avoir par des monstres sans conscience, sans intelligence. Dans ses mains elle fit tournoyer son arme de fortune. Elle entama alors un enchaînement foudroyant. Autour d’elle les infectés se faisaient tour à tour éventrés. S’assurant qu’il ne se relèverait pas, elle explosait leur crâne dans un geste sûr. Le gamin qu’elle avait échoué à protéger se releva alors. “Tu aurais mieux fait de rester au sol…” Dans un mouvement que n’aurait pas renié un joueur de base ball, elle frappa le visage du garçon dont la couleur de peau était désormais plus proche du violacé. Il s’effondra au sol, la bouillie lui servant de cerveau s’écoulant au sol.
Dans la confusion et sans s’en apercevoir elle s’était approché d’autres individus. Une jeune fille étrange, une rouquine, un mec se prenant pour un rocker mais avec un visage d’emo, et… trois asgardiens car en plus de Loki et Sigyn, elle put reconnaître Sif. “C’est par là !!” Elle leur indiqua le chemin à suivre tout en explosant à nouveau le crâne de deux zombies. La fuite se poursuivit alors. Elle en fermait involontairement la marche, sa cheville ayant été amoché lors de son combat contre les infectés.



Les hommes sont les roturiers du mensonge,
les femmes en sont l'aristocratie.


Dernière édition par Ophelia Sarkissian le Ven 27 Nov - 9:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Ophelia Sarkissian' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'OUI/NON' :


--------------------------------

#2 'OUI/NON' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Feat : Jaimie Alexander
Messages : 1498
Autre Identité : Rose Chambers

Race : Asgardienne
Localisation : Midgard
Emploi : Guerrière


Feuille de personnage
Pouvoirs:

Groupe B
Participants :Aster E. Blake - Harry Osborn - Lady Sif - Loki Laufeyson - Ophelia Sarkissian - Rigel Ditfridottir - Sigyn Ivaldidottir - Wendy Blake
Lieu : Utopia




L’asgardienne ne manqua pas de répondre aux brûlants regards que lui lançait Loki. L’espace d’une seconde, la colère reprit son règne. Il n’était pas en droit de lui vouer un tel mépris ou qu’importe ce que cela pouvait être, elle n’en avait cure. Il l’avait détruite et avait fait d’elle le réceptacle de sentiments néfastes comme la vengeance et le chaos. Il méritait le prix de sa fureur. Pourtant une fois encore, l’Epouse le sauva. Elle ne put cependant se résoudre à taire un rire macabre à sa remarque. «Dit celui qui ne cesse d’échouer tout au long de sa vie. Pauvre Loki. Toujours à désirer des choses qu’il ne peut posséder. Bien au-delà de ses petits moyens d’orphelin de Jotun.» Le cita-elle avec une moue affreusement fausse. La ténébreuse déesse disparut après cela, rendant sa place à la guerre. Elle était devenu un pâle reflet de ce diable. Égoïste, pleine de rancoeur, en quête de reprendre ce qui était à elle.

Sif recula de quelques pas, s'adossant au mur, épuisée. Elle fut bien trop hors d’elle pour répondre à Sigyn et se contenta de reporter les explications à plus tard. Le moment n’était pas aux retrouvailles ni au règlement de compte. La déesse avait laissé dernière elle bon nombre d’ennemis qui ne saurait tarder à leur tomber dessus. Malgré cette certitude, une nouvelle bataille se livrait entre les prunelles ambrées et azurées. Seul le grondement de la Terre su interrompre leur discorde silenceuse. Le sol tremblait de toute puissance Le Lâche n’était déjà plus là, et avant qu’elle ne puisse parvenir à Sigyn, le bâtiment s’effondra.

Un lourd rideau de poussière étouffa l’air et l’horizon. La déesse héla plusieurs fois son amie mais n’eut aucune réponse, ou bien était-ce le sifflement aigu dans sa tête qui taisait tout autre son? L’asgardienne n’eut d’autres choix que d’avancer, seule, de son côté. Son puissant instinct de survie su la guider à travers les décombres vers une échappatoire. La guerrière s’empara d’une courte barre de fer, à peine plus grande que son avant-bras mais entre ses mains, elle pouvait être redoutable.

Elle n’aurait pu l’expliquer mais elle retrouva la trace de la Dame fidèle. Ses esprits lui reviennent alors, sans dire un mot et avec précipitation, elle attrapa le bras de son amie et la soutint. Bien trop tôt, quelques lépreux tombèrent sur les échappés. Il fallait les ralentir, Sif craignit le pire lorsqu’elle jeta un oeil autour d’elle. Elle n’avait pas l’intention de fuir, pas cette fois. Elle était Dame Protectrice et qu’importe son châtiment, elle demeurerait cette âme vaillante et courageuse prête à se battre pour la vie. Celles des plus faibles. Celles encore immaculées des ravages de l’horreur. «Aidez-les et fuyez Sigyn» ordonna-t-elle, redevenant le commandant qu’elle avait toujours su être. Elle se retourna sans attendre une seconde. « Votre mort est inévitable, pauvres âmes.»

Spoiler:
 

Sans aucune crainte, Sif se jeta au coeur d’un funeste combat. Il était interdit de songer aux vies innocentes mais souillées qu’elle allait prendre. Avait-elle la prétention de s'octroyer le rôle de les soulager. Bien que le combat à mains nues ne soit un défi pour elle, ses adversaires avaient une énergie qui dépassait l’entendement. Au fond d’elle, ses prières se dirigeaient déjà vers le Hall de ses ancêtres les Walkyries.

Sans même accorder un regard à celui qu’elle doublait, redoutant de le laisser aux mains infectées et meurtrières, elle bondit sur sa première victime. Sa proie n’en était pourtant pas une, elle le compris bien trop tard. Malgré un violent coup qu’elle lui porta au visage, l’enragé ne sembla pas ressentir un quelconque étourdissement. Loin d’être aveugle mais agissant comme, il n’accorda aucune oeillade sur la déesse et se contenta de s’en débarrasser d’un fougueux revers pour l’envoyer valser sur un certain dieu. Après cela, plusieurs se dirigèrent vers les deux Ases déchus.

Le visage fermait, elle échangea un regard rapide avec celui qu’elle désirait voir mort. Ils allaient devoir luter ensemble. Les choses s’annonçaient très mal pour eux.




Invité, I wonder if I serve the King...
From All The Laws Of Asgard, This Is The One i have Break ! @ ALASKA.

C'est qui le patron?:
 


Dernière édition par Lady Sif le Ven 27 Nov - 12:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Lady Sif' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Six faces' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral

Groupe B
Participants :Aster E. Blake - James B. Barnes - Lady Sif - Loki Laufeyson - Ophelia Sarkissian - Rigel Ditfridottir - Sigyn Ivaldidottir - Wendy Blake
Lieu : Utopia




«Monsieur ! Nos radars détectent une activité aérienne ! Plusieurs unités sont en approche. Monsieur !» Un jeune mutant héla le gouverneur de l’île à travers les cris de la foule. A peine eut-il pu prévenir Erik Lehnsherr de la situation que ce dernier leva le poing serré. L’instant suivant, un fracas de métal accompagna le bourdonnement incessant des utopiens apeurés. Magneto s'éleva dans les airs pour faire face à la nouvelle situation que devait affronter sa cité. Dès l’instant où ses yeux se posèrent dans le ciel et sur l’horizon, le vieil homme crut alors qu’une attaque allait frapper. Ne pouvant se permettre de laisser les armures volantes des homo sapiens atteindre les populations, le mutant commença alors à les détruire une par une. « Qu’elles s’écrasent telles des vagues sur les rochers ! »

Sur les routes des quais, l’agitation et la peur tenaient les habitants qui se précipitaient pour fuir leur foyer. Alors que les plus aguerris et les plus forts d’entre eux pensaient avoir sécurisé le devant des marches, de nouveaux cris s'élevèrent. Quelques dizaines de zombies refirent surface pour s’attaquer au devant du peloton de fuite. Bien que cela ne fut guère compliqué pour certains de les abattre, la tâche leur fit perdre du temps. Ils ne le savaient encore mais il était très précieux. Dans la foule, toutes les personnes capables de panser des plaies s’occupaient des blessés. L’assemblée commença à se dissoudre sur plusieurs centaines de mètres, laissant certains à la traîne ou bien encore au sol, piétinés. Conscients qu’il fallait rapidement évacuer, les choses s'accélèrèrent et beaucoup purent accéder aux quais dès lors. Une voix s’éleva cependant dans les haut-parleurs et répéta sans relâche :  « État d’urgence. Ce n’est pas un exercice. Allez sans attendre sur les quai afin d’évacuer l’île. » L’annonce automatique arrivait un peu tard au goût de certains...


A l’arrière du groupe de réfugiés, la Vipère fermait la marche et s’assurait de tenir les mutants qui n’en étaient plus vraiment, à distance. Quelque peu ralentie par sa blessure, elle continua cependant à lutter le temps nécessaire. Une jeune femme accourut la soutenir, elle semblait savoir comment la soulager. Elles eurent un court instant de répit mais le combat reprit son cours. Altruiste, une demoiselle rousse les rejoint pour les aider. Bien qu’elles ne furent pas seules à veiller sur les retardataires, le combat s’annonçait ardu. Tout particulièrement pour un couple de jeunes gens qui rencontraient beaucoup de difficultés à lutter contre les âmes lépreuses. La jeune femme tentait tant bien que mal à se dégager tandis que l’homme avec elle s’acharnait à fracasser le crâne du zombie sur le bitume poussiéreux. Çà et là se tenaient d’autres individus qui se battaient pour la survie et évitaient les crocs pointus de zombies afin de mieux se relever pour filer. De son côté Magneto interdisait toujours l’accès aux légions d’Iron Man. C’est ainsi donc que se déroula cette ultime et sinistre parade, dans des cris, des pleurs mais aussi avec des corps abandonnés ou bien juste en sommeil avant de perdre leur humanité. Certains eurent plus de chance que d’autres et parvinrent à arriver vivants au quai d’embarquement pour la survie.

Bien loin de la tempête, dans le Département de Recherche, ou du moins ce qu’il en restait, une autre agitation s’éveilla et non sans conséquence. Pour une seconde fois, la terre utopienne trembla avec déchaînement. Personne ne put expliquer ce qui suivit. Même dans ses hauteurs, le Maître ressentit le râle grave de sa citadelle. Alors que ses deux mains faisaient face aux envahisseurs de métal, il en tendit une vers Utopia et par son pouvoir, il tenta d’enfermer le coeur du désastre à venir dans une prison de fer, sous terre. Mais il ne put concentrer sa force sur deux fronts et ce qui devait arriver...arriva.

Tous purent sentir un vent emporter toutes énergies vers les décombres derrière eux avant que la terre ne frémisse à nouveau avec un grondement terrible. Pourtant au même moment, un homme écumait les rues de la cité plus vite qu’on ne puisse l’expliquer pour sauver ceux laisser derrière. Une petite fille en pleure cachée entre deux voitures sentit deux mains la saisir avant qu’elle ne se retrouve sur le pont du Broken Mirror avant les premiers réfugiés qui n’étaient déjà plus quantifiables. C’est ainsi qu’un bon nombre de citoyens purent être sauvés et embarqués... En cinq secondes...

Cinq...Quatre...Trois...Deux...Un…
*craquement et vibration venant dans le so
l*

L’île sembla entamer son immersion imminente pourtant ce ne fut rien de telle. Une explosion venant des sous-sols du département scientifique réveilla l’archipel. Une onde de choc se propagea sur la totalité du territoire, frappant tout sur son passage. Les mutants en fuite paniquèrent et se précipitèrent sur les quais dans un chaos total, au milieu d’une panique générale. Et ils eurent bien raison car moins de quelques instants après la première détonation, d’autres suivirent pour détruire ce qui restait du havre perdu. Magneto observa impuissant l’embrassement de la ville. Il n’était parvenu à sauvegarder qu’une partie du port par des barrières de fer. Tous ceux à l’extérieur des quais se retrouvèrent frappés mortellement par la vague d’énergie...

Après cela, tel un château de cartes, Utopia s’écroula sur elle-même. Naquit alors un manteau de poussière irrespirable, aussi lourd que la fumée des feux qui se propageaient suite aux diverses explosions successives à travers la ville. L'hôpital, les écoles, les laboratoires, le quartier commercial, la zone résidentielle, tout avait été soufflé, tout brûlait et s'écroulait sur des corps encore chauds ou en vie. L’odeur de la mort et du feu s’enlaça au tapis empoissonné qu’était devenu l’air.

Situation


Et voilà mes loulous, c’est la fin de cette première partie.
Une petite entracte s’impose. Merci à tous pour votre participation ♥
Je sais que vous vous êtes éclatés et j’espère que ça continuera dans votre prochain groupe !

Je vous fais un dernier topo pour savoir ce qu’il vous est arrivé.
Vous l’aurez compris, Utopia s’est transformée en sorte de feu d’artifice géant mais mortel. L’artefact s’est auto détruit et dans sa destruction a fait des ravages mortels humains et matériels.

Wendy, Aster et Harry vous n’avez pas été touché par l’onde de choc.
Tous les autres… si. L’onde de choc a rendu leur pouvoirs aux Ases à défaut de les tuer. Odin a s’en doute eu de la peine pour eux
Sigyn et Rigel étaient ensemble, ce sont elles les demoiselles très gentilles qui ont aidé Ophelia blessée. Loki et Sif étaient en train de prendre cher de leur côté.
Ophelia n’a, à son grand malheur, pas survécue au choc...

Je sais qu’il est maintenu qu’on ne peut pas mourir en rp mais c’est quand même arrivé...

Et pour finir, je vais lancer un dés 6 pour savoir lequel de vous autres prendra cher ! Oui, je suis en colère, ma Vipère est morte ! Si le numéro correspondant à votre nom sort,  récupération de pouvoir ou pas, vous aurez cumulé assez de dégâts pour ne plus tenir debout et souffrir plus que nécessaire.  

1 : Aster
2 : Harry

3 : Lady Sif
4 : Loki
5 : Rigel
6 : Sigyn


Pour la suite des événements, je vous souhaite une bonne lecture ici.  ♥



Dernière édition par Uatu le Gardien le Sam 28 Nov - 15:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Uatu le Gardien' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Six faces' :




Edit de Lady Sif : Va te faire /censure/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

Event 3 ☣ L'Aube d'une Nouvelle Ère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» A l'aube d'une nouvelle ère [Maîtres du Conseil]
» [PV]L'aube d'une nouvelle légende
» L'aube d'une nouvelle amitié [PV Argentée]
» À l'aube d'une nouvelle aventure ! [Atlas D. Misushy]
» Yumi Esuki, l'aube d'une nouvelle ère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avengers Now :: Utopia-