compteur


 

Partagez | .
 

 Keep on Falling Down - Science Bros

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Feat : Robert Downey Jr
Messages : 138
Autre Identité : Iron Man

Race : Humain
Localisation : New York
Emploi : Vengeur, consultant SHIELD, CEO de Stark Industries , co-leader des Vengeurs


Feuille de personnage
Pouvoirs:

 
Keep on falling down
Science Bros
Les temps avaient changés, le monde avait changé.  Lui, Tony Stark qui avait toujours été à la pointe de la technologie, avec une longueur d’avance sur tout le monde, ne trouvait plus sa place dans tout cela. Exagérait-il ? Sans aucun doute. Mais la frustration qui enserrait son cœur était difficilement attribuable à de simples excès de personnalité. Il se sentait faible. Il se sentait incapable de protéger ceux qu’ils aimaient. Cela l’angoissait plus que tout.  Si après New York, c’est les évènements qu’il avait du mal à encaisser, aujourd’hui avec l’attaque Kree, c’était le déjà-vu en soi. Comment pouvait-on bien se protéger d’être plus évolués ? C’était impossible. Tony était fatigué d’être le lièvre qui devait user d’ingénuité face à un chasseur beaucoup trop malin pour ne pas revenir.  Il savait qu’ils allaient revenir, ce n’était qu’une question de temps.  La terre était cette belle orange savoureuse et sucrée qui attirait les palais assoiffés de pouvoir.  Oui pour Stark, la Terre avait une autre connotation.  Celle des mots employés par Paul Eluard.   Elle était bleue comme une orange.  En train de pourrir aussi bien par ce que les humains faisaient, ce que Hydra faisait, mais aussi par ce qui s’abattait sur elle.  Il en venait à se demander s’il fallait réellement la sauver, ou juste la laisser périr.

Son pessimisme alarmant n’avait fait qu’accroitre avec les verres qu’il vidait et remplissait depuis avoir paré à la menace Kree. Il ne fonctionnait pas, ou du moins à peine, ne dormait pas, ne mangeait pas.  Il était soit assis à un de ses labos, ou en train de se noyer dans l’oubli qu’il ne trouvait pas. Il savait que cela ne l’aidait pas, quand il avait été mourant, cela ne l’avait pas aidé non plus, et pourtant, il refaisait les mêmes erreurs.  Ben sûr il niait. Charmants sourires et remarques piquantes, cachaient son malaise ou même son obsession.  Il passait moins de temps au manoir, avec ces gens qui le connaissaient mieux que lui-même pour s’enfermer dans les étages supérieures de sa tour d’ivoire.  Il y trouvait une certaine quiétude, à n’être que le mécano. Construire des prototypes, améliorer les armes et gadgets de ses co-vengeurs, cela lui occupait l’esprit, mais pas assez semblait-il.  Son regard alla sur l’écran vomissant des images de New York sous le feu ennemi, mais pas seulement.  Le sommet de paix avec Hydra avait été également un désastre.  Cela fit rire jaune  Stark.  Comme si des experts pouvaient expliquer ce que tout le monde savait déjà.  On ne négociait pas avec Hydra. Cependant il y avait quelque chose , en plus de Pepper, quand elle était là, qui maintenait Tony dans une certaine bonne humeur.  C’était son projet d’avoir une défense pour la terre.  « Parle-moi Jarvis, buddy, on en est où de la simulations ? » demanda-t-il à l’IA.   « La simulation est à 56 % , monsieur. Les calculs devraient prendre un peu moins de 10 minutes « Bien, bien, continue …audio , playlist hardware» commanda-t-il vocalement et la pièce se noya dans un son bien familier de guitares électriques.

Tony se leva, et alla se servir un verre, avant de revenir, tout en dansant légèrement sur le rythme de la musique.  Il n’avait plus autant d’énergie que lorsqu’il avait son arc. Il lui arrivait de passer la main dessus, mais tout ce qu’il y avait, c’était une cicatrice qui lui rappelait d’une part le chemin qu’il avait parcouru, d’autre part, que ce qui le rendait spécial, n’était plus.  C’était une contradiction, car il savait que personne ne pouvait faire et être ce qu’il était, mais il n’y avait plus cette particularité physique. Il but une gorgée , grimaçant , avant de reposer le verre.  Un bip attira son attention. « Monsieur, la simulation a échoué, les données ne seraient pas viables.  Jarvis l’informa, ce qui fit grinçer Tony des dents.  Dans un élan de colère brusque, il poussa la moitié des objets présents sur la table de travail par terre. « Et merde….merde, merde.» s’énerva-t-il et soupira tout en se frottant les yeux et tempes.  « Donne-moi le rapport…j’ai dû faire une erreur quelque part. » Toujours prostré sur son tabouret , Tony regarda de biais et ses yeux tombèrent sur un visage familier.  «Un problème au manoir  ou tu ne peux décidément pas te passer de moi ?»
 

 
Emi Burton


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Feat : Mark Ruffalo
Messages : 321
Autre Identité : Hulk

Race : Humain
Localisation : Inconnue
Emploi : Physicien


Feuille de personnage
Pouvoirs:

KEEP ON FALLING DOWN
Science Bros


« Un problème au manoir ou tu ne peux décidément pas te passer de moi ? »

Banner s’était arrêté prêt de l’embrasure de la porte donnant sur le labo où travaillait Tony, enfin travaillait, il avait l’air plutôt sur le point de tout abandonner, du moins s’il en avait été capable, mais c’était pas vraiment dans la personnalité de l’homme… les bras croisés sur sa chemise, à travers les verres de ses lunettes, il contemplait la masse informe et désordonnée éparpillée sur le sol, il l’avait vu balayer d’une main le contenu de son bureau, dans son accès de rage, par la vitre de verre tandis qu’il finissait de gravir les escaliers. Il eut un demi sourire pour son ami avant d’entrer, salué par la voix de Jarvis. Tranquillement, il commença à rassembler les quelques objets tombés au sol pour les replacer sur le bureau, des outils, des notes, mais aussi des souvenirs :

- Non, c’est de ton labo dont je ne peux pas me passer…


C’était vrai. Il venait travailler ici quand l’isolement du manoir ne lui suffisait plus, quand il éprouvait ce besoin d’exil, de silence, d’absence. C’était la tour de solitude de Stark, mais il lui prêtait ses affaires de temps en temps, quand il voulait jouer au scientifique fou, un loisir qu’ils partageaient ensembles. La science c’était son silence, sa forteresse, sa réponse à la violence, sa réponse à l’autre. Quand il avait besoin de faire abstraction, il se renfermait dans cette solitude, qui avait au moins l’avantage d’être productrice, plus que de fuir et de se cacher dans un trou en attendant que les choses se passent, sinon la méditation fonctionnait bien aussi. Réfléchir à des problèmes complexes, c’étaient leurs trucs, pour oublier, ça et l’alcool pour Tony, il empestait à des kilomètres le whisky, comment son génie pouvait toujours si bien fonctionner noyé dans autant d’alcool ? Banner en était moins consommateur, il ne se l’interdisait pas, mais de tous les Avengers, il était celui qui avait le plus besoin de garder le contrôle.

- En fait, on a tiré à la courte paille et j’ai perdu…

Plaisanta-t-il, là non plus ce n’était pas loin de la vérité. Il s’inquiétait pour lui, il n’était pas le seul. Banner commençait à connaître assez bien l’homme de métal, comme il connaissait bien le monstre vert. Il savait ce qu’il avait traversé, après New-York, il n’y avait pas eu que ça, mais New-York, ça avait été comme une sorte de point culminant, le point du déchirement, entre le Stark brillant, le génie, le héros, et celui plus sombre, celui qui souffrait dans ses nuits sans sommeil. Banner connaissait ça, lui aussi parfois traversait la nuit sans fin, sans aucun rêve, seulement des cauchemars éveillés. Il savait qu’il n’en était pas sortit et l’attaque Kree sans doute n’avait pas arrangé les choses, ils avaient ravivé ses démons, lui qui n’avait jamais vraiment cessé d’être tourmenté depuis qu'il avait goûté aux tourments. Ils se ressemblaient d’une certaine façon, si on pouvait considérer que quelque chose puisse lui ressembler, aussi forts que fragiles, ils avaient tous deux une personnalité de la nuit et du jour, une productrice, une destructrice. Hulk détruisait tout, Stark, il se détruisait lui-même.  

- Alors, qu’est-ce que je peux faire ?

Demanda-t-il en regardant les restes de son travail tout en se massant les mains nerveusement. C’était un projet qu’il ne connaissait pas, sans doute était-il tout neuf. L’impatience du scientifique, il connaissait ça aussi, surtout quand le scientifique en question considérait que le sommeil c’était pour les gens normaux et que l’hydratation ça se faisait qu’à partir de 25°, ce qui aurait été un score étonnant pour une eau minérale. A voir les yeux gonflés et rouges de Stark il se demandait depuis combien de temps il n’avait pas fréquenté et l’un et l’autre. L’équilibre du corps c’était l’équilibre de l’esprit, mais il n’allait pas lui faire la morale, ça se saurait si ce genre de discours avaient le moindre effet sur lui. Pour des gens comme eux, il n’y avait que le travail.  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Feat : Robert Downey Jr
Messages : 138
Autre Identité : Iron Man

Race : Humain
Localisation : New York
Emploi : Vengeur, consultant SHIELD, CEO de Stark Industries , co-leader des Vengeurs


Feuille de personnage
Pouvoirs:

Keep on falling down
Science Bros

«Mais laisse ça par terre. T’es pas ma bonne, c’est mieux par terre de toute façon, c’est bon pour la créativité. s’emporta-t-il avant de soupirer profondément. Il ne devait pas vider sa frustration sur Bruce. De un, il n’avait rien fait et de deux, mieux valait-il ne pas tenter l’Autre. Ce n’était pas que Tony avait peur de Hulk ou de Bruce, l’un comme l’autre était utile et Hulk lui avait sauvé la vie, il ne pouvait oublier son geste, mais le bonhomme était un peu gros pour le labo et Tony n’avait guère envie de redécorer. Il secoua la tête. « Désolé. » Pour quoi exactement, c’était là la question. Il savait que son comportement était des plus exécrables, notamment parce qu’il n’arrivait pas à se détendre et repousser les gens , et bien c’était plus simple que de les voir vous tendre un miroir pour vous faire réaliser votre chute. Il ne bougea pas de son socle, et attrapa son verre pour le finir d’une traite. La présence de Banner ici n’était pas prévue et il était sur la défensive malgré lui. Il reposa le verre , avec plus de force qu’il n’avait voulu y mettre. Tony leva les yeux au ciel. « Haha, très amusant, j’en tombe de mon tabouret…regarde » dit-il en se laissant glisser du tabouret. Ce n’était pas la meilleure idée de la journée,

En effet, la tête lui tourna et il se retint à la table. Okay, boire à jeun, ce n’était pas une très bonne idée, non plus. C’était une des choses qui avaient aussi changé concernant Tony. Il avait toujours fait attention à ce qu’il avalait. Son régime alimentaire se constituait de smoothies aux légumes et fruits, en complément à une alimentation saine. Cependant, il avait perdu cette habitude avec son nouvel effondrement émotionnel. Il avait appris à lire le langage corporel des autres, cadeau son père. Il avait appris à anticiper ses réactions d’ivrogne. A cette simple pensée, Tony serra le poing. Il n’était pas son père, il ne finirait pas comme lui. Il avait accompli des choses bien plus grandes, et il irait au bout de son projet, peu importe ce que cela lui coutera. Il prit une profonde inspiration et se redressa. « Rien. » répondit-il finalement , peut-être un peu sèchement. Il n’allait pas inclure Bruce dans son idée. Elle était encore trop jeune, pas assez solide, pour être vendue. Il manquait un élément clé, sur lequel Tony n’arrivait pas encore à mettre la main. C’était rare qu’il refuse l’assistance de Bruce. Ils faisaient un bon duo tous les deux, et Tony arrivait même à apprécier le moment, sans trop angoisser sur le reste. Mais aujourd’hui, son humeur jouait contre lui. « Tu ne peux , rien faire, pour moi, aujourd’hui. » chantonna-t-il légèrement sur le ton du sarcasme. L’alcool faisait son effet. Il se dirigea vers sa bouteille et se versa à nouveau deux doigts de ce liquide dorée qu’il aimait tant, puis un deuxième verre pour Bruce. Il revint et tendit le verre à Bruce tout en regardant l’écran à sa droite.

« Jarvis , monte le son. » En prenant une gorgée, il écouta le discours d’une reporter , suivi par celui d’une femme. Il fronça des sourcils. « Depuis quand on a une femme , comme président ? …L’autre est mort…certes…mais c’est arrivé quand ça ? » demanda-t-il. Jarvis l’informa des élections anticipées, et de sa demande d’en prendre soin. «Ah …oui..ça … comme si cela allait changer quelque chose …pff…regarde la , Bruce, regarde-moi ça . Et bla bla bla, comme si le monde allait changer pour le mieux …» Il était amer et pour cause. Le gouvernement ne lui avait causé que des problèmes. « Bien sûr quand enfin un alien finit par abattre une tête, y a une autre qui repousse….oooh mais que c’est familier. » Le cynisme de Tony avait toujours atteint des sommets quand il avait atteint son 3ème verre, ce qui était le cas. Il finit d’écouter le speech de la présidente. « Je te parie, qu’elle va nous appeler, nous offrir une médaille, et tout le tintamarre qui en suit, pour sa bonne presse. Enfin je suppose que l’alternative était pire… espérons que celle-là va vivre un peu plus longtemps…ça s’use vite les présidents de nos jours. »

Emi Burton



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Feat : Mark Ruffalo
Messages : 321
Autre Identité : Hulk

Race : Humain
Localisation : Inconnue
Emploi : Physicien


Feuille de personnage
Pouvoirs:

KEEP ON FALLING DOWN
Science Bros



« Tu ne peux , rien faire, pour moi, aujourd’hui. »

Il l’observa se lever pour se resservir à boire, peu importe à combien de verres il s’était rendu, il était sans doute de trop. Banner sortit de son immobilité pour prendre celui qu’il lui offrait, il était resté sans bouger de l’autre côté du bureau, il avait seulement retenu un mouvement quand il avait manqué de glisser de son tabouret et s’était raccroché à la table. Il était inquiet du comportement de Stark et hésitait sur ce qu’il convenait qu’il fasse ou dise, il préférait encore se taire que de provoquer un conflit. Malgré son humeur cynique, il semblait encore avoir conscience que Banner n’était pas la bonne personne sur laquelle rejeter sa colère, mais l’alcool avait cette faculté de rendre floues et la conscience et les limites. Venir ici n’était sans doute pas une bonne idée, mais maintenant qu’il était là, il fallait bien que quelqu’un fasse face pour Tony. Observant autour de lui, il contempla le désordre du laboratoire, avant de reposer son regard sur lui, ce n’était pas du chaos qu’il voyait, c’était du désespoir. Son visage, il n’était plus qu’une ombre.

Il se détourna pour regarder l’écran qui diffusait un journal télévisé parlant des élections, celles-ci s’étaient terminées par la victoire de Laura Roslin sur Micheal Arlin, c’était vers cette première que Stark avait décidé de détourner sa frustration. Bruce n’avait pas foi en grand-chose, la politique n’en était pas en reste, mais il craignait ce que les gouvernements pouvaient donner de pire, haine, violence, extrémisme, misère, Laura Roslin avait au moins ça pour elle, elle ne lui donnait pas l’impression de vouloir accompagner le monde dans l’abîme de sa destruction. Elle ne serait sans doute pas un chef d’état parfait, qui l’était ? Mais il ne se sentait pas capable de faire face à des climats de violence comme l’an passé, maintenant qu’il était là, qu’il ne comptait plus fuir, et que le monde avait assez de ses guerres sur sa surface et dans l’espace. L’avenir était devenu suffisamment menaçant et sombre pour que l’on se prive de se faire la guerre entre nous, la haine et la peur, continueraient d’êtres, elles n’avaient pas besoin d’êtres subventionnées par l’état. Laura Roslin, n’arriverait peut-être pas, sans doute pas, à réaliser les promesses de son programme, là où son adversaire y serait sans doute parvenu, le contrôle par l’ordre et la peur était un mode de gouvernement que beaucoup trouvaient plus efficaces. C’était sans doute plus facile aussi ainsi.

Il se retenu de lui répondre qu’habituellement il appréciait plutôt bien cet affichage médiatique, mais il sentait que le sarcasme ni le cynisme n’étaient des réponses appropriées à l’état d’esprit de Stark, rien ni personne ne paraissait d’ailleurs y convenir en ce moment. Pourtant fut un temps Iron Man prenait plaisir à ces numéros, mais les choses avaient changé, on avait tous changé, en bien comme en mal. Il n’avait qu’à faire comme lui, s’il n’en voulait pas, il n’avait qu’à ne pas y aller. C’était facile pour eux de gérer leurs images d’Avengers auprès du public, Banner lui ne pouvait pas juste endosser un costume de super-héros, il s’exposait, les nerfs à vifs... Il l’observait du coin de l’œil, se demandant à quel point il le prendrait mal s’il lui prenait son verre, autant sans doute que s’il lui disait d’arrêter de le boire. Les deux le renverraient au reflet difforme qu’il fuyait dans sa solitude, ce visage, cette déchéance, ce sentiment de s’être perdu, loin de ce qu’on était, de ce qu’on voudrait être. Qu’est-ce qu’il devait, ou pouvait, faire ? Rien ne pouvait résonner Tony et Banner était incapable de convaincre qui que ce soi, il fallait toujours attendre que l’autre se manifeste pour que l’on comprenne le sens de ses avertissements. Tony était assez clairvoyant sur son sujet, mais il avait une façon bien à lui d’aborder et Banner et Hulk, de les percevoir, l’un et l’autre.

- Je crois que je la préfère quand même à Arlin, même si elle ne sera sans doute pas différente des autres. Ils ne sauveront pas le monde, mais toi, Captain, Thor, Clint et Romanoff, on est là pour ça.

Ne les appelait-on pas les vengeurs, s’ils ne pouvaient pas protéger la Terre, ils la vengeraient, mais que pouvaient-ils ? Que pouvaient-ils contre ces forces, ces puissances du chaos, de la destruction, qui regardaient ce monde et ses pauvres habitants humains comme s’ils n’étaient rien que grains de sable sur un cailloux précieux à sertir à leur collection. Se battre et mourir ensemble, c’était ce que Captain voulait. Tony voulait boire, boire et se battre. Banner… Ce qu’il voulait, n’était pas toujours ce qu’il voulait vraiment, à moins que ce ne soit le contraire. Il aurait aimé penser que tout ce qu’il voulait c’était demander à ces gouvernements, à ces hommes et ces femmes qui possédaient ce pouvoir, de ne pas les mener à leur perte, de ne pas causer plus de violences que le monde en connaissait déjà, de ne pas créer plus de peur. Il aurait aimé penser que ce qu’il voulait c’était être ce héros qui défendait la paix et le bien de son monde, un peu comme Tony. Mais, là où on avait le plus besoin de lui, c’était aussi là où il faisait le plus de mal. Il voulait être un homme bien, mais, le monstre tapi sous son humanité ne pouvait rien de bon. Un frisson, comme un arc électrique, parcouru son corps, il ferma les yeux, un instant, incapable d’évacuer ses pensées, toutes celles, qu’il aurait préféré ne pas entendre, pour que ce soit plus simple. Mais ça ne l’était pas. Il rouvrit les yeux et se tourna vers Stark, lui adressant cet étrange demi-sourire de désespoir.

- J’ai faim, pas toi ? Ça te dirais de manger indien ? Ou autre chose…  


Sa voix trahissait la nervosité qu’il paraissait ignorer, l’autre s’en nourrissait, pendant qu’il se laissait envahir par cette douleur silencieuse qui était devenue habituelle, presque, inconséquente. Il reprit son verre qu’il avait laissé sur le bureau sans y toucher, pour en boire quelques gorgées, comme s’il espérait que ça puisse y changer quelque chose. Il n’y avait qu’à voir Stark, pour constater des bienfaits de la consommation d’alcool pour résoudre ses problèmes...





Don't make me angry, Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Feat : Robert Downey Jr
Messages : 138
Autre Identité : Iron Man

Race : Humain
Localisation : New York
Emploi : Vengeur, consultant SHIELD, CEO de Stark Industries , co-leader des Vengeurs


Feuille de personnage
Pouvoirs:

Keep on falling down
Science Bros
Peut-être que son opinion n’était pas des plus optimistes ni même objectives ces temps-ci.  Il ne connaissait Roslin que de nom, ne l’avait jamais rencontrée, et c’était sans doute un signe qu’elle n’était pas comme les autres, aussi corrompus et avars de ses produits à lui.  Généralement cependant, il avait une certaine aversion des gouvernements en général, surtout américain. Les dernières années lui avaient prouvé qu’il avait raison de se méfier. Et l’Etat lui coûtait de l’argent, en procédures comme en taxes. C’était ça d’avoir privatisé la paix dans le monde, si de paix on pouvait réellement parler.  Il avait tout fait pour régler les problèmes, c’était ça d’être mécano, régler les problèmes pas après pas. Il avait vengé la famille de son sauveur, il avait ramené la paix dans de nombreux pays, alors que d’autres le voyaient comme une arme de destruction.  C’était l’acceptation très populaire en Chine et Russie. Là il était encore le marchand de la mort. Ces temps-ci il préférait ce titre à héro. Il ne se sentait pas comme un héros. Il ne voulait pas être un héros. Là était son aveu silencieux, il n’avait pas les épaules pour.  Il avait voulu réparer ses erreurs, mais au final, tout comme Natasha, il ne pouvait effacer ce qu’il avait fait.  

« Peut-être »-t-il d’un air distant, les yeux encore sur l’écran. « Je ne me suis plus intéressé à la politique depuis mon procès….mes procès.  J’ai perdu le compte… je l’aimais bien Palmer, il avait un bon sens de l’humour.  On verra ce qu’elle dira des propositions concernant les mutants, augmentés et autres surhommes qui foule cette Terre.  C’est bien là le plus important, n’est-ce pas ? ça et les impôts.  Je sens qu’ils vont augmenter.  Pepper va râler, je le sens.  Elle râle souvent ces temps-ci …et même plus à cause des travers…c’est étrange »   lança-t-il comme ça, sans trop de contexte, mais dans son état son cerveau faisait des ponts étranges.  Il posa son verre vide sur la table. «  La sauve-t-on réellement Bruce ? Veut – elle seulement être sauvée cette grosse orange bleue ? » Il y avait une telle lassitude dans sa voix.  Il ne voyait plus le but de tout cela. Pour lui c’était juste une machine, et il exécutait les ordres de maintenir la machine en ordre.  Il était fatigué…si fatigué de ce qui le rongeait.  Il n’était pas un soldat, et aussi fort qu’il se devait d’être pour les guider tous en tant qu’ils étaient, qui allait le guider lui ? Lui qui s’était abandonné complètement pour ses équipiers, travaillant plus que de raison pour ne pas voir sa propre douleur. Trop fier de l’admettre ou trop peureux de la voir en face.   « Mais oui, nous allons la venger, qu’elle le veuille ou non. »  lança-t-il avec un patriotisme vide de sens,  un humour décalé où se nichait encore  une amertume apparente. Où était Thor ?  Où est-ce qu’ils avaient tous été pour cette crise ?  Il se le demandait bien.

Stark quitta finalement l’écran des yeux pour jeter un regard à Bruce.  Il n’avait pas faim, la pensée même de manger le rendait nauséeux, c’était dû à son nouveau régime.  Il prit un petit objet entre les mains , et travailla dessus en marchant de façon à donner le dos à son ami. « Oué….indien c’est bien.  Tu n’as qu’à dire ce que tu veux  à Jarvis, il connait une très bonne adresse. » lui dit-il d’un ton plus joué, et pourtant sa gorge était serrée.  La seule perspective de sortir, le rendait anxieux, pire, au vu des verres qu’il avait engloutis, il était incapable de s’empêcher de faire des scénarios dans sa tête. Et si dans ce restaurant il y avait encore de ces choses ? Et si pendant qu’ils mangeaient cela se reproduisait.  Et s’il n’arrivait pas à contenir la menace cette fois ?  Sa respiration s’accéléra et il enserra l’objet un peu plus entre ses mains.  Il ne pouvait pas faire ça ici,  pas maintenant et surtout pas devant Bruce.  Il ferma les yeux et tenta de contenir sa crise passagère.  Si seulement y avait son idée déjà en place, un gardien pour lui enlever de ce fardeau qui l’écraser tant. Il ne voulait pas imposer cela à Bruce, qui n’avait même pas proposé de sortir en première instance. Mais il était déjà trop tard et tout se bousculait dans son esprit, alors que la panique prenait le dessus. Il terminerait seul, si ce n’est entouré par ses amis , sa famille à ses pieds si cela continuait. Il apporta une main à son front tout en baissant la tête.  JARVIS nota les différences dans les vitales de Tony et se permet d’envoyer un message à Bruce, discrètement sans que Tony ne le sache.  /Monsieur Banner,  d’après les signes vitaux de maître Stark, il semblerait qu’il fasse une crise d’angoisse/  pouvait-on lire sur le message.


Emi Burton


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Feat : Mark Ruffalo
Messages : 321
Autre Identité : Hulk

Race : Humain
Localisation : Inconnue
Emploi : Physicien


Feuille de personnage
Pouvoirs:

KEEP ON FALLING DOWN
Science Bros

La sauvait-on ? Dans quelques millénaires, cette belle orange bleue, et tout ce qu’elle abritait, toute la vie qui s’accrochait à sa croûte, qui se nourrissait de sa chair, qui exploitait ses ressources, tout ça, finirait par disparaître. Tout ce qu’ils étaient, toutes leurs actions, sur ce monde, à son terme, ne compteraient plus pour rien, toutes les actions des hommes, seraient balayées, englouties dans le néant. Alors, tout était vain ? Alors, pourquoi se battre ? Aujourd’hui, demain, et pendant encore longtemps, aussi longtemps qu’ils vivraient, que les hommes vivraient, aussi longtemps que ce monde pourrait accueillir la vie, aujourd’hui, demain, ils seraient là, et elle aussi, tant qu’elle serait là, tant que tout ça existerait encore, pour quelques millénaires, ce qu’ils étaient, et toutes les actions des hommes, comptaient pour quelque chose. Ce monde, l’humanité, quelqu’un, il y avait toujours quelque chose, pour qui nos actions comptaient. Quelles soient bonnes ou mauvaises, cela d’ailleurs changeait souvent selon les points de vues, nos actions étaient toujours motivées par des causes, et produisaient toujours des effets, des conséquences.

Les conséquences, c’étaient une forme de responsabilité auxquelles Stark et Banner étaient accoutumés. Ils n’avaient pas, eux, mais aussi les autres, les surhommes, ils n’avaient pas produit que du bon ou du mauvais. Ils portaient tout le poids de la responsabilité de ce qu’ils étaient devenus, mais, avant tout, de leurs actes. C’était comme pour chacun, chaque être humain était capable de porter des actes forts, de produire des effets, bons ou mauvais, sur le monde, sur les hommes, et chacun devait porter la responsabilité des conséquences qu’il produisait. Il comprenait la peur, que les hommes éprouvaient entre eux, pour, contre ce qu’ils étaient devenus, ces êtres nouveaux, différents, doués de capacités qui dépassaient les forces humaines, il comprenait la peur dressée contre eux. Mais, elle ne mènerait qu’à la guerre, une guerre que personne ne gagnerait. Il y avait toujours un perdant et un vainqueur, mais quand les forces en jeux étaient si grandes qu’elles pouvaient tout détruire, pas seulement nous ou eux, mais quand qu’on avait les moyens, la force, de détruire le sol qui faisait notre maison, qui nous nourrissait, qui nous permettait de vivre, quand la guerre détruisait ça, il ne pouvait pas y avoir de gagnant.

Ils étaient différents, c’est vrai, certains voulaient le bien, d’autres le pouvoir, d’autres voulaient détruire, certains voulaient pouvoir seulement se sentir en sécurité. Le monde était déjà dangereux avant, les choses changeaient, on était entrain d’évoluer, mais, ce socle, ce monde, et cette humanité, qui les rassemblait, était essentiel pour ne pas qu’ils se déchirent. Peut-être, peut-être n’étaient-ils plus exactement humains, peut-être, ceux comme lui, étaient devenus trop différents pour encore leur ressembler, mais, que leur restaient-ils ? A chaque fois qu’il éprouvait cette perte de son humanité, il ressentait cette impression, de désolation, et aussi ce sentiment, qu’il était entrain peu à peu de perdre la raison, à chaque fois qu’il se transformait, Banner devenait plus faible, et l’autre plus fort. Il n’était peut-être plus vraiment des leurs, mais son humanité, ou son souvenir, ce qu’il en restait encore, le préservait de la folie. Les impôts, Tony lui avait presque arraché un sourire, si Banner n’avait pas été aussi inquiet ni rongé par ses propres hantises.

- Des travers ?

Y-avait-il seulement une bonne façon de s’y prendre ? Il ne savait même pas si parler de Pepper ne risquait pas d’aggraver plus encore son état ? Leur couple avait des problèmes, mais il l’aimait, il tenait à elle, ça devait bien lui provoquer quelques parts une ombre d’émotions positives ? L’amour était une chose beaucoup trop dangereuse pour Banner, il l’avait laissé derrière lui, contre beaucoup de regrets qui ne faisaient que s’ajouter en plus à ses tourments, mais le souvenir de Betty, avec toute la mélancolie, la tristesse et la solitude qu’il pouvait éprouver en pensant à elle, était une des rares pensées qui lui apportait un peu de paix. Il soupira, pensif, relevant les yeux vers Stark il croisa le regard qu’il lui jeta, ses yeux, pleins d’ombres, avant de lui tourner le dos, faisant les cent pas en étudiant un petit objet qu’il tenait dans la paume. A nouveau, il éprouva ce frisson intérieur, douloureux, pour s’occuper l’esprit et les mains il saisit à son tour un petit écran tactile, faisant mine de consulter les suggestions que lui proposait Jarvis en réponse à sa demande. On trouvait tout ce qu’on voulait pour tout ce qu’on voulait à New-York, des scientifiques fous, des supers-héros, des musées, des psychopathes et même des restaurants indiens. Il n’avait même pas vraiment faim, il voulait juste que Tony mange quelque chose, et lui aussi, il n’avait pas le droit de se laisser aller en suivant son exemple.

- Est-ce que tu préfères sortir ou commander à manger… ?

Demanda-t-il, hésitant, essayant de ne pas laisser sentir la nervosité dans sa voix. La façon qu’il avait, depuis toujours, de tout intérioriser, de cacher au fond de lui, tous ses sentiments, ses émotions, tout ce qui le faisait souffrir, ça l’avait poussé à se renfermer, comme ça, il pouvait tromper facilement les autres, tout ceux qui ne le connaissaient pas, mais sans doute pas Stark. Un silence pesant s’installa dans l’espace confiné du laboratoire. L’air de la pièce, avait soudainement quelque chose de lourd, d’irrespirable. Il baissa les yeux sur la tablette pour découvrir le message que Jarvis lui avait personnellement adressé, c’était un fait déjà assez étrange en soi. Il releva la tête pour tourner son regard vers Tony qui lui tournait le dos. Qu’était-il sensé faire dans ce genre de situation ? Il ne savait déjà pas gérer sa propre angoisse, alors celle des autres. Il ferma les yeux, un instant, s’obligeant à respirer profondément :

- Tony…

Appela-t-il doucement en rouvrant les yeux, s’approchant avec prudence. Il n’était sans doute pas le mieux placé pour pouvoir quelque chose pour lui. Il n’était pas le mieux placé pour pouvoir quoique ce soit pour personne. Tout ce qu’il était capable de faire, c’était détruire. Il lui avait servi d’oreille attentive par le passé, enfin, attentive, il avait du s’y reprendre à plusieurs fois pour entendre toute l’histoire. Mais, il n’était pas fait pour ça, il n’avait jamais su communiquer avec les autres, et ça faisait longtemps qu’il n’avait pas eu quelqu’un qu’il puisse considérer comme un ami. Il ne savait pas comment, juste, être là. Alors, aider Tony à faire face, à tout ça, à ses démons, à ses angoisses, quand lui-même en était incapable…

- Tu veux qu’on aille prendre l’air ?






Don't make me angry, Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Feat : Robert Downey Jr
Messages : 138
Autre Identité : Iron Man

Race : Humain
Localisation : New York
Emploi : Vengeur, consultant SHIELD, CEO de Stark Industries , co-leader des Vengeurs


Feuille de personnage
Pouvoirs:

Keep on falling down
Science Bros
Bruce avait toujours été une source de curiosité pour Tony. Depuis que SHIELD l’avait mis sur le dossier Banner, il l’avait observé de loin. Il avait fait en sorte de Taddeus fasse exactement ce qu’il voulait, et grâce à sa technologie, Banner avait pu garder un semblant de vie privée à Calcutta. Bien sûr, cela Stark ne l’avait jamais dit, préférant de loin se focaliser sur le merveilleux esprit scientifique. Il avait poussé Banner l’avait intégré dans leur groupe d’âmes meurtries. Il n’avait jamais vu le monstre, il voyait Banner comme un phénomène d’exception, un homme avec un privilège terrible. Tout comme le sien quand il avait encore son réacteur. Ce petit objet lui manquait. Il était une lumière dans le noir, un guide pour ne pas se laisser happer par tout ce qui le terrifiait. Le réacteur était comme une arme, elle lui avait donné une sensation de pouvoir, de sécurité. Mais il l’avait aussi rendu dépendant à ces concepts, et maintenant qu’il s’en était défait, il se sentait nu, plus vulnérable à tout ce qui l’entourait. Il était revenu à sa condition de simple humain, certes il était Iron Man, mais il y avait toujours ce mais. Il ne regrettait pas son choix de se faire opérer, il n’était plus un homme condamné, mais ne plus être constamment mourant voulait également dire qu’il ne pouvait plus prendre les mêmes risques.

Son esprit avait été confus, les mots qui s’échappaient de sa bouche semblaient ne pas faire sens. Déjà qu’en temps normal, son cerveau fonctionnait telle une bombe hyperactive, où fusaient idées et sénilités de génie, ajouter de l’alcool brisait les frontières. Tout se mélangeait, tout était confus, et impossible à ordonner. Tony était chaotique, et son chaos intérieur en ce moment ce chaos le rongeait de l’intérieur, tel un cancer qu’il ne pouvait combattre. « Travers …cherche pas, mon cerveau a fait des siennes » répondit-il à l’interrogation de Banner, tout en haussant des épaules. Comme si tout ce qu’il disait n’était pas toujours logique de toute manière. Surtout que toute logique l’avait quitté. Il était paralysé par l’angoisse, son cœur battait à un rythme qui le rendait nauséeux. Il n’entendit pas vraiment Bruce l’appeler, il n’entendit pas l’inquiétude dans la voix de son ami. Il était trop occupé à se contenir. Il ne pouvait pas montrer une telle faiblesse à quelqu’un d’autre. Pas à nouveau. Cela avait été assez pénible de se confronter à Rhodes après New York, et il avait juré de ne plus être la victime de ce genre de crise, mais semblait-il, plus on repoussait quelque chose, plus cette chose avait tendance à vous revenir à la figure.

Il déglutit difficilement. « Je….non…trop de vent aujourd’hui pour ouvrir de toute façon» répondit-il sans grande conviction. Il se lécha les lèvres, les yeux toujours fixé sur son objet. C’était sa seule façon de contenir ce qui lui arrivait, bien que sa crise était loin d’être passé. Il ne voulait pas imposer cela à Bruce. Il aurait souhaité que Pepper soit là, elle savait comment le gérer, comment passer ses bras autour de lui et le calmer. Il tenta de se remémorer sa chaleur, le son de sa voix, ses battements de cœurs, sa main douce caressant sa nuque pour détendre des muscles beaucoup trop tendus. Mais voilà, Pepper n’était pas là, et c’était en partie sa faute. Il était seul, et devait faire ça à cela seul. « Commande à manger, je ….reviens »

Il prit congé. C’était indécent, sans doute, mais l’indécence ici c’était d’avoir laissé ses angoisses prendre le dessus. Il n’était pas du genre à demander de l’aide, préférant de loin aider plutôt qu’être aidé. Il s’en fuit , il n’y avait pas d’autres mots, vers son atelier et en verrouilla la porte. Tout en s’adossant contre la paroi tout juste fermée, il soupira et regarda vers un point vide. L’homme se laissa glisser le long et ramena ses genoux à lui. Ses mains couvrirent son visage aux traits tirés. Il était si las, si fatigué de se sentir comme un déchet. Était-il donc condamné à devenir comme son père ? Ne pouvait-il pas échapper au sort funeste des Stark ? Ses idées étaient des plus radicales, parce que son état émotionnel était désespéré. Jamais n’eut-il cru qu’une simple attaque aliène aurait eu un tel impact. Il pensait avoir réglé le problème de son syndrome post traumatique. Mais en fin de compte, il n’avait mis le problème que de côté, dans un coin, comme on balaye la poussière dans un coin ou sous le tapis. Le problème c’était qu’un simple coup de vent suffisait à réveiller tout cela. Il fallait qu’il se ressaisisse, mais plus il essayait, plus ses voies respiratoires se rebellaient contre cette idée.

Emi Burton



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Feat : Mark Ruffalo
Messages : 321
Autre Identité : Hulk

Race : Humain
Localisation : Inconnue
Emploi : Physicien


Feuille de personnage
Pouvoirs:

KEEP ON FALLING DOWN
Science Bros

Il ne savait pas si c’était lui ou si c’était Tony, mais il échouait à toutes ses tentatives de l’arracher ne serait-ce qu’un peu à la dépression dans laquelle il s’était renfermé. C’était lui, il n’ignorait pas son manque de capacité à communiquer, son manque d’empathie et de compréhension de la nature humaine, ni son incapacité à entretenir la moindre relation sociale. Le contact le mettait mal à l’aise, tandis que pendant longtemps la solitude avait été son environnement quotidien. Ça ne venait pas que de Hulk ou de ses années de fuite, il avait grandit comme ça, il avait appris à cacher ses émotions, à taire ses sentiments, ses souffrances, à les étouffer et à se renfermer sur lui-même, toujours plus à mesure que le temps filait et que les blessures de son enfance devenaient des démons inconscients dont l’Autre s’était nourri, alimentant sa force de sa haine, sa rage, sa colère refoulée.

Un peu comme Tony était entrain de le faire, se renfermer et repousser les autres comme il repoussait sa propre douleur, abandonnant son corps et son esprit à la destruction, à ses pulsions de mort. Il ne lui rendait pas la tâche facile, et il n’avait pas besoin d’aller mal pour être déjà quelqu’un de complexe. L’humour ne lui avait été d’aucun secours, ni la complaisance, il n’avait même pas eu le temps d’essayer autre chose, de le tirer de là, n’importe quoi, que Stark lui avait pour ainsi dire claquer la porte, quittant sa compagnie pour s’enfermer dans son atelier. Verrouillé bien sûr comme il le constata en voulant le suivre. Il souffla doucement avant de pousser un soupir, il ne savait jamais comment Tony allait réagir, surtout quand il était dans cet état, et il ne voulait surtout pas le brusquer et le braquer contre lui, discret et toujours très calme d’apparence, il avait procédé avec douceur jusque là et même s’il s’attendait à tout de sa part, ce n’était pas pour autant qu’il connaissait les bonnes réponses, ce qu’il aurait du dire ou faire pour l’aider, il n’avait que lui-même, que sa présence.

Bruce toqua doucement, ses appels restèrent sans réponse, et il n’entendait rien à travers la lourde porte de métal. Il s’attendait vraiment à ce qu’il reste planté là à attendre ? Ou qu’il commande un menu poulet pendant qu’il se renfermait dans son silence et sa souffrance ? Il n’avait peut-être pas besoin de lui, ni envie de sa présence, mais Banner était quand même, toujours, là. Il mettait tant d’énergie, il faisait tant d’effort, pour ne pas perdre le contrôle, pour ne pas être un monstre, pour ne pas tout détruire, détruire tout ce qui faisait son monde, pour être digne du peu de confiance qu’on lui donnait et qu’il osait aussi donner, pour les autres et envers lui-même. Tant qu’il était toujours là, tant qu’il était toujours Banner, tant qu’il n’était pas l’Autre, pas le monstre, tant qu’il avait encore une place ici et parmi eux, tant qu’ils étaient amis, il ne comptait pas attendre là, à le regarder s’enfoncer et sombrer…

- Jarvis, peux-tu m’ouvrir ?

Il ne s’attendait pas vraiment à que l’IA intercède à sa demande, elle obéissait après tout à Stark, il n’avait pas encore d’idée de comment il allait contourner sa sécurité et il garda pour lui une plaisanterie qu’il aurait sans doute adressée à Jarvis s’il ne lui avait pas ouvert, bien qu’il n’en aurait rien fait, il songeait à menacer ce dernier de s’ouvrir par ses propres moyens un chemin, entendre au moyen du Hulk. Mais, tout comme l’IA avait souhaité le prévenir discrètement tout à l’heure de l’état d’angoisse de son maître, elle préféra lui désobéir pour son bien et laisser entrer le scientifique à sa demande. La création de Stark, comme beaucoup de ce que son esprit génial produisait, était exceptionnelle. Et le scientifique avait du mal à ne pas considérer Jarvis comme une personne, il ne lui manquait qu’un corps d’homme pour être humain.

Il entra dans l’atelier, beaucoup trop silencieux, il trouva Tony là, recroquevillé contre le mur brut et gris, agité de frissons, cédant à l’angoisse, à la crise qu’il refusait, qu’il avait repoussé, jusqu’à qu’il ne puisse plus l’ignorer. Il s’accroupit pour être à sa hauteur et s’assit en tailleur face à lui, plantant son regard sombre dans celui de l’ingénieur. Il souffla doucement, s’assurant de sa propre capacité à garder son contrôle face à l’angoisse qu’il ressentait, celle de Tony palpable dans sa respiration agitée et dans la fatigue et la détresse de ses yeux, et la sienne qui ne le quittait jamais.



- Ça va aller. Ça ne partira pas. Mais je te promets que ça va aller.

Il avait l’habitude. Lui aussi il avait essayé, il lui avait dit de s’en aller, il lui avait dit que tout allait bien, il lui avait dit qu’il était capable de vivre, il lui avait dit de le laisser vivre, il l’avait caché à sa vue, il l’avait oublié, il s’était rappelé à lui, il l’avait hanté, il l’avait ignoré jusqu’à qu’il ne puisse plus, il avait essayé de le détruire, il avait essayé de le combattre, il avait essayé de mourir, puis quand il était passé par tout ça, il avait été obligé de l’accepter et quand il l’avait accepté seulement, il avait pu apprendre, à vivre avec lui. Il n’avait pas été un très bon psychologue, il l’avait prévenu, mais il était peut-être plus à même de l’aider à comprendre et à gérer son angoisse. Depuis toutes ses années, il vivait avec son poids sur lui, et le sort de ce et ceux qui l’entouraient dépendait de sa capacité à contrôler ses émotions et son angoisse. Il ne connaîtrait probablement jamais la paix, il y avait des jours meilleurs et d’autres qui étaient pires. Il n’était sans doute pas un bon exemple, mais en matière de contrôle et il avait une certaine expérience.    

- Tu n’es pas tout seul.

Il soupira, et garda un moment le silence, qu’aurait-il pu lui dire, en cet instant, où il n’y avait plus rien d’autre que la douleur, Tony avait le privilège lui de pouvoir céder à son angoisse. Il n’y avait rien d’autre, qu’il puisse dire ou faire, sinon être là, être cette présence, cet ami, qu’il essayait d’être malgré son inaptitude pathologique à communiquer avec un de ses semblables. Tout ce qu’il pouvait, tout ce qu’il lui devait, c’était la vérité, parce qu’il se mentait à lui-même, et il lui devait la vérité, en tant qu’ami. Il devait lui dire que ce qu’il ressentait, ne le quitterait pas, que ça faisait maintenant partie de lui, mais que s’il soignait sa blessure, elle deviendrait une cicatrice, qu’elle ne lui ferait plus aussi mal, qu’il pourrait presque l’oublier, qu’elle serait seulement un souvenir, qui pouvait le rendre plus fort, plus résistant. Mais, que si au contraire il choisissait de continuer sur ce chemin, s’il poursuivait sa mission, son auto-destruction, la blessure finirait par ronger son corps et son esprit finirait par devenir son ennemi.

En tant qu’ami, il avait la responsabilité de l’aider à prendre le bon chemin, il avait la responsabilité de faire tout ce qu’il lui était possible pour le protéger, le défendre de lui-même, il l’avait déjà sauvé une fois du vide il pouvait encore le rattraper. Mais pour le moment, Tony était incapable d’entendre ça, pas tant qu’il subissait sa crise, mais comme toute crise, elle finirait par passer, par le laisser, en attendant il ne pouvait qu’essayer d’être là, d’être présent.





Don't make me angry, Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Feat : Robert Downey Jr
Messages : 138
Autre Identité : Iron Man

Race : Humain
Localisation : New York
Emploi : Vengeur, consultant SHIELD, CEO de Stark Industries , co-leader des Vengeurs


Feuille de personnage
Pouvoirs:

 
Keep on falling down
Science Bros
Enfermé dans son atelier, Tony se vidait l’esprit. Il se complaisait dans sa solitude, celle-ci le cachant au regard inquiet de Bruce. De tout son être, il ne voulait pas en rajouter. Son ami devait déjà assez gérer sans avoir à gérer les crises de panique d’un milliardaire en décadence. Il arrivait à ne pas être, ne pas penser. C’était son seul moyen quand tout autre chose ne fonctionnait pas. Cependant, cela le laissait dans un état de fatigue avancé. Il était las, las de tant de choses. Personne ne pouvait savoir ou s’imaginer que le joyeux et sarcastique Tony Stark qui aimait la fête et prendre les autres de haut, était en fait si bas moralement. Son défaut était qu’il ne savait pas réellement demander de l’aide. Ce n’était pas dans sa nature. Son père avait toujours dit qu’il fallait se débrouiller seul, être un homme. Peut-être si Howard aurait eu de l’aide quand il avait sombré dans le même poison que son fils maintenant, les choses auraient été bien différentes. Peut-être aurait-il était bien différent, un autre Stark, peut-être alors qu’il n’aurait jamais créé l’iron suit. Il ne serait pas un héro, mais peut-être bien encore un vendeur d’armes et fier de l’être. Tant de choses auraient pu être différentes s’il avait su sur le moment que son père était fier de lui, que tout cet acte était en fin de compte une incapacité de la part de son paternel de montrer ses sentiments, une pudeur qu’il avait reprise maintenant. Cela le servait mal, surtout avec Pepper, qu’il avait fini par repousser, non pas qu’il ne l’aimait pas, il le montrait selon les critères, mais il sentait bien qu’elle perdait patience, il ne pouvait pas la blâmer, elle l’avait aidé à traverser tant de choses, et voilà qu’il se mettait à la boisson.

Il prit de sa poche une seringue, un liquide qu’il réservait pour les occasions spéciales telles que celles-ci. Au diable les comprimés quand il pouvait avoir aux injections. Ce qu’il laissa couler dans ses veines avant que les portes ne s’ouvrent n’était rien d’autre qu’un sédatif. Cela avait été simple de s’en procurer, sur ce point, Tony était pire que Michael Jackson, dans l’exubérance comme dans les phases de destructions massives. Il était un chic type ce MJ , il avait eu l’occasion de l’inviter à chanter dans certaines de ces fêtes quand il était encore au top. Le géni eut vite de remettre sa seringue dans sa poche en entendant le déverrouillage de la porte. Cela devait être sans aucun doute l’œuvre de Jarvis. Cet être commençait à être plus qu’autonome. Tout le monde le considérait d’ailleurs comme une personne et non un simple programme informatique. Il ne bougea pas, notamment parce que le mélange entre les substances lui donnait le tournis, mais cela ne l’étonna pas de voir Bruce pénétrer son antre dans son antre et se mettre à sa hauteur. Il le prenait comme un petit enfant par la main et Tony allait le laisser faire. Il releva la tête et s’appuya contre le mur en regardant un point invisible au dessus de Bruce.

« Je dois réécrire les protocoles de Jarvis. » soupira-t-il et se tut. Il écouta les vérités exposées par Bruce et ne put trouver de contre argument. Il n’était même pas sûr que les paroles de son ami aidaient réellement ou si c’était le sédatif qu’il avait pris. Peut-être un mélange des deux. Il eut un sourire en coin, un sourire fatigué. « Je croyais que tu n’étais pas ce genre de médecin ? » trouva-t-il à dire. Devant une telle situation, la réaction était soit les larmes, soit le rire. Il n’était capable d’aucun des deux, alors il se cachait derrière sa vitrine de prédilection. Celle qui permettait un humour sec et franc. Il en avait froissé des gens avec, mais là il ne servait qu’à passer au chapitre suivant. C’était un fait, il se sentait mieux, son corps avait accepté la drogue sans broncher, même si l’alcool qui brûlait dans ses veines était hautement contre-indiqué. Cela le rendait même d’une certaine façon euphorique. Il laissa passer un silence qu’il considérait confortable, mais qui ne l’était pas tant avant de hausser les épaules. «Je vais bien, fatigue passagère, j’avais une idée, elle m’a submergée. Tu as commandé à manger ? » fit-il alors la conversation comme si de rien était, sans pour autant bouger, il fallait lui trouver les forces pour faire cela.

 

 
Emi Burton


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Feat : Mark Ruffalo
Messages : 321
Autre Identité : Hulk

Race : Humain
Localisation : Inconnue
Emploi : Physicien


Feuille de personnage
Pouvoirs:

KEEP ON FALLING DOWN
Science Bros

Bruce l’observa peu à peu reprendre son calme, il était redevenu lui-même, à ceci prêt qu’il était trop tranquille pour un Stark, et que le scientifique doutait que cela soit le fait seul de ses mots ou de sa présence. Bruce n’avait pas beaucoup d’amis, des vrais amis, en qui il faisait confiance, pour qui il était prêt à se sacrifier, il ne pouvait pas le laisser se faire du mal. Enfin, si Tony allait mieux, qu’importe.

« Je croyais que tu n’étais pas ce genre de médecin ? »


Humour et cynisme, là il reconnaissait bien Tony Stark, dans toute sa splendeur, une splendeur décadente et destructrice, chaque jour depuis New York il s’éloignait un peu plus de l’homme qu’il avait rencontré sur l’héliporteur du Shield, il devenait... quelque chose d’autre, un être sombre et fou. New York et le Mandarin, l’avaient affaiblis psychologiquement, moralement, ils l’avaient blessé. Quelques temps après la dernière grande crise d’Iron Man, l’ingénieur lui avait demandé son aide et Bruce avait accepté de jouer l’ami psychothérapeute, Tony s’était plaint de l’incompétence du scientifique qui pour sa défense était physicien et pas vraiment psychologue, il avait bien des notions de médecines, héritées de ses années d’université et du travail qu’il avait fait en Inde, mais c’était avant tout un scientifique. Toujours est-il qu’il était prêt à l’écouter, et cette fois à ne pas s’endormir, il n’était pas fatigué, Hulk n’était pas sorti depuis longtemps, il se sentait bien, il pouvait tenir le coup, c’était sûr. Il lui adressa cet espèce de demi sourire gêné et se gratta la gorge. « Je suis des cours en ligne.. » Mentit-il avec humour, avant de baisser la tête. Il haussa un sourcil perplexe et peu convaincu quand Tony conclut après un long silence sur le petit accès de panique qu’il venait de traverser et qu’il mit sur le compte de sa fatigue avant de revenir sur le sujet de la nourriture, étrange changement de sujet pour quelqu’un n’avait pas faim il n’y avait pas dix minutes. Soit ça lui avait vraiment donné faim, soit il n’avait aucune envie que Banner s’en mêle. Mais pour ça, il était trop tard, le scientifique était là, et il comptait bien rester.

Il se redressa, en levant l’index. « Je m’en occupe. » Répondit-il en attrapant l’écran tactile qu’il avait abandonné sur un établi. « Poulet, porc ou végétarien ? » Lui demanda-t-il, tout en passant la commande. « La fatigue n’est pas la cause, c’est un symptôme, tu as fait une crise de panique parce que tu refoules ton angoisse, tu ne dors pas assez, tu ne manges sans doute pas assez, et tu bois trop d’alcool. » Reprit-il, en relevant ses yeux de l’écran pour regarder Tony. Si Tony ne voulait peut-être plus aborder le sujet, il n’en avait pour sa part pas terminé encore, il devait trouver le moyen de lui faire entendre raison, au moins sur un de ces points. Au moins il devrait manger quelque chose ce soir. Il soupira, las de devoir convaincre un homme qui ne pouvait pas l’être, il n’aimait pas devoir débattre, surtout quand le débat risquait d’engendrer des conflits. Mais, il pouvait bien prendre ce genre de risque, pour résonner un ami. Enfin, si Tony aimait bien provoquer le scientifique, il ne se risquerait pas à le pousser à bout dans son labo. Il connaissait ses limites. Il était capable de faire la différence, entre un Banner irrité, et un Hulk en colère. Enfin, mis à part la peau verte et la déformation physique. Cependant, il n’était pas vraiment dans son état normal et Bruce était soucieux et sur ses gardes. Comme toujours enfin de compte. Lui, plus que tous les autres, devait en permanence gérer son angoisse, il savait, en partie, la contrôler à présent. Il pourrait peut-être apprendre ça Tony. « Je m’y connais, en gestion d’angoisse, si tu veux je pourrais te montrer comment je gère l’Autre. » Finit-il, avant de détourner à nouveau le regard vers la tablette tactile qu’il tenait encore entre ses mains.  







Don't make me angry, Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Feat : Robert Downey Jr
Messages : 138
Autre Identité : Iron Man

Race : Humain
Localisation : New York
Emploi : Vengeur, consultant SHIELD, CEO de Stark Industries , co-leader des Vengeurs


Feuille de personnage
Pouvoirs:

Keep on falling down
Science Bros
Qu’il lâche l’affaire. Telle était la prière silencieuse que Tony adressait à quelque chose, à une force supérieure si tant elle existait. Maintenant que sa douce berceuse l’avait plongé dans un état où il ne ressentait plus grand-chose, mais le laissait assez conscient pour ne pas éveiller les soupçons, il ressentait la douleur dans ses muscles, dans sa poitrine. Les muscles qui se desserrent difficilement. Il était las de jouer la comédie, de faire semblant que tout allait bien quand tout le rongeait. La peur surtout. La peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas pouvoir protéger les gens qu’il aimait. Il déglutit et ferma les yeux. Il aurait bien fait une sieste, son corps le lui réclamait et le relaxant qu’il s’était injecté l’encourageait dans cette direction, mais il ne pouvait pas. Il n’y arrivait pas. A chaque fois qu’il fermait les yeux, c’était les mêmes fantômes qui dansaient devant ses yeux. Impossible d’y échapper. « Végétarien épicé» répondit-il d’une voix posée , monotone. Il se donna une claque. Non, pas bien. Se forçant à ouvrir les yeux, il les posa sur Bruce un regard d’animal farouche qui ne se laisse pas vraiment approcher. Il semblerait que son mensonge n’avait pas aussi bien fonctionné qu’il ne l’aurait espéré. Il détoura la tête, alors que tombait sur lui les accusations plus que véridique.

Il ouvrit la bouche pour argumenter. Mais non, il ne pouvait pas trop, pas plus que d’habitude, il ne refoulait pas son angoisse, il n’avait aucun contrôle sur elle, et manger, il y avait bien les barres énergétiques, ça comptait non ? Mais cela aurait été insulté Banner que de déblatérer de telles inepties. Alors il se disait, refermait et scellait ses lèvres pour ne pas en parler. Il lécha ses lèvres. Le cœur de repousser Banner n’y était pas. Il aurait pu l’éloigner de lui, le remettre à sa place de la pire façon qu’il soit. Sa langue était aussi blessante que son armure. Il aurait pu et pourtant il n’en fit rien. N’admettant pas qu’il avait un problème, il savait néanmoins que la meilleure façon de se débarrasser de quelqu’un ou de quelque chose, c’était en lui donnant raison ou en acceptant des termes afin de faire croire à l’autre qu’il avait réussi dans sa tâche. Et oui, Stark restait un homme d’affaires et ce qu’il avait appris durant ces années, toute cette manipulation, lui servait également aujourd’hui. Il se redressa, ne prêtant pas attention au sentiment de chaise à bascule qui le prenait et posa sa main sur l’épaule de Banner. « Tu es un bon ami, Bruce, vraiment. » entama-t-il sa phrase, mais alors qu’on s’attendait au fameux « mais » qui suivait ce genre de phrase, Tony n’en fit rien. Il n’alla pas plus loin. Il laissait libre l’interprétation de la phrase. Son sourire et son geste accompagné d’une petite pince amicale se voulait à orienter l’interprétation vers une acceptation de son aide , quand en réalité, il pensait sincèrement à l’autre interprétation, celle qui disait que Bruce ne pouvait pas le sauver. Mais ça, il n’avait pas le cœur à lui dire, alors le mensonge était facile. Pour lui, pour le protéger des monstres que Stark abritait. Il se mit debout et se retint au mur quand le monde vacilla l’espace d’une seconde. « Pendant que le manger arrive, j’ai un projet à te montrer… je l’ai surnommé projet Ultron, tu verras ça va te plaire j’en suis sûr. »

Emi Burton



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Feat : Mark Ruffalo
Messages : 321
Autre Identité : Hulk

Race : Humain
Localisation : Inconnue
Emploi : Physicien


Feuille de personnage
Pouvoirs:

KEEP ON FALLING DOWN
Science Bros

Bruce haussa un sourcil, il l'observa, prudent. Il soupira finalement, las et résigné, il abandonnait pour le moment. Il n'était pas dupe et Tony non plus, mais ils étaient dans une sorte d'impasse, Bruce pouvait dire ce qu'il voulait, Tony ne l'écoutait pas, ne voulait pas l'écouter, Tony pouvait refuser de lui parler, il ne pouvait pas lui mentir, Banner savait très bien quand on essayait de le manipuler, mais dans ce domaine, l'homme d'affaire le dépassait et Banner n'avait pas les armes nécessaires pour mener ce combat contre lui. Mais il ne pouvait pas laisser tomber, il ne le laisserait pas tomber, l'Autre l'avait rattrapé, il lui avait sauvé la vie, il espérait qu'il serait capable de le rattraper, de l'empêcher de tomber, mais il savait aussi ce que c'était de devoir se battre contre un ennemi intérieur, c'était plus facile de sauver quelqu'un d'une chute mortelle, que de le sauver de lui-même. Mais Bruce ne pouvait pas lutter contre Stark, et il savait que Tony était capable de beaucoup mieux, et aussi de bien pire. Il avait été honnête, il s'était ouvert à lui, il lui avait proposé son amitié, si l'homme d'affaire avait refusé son aide, il aurait pu le repousser avec bien moins de tact, il avait fait attention à ne pas vexer le scientifique, par réel souci de préserver son ami, ou pour que l'Autre gars ne s'attaque pas à son labo, ça il l'ignorait.

Soit Tony était trop crevé pour trouver quelque chose d'un peu plus inventif à lui rétorquer, soit il était soudainement devenu raisonnable, hypothèse que contredisait son récent comportement. Il en déduisit donc que l'alcool, le stress et la fatigue avait plongé Stark dans une sorte d'état second, qui à défaut de le rendre socialement convenable, l'avait rendu socialement docile, au moins envers Banner. Ce n'était pas pour lui déplaire, il n'était pas certain que dans son état actuel Iron Man soit capable de canaliser l'alter ego du scientifique, mais, Bruce ne supportait pas de le voir souffrir et de ne pas pouvoir lui venir en aide. Les personnes qui lui étaient proches, se comptaient sur les doigts d'une main, Tony faisait parti de ces quelques êtres rares qui avaient su gagner sa confiance et son amitié, et pour qui il serait prêt à se sacrifier, pour les protéger.

Il s'éloigna d'un pas, se défaisant de la prise de Stark sur son épaule. Il ne dit plus rien, préférant se réfugier derrière les murs de silence dont il s'entourait quand il avait besoin de fuir les gens. Quelque chose n'allait décidément pas, mais le pire, c'était la sensation, douloureuse, de ne rien pouvoir à sa souffrance. Coupant court sur le sujet, Tony revint sur celui de ses travaux qu'il avait éludé plus tôt lorsque Banner l'avait interrogé, il était à présent décidé à lui faire part du sujet de ses recherches et il l'invita à le suivre, il hocha la tête, pensif, en lui emboîtant le pas pour regagner le laboratoire. Il ne savait pas s'il faisait ça pour détourner son attention, ou parce qu'il avait vraiment changé d'avis et décidé de l'impliquer, mais s'il pouvait au moins faire quelque chose par sa seule présence, il préférait rester et travailler avec lui sur ce si secret projet que Tony avait caché jusque là à sa connaissance. Et puis, ça lui changerait les idées à lui aussi, il aimait travailler des heures dans le laboratoire, se perdre dans les réflexions mathématiques et les protocoles scientifiques, oublier un temps ce qu’il était, cette force violente qu’il éprouvait, cette rage, cette colère, au fond de lui.

« Le projet Ultron, alors, en quoi est-ce que ça consiste ? » Demanda-t-il après avoir pris une profonde inspiration, il retroussa ses manches sur ses avants-bras et remonta ses lunettes sur son nez.







Don't make me angry, Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

Keep on Falling Down - Science Bros

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Warner Bros. acquiert les droits de Death Note
» La mythologie de Falling Angels
» Pichu bros
» Falling skies feat. Vasilisa Hope
» Super Smash Bros

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avengers Now :: Tour Stark-