compteur


 

Partagez | .
 

 A l’aube d’un nouveau jour( Avec Raphael White )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
A l’aube d’un nouveau jour, oui c’était cliché, pourtant c’était ce que ressentait Nari en cet instant. Enfin ça c’était la partie exaltante, son coté plus pessimiste aurait lui utilisé la métaphore du bord de la falaise duquel il lui faudrait sauter ; et se construire des ailes durant la chute, savoir et pouvoir le faire seraient un vrai défi.

Apres tout peut être dans ce monde il n’y avait pas de bonne ou de mauvaise solutions peut être que tout était à l’appréciation de chacun. On la jugerait surement pour ce qu’elle allait faire, c’est vrai que s’associer avec magnéto se gravera à tout jamais dans sa vie. S’associer avec cet homme pour beaucoup serait comme s’accoquiner avec le diable en personne. Certes il avait perpétré des actes condamnables et elle-même les condamnaient. Tuer ne serait jamais une solution valable à ses yeux.

Pourtant elle n’était qu’au début de son mois de préavis, elle ne faisait que tourner et retourner la question en boucle. Analyser chaque fait pour trouver la meilleure option qui lui était possible. A chaque fois elle arrivait au simple fait qu’il n’y avait pas de solution idéale.

Nari aurait voulu en parler, confronter ses idées, débattre avec quelqu’un. Malheureusement c’était une option qui lui était impossible. Déjà parce qu’elle n’avouerait pas à sa famille qu’elle était une mutante, ensuite parce que la plupart des gens n’étaient pas rationnels face à tout ce qui venait d’arriver. Tous prenaient cela bien trop à cœur et n’arrivaient pas à prendre les évènements avec un certain détachement pour mieux les comprendre.

Sur tous les supports médiatiques connus radio télé ou même la presse, aucun ne semblait analyser la situation. Tous prenaient parti contre les mutants à des degrés différents étaient pour leur contrôle et suivi. N’avaient-ils donc rien appris de leur passé ? L’apartheid ou le nazisme n’avaient pas eu comme unique conséquence positive de montrer au monde que l’Homme n’accepterait plus cela à présent …

Pour s’aérer un peu l’esprit de toutes ses réflexions, la jolie métisse choisit de sortir de chez elle-même si sa valise n’était pas finie ou même qu’elle n’en aurait pas spécialement besoin. Néanmoins la faire la rassurerait et donnerait un peu le change face à sa famille qui la croirait juste partie vers d’autres cieux…enfin ailleurs plutôt.

Dehors, l’air même pollué comme il l’était lui fit du bien permettant à son esprit de se concentrer sur uniquement les sensations que lui rapportait son corps. L’action combinée d’un léger zéphyr et des rayons de soleil tranquille de fin d’après-midi firent donc des merveilles sur son esprit embrouillé. A un point tel que la métisse en ferma les yeux pour apprécier un moment, figée sur un trottoir la chaleur douce du soleil qui s’infiltrait sur sa peau.

Un moment passa, combien de temps exactement ? impossible à dire elle venait tout simplement de passer son corps en méditation , oublieux de tout sauf de ses propres sensations et elle se sentait rassérénée un peu plus droite dans ses bottes. Ce moment de quiétude ne dura pas longtemps, hélas elle se trouva d’un coup les fesses a terre

« - ouch espèce de brute…. »
Elle ouvrit les yeux sur son agresseur sans pouvoir empêcher une moue de douleur de passer sur son visage, c’est qu’il lui avait fait mal l’animal.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Raphael se sentait d'excellente humeur ce matin. Excellente humeur qui avait dépérit au fil de la journée. Arrivé au bureau, des plaintes des employés, soi-disant pas assez payés pour le travail qu'ils fournissaient. Bon, problème qui serait assez vite réglé, cela n'entama que légèrement son humeur. Ensuite, un partenaire qui demandait qu'on revoit à la hausse le prix de certaines transactions importantes. Or cela n'arrangeait pas vraiment le PDG de WhiteCorp. Mais bon, c'était un partenaire important, il fallait le garder dans de bonnes dispositions. Voilà quelque chose qui le faisait déjà un peu plus râler. Et voilà qu'en plus de tout cela s'ajoutait le départ de sa secrétaire. Raphael allait - encore - devoir en engager une autre. Peut-être aurait il fallu qu'il ne drague pas toutes ses secrétaires pour qu'au moins une seule d'entre-elle accepte de rester au moins un mois... Mais hé, s'il le faisait c'est bien qu'elles le méritaient! Il n'engageait que les plus compétentes après tout! Et les plus jolies, bon, il fallait bien l'avouer.

A midi, il sortit déjeuner à son endroit favori. Manque de bol, fermé exceptionnellement pour cause de "décès dans la famille" comme l'indiquait l'écriteau sur la porte. Il fallait que ça tombe aujourd'hui bien sur... Après cet imprévu, d'autres malheurs défèrlèrent sur Raphael tout au long de sa journée. Des faits mineurs certes - son stylo qui casse, soucis de pc, impossible d'ouvrir son amoire,... - mais qui zappèrent vite sa bonne humeur. Il fut donc plus que ravi que sa journée de travail se finisse, espérant avoir un peu plus de chance et peut-être de bonnes nouvelles pour le restant de la journée. Il lissa son costume et rangea des documents dans son sac qu'il mit en bandoulière. Saluant les personnes sur son chemin il prit la direction de la sortie de WhiteCorp. et respira enfin l'air libre.

Fin d'après-midi agréable, le soleil chauffait doucement, chaleur en duel contre la légère brise qui raffraichissait l'air. Cela le calma un peu, bien qu'il était toujours aussi maussade. Direction le manoir pour un repos qu'il estimait bien mérité. Raphael marchait dans la rue, tête baissée, au milieu de la foule. Il réfléchissait à sa double vie. Mascarade n'était plus aussi connu qu'avant, ses vols n'étaient plus aussi médiatisés. En même temps, on pouvait le comprendre : les mutants, les avengers, les aliens, Hydra, Utopia, les Etats-Unis,... Le monde connaissait de bien plus importants sujets de discussion. Mais sans dire que ces choses le désintéressaient, il n'était pas beaucoup plus impliqué que cela dans ces luttes de pouvoir entre Hydra et les Etats-Unis. Du moment que l'un et l'autre ne s'intéressait pas de trop près à lui... Quel paradoxe! Il regrettait que Mascarade soit moins connu qu'avant mais ne tenait pas non plus à ce que le gouvernement américain ou leurs ennemis s'intéressent de trop près à lui! A bien y réfléchir, le rôle de Mascarade était bien plus simple à tenir avant que la technologie ne fasse un grand bond en avant, et avant l'apparition de tous ces..."héros" et autres "vilains". Mais le voleur tenait à ce que la réputation de ses prédécesseurs tienne.

Tout en réfléchissant à tout cela il bouscula sans le faire exprès quelqu'un. Une voix de femme l'interpella en le traitant de brute. Il allait marmoner une excuse mais, baissant les yeux, il vit une jeune femme à terre qui avait l'air de s'être fait mal. Aussitôt il produisit un léger sourire en s'accroupissant.

-Oh, veuillez m'excuser. J'étais perdu dans mes pensées, je n'ai pas fait attention. J'aurais du regarder devant moi.

Il profita de sa position pour détailler discrètement la jeune femme : la peau légèrement bronzé, de beaux yeux verts, une chevelure brune - bon point, il préférait les brunes -, un physique agréable,...et une impression de déjà-vu. Il n'aurait su dire où, mais il était presque sur de l'avoir déjà vue quelque part. Des images du manoir lui vinrent à l'esprit. C'est là-bas qu'il l'aurait rencontrée? Possible, il y avait tellement de personnes qui entraient et sortaient de l'immense bâtisse... Dans le doute, il se leva et lui tendit la main.

-Permettez moi de vous aider à vous relever. Oh, et je ne serais pas un gentleman si je ne me présentais pas... White. Raphael White.

Et ce sourire, toujours ce petit sourire orgueuilleux et sur de lui qui flottait sur son visage. Non, son père n'avait jamais pu venir complètement à bout de cette partie de son caractère. Mais après tout, c'est ce qui faisait tout son charme...non?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Toujours sur son séant et après avoir signifié sa colère envers l'opportun qui l'avais mise dans cet état et dans cette position autant inconfortable qu'humiliante, Nari fit une moue, plus précisément une grimace de douleur, avant d'ouvrir les yeux sur son assaillant. Une jolie paire d'yeux bleus lui fit face pétillants et surs d'eux, bien sur le reste de la personne s'excusa. une fois mise au point sur l’intégralité du personnage son cerveau analysa l'image et décela que cette personne avait déjà été rencontrée.

Le quand était juste une autre inconnue de l’équation, elle essaya de se rappeler quand sauf que son cerveau lui offrit comme réponse " erreur fatale merci de vérifier votre système" et non , ce n’était pas dû au physique de ce monsieur , charmant au demeurant.

Elle se saisit de la main tendue pour se relever , se trouvant presque à hauteur (si si à trente centimètres près) de son interlocuteur. Nari lui adressa un sourire discret et un peu gêné avant de lâcher la main offerte pour s'épousseter un peu et de rajuster ses vêtements

- Ce n'est pas grave je ne faisait pas attention de toute façon , je m'excuse si je vous ai fait mal de mon coté ?

Parce qu'en toute honnêteté si le choc l'avait fait tomber ce n’était pas impossible que du coté de cet homme il y ait eu un petit quelque chose, même si a trente centimètres près il n'y avait rien. Malheureusement elle n'eut pas le loisir de trop s'attarder su cette pensée car il y eu une réplique comme après un tremblement de terre. Sauf que cela concerna ses pensées et un second " erreur fatale merci de vérifier votre système" eut lieu

- Raphael White ? Monsieur White ? Je suis Mademoiselle Hawke !

Elle avait dit cela comme une affirmation, comme si évidemment ce monsieur ne voyait pas des femmes à la douzaine dans chacune de ses journées et comme s'il avait pris le temps de la reconnaître pour les trente minutes qu'avaient duré leur entretien. Pour ce petit excès vocal elle se reprit vite pour expliciter clairement qui elle était.


- Mademoiselle Hawke j'avais postulé comme infirmière à domicile pour votre père …
A cette époque elle avait cherché à ce diversifier et à se focaliser sur un seul patient pour mieux préparer son concours et à terme peut être monter d’échelon, également gagner des horaires plus respectueux de sa propre chronobiologie. parce qu'au final qu'importe le temps passé avec un patient du moment qu'elle était près de ce dernier. oui le poste était logé ...la classe, normal mais classe quand même. Connaitre la vie de château en travaillant c’était un super bonus non ?

- Je suis navrée pour votre perte à ce propos et vous présente mes condoléances.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

A l’aube d’un nouveau jour( Avec Raphael White )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mon insomnie cesse à l'aurore [Livre I - Terminé]
» À l’aube d’un nouveau monde. — EVENT.
» [Une première pour moi dans le monde de la fanfic] : L'aube d'un nouveau jour
» Demain sera toujours un autre jour.
» Un nouveau jour, un nouveau venu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avengers Now :: Brooklyn-