compteur


 

Partagez | .
 

 [Los Angeles]Direction New-York (Libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
La Fille de l'Eau
Feat : Emmy Rossum
Messages : 773
Autre Identité : Watergirl

Race : Ondine (sorte de nymphe)
Localisation : De retour à New York
Emploi : Chômeuse


Feuille de personnage
Pouvoirs:
Cela faisait plusieurs mois que Ondine n'était pas revenue aux États-Unis, ayant dû partir pour se cacher dans le domaine des ondines. Elle a eu du mal à convaincre sa marraine la fée à la laisser partir, mais il y est parvenue. Elle a pris l'avion pour pouvoir se rendre à New York, seulement, elle s'est trompée de vol et en a pris un qui allait à Los Angeles. Elle maudissait sa gourdise. En plus de ça, la prochaine navette qui mène à New York ne partais pas avant une semaine. Heureusement qu'elle avait pris de l'argent, comme ça, elle a pu loger à l'hôtel pendant ce temps. Mais bon, la jeune femme savait qu'elle aurait dû faire plus attention. Ça lui aurait permis de ne pas dépenser plus d'argent. Surtout en sachant qu'en rentrant elle n'aurait plus de travail. Elle a passé son séjour à visiter les différents lieux de la ville qui étaient bien nombreux. Et tout ça à pied, voulant économiser son argent tout de même. Le soir, la ville était aussi éclairée que New York avec des panneaux publicitaires de toute sortes. Ondine ne voyait pas beaucoup de différences entre les deux villes. Mais bon, ça ne l'empêchait pas de vouloir retourner à New York pour retrouver sa vie d'avant. C'était là-bas qu'elle a grandi, c'est la-bas qu'elle vieillirait. Quoi que dit comme ça cela fait un peu vieille mémé qui veut pas quitter sa vieille maison en ruine. Enfin bref, elle sait ce qu'elle veut au moins. Le jour du départ était arrivé. Ondine se trouvait à l'arrêt du bus avec plusieurs personnes qui voulaient eux aussi se rendre à New York. Des touristes, des gens qui retournaient chez eux, des familles, des hommes d'affaire et bien d'autre encore. Seulement voilà, encore une fois, la jeune femme fait face à un pépin car le bus n'était toujours pas là et il était en retard. Au bout de plusieurs heures, ils voient un homme arriver. il semblait exténué. Pensant qu'il s'agissait d'un passager qui se croyait en retard, Ondine dit : "Vous auriez pu prendre votre temps, le bus n'est pas encore arrivé, on l'attend depuis dès heures".

"Je ne suis pas un passager, c'est moi le chauffeur".

Ondine hausse un sourcil intriguée.


"Heu...c'est une blague, hein? Vous êtes sensés conduire un bus il me semble. Elle est où la caméra cachée?"


"Ce n'est pas une blague, mademoiselle. Des voyou m'ont attaqué et m'ont volé le bus. Vous allez devoir attendre la semaine prochaine pour prendre le prochain".

Là, Ondine rageait intérieurement. Il était hors de question qu'elle reste une semaine de plus, surtout que maintenant il lui restait juste assez d'argent pour le bus. Elle sait ce qu'elle va faire.


"Pas question, dites-moi où vous avez vu ces voyous? Je vais le chercher votre bus et vous le ramener".


"Mais ils sont trop nombreux!"

Ondine croise les bras en montrant un air sévère. Le chausseur ravale sa salive et dit :
"Bon, d'accord, ils sont allés dans les bas quartiers".

"Merci".


Sur ces mots, elle tourne les talons pour se rendre sur les lieux. Ayant explorer la ville un peu partout, elle savait où aller.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
Au volant de son coupé sport noir, Felicia pianota d'une main agile sur le cuir de l'accoudoir intégré à la portière conductrice. Le soleil cognait fort, sur les rues de la cité des anges, infligeant aux infortunés citoyens obligés de rester immobiles en plein soleil le sort réservé habituellement aux plats cuisinés envoyés au micro-onde.

Je devrais être à la plage, avec de l'écran total indice cinquante sur la peau, et une brise fraîche pour me tiédir le corps. Pas assise en planque, avec mon pauvre chapeau pour me protéger des coups de soleil... Ronchonna la demoiselle dont les opulentes mèches blondes cascadaient jusqu'au col de sa tunique légère, aussi blanche que sa courte jupe et ses ballerines.

Killgrave avait laissé entendre qu'il lui faudrait "pas mal cavaler", pour reprendre l'expression utilisée par l'employeur. Felicia avait donc dû remiser au placard la paire de chaussures un peu trop aérienne qu'elle comptait porter pour cette sortie dans les bas-quartiers de Los Angeles, se rabattant sur des semelles plates, mais sûres. Naturellement, si on lui avait demandé son avis, Black Cat aurait voté pour une opération nocturne. Mais l'Homme Pourpre ne se souciait guère des avis d'autrui. Après tout, un mot de sa bouche, et cet avis s'envolait, soufflé comme poussière au vent.


Tu as intérêt à être à l'heure, tovarishch. Sinon, un monsieur qui m'a payé sacrément cher sera très, très en colère contre toi. Marmonna la cambrioleuse à son reflet dans le rétroviseur, en réajustant sa chevelure derrière sa paire de lunettes de soleil.

Bien qu'elle soit une jeune femme physiquement très attrayante, assise dans une voiture hors de prix et stationnée seule, en plein jour, au beau milieu des bas-quartiers de la ville, Felicia Hardy n'avait été qu'une fois interpellée par un groupe de jeunes. Quatre latinos, qui l'avaient abordée avec force démonstrations de virilité et d'expressions de gang baragouinées en Mexicain. À regret, la jeune femme s'était laissée accompagner jusqu'à une ruelle sombre, non loin de l'emplacement de son véhicule, où les grands séducteurs prévoyaient de passer avec elle un moment muy càlido. La féline leur avait « chaleureusement » démontré qu'on n'abordait pas les femmes de cette manière, avant de retourner s'asseoir à son poste, pour ne pas manquer sa cible. Laquelle devait apparemment se débrouiller pour passer sur Slauson Avenue dans l'après-midi, sous l'apparence d'un jeune criminel d'origines mexicaines. L'enfance de l'art, quand on était un ex-espion spécialiste du déguisement, a fortiori avec un nom de code aussi évocateur que Chameleon.
Killgrave, l'Homme Pourpre, voulait férocement confier au super-vilain et ennemi récurrent du Tisseur, une mission d'infiltration en Russie. Dmitri étant lui-même d'origines soviétiques, l'idée semblait bonne.


Sauf que notre ami passe-partout est déjà occupé à infiltrer un gang local... Et celui pour qui il bossait ne va certainement pas apprécier qu'on le détourne de sa mission initiale... Pourquoi j'ai accepté ce boulot, déjà ? Ah oui : la paye pharamineuse...

Tandis que Black Cat mettait au clair dans son esprit les risques encourrus, ainsi que les bénéfices à envisager pour ce travail à Los Angeles, déboula dans l'avenue un bus lancé à pleine vitesse. Grillant les priorités, brûlant les feux, il aurait déjà largement attiré l'attention de la jeune femme. Mais c'était surtout les individus à son bord, excités comme des enfants de cinq ans, qui l'incitèrent à mettre le contact pour rattraper le bus filant à tombeau ouvert. Tous typés latinos, exhibant des armes de poing, tirant en l'air et brayant haut et fort le nom de leur gang aux piétons des environs. Une fanfare bariolée avec feux d'artifices serait passée plus inaperçue.

Hola, les enragés de la gâchette. Je vais juste discuter un brin en Russe avec l'un de vos nouveaux potes, et puis ensuite, ce sera adiós, y buena suerte !

Le moteur de la Nissan GT-R démarra au quart de tour, vrombissement d'un ton grave et tranquille. Largement plus puissant qu'un bus, le bolide noir, récemment acheté par Felicia, ronronnait presque, entre les mains de sa propriétaire, n'attendant qu'une caresse de cette dernière pour bondir sur sa proie. Un sourire de contentement effleura les lèvres de la jolie blonde, qui écrasa joyeusement l'accélérateur pour le plaisir de se sentir plaquée contre le dossier de son fauteuil.
D'une traite, le coupé s'insinua entre les voitures paralysées par le passage du bus infernal, naviguant adroitement d'une file à l'autre pour ne jamais avoir à ralentir. Aidée par ses réflexes félins, Black Cat évita la collision fatale à multiples reprises, et souvent d'un cheveu extrêmement fin. Au volant, elle sentait son cœur battre à plus de cent pulsations par minutes, et jubilait. Les klaxons furieux et autres avertisseurs sonores lui étaient des cris d’encouragements aux oreilles.

Les moyens de transports n'étaient pas conçus pour les efforts violents, ainsi que l'apprirent à leurs dépends les voleurs. Près de Cimarron Street, leur bus gisait, inerte, dégageant un épais rideau de fumée blanche, bloquant l'avenue sur toute une diagonale. Dépités, stupéfaits, les cinq voyous sortirent un à un du véhicule, tandis qu'approchait la Nissan noire. Tous arboraient un pistolet fièrement rangé dans leur pantalon, à portée de main. Un bandana orange à motifs noirs (des têtes de mort) couvrait la moitié inférieure de leurs visages, laissant deviner des traits juvéniles. En apercevant Felicia, ils dégainèrent, sans ouvrir le feu. Pas de gyrophares, et Black Cat ressemblait difficilement à un agent des forces de l'ordre. Même sous couverture, les flics se baladaient rarement dans une tenue qui permettait, au premier coup d'œil, de constater l'absence d'arme dissimulée.
Une personne s'avançait dans la direction des gangsters. Une femme, assez jeune, de ce que pouvait en voir Felicia, aux longs cheveux châtains. Une curieuse, ou une citoyenne scandalisée par tant de violence. Afin de se donner un air dur, le porte-parole du quintet s'essaya à l'intimidation, approuva en silence par ses compères.


Emerge, perra !

Sans tenir compte de l'insulte, Black Cat s'avança pour faire face au groupe, et répéter la phrase qu'on lui avait dictée au téléphone. Ne parlant pas Russe, sa prononciation dut écorcher les oreilles de l'ex-espion soviétique. S'il était encore infiltré dans le lot de gangsters à bandana orange.

Yé... Yé hatchou viidette.. Dimitri Anatoly Nikolayevich.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
La Fille de l'Eau
Feat : Emmy Rossum
Messages : 773
Autre Identité : Watergirl

Race : Ondine (sorte de nymphe)
Localisation : De retour à New York
Emploi : Chômeuse


Feuille de personnage
Pouvoirs:
Ondine continuait de marcher tranquillement dans les bas quartiers de la ville qui était loin d'être gaie, au contraire. Elle était sombre, il y avait pas mal de trafiquants qui vendaient des produits illicites à des gosses de 12 à 17 ans. Chose bien sûr qui horrifiait la jeune femme qui ne comprenait pas comment des salle fripouilles pouvaient profiter ainsi de la naïveté de gamins qui ne comprenaient pas forcément dans quoi ils s'entraînaient. Remarque, il n'y a pas que les dealer à qui il faudrait faire la morale. Ces gamins sont stupides aussi de se laisser ainsi entraîner, surtout en sachant ce qu'ils risquent. Après tout, les écoles en parlent, ils disent ce qu'ils risquent Mais bien sûr, eux, ils se croient invincibles et tentent le diable en pensant que leurs petits les trouveront cool. Voilà une réaction bien juvénile, ce qui est logique de la part de gosses. Mais bon, elle préfère des réactions juvéniles qui ne risquent pas de ruiner la santé quand même. Bref, elle n'était pas là pour ça, elle était là pour trouver son bus et le ramener. Elle n'avait plus assez d'argent pour loger des jours supplémentaire aux hôtels du coin, il fallait absolument qu'elle retourne à New York. Bon, sur place, elle ne savait pas trop où elle irait vu qu'elle n'avait plus d'appart, ni de boulots, mais elle verrait bien sur place. Bref, elle finit par trouver le bus qui était en mauvais état. Et mince, elle était sensée rentrer comment à présent? Pour la peine, elle allait arrêter ces types pour ce qu'ils venaient de faire. Ils allaient regretter de s'être mis sur la route Watergirl. Alors qu'ils parlaient avec une femme dans une langue étrange, Ondine se cacher derrière un véhicule qui se trouvait là et elle retire son bracelet. Dans un flash de lumière bleue, elle se retrouve dans sa tenue d'héroïne. Elle est à présent habillée d'un marcel violet sous une petite veste en cuir noir à manches longues et couvre que sa poitrine, un caleçon pour femme en cuir noir, des mitaines sur ses mains en cuir noir et des bottes en cuir noir. Ses cheveux sont plus longs, lisses et attachés en queue de cheval. Une mèche de cheveux bleus est lâchée sur sa joue droite et une mèche de cheveux châtains est lâchée sur sa joue gauche, encadrant ainsi son visage. Une fois ceci fait, elle s'approche du groupe, un peu plus loin derrière l'autre femme et dit en essayant d'afficher un air sérieux sur son visage : "Hé! Ce bus était sensé me ramener à New York! Pas de chance pour vous, je vais devoir régler votre compte!"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

Qué ? Grimaça derrière son bandana le gangster, en inclinant la tête sur le côté. Ella dijo lo que, esta ruta ? Demanda-t-il à la cantonade, en conservant le canon de son arme pointé sur Felicia.

Ok... Alors soit j'ai très mal articulé « je veux voir Dimitri Anatoly Nikolayevich », soit le Caméléon n'est pas pressé de se manifester. Allez, Dim' ! Un signe de tête, une phrase, n'importe quoi... Mais fais-moi comprendre que tu as reçu le message ! Pria Black Cat, en profitant que ses lunettes lui dissimulaient le visage pour ne pas masquer son anxiété. Elle venait peut-être de se placer à bout portant pour cinq pistolets, et autant de truands à la gâchette facile.

Lo que es más, verdad ?

Suivant la direction observée par le voleur de bus, la blonde courba la colonne et fit pivoter ses hanches pour dévisager ce qui faisait se dresser les sourcils du latino dans son dos. Elle-même sentit ses lèvres s'entrouvrir de stupeur, et, pour être sûre que la lumière ne lui jouait pas des tours, Felicia descendit ses lunettes sur son nez, dévoilant ses yeux bleus à la nouvelle arrivante. Traversant le boulevard pour les rejoindre, une inconnue venait rejoindre le bus immobilisé. Tout, depuis son accoutrement, jusqu'à la posture qu'elle donnait à ses épaules et l'intensité de son expression, clamait qu'il s'agissait d'une surhumaine possédant un nom de scène et un costume.

Il ne manquait plus que ça... Ronchonna, agacée, Black Cat, en considérant que, quel que soit le camps auquel appartenait « mèche bleue », cela ne pouvait signifier que davantage de complications, pour elle. On ne peut plus se balader nulle-part, dans ce pays, sans tomber sur un justicier ou un nouveau super-vilain... Oh, Europe ! Tes pays dépourvus de super-héros me manquent !

Toujours sans nouvelles du Caméléon, la jeune femme se retrouva dans une situation périlleuse. Elle ne pouvait pas quitter les lieux tout de suite, pas sans avoir vérifié que son contact n'était pas présent, déguisé en criminel de rue. Sauf que compte-tenu de son apparence, sa réaction aurait dû être de fuir, à la vue des petits calibres qui la tenaient en joue. Son unique option pour ne pas paraître suspecte à la nouvelle arrivante, était de jouer les victimes. Un rôle que Felicia détestait. Heureusement, cette dernière ne fit aucun secret de la raison de sa présence, déclarant de but en blanc qu'elle aurait dû être dans le bus détourné. Puisqu'on venait de lui faire manquer sa correspondance, elle prétendait se venger sur les responsables.

Ma fille... Cinq hommes ont leur pistolet dégainé et pointé dans ta direction... Qui est aussi la mienne, soit dit en passant. Tu es au choix incroyablement stupide de les défier ouvertement, ou bien tu as dans ta manche un atout pour éviter de mourir, ici et maintenant.

Pendant une courte poignée de secondes, Felicia se demanda si les gangsters avaient compris ce qui venait de leur être dit. Leur absence de réaction lui fit envisager qu'ils ne parlaient peut-être que Mexicain.

Suéltame esta locura ! Ordonna le meneur.

Ne se préoccupant que d'elle, Black Cat apprécia pour la première fois de la journée ses ballerines, lorsqu'elle eut à bondir hors de la trajectoire des balles qui sifflaient à ses oreilles, atterrissant sur l'asphalte brûlant en ruinant sa jolie petite jupe blanche.


J'aurais dû mettre un pantalon... Et choisir une voiture avec une meilleure climatisation, pour rester en planque. Oh, Killgrave... C'est la dernière fois que j'accepte un contrat qui vienne de ta petite bouche d'humanoïde violet ! Songea Black Cat, qui réfléchissait à ce qu'il lui fallait faire, maintenant qu'un meurtre venait d'être commis sous ses yeux.

Dimitri serait-il plus enclin à se dévoiler, maintenant que ses « camarades » s'étaient rendus coupables d'un meurtre ? Rien n'était moins sûr. L'ex-espion n'aurait qu'à disparaître, en usurpant une nouvelle identité, pour échapper aux poursuites judiciaires.


Et personne n'a jugé bon de m'enseigner d'autres phrases, en Russe. « Combien voudriez-vous être payé pour accepter l'offre ? » par-exemple... Ou « Nous avons beaucoup à vous offrir, et pas seulement en terme d'argent »... Je ne suis définitivement pas faite pour être une recruteuse.

Les détonations d'arme à feu s'arrêtèrent enfin, donnant à la cambrioleuse le signal attendu pour retirer ses mains de ses oreilles. Seulement, en observant les truands, Felicia eut la surprise de les découvrir déconfits, tenant mollement leurs pistolets, comme s'ils ne leurs étaient plus d'aucune utilité.

Qué... Qué carajo ? Balbutia la grande gueule du quintet, en pointant un index tremblotant vers Felicia, qui fronça les sourcils à son tour, avant de pivoter sur place.

L'empêcheuse de tourner en rond était encore en vie.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
La Fille de l'Eau
Feat : Emmy Rossum
Messages : 773
Autre Identité : Watergirl

Race : Ondine (sorte de nymphe)
Localisation : De retour à New York
Emploi : Chômeuse


Feuille de personnage
Pouvoirs:
Ondine ne comprenait vraiment rien du tout à ce que pouvait raconter ces types. Elle pesta d'ailleurs intérieurement pour ne pas avoir pris des cours de langue dans ses études, il faut avouer que ce genre de chose est bien utile dans ces cas-là. Heureusement qu'elle ne prévoyait pas de devenir une héroïne international, sinon, ça craindrait assez. De toute manière, selon elle, elle avait déjà pas mal de boulot à s'occuper des criminelles de New York, donc pas la peine d'en rajouter à son goût. Tout de même, elle avait l'impression que depuis qu'elle était devenue une héroïne, elle croisait de plus en plus de criminelles, même dans les moment banales de sa vie quotidienne. Dans la banque alors qu'elle voulait juste encaisser son chèque et comme par hasard, la banque où elle se trouvait se trouve braquer par des types. Je ne vous parle du jour où elle était juste en train d'amener les devoir d'un camarade de classe et qu'elle s'est retrouvée comme otage d'un homme recherché par Interpole. Bon, ce n'était pas vraiment un criminel celui-là, mais il n'empêche qu'il n'agissait pas vraiment dans la légalité, au contraire. Enfin bref, pour en revenir à notre histoire, Ondine ne comprenait rien à ce que disait celui qui semblait être le meneur de la bande et elle ne savait pas si c'était à elle qu'il s'adressait, ou a la femme qui se trouvait juste devant elle et qui faisait elle aussi face à ce type. Y avait de quo avoir un doute, surtout quand on ne comprenait à ce que disait son interlocuteur. Ne faisant pas attention à la remarque de la femme sur sa présence, la jeune héroïne dit : "Heu...tu parles à qui au juste? Tu peux pas parler notre langue? Car j'ai rien compris moi".

Elle regarde l'autre femme qui se trouvait sur les lieux. Elle ne savait pas qui elle était et si elle faisait partie de la bande, mais dans le doute, elle préférait éviter de blesser une civile.


"Bon, vous, je ne sais pas qui vous êtes et ce que vous faites là, mais vous feriez mieux de vous éloigner et de vous écarte pour me laissez faire mon travail. Il va y avoir du grabuge ici, autant éviter que vous vous blessiez bêtement".


Biens sûr, les autres gars ne semblaient pas prêts à se laisser faire se mettent à tirer dans leur direction. Bon, la femme eut la très bonne idée de se mettre en sécurité en s'écartant rapidement. Ondine, elle, ne bouge pas de là où elle était et transforme son corps en silhouette aqueuse. Ainsi, les balles traversent son corps et elle n'est pas du tout blessée. Quand les tires cessent, elle reprend une apparence normale et met ses mains à sa taille en affichant un sourire au coin en voyant l'air stupéfait de toute les personnes présentes qui était surprises de la voir debout et en vie. Elle fait semblant de bailler comme si elle s'ennuyait.


"C'est tout ce dont vous êtes capable? Bon, finit la rigolade. Il est temps de passer à l'action!"


Elle commence à courir vers les voyous et se met à se liquéfier au point de devenir une flaque qui glisse vers eux. Ils se mettent à reculer pour fuir, mais Watergirl glisse sous les jambes de l'un d'entre eux et reprend son apparence normal, lui bloquant ainsi le passage. Elle lui donne alors un bon coup de pied retourné au milieu de son ventre qui le plie en deux. Un autre essaie de lui venir en aide en attaquant la jeune femme par derrière, mais elle lui donne un coup de coude au ventre, puis un coup de poing en arrière. Elle s'accroupit ensuite en tendant une jambe et fait un mouvement rotatif avec pour faucher les jambes des deux gaillards pour les faire trébucher au sol. Elle se relève et voit que ses ennemis l'encercler. Elle les regarde un par un, puis ferme les yeux pour se concentrer et tend ses bras sur les côtés. Tout autour d'elle, une vague apparaît et attaque les voyous qui furent projetés aux mûrs.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

Une hydrokinésiste... Tu m'étonnes qu'elle n'ait pas eu peur des armes de nos Desperados. Comprit Felicia, qui venait d'assister à un passage de forme aqueuse à humaine, en plissant les lèvres d'amusement.

La surhumaine en cuir noir profita un moment de la surprise générale pour lâcher une provocation gratuite que n'aurait pas reniée Spider-Man, avant de « passer à l'action », en combinant ses facultés surhumaines avec des attaques au corps-à-corps plutôt efficaces. Pour la cambrioleuse, la scène renvoyait à ses propres combats contre Hydro-Man, même si Morris ne lui avait pas tant mené la vie dure qu'au Tisseur. N'ayant pas souvent l'occasion d'admirer d'aussi près et incognito une nouvelle justicière (Black Cat n'avait jamais entendu parler d'une combattante du crime Hydrokinésiste jusqu'alors) faire ses premières armes, la blonde se contenta avec joie du rôle de spectatrice. Il lui tardait de voir si sa théorie (selon laquelle Morris Bench ne savait absolument pas utiliser correctement ses pouvoirs) allait se vérifier. Au demeurant, elle n'était pas non plus là pour se faire remarquer. Et en prime, le tohu-bohu créé par l'apparition d'une héroïne contrôlant l'eau pouvait obliger le Caméléon à se dévoiler, ce qui achevait de donner à la voleuse toutes les raisons du monde pour rester à sa place.

Contrairement à Hydro-Man, la jeune femme ne se reposait pas que sur ses pouvoirs pour vaincre ses opposants. Néanmoins, encerclée et confrontée à cinq individus hostiles, ses compétences guerrières ne pouvaient plus la dispenser de solliciter ses autres talents. Aussi invoqua-t-elle une onde aquatique déferlant dans son sillage, un choix d'attaque particulièrement bien adapté à la configuration dans laquelle la justicière se trouvait, et qui utilisa juste ce qu'il fallait de puissance pour neutraliser en même temps tous les assaillants.


Hey ! Prometteuse, la nouvelle. J'ai peut-être du soucis à me faire... Pensa en toute sincérité Black Cat, qui ne s'était jamais réellement entraînée pour affronter un adversaire contrôlant l'eau. ... Si elle décidait de m'arrêter, je vois mal quoi lui opposer, à part des esquives... Il va falloir que j'y songe.

N'oubliant pas ses obligations professionnelles, Felicia braqua son regard sur les cinq individus assommés. Si l'un d'entre eux n'était pas celui qu'il prétendait être, son camouflage ne tarderait pas à s'effacer, révélant un certain Dimitri avec qui la cambrioleuse aurait affaire.

Enfin... Une fois miss arrosoir envoyée au tapis. Je doute qu'elle laisse une civile s'approcher d'un des malfrats qu'elle vient tout juste de vaincre sans se poser de questions. Prit en considération la jeune criminelle, aussitôt incertaine quant à ses chances de gagner. Il lui faudrait sans doute « improviser ». Jouer les porte-poisse, en d'autres termes.

Cependant, après soixante secondes d'attente, pas un des cinq voyous ne changea d'apparence, tous conservant bandana et peau cuivrée au visage, là où le Caméléon aurait dû se présenter blanc comme un linge, portant un masque lui recouvrant tout le crâne.


Aïe... J'en connais un qui ne sera pas ravi de devoir me payer pour un simple tour à Los Angeles... Dommage, Killgrave ! La maison ne rembourse pas.

Pour Felicia, ce revirement du scénario prévu signifiait moins d'embêtements, la disparition du risque de devoir se battre pour mériter son salaire, et la perspective réjouissante de pouvoir déserter les rues brûlantes de la ville sans plus attendre. Libérée de toutes obligations, la jeune femme posa un regard songeur sur sa « sauveuse », dont elle savait relativement peu de choses, et qui la considérait probablement encore comme une inutile citoyenne de la cité des anges. Opportuniste, la blonde n'hésita pas longtemps, fonçant rejoindre la combattante du crime.

Wahou ! S'exclama-t-elle en ôtant ses lunettes de soleil pour bien montrer son expression impressionnée. Alors ça... C'était... Incroyable ! La façon dont vous vous êtes débarrassée de ces types... Merci. Merci beaucoup ! J'ai bien cru qu'ils allaient me tuer sur-le-champs. Et moi qui ne parle pas un mot de Mexicain... Débita d'une voix à la fois enjouée et rapide la blonde, en mentant effrontément pour se faire passer pour une simple pimbêche sans facultés extraordinaires.

Je vais trop raconter à tous mes amis sur les réseaux sociaux comment vous m'avez sauvée ! Vous méritez carrément qu'on vous fasse de la pub. C'est quoi, votre nom de super-héroïne ? Vous avez une page où on peut vous suivre ? Je peux faire une selfie avec vous ? Continua la comédienne, en battant exagérément des cils pour  souligner le caractère un peu lent et superficiel de son personnage.

Sans même écouter la réponse de son interlocutrice, Felicia se déhancha d'une démarche éthérée jusqu'à son véhicule, prétendant aller y récupérer son sac pour en sortir son téléphone. Intérieurement, elle compta jusqu'à dix, puis, en se ravisant, rallongea d'encore vingt bonnes secondes son délai de réaction, avant de pivoter pour faire à nouveau face à sa protectrice et déclarer, toute excitée :


Oh ! Mais attendez... Vous vouliez vous rendre à NY, pas vrai ? Vérifia-t-elle, les sourcils dressés au-dessus de ses yeux bleus innocents (reflétant le vide de sa boîte crânienne), un index manucuré à la française pointé sur le buste de l'héroïne. Vu que votre bus est... Hé bien, mort... Gloussa Felicia en retirant ses lunettes de son front pour se mettre à jouer distraitement avec elles.  ... Je pourrais vous remercier de m'avoir tirée d'affaire en vous emmenant à la plus proche ville assurant la liaison avec New-York. Histoire que vous ne perdiez pas votre temps à attendre un nouveau bus ici à cause de ces losers. Je vous dois bien ça,  après tout. Et en plus, ça vous évitera de devoir payer les transports jusqu'à Riverside ou Long Beach...

La Nissan trônait innocemment en arrière-plan, derrière Black Cat, sa carrosserie rutilante absorbant la lumière du jour pour éblouir ceux dont le regard se perdait sur ses voluptueuses courbes noires et dynamiques. Depuis l'extérieur, le cuir moelleux des sièges se devinait, et le volant de série installé au poste de la conductrice trahissait l'orientation très « sportive » du modèle. Espérant que l'inconnue se laisserait tenter par l'idée de monter dans son bolide, Felicia comptait bien profiter du trajet pour en apprendre davantage sur une possible future ennemie à ses plans. Et puis, la climatisation de sa voiture commençait réellement à lui manquer ! D'une main, elle retira son chapeau (miraculeusement resté en place), et se ventila avec pour s'empêcher de transpirer, son autre main s'emparant déjà des clefs.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
La Fille de l'Eau
Feat : Emmy Rossum
Messages : 773
Autre Identité : Watergirl

Race : Ondine (sorte de nymphe)
Localisation : De retour à New York
Emploi : Chômeuse


Feuille de personnage
Pouvoirs:
Ondine regarde autour d'elle les voyous qui étaient à présent assommés et se frotte les mains comme pour se les essuyer avant de les mettre à sa taille en disant : "Voilà une bonne chose de faite".

Elle regarde le bus en mauvais état d'un air dépité et se penche en avant d'un fatigué en soupirant et en disant :
"Hoooo! J'ai l'impression que je vais devoir tenir une semaine encore! Mais comment vais-je faire, j'ai juste assez de sous pour le bus!"

Watergirl avait peut-être réussit à arrêter les voleurs de bus, mais elle n'était pas arrivée à temps pour les empêcher de bousiller le véhicule. Soupirant, elle prend son portable pour appeler la police, mais arrête son geste quand l'autre fille blonde va à sa rencontre. Cette était...une vraie bécasse, tout à fait le genre de fille qu'elle n'aimait vraiment pas. En plus au collège, elle avait connu une fille comme ça. Long cheveux blonds et qui portait du rose, une craie Barbie, c'est d'ailleurs le surnom qu'on lui donnait. Quand elle était seule, elle venait voir Ondine qui avait pitié d'elle du coup elle l'a présenté à sa bande d'amis. Elle s'était plutôt bien intégrée, mais voilà qu'elle a réussi à monté tout ses amis contre Ondine en lançant de fausses rumeurs et Ondine s'était alors retrouvée seule. Elle s'en fichait un peu, mais elle avait tout de même pas trouvé le geste sympas, de plus, c'est à cet instant qu'elle a vue qui était ses vrais amis et qui ne l'étaient pas. Bref, faisant face à cette étrange fille qui devait s'être trouvée au mauvais endroit au mauvais moment, Watergirl lui répond :
"Je suis Watergirl et franchement, je n'ai pas vraiment envie de me faire remarquer, donc non, je n'ai pas de page où l'ont peut me suivre et je préfère éviter les photos si possible".

Puis, la fille lui propose de l'emmener à New York, voilà une proposition tentante, mais elle ne connaissait rien de cette fille et puis il y avait d'autres gens qui attendaient leur bus. Il serait injuste qu'elle soit la seule à trouver un transport et elle doute que cette fille puisse emmener tout le monde dans sa voiture, aussi classe soit-elle.


"Désolée, mais je me dois de refuser, d'autres personnes attendaient ce bus. Sinon, si vous connaissez un bon garagiste qui puisse réparer maintenant et rapidement ce véhicule, cela m'arrangerait".



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

En bonne servante de l'Humanité qu'elle désirait incarner, Water Girl délaissa l'offre de Felicia si tôt qu'elle lui eût été formulée. Une réponse prévisible, mais qui contrariait les plans de la blonde (et l'obligeait à rester dehors, par cette chaleur, encore plus longtemps !). Au pied du mur, la jeune femme remit son chapeau sur son crâne, rangeant ses clefs puisque le road-trip venait manifestement d'être annulé.

Ouais, c'est clair que vous avez carrément raison... On peut trop pas laisser tous ces gens derrière nous. Attendez ! Je vais vous trouver le top des mécanos en un instant ! Pépia Black Cat, en approuvant stupidement l'héroïsme de sa sauveuse le temps de réfléchir à une nouvelle stratégie.

Exceptionnel... Donnez à cette femme une médaille ! Même après le coup de fouine de ce cher sénateur Lewis, notre gagnante du premier prix de l'inconscience continue de vouloir porter haute la bannière de la Justice... Je sais déjà ce qu'on écrira sur ta pierre tombale, ma grande. "Toucha le fond, mais creusait encore". Pensa méchamment l'égoïste native du Queens, en son for intérieur.

Une rapide recherche sur son téléphone lui apprit que pas moins de trois garages se trouvaient dans les proches environs de Slauson Avenue. L'un était spécialisé dans les équipements électriques, mais les deux autres pouvaient faire l'affaire. En furetant un peu sur le Net, Felicia dénicha l'avis d'un certain Raul Ramirez, qui vantait l'honnêteté des employés et l'excellence du service d'un des garages. La jeune femme cliqua sur le lien menant à la page d'accueil dudit garage. J D Auto Mechanics venait de remporter la compétition, pour la cambrioleuse, qui composa le numéro de l'enseigne sans perdre une seconde. L'essentiel actuellement pour la blonde était de passer pour une civile sympathique, un peu idiote, mais pleine de bonne volonté. Le genre de femme à qui les héros se confiaient facilement, puisqu'elles semblaient inoffensives...


Hum... Vous pensez qu'on devrait les attacher, ou appeler la Police ? Demanda la voleuse à Water Girl, en désignant les truands mis K.O. , avant d'en revenir à son appel, lorsque la ligne décrocha à l'autre bout du téléphone. Oui, allô ? Bonjour ! Je vous appelle parce que j'aimerais savoir si vous faites les réparations de bus. Vous savez, ces gros cars, qui transportent les gens de ville en vi... Ah, vous voyez de quoi je parle ? Super ! Et alors ? Oui ?

Silencieusement, Felicia fit signe à sa sauveuse que la réponse était positive, en levant le pouce. Toujours pendue à son téléphone, elle se mit à déambuler près de sa Nissan.

Ça vous dirait de vous faire une pub monstre, pour votre garage ? Parce que je suis en ce moment même avec Water Girl, et elle aurait vachement besoin de votre aide pour rejoindre New-York dans les plus brefs délais. Qui est Water Girl ? Se scandalisa la blonde.

Effarée, Black Cat couvrit le combiné de son portable, et se tourna vers la justicière, l'air outrée.


Ce type ne sait pas qui vous êtes. On croirait rêver ! Elle récupéra la ligne, une main posée sur la hanche, dans une posture digne des plus grandes bécasses, et entreprit de faire exactement ce que ne voulait pas sa voisine : la mettre sur le devant de la scène.

Hello trésor ! Water Girl ! La nouvelle justicière de New-York ! Vous avez pas la télé, dans votre garage ? C'est elle la nouvelle génération des super-héros. Croyez-moi, dans deux ans, vous pourrez vous vanter d'avoir filé un coup de main à Water Girl. Vous pourrez même faire de votre garage le garage officiel de cette héroïne ! Renommée garantie ! Tout ce que vous avez à faire, c'est nous envoyer quelqu'un pour réparer un bus qui a rendu l'âme. Faites ça, et vous aurez des clients qui viendront du monde entier pour se faire réparer dans votre garage... Alors ? Deal ?

Volontairement, Black Cat évita le regard de la super-héroïne jusqu'à cette phrase, où elle fit mine de se rendre compte que son initiative n'était pas vraiment bien prise. Interloquée, elle interrogea du regard la justicière, puis confirma à son interlocuteur :

Hein hein... Sur Slauson... Près de Cimarron Street... Vous ne pourrez pas nous rater : on bouche la circulation, et le bus fait tellement de fumée qu'on pourrait envoyer des signaux indiens avec ! D'accord. Très bien. Merci. Vous ne le regretterez pas ! D'une poussée du pouce, Felicia conclut la conversation, apparemment fière d'elle.

Un réparateur sera là d'ici quelques minutes. Il va faire un état des lieux, et ensuite, on pourra savoir combien de temps ça prendra de réparer. Et à mon avis, vous n'aurez pas un cent à débourser ! C'est vraiment cool, de voir des gens aider spontanément les justiciers ! S'extasia l'innocente avec la légèreté d'une demoiselle dépossédée de son cerveau.

Et maintenant, ma grande, je parie que tu donnerais n'importe quoi pour quitter les lieux, et éviter plus de publicité autour de ton nom... Supposa intérieurement Felicia, décidée à exploiter tous les moyens à sa disposition pour forcer Water Girl à accepter sa proposition initiale.

De ce qu'elle savait de la mécanique, diagnostiquer les dégâts infligés au bus et le réparer prendrait des heures. Black Cat soupçonnait que Killgrave n'attendrait pas aussi longtemps pour l'appeler, et lui demander des explications sur la disparition du Caméléon. Elle espérait à moitié pouvoir atténuer la mauvaise nouvelle en fournissant en exclusivité à l'Homme Pourpre des informations sur une nouvelle héroïne hydrykinésiste. De plus, en tant que mercenaire, Felicia détestait perdre son temps en choses inutiles. Actuellement, elle aurait déjà dû reprendre la route, vérifier qu'aucun autre employeur n'avait cherché à la contacter sur sa boîte sécurisée d'Utopia, et réserver une séance chez l'esthéticienne sur l'île de Magneto. Autant de choses hors de sa portée, pour l'instant, à cause de l'entêtement à vouloir bien faire d'une naïve surhumaine manifestement jeune, et inexpérimentée.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
La Fille de l'Eau
Feat : Emmy Rossum
Messages : 773
Autre Identité : Watergirl

Race : Ondine (sorte de nymphe)
Localisation : De retour à New York
Emploi : Chômeuse


Feuille de personnage
Pouvoirs:
Watergirl ne savait pas pourquoi, mais elle trouvait cette fille de plus en plus chiante. Ok, elle lui rendait un peu service en faisant appel à un mécanicien, mais ses réactions de bécasse avaient le don de l'agacer. Oui, comme je vous l'ai déjà dit plus haut, elle ne les supporte pas. Et pas seulement parce qu'elle a eu une mauvaise expérience avec l'une d'entre elle. Parce que aussi elle les trouvait stupide, trop espiègle (donc qu'elles pouvaient vous faire des mauvais coups par derrière au moment où on s'y attend le moins), pas de confiance et trop du genre à colporter des ragots. Je vous parle pas du fait qu'elles sont du genre à rabaisser les personnes peu populaires juste pour se rehausser pour compenser leur manque d'intelligence. Pauvre Félicia, elle qui espérait faire de Ondine ce qu'elle voulait avec son petit numéro, elle était mal tombée, mais vraiment mal tombée. Bref, alors que Félicia discutait avec le mécano en flattant notre jeune héroïne, cette dernière appelait les policiers pour qu'ils viennent chercher les jeunes brigands afin qu'ils finissent en prison. En attendant qu'ils arrivent, Ondine les enferment ensemble dans une bulle d'eau qui leur sert de prison en attendant que les policiers les emmène. Bon c'était pas très traditionnel comme façon d'arrêter les bandits, mais ça ne l'est pas plus qu'une toile d'araignée comme sait si bien faire notre "cher serviteur l'araignée", je vous laisse deviner de qui je vous parle. Félicia annonce finalement l'arrivée d'un réparateur pour le bus qui ne devrait pas tardé. Tant mieux, comme ça elle pourra rapidement retourner dans sa ville natale et se passer de la compagnie de cette fille qui lui sortait par les yeux tellement elle ne la supportait pas. Mais bon, elle n'était quand même pas ingrate contrairement à la plupart des civils qu'elle sauvait.

"Et bien, c'est super, merci de votre aide. Juste une petite précision. Je vous ai un peu écouté et vous avez parler de moi comme une "nouvelle" héroïne. Ce n'est pas tout à fait exacte à vrai dire. Je fais cette activité depuis deux ans à peu près et j'ai déjà arrêté pas mal de malfrats dans New York. Après, ne voulant pas me faire remarquer, surtout durant la réforme, cela explique pourquoi vous n'avez pas entendu parlé de moi. Ça n'a pas vraiment d'importance de toute manière, je ne cherche pas la célébrité. Sinon, que faisiez-vous ici?"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
Hors-RP :
 


Ho ho ho... Aurais-je involontairement touché la corde sensible ? Mademoiselle tient à sa réputation, tout compte fait !

Derrière son masque de potiche blonde, Felicia gloussa mentalement en voyant Water Girl la rectifier sur son statut d'héroïne. Pour une justicière ne cherchant pas la célébrité, cette dernière semblait moyennement apprécier qu'on la désigne comme « nouvelle » alors qu'elle œuvrait depuis apparemment deux ans dans la Grosse Pomme. Une potentielle nouvelle faille à exploiter, pour la cambrioleuse, qui se trouva prise de court lorsque son interlocutrice lui demanda la raison de sa présence dans la cité des anges. Black Cat concocta un mensonge sur le tard, marchant cependant sur des œufs...

Et m... Est-ce qu'elle m'a vue arriver ? Douta la féline, incapable de se souvenir à partir de quand Water Girl s'était manifestée lors de sa rencontre avec les bandits. Parce qu'il lui fallait répondre rapidement, sous peine d'être prise en flagrant-délit de mensonge, elle se lança franchement.

Ici... Ici ? Vous voulez dire, dans cette ville ? Ou... À ce croisement particulier ? Jouer les idiotes avait ses avantages... Comme le fait d'être parfaitement crédible lorsque l'on mettait du temps à répondre précisément à une question. Retardant au maximum le moment de sa réponse, Felicia enchaîna, toujours aussi pimbêche et agaçante : En fait, c'est un peu lié... Je me suis offerte une petite virée shopping en centre-ville. Et puis je suis descendue vers le sud, pour voir s'il n'y avait pas quelques nouvelles boutiques intéressantes, qui auraient ouvertes récemment... Vous savez, dénicher quelques bonnes affaires, avoir des trucs un peu nouveaux à montrer à mes copines quand je retournerai sur la côte Est... Et là, je me retrouve bloquée par un bus en panne, avec des types armés qui me braquent. C'était complètement ouf ! Ils me baragouinaient des choses en Espagnol... À moins que ce soit du Mexicain ? Je crois qu'ils m'ordonnaient de partir, mais j'avais genre, trop peur. Impossible de bouger, quoi ! Heureusement que vous êtes arrivée à ce moment-là... Acheva l'innocente, en entortillant nerveusement une mèche autour de son index, comme si se souvenir de l'expérience la dérangeait. En vérité, Black Cat s'efforçait d'analyser méthodiquement sa position.

Les cinq gugusses sont paralysés, et le LAPD a été prévenu. Même si je réussissais à les libérer, ils ne provoqueraient pas une distraction suffisante pour que je puisse tirer mon épingle du jeu. Et notre petite sirène new-yorkaise, qui persiste à vouloir voyager en bus ! Elle doit venir d'un milieu vraiment populaire, pour pouvoir supporter d'effectuer des trajets aussi longs, confinée dans une carcasse métallique surpeuplée et empestant les odeurs corporelles... Pouah ! Ronchonna l'ingénue dans ses pensées, les neurones pour moitié occupés à préparer ce qu'elle allait dire à son employeur du moment lorsque ce dernier la joindrait par téléphone.

Une part non-négligeable d'elle-même redoutait que Killgrave "se débrouille" pour être remboursé, et l'idée de devenir la marionnette de l'Homme Pourpre avait de quoi la glacer. D'autant que plus elle y réfléchissait, moins Felicia comprenait pourquoi le Caméléon n'était pas là où il aurait dû être. Killgrave n'appartenait pas à cette catégorie de gens laissant les choses au hasard : lorsqu'il affirmait qu'une personne serait en un lieu donné à un moment donné, il s'arrangeait pour que sa prédiction se réalise. Il aurait fallu que Dimitri découvre, d'une manière ou d'une autre, ce qui l'attendait avant de monter dans le bus.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
La Fille de l'Eau
Feat : Emmy Rossum
Messages : 773
Autre Identité : Watergirl

Race : Ondine (sorte de nymphe)
Localisation : De retour à New York
Emploi : Chômeuse


Feuille de personnage
Pouvoirs:
En entendant les questions de cette blondasse sans cervelle, Watergirl avait croisés ses en affichant un air dépité. Franchement, plus elle passait du temps avec cette fille, plus elle se mettait à l'agacer et l'exaspérer. Pourquoi a-t-il fallu que leur chemin se croise? Elle ne pouvait pas tomber sur un beau garçon super charmant pour changer? Non, il a fallut qu'elle tombe sur cette cruche qui lui faisait perdre du temps! Si seulement elle n'avait pas aidé à trouver un garagiste pour réparer rapidement le bus, elle serait partie depuis longtemps pour ne plus à avoir à la supporter. Félicia se met ensuite à raconter la raison de sa venue, ce qu'elle faisait, ce qui lui était arrivé. Du shopping, voilà bien une activité que font souvent les filles dans son genre. Ondine aimait bien faire les magasins de temps en temps, mais pas au point d'être obsédée par la mode. Tant qu'elle a des vêtements sur sa peau, c'était le plus importants. Peu importait les marques, les vêtements haut de gamme, les tissus luxueux. Pour elle, un jean et un t-shirt lui suffisait amplement. Mais bon, certains n'ont pas les mêmes valeurs on dirait bien. Le garagiste finit par arriver et fut surpris de voir l'étendu des dégâts.

"Et bah! Que s'est-il passé? Qu'avez-vous fait à ce pauvre bus?"

"Nous? Rien, mais c'est gars-là..."


Elle montre les mecs à terre du pouce avant de continuer.


"Ils ont volé ce bus et l'ont pris pour une auto-tamponneuse avant de jouer au tire aux canards, j'ai dû donc les assommer pour les calmer".


"Ils ne sont pas allés de main morte en tout cas. Les flics ont été prévenus?"

"Oui, ne vous en faites pas, je les ai déjà appelé, ils ne devraient pas tarder. Bien que je les trouve assez lents là, enfin, ça ne change pas de d'habitude. Vous pensez en avoir bientôt fini?"


"Je pense pas, c'est gros ce véhicule, s'il était debout, ça m'aiderait".

"Je m'en occupe tout de suite!"


Watergirl utilise ses pouvoirs pour créer une sorte de levier d'eau sous le bus et se concentre pour soulever le véhicule de transport. C'était vraiment dure à cause du poids très lourd. Les mains de la jeune fille en tremblaient et son visage fronçait. Il faut dire qu'elle n'avait jamais eu à faire ce genre de chose par le passé, comme quoi, il y a une première fois à tout. Au bout de plusieurs minutes de concentration intense, le bus finit debout, elle relâche alors son pouvoir et l'eau redevient un simple flaque. Watergirl respirait pour reprendre son souffle comme si elle avait couru un marathon. C'était la première fois qu'elle faisait ce genre de chose et elle espérait que ça soit la dernière fois. Franchement, quand elle s'étaient protée volontaire pour aider ce brave à améliorer ses conditions de travail pour qu'il soit en mesure de réparer rapidement ce bus qui doit la ramener chez elle, elle ne pensait pas que cela serait aussi dure et exténuant. Franchement, la présence de Powerman, qu'elle surnomme le "bourrin", n'aurait pas été de trop aujourd'hui avec sa grande force. Lui, il n'aurait pas eu de mal à soulever ce bus contrairement à elle, et a main nu qui plus est. Le garagiste avait assisté à toute la scène et en resta bouche bée. Il ne devait pas avoir l'habitude de voir ça, peut-être que Ondine aurait fait pareille si elle avait été à sa place, seulement, elle ne l'est pas, donc bon.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

[Los Angeles]Direction New-York (Libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Los Angeles]Direction New-York (Libre)
» Demission a la direction des Islanders de New York
» Obama en chute libre ...
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avengers Now :: Reste des USA-