compteur


 

Partagez | .
 

 ☩ Event ☩ And when history did not cooperate - Groupe B

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar
Administrateur
Feat : Jaimie Alexander
Messages : 1498
Autre Identité : Rose Chambers

Race : Asgardienne
Localisation : Midgard
Emploi : Guerrière


Feuille de personnage
Pouvoirs:

history was changed
Lady Sif

La déesse ne l’avait pas vu plus tôt, mais la jeune femme était aussi très mal en point. Alors que William administrait les premiers soins au premier blessé, il s’est aussitôt pressé pour soutenir la petite brunette. Tout le monde était entre de bonnes mains, et prenait le temps de reprendre des forces. Lady Sif avait malgré cela un mauvais pressentiment, quelque chose de terrible était sous leurs pieds, bien plus profondément.

Elle ne se préoccupa pas du certain Muller qu’avait trouvé Richards. Elle pensait à la guerre, ses prunelles noisette se posèrent sur chacune de personnes présentes. S’ils n’avaient pas encore connu une vraie guerre, cela ne saurait tarder. Au bout du compte, Sif comprit une chose :  Asgard avait peut-être fini une guerre, mais celle du monde ne faisait que commencer, et un choix devra être fait pour sa part. Ainsi plongée dans ses pensées, l’asgardienne se déshydrata lentement et laissa couler l’eau fraîche sur ses bras. Elle n’avait nullement ressenti de douleur, seulement sa peau la démangeait légèrement. “Leurs armes sont très puissantes”. Il était inquiétant de voir les humains ainsi armés, leur peuple était encore jeune malgré ce qu’ils pouvaient penser, et l’univers regorgeait de milles dangers, des dangers qu’elle même n’avait pas tous connu.

Richards brisa le silence paisible de la pièce, il était temps de passer à l’action. Parfaitement organisé, le groupe longea un couloir étroit.  Puis au loin, la déesse devina des intrus. L’homme de science se laissa prendre par la panique, ses doigts tremblaient mais la porte pu enfin s’ouvrir et tout le monde glissa à l'intérieur.

La lumière déchira violemment l’obscurité des lieux. Quelque chose n’allait pas. Par Odin, il n’y avait qu’une seule porte ici ! La déesse ne fut pas la seule à remarquer ce détail important et avant que le leader de l’opération ne puisse découvrir quoi que ce soit, Muller mit fin à ses jours, comme un lâche. Avant de mourir sans dignité, il poussa une sorte de cris de guerre. Lady Sif ne pouvait comprendre la portée de cette parole, mais à en juger les expressions sur les visages de ses partenaires, cela n’augurait rien de bon.

Soudain, une sorte de claquement résonna et de l’eau arriva d’on ne sait où. Il leur fallait une solution et vite ! Par chance, l’amie de William remarqua une trappe. Deux options se présentaient : ouvrir ce passage et sortir de là, ou mourir noyer. Aucun doute sur ce qu’il était judicieux de faire.. L’eau montait rapidement et malgré ses blessures, la petite brune tenta d’user de son pouvoir, comme elle l’avait déjà fait auparavant mais cette fois-ci, cela n’aboutit malheureusement à rien.

Là, tout le monde comprit qu’ils étaient temps de travailler en équipe. L’humaine, loin de baisser les bras, dégaina son sabre et l’utilisa en guise de levier. Idée brillante ! Le non-humain et l’homme trop discret, au goût de la déesse, firent de même et cela servait ! Alors que Cooper fit une nouvelle démonstration de ses pouvoirs pour soulever la trappe, la déesse de la guerre fit de même. Ils avaient besoin de sa force, seul, même aidé par leurs coéquipiers, William n’y arriverait pas.  

Embrasse les dés "Soyez gentils":
 

A l’instar de William, la déesse glissa ses doigts dans l’interstice et usa de sa force naturelle pour dégager l’ouverture. “A mon signal. Allez-y !“ La puissance de chacun permit ainsi à la déesse de hisser la plaque sans grand effort. L’eau s'engouffra dans la sortie, il fallait se dépêcher. Cette fois-ci, usant de tout son potentiel, l’asgardienne tendit les bras, permettant ainsi aux autres de passer le plus vite possible. “On ne traîne pas s’il vous plait




Invité, I wonder if I serve the King...
From All The Laws Of Asgard, This Is The One i have Break ! @ ALASKA.

C'est qui le patron?:
 


Dernière édition par Lady Sif le Mar 1 Juil - 14:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Lady Sif' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'OUI/NON' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral

history was changed
Groupe B
- Jack Reed - Mason Mindus - Philia Jenkins - Lady Sif - William Cooper - Marcus Marielo -



L’effort conjugué des héros (et autres) eut raison de la trappe ! Lady Sif tentait de la maintenir ouverte lorsque soudain celle-ci se rétracta, le trou béant s’agrandissant quelques peu sous leur pas, tandis que le sol s’affaissait en direction de la trappe ouverte, facilitant l’extraction des corps immergés. Ils passèrent à travers un conduit étroit à une certaine vitesse et atterrirent sur le carrelage froid et humide d’une salle très obscure et complètement vide.

L’équipement des soldats comporte aussi des lampes torche et lorsqu’ils les utilisent, il baladent le rayon lumineux tout autour d’eux, se remettant sur pied rapidement. Kowalski, qui avait enlevé son casque, aidait le colonel Richards à se relever. Ce dernier remercie le jeune soldat d’un bref mouvement de tête gêné “C’est bon c’est bon, je n’suis pas encore mort.” Le militaire observa les alentours obombrés en rageant. “Muller… Si tu n’étais pas déjà mort je te tuerais encore vieux salopard. Ce type était un scientifique du S.H.I.E.L.D… un traitre. Pas évident que les troupes aient pris cette place rapidement.” Acheva-t-il en s’approchant de ce qui ressemblait le plus à une porte. Soudain, il l’entendait, quelqu’un approchait derrière. Le colonel eut à peine le temps de prévenir sa troupe que la porte coulissante s’ouvrit, baignant le lieu d’une lumière intense sous l’ombre des silhouettes toute en noir qui maintenant, tenait en joue notre petit groupe d’assailant. Richards leva son arme sur l’un des hommes d’Hydra lorsque celui-ci fit entendre sa voix glaciale. “Rendez-vous Richards ou je colle une balle dans la tête de votre Sergent.” Kowalski se tenait parfaitement en face de la ligne de mir de l’ennemi, un point rouge se distinguant sur son front et il en était de même pour Phillia, Lady Sif, William et Mason. Le colonel grimaça, serrant les dents. En plus ces bâtards savaient à qui ils avaient affaire.“Baissez vos armes…” “Mon colonel!” Se défendit Kowalski, fou de colère. “J’ai dit : baissez vos armes ! On ne gagne pas de bataille avec un trou dans la tête Sergent ! ” Le soldat nazi sembla pousser un léger  rire rauque derrière son casque et réitéra son ordre : qu’ils déposent leurs armes sans attendre.

Tandis que le groupe s’exécutait sans broncher, le soldat qui tenait en joue William, en un seul mouvement leste, se détourna de sa cible pour tirer une balle dans la tête du donneur d’ordre nazi et de l’un de ses sbires. Dans la confusion, les coups de feu fusèrent et l’un des hommes de Richards s’effondra sans vie. Les hommes d’Hydra perdirent leurs cibles de vue, sauf celui qui visait Phillia… le coup partit. Kowalski se jeta sur l’un d’eux en lui tranchant la gorge tandis que le groupe mettait hors d’état de nuire le reste des soldats.

Une fois la bataille remportée, chacun se releva, presque sain mais tous sauf. Tous sauf trois personnes. Kowalski saisit son arme et la pointa sur celui qui venait de trahir les siens. “Qui êtes-vous?!” Le traître posa son arme au sol “On s’calme agent Kowalski” et enleva son casque, révélant une chevelure noire de jais, un visage fin et pâle ainsi que des yeux bleus glacials. “Faites-moi penser à ajuster ce casque, j’en ai ma claque.” Le Sergent se redressa, visiblement soulagé de voir Maria Hill. “Pardonnez-moi madame.” C’est là qu’il entendirent mademoiselle Jenkins appeler à l’aide.

Dans la cohue, le colonel s’était fait une idée très précise de l’angle d’attaque de chacun de leurs ennemis. La gosse avec le pouvoir sonique ne pourrait pas s’en sortir. Alors il n’avait pas eu à réfléchir, son choix était fait. Richards s’était jeté sur elle pour la plaquer au sol.

Kowalski dégagea Phillia du poids du corps mais il devina, même sans toucher le pouls, qu’il n’y avait plus rien à faire. C’était un vrai coup dur pour le Sergent qui perdait son mentor et ami et Hill posa sa main sur son épaule. ce contact se voulait réconfortant, même si elle savait que cela était bien insuffisant. “Il aurait voulu que vous continuiez Aaron…

Maria Hill parcourut l’assemblée du regard. “Vous avez de la chance que je traînais dans l’coin. Mais c’est pas le moment de traîner. Suivez-moi !

Le petit groupe quittèrent cette salle sombre pour déambuler à travers les couloirs de cet étage. Hill proposa que l’on s’arrête dans ce qui ressemblait à un bloc opératoire pour prodiguer quelques soins aux brûlés. Par chance, il y avait ici tout ce dont ils avaient besoin et Phillia et Marcus purent changer leurs pansements et appliquer de véritables soins adaptés.

A peine eurent-ils terminé que les lumières vacillèrent, accompagnant les tremblements des murs et du sol. Le visage de leur nouveau leader pâlit. Sur ses gardes, le groupe sortit de la salle. Un vrombissement terrible envahit l’espace et soudain, au détour du couloir, droit en face d’eux, apparut un homme dont chacun des pas écrasait le sol, explosant le carrelage immaculé, laissant derrière lui des trous impressionnants (ils ne mènent pas non plus à l’étage inférieur hein xD). Son corps entier semblait attirer les corps environnants à s’effondrer sur lui. Malgré son apparence, son regard était totalement déshumanisé. Maria Hill fit un pas latéral, sans cesser de le viser de son arme. “ Docteur Hall. Je suis l’agent Hill du S.H.I.E.L.D. Nous sommes ici pour vous aider.

L’homme qui se tenait devant eux n’eut aucune réaction mise à part une sorte d’aura invisible intangible qui l’entourait qu’on était pourtant certain de pouvoir toucher une fois proche de lui. Des objets volaient partout dans l’étage. Des chaises, des verres, des serviettes des dossiers, des tables, des presse-papiers… Il y eut alors une impulsion donnée par ses poings serrés et chacun de ceux qui étaient présents furent brusquement soulevés du sol pour y être plaqué avec violence une seconde après.


Situation


Vous êtes désormais six personnages, accompagnés de quatre PNJ : Maria Hill, le Sergent Kowalski et deux soldats d’élite.

Vous ignorez à quel étage vous vous trouvez exactement. A cet étage se trouvent plusieurs couloirs qui mènent sur de multiples salles. N’hésitez pas à vous y réfugier pour vous cacher.

Marcus et Phillia, comme dit dans le post RP, votre douleur est nettement atténuée. Vous bénéficiez d’une nouvelle technologie qui vous permet de supporter la douleur mais aussi de vous servir de votre membre malgré la blessure. Il ne faudra tout de même éviter de trop titiller votre brûlure.

Vous vous trouvez face à Graviton ! Il s’agit du Docteur Franklin Hall qui est tombé dans du Gravitonium. Il est très très fort et a subit un lavage de cerveau de l’Hydra alors n’essayez pas de faire appel à ses sentiments, vous risqueriez d’être mal reçus !


Le principe de l’utilisation des dés change !
A partir de maintenant, chacun de vous n’aura dès lors que 2 dés d’attaque, que vous soyez de niveau 1 ou de niveau 7.
Laissez-nous vous expliquer un peu tout cela, notamment à travers le lancer.

OUI-OUI > Epic Win ! (Aaaaaalleluia) Votre personnage, quel qu’il soit, touche la cible.
(la violence du choc, la classe du coup, bref c’est une action qui en jette).
Bien entendu, cela demande un certain réalisme de votre part. Thor ne touchera pas la cible de la même façon que Jane par exemple. Tout cela est à échelle.

OUI-NON > Les catégories 6 et 7 touchent la cible.
(attention, ce n’est pas un Epic Win pour autant)
Pour la catégorie 5, vous touchez la cible légèrement.
Pour les catégories inférieures, vous effectuez une attaque qui ne blessera pas votre adversaire mais qui nécessitera de sa part un bel effort d’esquive.

NON-OUI > Votre action échoue, quelle que soit votre catégorie.

NON-NON > Epic Fail ! Non seulement vous échouez votre attaque mais en plus vous vous prenez un retour.

Dans tous les cas, vous êtes face à un big boss ! Même si tous les joueurs font un Epic Win (Aaaaaalleluia) avant vous, c’est au MJ de décider si votre ennemi souffre/pleurniche/abandonne/meurt/est fan de Justin Bieber.
Bref vous pouvez bien entendu décrire le fait que vous la mettez en difficulté mais ne lui prêtez pas des émotions et évitez de trop extrapoler sur son état de santé.


Note HRP


Marcus loupe son premier tour.

Votre ennemi:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 163

Feuille de personnage
Pouvoirs:

history was changed
Marcus Marielo

Marcus souffrait trop pour pouvoir se panser tout seul, mais grâce à la guerrière Sif et quelques hommes, il avait réussi à se bander avec sa trousse de secours. Il ne manquait pas de les remercier. Il avait vraiment mal au niveau de sa main et de son poignée, mais il se devait de le supporter. Au moins, la blessure du à la chaleur provoqué par l'explosion n'était pas pire. Il avait déjà du supporter des brulures comme lors de sa mission en Egypte, mais pas à un tel degré. Quoi qu'il en soit, il restait contre le mur pour se reposer aussi longtemps qu'il le pouvait. Rien n'était moins sûr maintenant et tout pouvait arriver. Lui qui pensait être préparé à tout, il voyait que ce n'était pas le cas.

Au moins, il savait ce qu'il devait améliorer et à dire vrai, il ne comptait pas se ménager à ce propos. Aujourd'hui comme hier et les autres jours. Continuant de se reposer, Marcus luttait contre la douleur qui ne passait pas, mais qui était au moins plus visible grâce au bandage. Il réfléchissait aussi à une façon de se battre avec une seul main. Il n'avait pas beaucoup de choix. Soit il devra utiliser son beretta, soit il prendra sa dague. Marcus saura vite fait si cela allait ou non fonctionner. Des soldats de l'HYDRA (surement, mais il n'en ai pas sûr). Ils leur tiraient dessus et ne voulant pas être éloigné du groupe, il les rejoignait rapidement en les suivant au pas de courses. Voulant être prêt au cas où, il sorti son beretta et peu de temps après cela, il se retrouvait dans une pièce sombre après que le scientifique est débloqué l'accès de celle-ci.

S'habituant peut à peu au noir, il remarquait comme la plupart des autres surement qu'ils étaient enfermés entre quatre murs, fait comme des rats. Si cela était un piège concus par leur ennemis, ils étaient bien tombés dedans. Rangeant son beretta en gardant un oeil attenti à tout ce qui les entourait, Marcus longeait les murs en s'aidant avec sa main valide. Le scientifique ce faisait crier dessus par le colonel pendant qu'un homme gisait au sol. Muler ou muller s'il se rappelait bien. Etant lui-même mal au point au niveau de son poignet, il restait un instant à le regarder pendant qu'il sentait une certaine fraicheur au niveau de ses pieds. Lorsqu'il regardait cela, il voyait de l'eau qui montait.

Voilà quelques choses encore qu'il avait vécu dans le temple en Egypte. Il y était de nouveau ou quoi ? Il en avait l'impression par certains aspects qui y ressemblait. Comme la brulure (plus intense bien sur) ou encore l'eau qui monte. Toutefois, en réfléchissant, l'eau continuait à monter et ne pouvant pas faire grand-chose. Néanmoins, il espérait pouvoir aider tout le monde. Regardant ce qu'il faisait en plongeant la tête dans l'eau. Il voyait une trappe. Il comprenait de suite ce qu'ils essayaient de faire et ils réussisaient en mettant en commun chacune de leur force. Il aurait aimé pouvoir les aider, mais il n'y était pas arrivé à temps. Quoi qu'il en soit, la pression de l'eau absorbé dans la trappe l'aspirait dedans rapidement et il n'arrivait pas à savoir si s'était aussi le cas pour les autres.

La chûte était rapide et plus ou moins longue. L'atterrissage était assez rude aussi, mais avec plus de peur que de mal. Marcus se poussait rapidement pour ne pas recevoir de personne sur lui s'il y en avait encore. Il restait alors légèrement en retrait en assistant au déblace du colonel avec des soldats. Marcus avait non pas la gachette facile, mais pour ce qui est de protéger, il n'était pas mauvais. Malheureusement, pour le moment il n'avait pas réussi à faire grand chose. Marcus suivait la conversation en voulant sortir sa dague, mais la douleur qui s'était très légèrement atténué reprenait.

Tout le monde avait baissé leur arme et aussitot, le donneur d'ordre des nazis. Tirait sur ses compères. Ce n'est qu'après coup qu'il remarquait dans sa voix une ressemblance avec quelqu'un qu'il connaissait. Lorsque celui-ci enlevais son casque, il remarquait que ce n'était pas une ressemblance. Il s'agissait bien de son chef Maria Hill. Il souriait, mais on aurait plus dit une grimace qu'autre chose. Marcus voyait très peu du au très peu d'éclairage dans la pièce. Il avait pu voir Hill, mais la douleur sur sa main s'accentuer de plus en plus l'obligeant à y prêter plus attention qu'avant.

Lorsqu'Hill disait de la suivre, Marcus réagissait au quart de tour en allant vers elle tout en la suivant pour quitter la pièce sombre. Elle proposait de s'arrêter dans le bloc opératoire et lorsqu'il y arrivait, il avait pu changer ses pansements en appliquants les soins appropriés pour sa main. Cela le soualageait grandement. Bon, sa main était encore dans un état pitoyable, mais au moins il arrivait plus ou moins à s'en servir. Il faudra donc qu'il n'en abuse pas. Lorsqu'il venait de terminer les soins sur sa main, les lumières clignotaient suivi par des tremblements du sol et des murs.

Sous les conseils judicieux de Hill, tout le monde sortait de la salle et au détour d'un couloir, un homme se trouvait devant eux, mais il le trouvait étrange. Etrange au point qu'il sortait son beretta en le pointant sur le corps. Son colonel en faisant de meme et il attendait tout simplement. Toutefois, les mots du colonel ne l'atteignait pa et pire encore, il fut propulser avec violence contre un mur comme tout les autres. Il avait malencontreusement lacher son beretta.

Il se dégageait du mur en ce relevant et prenant sa dague en main en restant à bonne distance.

possibilité des dés:
 

Marcus lancait alors la dague pour toucher du verre et le mettre en difficulté, mais cela loupait et la dague se planta dans le sol.


Dernière édition par Marcus Marielo le Jeu 3 Juil - 21:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Marcus Marielo' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'OUI/NON' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modérateur
Feat : Bradley Cooper
Messages : 1409
Race : Mutant
Localisation : New York
Emploi : Aucun


Feuille de personnage
Pouvoirs:

history was changed
William Cooper

William atterrit lourdement sur du carrelage. Le contact froid et brutal allait de concert avec la chute qu’il venait de faire. Étaient-ils tombés dans un second piège ? Tout le laissait présager, une pièce sombre et humide. William n’y voyait que grâce à l’aide des lampes torches des soldats. L’ancien professeur regardait le cadavre du scientifique, comment pouvait-on ainsi trahir son pays ? Pour l’argent sans doute, mais regardez où ça l’a mené : tout droit dans la tombe.

Des bruits se firent entendre derrière la porte, le colonel donna immédiatement des ordres. William eut tout juste le temps de tirer son pistolet, que la pièce fut inondée d’une lumière intense. Le temps que sa vision s’adapte et il se rendit compte qu’il était pris au piège. Des soldats de l’Hydra les tenaient en joue. Une voix s’éleva menaçant le colonel et le groupe qui le suivait. Si William ne pouvait pas voir le petit point rouge sur son front, il sentait toute l’intensité du regard du soldat qui le prenait en joue. Richards ordonna de baisser les armes, chose que William rechigna à faire dans un premier temps.

Mais alors qu’il venait de poser son arme au sol, l’homme qui le visait changea de cible soudainement et tua le chef du groupe de l’Hydra ainsi qu’un autre soldat. Profitant de cette occasion, William se jeta sur un soldat, dévia son arme et l’assomma d’un magistral coup de poing en pleine figure. Le combat ne dura que quelques secondes. Après cela, l’homme qui avait trahi les siens était pris en joue par Kowalski. William se trouvait au côté du sergent quand le traitre de l’Hydra ôta son casque. Il s’agissait d’une femme, si William semblait ignorer qui elle était, elle ne semblait pas inconnue au sergent.  William entendit alors la voix de Phillia appeler  à l’aide. Le justicier précipita vers son ami et vit qu’elle se trouvait sous le colonel. Après avoir enlevé le corps du colonel pour dégager l’accès à Phillia, Kowalski semblait perdu, ce fut Maria Hill qui sortit de sa torpeur. Dès ce moment il semblait clair qu’elle prenait la tête du groupe.

William suivit le groupe, ne restant jamais loin de son amie. Ils arrivèrent alors dans une salle où ils trouvèrent de quoi soigner confortablement les blessures des plus gravement brûler. William aida Phillia à se soigner et refaire ses bandages. Mais alors qu’il venait tout juste de terminer, le sol se mit à trembler à un rythme régulier, au plafond les lumières vacillèrent. William se précipita à l’extérieur pour voir ce qu’il se passait. Très vite, un homme apparut, c’était lui la cause de ce tumulte. À côté de lui, Maria Hill essaya de parler à cet homme, ce dénommé Hall. Mais soudain, une aura étrange empli la pièce et William se senti soulever du sol avant d’être propulsé vers le sol qu’il venait de quitter.

Lorsque la pression exercée sur lui disparut, William put se soulever et se réfugier dans une autre salle. Les vitres celle-ci lui permettaient d’avoir un angle de vue sur le Docteur Hall. Il évita de justesse un bureau qui traversa la vitre, la brisa en mille morceaux. William passa dans une autre salle le plus discrètement possible. Il arriva ensuite dans un couloir, tel qu’il l’avait prévu il arriva derrière l’homme. Caché par l’angle de l’intersection, William était plus ou moins à l’abri. De là où il se trouvait, il pouvait sentir la pression qui était exercée autour de Graviton. À n’en pas douter, cette pression le clouerait au sol dès qu’il cherchera à s’approcher. Puis il eut une idée, la vitesse de vol du faucon et son poids lui permettrait peut être s’atteindre l’homme sans être immédiatement cloué à terre. Ainsi il se transforma en faucon et prit son envol.

l’œil qui voit tout:
 

Le faucon parti à toute allure vers l’homme qui contrôle la gravité. Il sentit la pression de l’air augmenter alors qu’il s’approchait de plus en plus de son ennemi. Le rapace parcourra la distance qui le séparait en un temps record. Sa vitesse le rendit presque insensible à l’augmentation soudaine de la gravité. À moins d’un mettre de lui, il reprit sa forme humaine. William réapparut alors au-dessus du Docteur Hall, son sabre en main. La pression de l’air fut un choc pour lui et ses poumons. Il ne pensait pas que reprendre sa forme initiale serait aussi douloureux. Et alors qu’il se sentait tomber vers le sol, il eut tout de même le réflexe de frapper sa cible. Il sentit la lame entrer dans le corps, mais n’eut pas le temps de constater l’étendue des dégâts, que déjà Graviton se retourna vers lui et usa de son pouvoir pour éjecter l’importun.

Une nouvelle fois, William se sentit comme transporter par une force dépassant l’imaginaire. Il fut propulsé au loin. Il traversa une vitre de verre avant de tomber miraculeusement contre un banc d’occultation renversé (vous savez où les médecins vous font allonger, en cuir et tout^^). Le choc fut amorti par le cuir, cela lui permit sans doute de ne pas se briser les cervicales et quelques vertèbres, mais il fallait avouer que cela faisait tout de même mal.


Dernière édition par William Cooper le Ven 4 Juil - 19:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'William Cooper' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'OUI/NON' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Feat : Jaimie Alexander
Messages : 1498
Autre Identité : Rose Chambers

Race : Asgardienne
Localisation : Midgard
Emploi : Guerrière


Feuille de personnage
Pouvoirs:

history was changed
Lady Sif

L’extraction du groupe du se faire rapidement, et l'atterrissage fût rude pour la plupart, quand bien même, Lady Sif atterrit sur ses pieds. Les agents du SHIELD éclairèrent la pièce sombre mais l’instant suivant, une porte s’ouvrit, laissant une lumière aveuglante éblouir l’équipe. Par instinct et sentant le danger, la guerrière empoigna sa dague, mais le colonel ordonna de rendre les armes. La déesse fronça les yeux, pourquoi se rendre aussi facilement, sans même avoir essayé? Mais elle n’était pas là comme chef, mais comme soutien, donc elle s’exécuta. C’est alors qu’un homme du camp adverse se retourna contre son équipe et d’une balle en pleine tête, se débarrassa du leader et d’un autre homme. Dans la précipitation, tout le monte reprit les armes, d’un lancer, Sif parvint à atteindre l’un des ennemis dans la jugulaire. Il était vrai que les humains avant un corps plus fragile.

Mais alors que les coups cessèrent, le jeune Kowalski était auprès de la jeune femme brune, le corps inerte de Richards à leurs côtés. L’asgardienne se jeta près du corps dans l’intention d’utiliser sa pierre de rune pour le guérir, mais cela n’était plus inutile, il était trop tard. Une jeune femme aux yeux azurés prit les commandes, ce visage ne semblait pas être inconnu au sergent, et toute l’équipe dans un silence de plomb suivit les ordres. En quelques secondes, ils se retrouvèrent dans une salle de soins, ce qui permit aux blessés de panser correctement leurs blessures.

A nouveau, un imprévu survint. les lumières vacillèrent et les murs se mirent à trembler. Il était urgent de vite sortir de là, et tel fût les ordres de la brunette. Dans leur nouvelle fuite, alors qu’ils traversaient nombre de couloirs, le commando se trouva face à un homme. Le sol se fendait sous chacun de ses pas. Une sorte d’attraction forçait l’environnement à se plier vers lui. Décidément Midgard cachait bien des choses dangereuses. Et visiblement cette personne était un docteur nommé Hall aux dires de l’agent du SHIELD.

Hall ne broncha pas, sans aucune expression sur le visage et qu’importe l’aide annoncée par l’agent Hill. Sous son silence, une sorte de bulle l’entoura et dès lors, chaque meuble, chaque objet perdirent leur pesanteur. Et malheureusement, tout ce qui se trouvait face à ce Hall pouvait subir la même perte. Lady Sif sentit son corps flotter l’espace de quelques instants avant qu’une force invisible ne la plaque au sol, ainsi que le reste de l’équipe. Enfin un adversaire intéressant.

Lady Sif fila rapidement dans un couloir, se rapprochant au mieux de la cible. Elle eut le plaisir de voir William user de son pouvoir, la première fois qu’elle découvrit ce pouvoir de transformation, William n’était plus tout à fait… lui. Et malgré la force du jeune homme, son coup n’était pas suffisant. Elle allait devoir agir et profiter de ses capacités pour l'atteindre.

*croise les doigts* je vais manger les dés >< :
 

L’asgardienne étudia la situation, visiblement les pertes de gravité n’étaient pas organisées, Hill usait de son pouvoir sans rigueur, sans plan d’action. Rapidement, alors que la pesanteur était revenue, Sif fila dans les couloirs et se glissa dans celui situé sur le flanc droit de l’homme.

S’armant de sa lame, et resta aussi silencieuse que possible et ce n’est qu’à quelques pas de Hall que la guerrière mit à courir avant de plonger sur lui. Elle y était presque mais une nouvelle perde de gravité, la plaqua contre le mur au fond du couloir, lui coupant ainsi le souffle sous le choc. Battre cet homme sera une grande victoire, si seulement elle parvenait à le toucher.




Invité, I wonder if I serve the King...
From All The Laws Of Asgard, This Is The One i have Break ! @ ALASKA.

C'est qui le patron?:
 


Dernière édition par Lady Sif le Sam 5 Juil - 14:29, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Lady Sif' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'OUI/NON' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Acoustique
Feat : Chesca Miles
Messages : 819
Autre Identité : Supersonique

Race : Mutante
Localisation : N'importe où
Emploi : Freelance


Feuille de personnage
Pouvoirs:

history was changed
Phillia Jenkins

La chute dans la trappe fut tout sauf une partie de plaisir, particulier l’atterrissage. Alors que tous se remettaient rapidement sur pied et que les soldats balayaient la pièce avec leurs lampes torches pour sécuriser les lieux, Phillia décida de rester par terre. Elle était bien par terre !! Il faisait frais, ça ne demandait pas beaucoup d’efforts et elle ne pouvait pas tomber plus bas !!
Bon, dans son malheur, on pouvait dire qu’elle avait eu de la chance !! Elle n’était pas tombée sur son bras… Elle l’aurait mal prit sinon. Mais maintenant que la douleur de la chute s’amenuisa pour ne laisser que celle insupportable de sa blessure, elle n’avait plus de raison pour rester à terre… N’est-ce pas ? Ouais… Redoublant d’effort et refusant toute aide qu’on puisse lui apporter, elle se redressa lentement sur ses jambes.

- Et merde… murmura-t-elle d’un air las.

Phillia n’eut pas le temps d’avertir ce que son ouïe venait de lui dire que le groupe se retrouva à nouveau piégé par des soldats de l’HYDRA. 5 minutes… Juste 5 minutes de pause !! C’était trop dur ? Apparemment… D’un autre côté ils étaient mission, alors de quoi se plaignait-elle ? Mais elle avait mal, alors la logique…
Elle fit face le regard furieux malgré l’expression plutôt calme de son visage au soldat qui pointait sa tête du canon de son arme. Elle n’était pas en état de réfléchir, elle employait le peu de force qu’il lui restait pour tenir debout et faire ce qu’on lui disait de faire. Penser à comment se sortir d’ici en plus était au-dessus de ses forces. Elle prit son épée qu’elle avait rangée dans son d’eau avant de se glisser dans la trappe un peu plus tôt et la posa à terre.

Mais c’est alors qu’un agent de l’HYDRA se retourna contre ses semblables. Et l’enfer commença à nouveau. Des coups de feu fusèrent de toutes parts. Prise de court par le retournement de situation et trop sonné pour avoir conservé ses réflexes habituels, Phillia ne songea pas à se jeter à terre pour échapper au soldat qui la tenait toujours en joue. Le coup partit. Le temps se figea.
Alors que Phillia cru que son heure était venue, quelque chose la percuta violement et la plaqua au sol. Le souffle coupé, elle ne reconnut qu’après Richards. Il venait de lui sauver la vie… Elle s’apprêtait à le remercier quand elle se rendit compte qu’il ne bougeait plus. Elle eut beau l’appeler, il ne réagissait plus du tout. C’est là qu’elle se rendit compte qu’à une distance pareille, elle aurait dû entendre le cœur du colonel battre.

La jeune fille sentit des larmes s’échapper de ses yeux. Il lui avait peut-être sauvé la vie en prenant la balle à sa place, mais cela lui avait couté la sienne. Et à présent, elle était coincée sous son cadavre. Pendant un court laps de temps, elle ne sentit plus aucune douleur, juste de la culpabilité. Pourquoi avait-il fait ça ?!! Ça en avait vraiment valu la peine ?!!

- A… A l’aide… réussi-t-elle à émettre, incapable de se dégager.

Alors qu’on l’aida à se relever, la jeune fille n’osa pas croiser le regard de Kowalski, qui répondait apparemment au nom d’Aaron. Elle vit que William était à nouveau à ses côtés, mais elle ne chercha même pas à le remercier de l’aider. Quelqu’un venait de mourir pour elle, et s’était assez dur à avaler.
Peu à peu, elle refoula ses larmes et enterra au plus profond d’elle-même ce qu’elle venait de vivre. Ce n’était pas le moment de s’apitoyer sur son sort. Comme disait la jeune femme qui leur était venu en aide sous les traits d’un agent de l’HYDRA, ce n’était pas le moment de trainer. Se mordant l’intérieur des joues, Phillia lui emboita le pas sans dire un seul mot, le regard sombre.

Ils finirent par déboucher sur une pièce où elle et Marcus purent être soignés plus correctement. Malgré les protestations de son corps endolorit qui refusait qu’on l’agresse à nouveau, elle se plia à ces nouveaux soins avec soulagement. Sa blessure fut d’un coup beaucoup moins douloureuse et Phillia sentit une partie de ses forces et de sa capacité de concentration revenir.
Elle se refusa toutefois à se détendre. Relâcher la tension voulait dire se laisser envahir par des souvenirs trop récents et qu’elle refusait de traiter émotionnellement parlant. Aussi resta-t-elle aux aguets, tendue et toujours aussi silencieuse. Si on la connaissait, on pouvait remarquer que ce silence était très mauvais signe… Mais pour l’instant, rien ne pouvait l’aider.

C’est alors qu’une nouvelle menace fit son entrée. Plutôt bruyant cette fois-ci, Phillia n’eut pas besoin de prévenir qui que ce soit. Tout le monde sortit et se retrouvèrent bientôt en face d’un homme qui transpirait le danger. La jeune fille se sentit trembler nerveusement rien qu’en le voyant. Et apparemment on était venu aider ?!!
L’espace d’un instant, Phillia se demanda si elle avait vraiment reçu des soins un peu plus tôt. Elle n’avait pas eu le temps de se rendre compte qu’elle flottait au-dessus du sol qu’elle se retrouva plaquée contre celui-ci avec force. Elle poussa un cri de douleur et voulu par réflexe se rouler en boule, mais la pression était trop force, elle neutralisait même son onde sonique produite par son cri.

Quand elle put de nouveau bouger normalement, la jeune fille ne demanda pas son reste et se redressa pour se réfugier dans une pièce voisine. De là, elle ne voyait plus grand-chose mais n’en entendait pas moins. Elle suivit de cette manière les assauts menés par ses alliés et en déduisit rapidement que cet adversaire serait extrêmement dur à vaincre.
Comme elle l’avait remarqué un peu plus tôt, ses ondes semblaient pouvoir être repoussés par la force qu’émettait l’étrange adversaire. Aussi doutait-elle qu’une charge sonique puisse en venir à bout. Il lui fallait quelque chose de plus subtile, et même si cela marchait difficilement, elle avait ça en stock. Elle attendit que l’homme passe devant sa salle pour surgir derrière lui et tenter son attaque.

*S’il vous plaît… Par pitié… Que cela fonctionne cette fois-ci !!!* supplia-t-elle mentalement.

Si je me reprend un fail... :
 

Discrètement derrière l'homme, il ne l'avait pas vu et elle était suffisamment loin de lui pour qu'elle ne se sente pas alourdit pas la pression qu'il exerçait. Lorsqu'elle claqua des doigts, elle réussit à atteindre ses tympans et sut qu'elle était à deux doigts de trouver la bonne vibration pour les faire exploser. Mais alors que ceux-ci commencèrent à vibrer, son adversaire se retourna et la fixa de son regard inhumain.
Phillia ne se fit pas prier et elle s'arrêta immédiatement pour partir se réfugier dans la pièce voisine avant qu'il ne la plaque au sol à nouveau... ou pire encore. Elle prit s'éloigna de la porte d'entrée et se réfugia derrière un bureau. bien lui en prit car la porte d'entrée explosa une micro seconde après qu'elle l'ai passé et le bureau la protégea des éclats de bois. A présent elle ne pouvait plus l'attaquer de cette manière, au moindre signe il la repousserai à nouveau et elle était plus que certaine de ne pas aussi bien s'en sortir aussi bien que cette fois-ci.

Phillia eut un frisson. L'adversaire était impressionnant !!! Elle avait l'impression d'être réduite à l'état d’insecte face à cet homme. Impuissante... Bonne qu'à se cacher dans un trou comme une sourie... La jeune fille serra les poings de frustration. Elle se sentait terriblement inutile, blessée comme elle l'était, incapable de toucher leur adversaire... Un homme avait même du se sacrifier parce qu'elle avait été assez stupide pour ne pas se plaquer par terre pour échapper au canon d'une arme !!!
Tout en se mordant, tremblant de la tête aux pieds, Phillia retint difficilement ses larmes de frustration de couler. L'heure n'était pas venue pour s'apitoyer sur son sort. Aussi se releva-t-elle et prit un autre chemin pour tenter de rejoindre le reste de ses compagnons. Elle ne devait pas s'arrêter de bouger, si rien n'occupait son attention, elle flancherait...

*C'est injuste !!! J'y étais si proche...*


Phil' Jenkins ~ Supersonique



Dernière édition par Phillia Jenkins le Sam 5 Juil - 16:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Phillia Jenkins' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'OUI/NON' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral

history was changed
Groupe B
- Jack Reed - Mason Mindus - Philia Jenkins - Lady Sif - William Cooper - Marcus Marielo -



Hill tentait de retenir le professeur, mais elle n’avait visiblement pas le matériel pour ! Contre le mur, elle rechargeait son arme, soufflant vers le haut pour retirer cette satanée mèche de cheveux de devant son visage. “On devrait arrêter de travailler le dimanche, qu’en dites-vous Sergent ?” dit-elle en regardant Kowalski, qui se tenait alors en face d’elle, continuant de tirer des salves par à-coups réguliers. “Nous sommes lundi madame!” La jeune femme leva ses yeux au plafond en armant son fusil, une grimace hargneuse se glissant sur son visage. “Je hais le lundi.

Leurs misérables tentatives pour tenter de le toucher le laissa de marbre. Il n’avait qu’à tendre un pan de son attention pour les repousser et ses efforts étaient pour le moins minimes. Pourquoi se fatiguer ? Ils étaient tous si faibles… Presque autant que lui lorsqu’il n’était alors qu’un docteur en sciences. Franklin observa ses mains et tout ce qui l’entourait. Il n’avait plus à expérimenter la science, il était la science.

Le professeur étouffa un cri lorsque la lame du soldat entra dans sa chair, le ramenant brutalement à la raison. Sans qu’il puisse ne serait-ce que le contrôler, la colère en lui s’enflamma tel un feu de joie. Il repensa à cette cage, à ces liens, à ces traitements pour le garder sous contrôle et cette douleur, omniprésente et vive… et à ce morveux trop impétueux. Alors il allait leur faire expérimenter un peu de son nouvel univers, leur faire goûter à l’essence même de la force. Il le savait, sa puissance dépassait l’entendement et ils allaient bientôt en saisir une parcelle, infime. Qu’il saignait lui importait peu. Il ne sentait plus cette blessure à son bras, tant transporté qu’il était par l’euphorie et l’adrénaline coulant dans ses veines.

Hall serra ses poings, son regard se voilant de haine. Protégée par le mur, l’agent Hill ouvrit plus grand ses yeux “Oh misère…”. Cette fois, ça allait faire mal. “Protégez-vous!!!” Hurla-t-elle en se jetant à terre, dos au mur. Leur ennemi déploya dans la plus grande violence une charge gravitationnelle d’une puissance inouïe. Une vague s’extirpa de Graviton, détruisant tout sur son passage ou presque. Soufflés par l’onde, le carrelage fut arraché du sol qui se craquelait, les murs s’effondrèrent comme un château de cartes et quelques secondes après ce déferlement effroyable, de l'épicentre aux extrémités de l’étage, rien n’était plus debout.

Les lumières du plafond vacillaient, à moitié décrochées, des étincelles tombant lentement au sol. Son regard assassin se promenait sur cette ruine. Les survivants se trouvaient sous les décombres, il pouvait les sentir, les entendre. Soudain, ses pieds quittèrent le sol et le docteur Franklin lévitait, se dirigeant là où l’un de ses piètres ennemis se trouvait. C’était le soldat qui l’avait blessé au bras. Il ignorait son nom. La seule chose qu”il savait, c’était que ce gamin voulait sa mort. Et bien il ne l’aurait pas. Un rictus étira ses lèvres. Cooper se remettait à peine du choc mais il était fort et tenta de se redresser mais Graviton en décida autrement.

Il leva sa main, soulevant le corps de William dans les airs. Incapable de bouger, il ne put être que spectateur de ce qui allait irrémédiablement arriver, impuissant. C’est alors que le bras droit de Cooper se brisa net juste au-dessus du coude. devant les cris de douleur de celui-ci, l’ennemi resta de marbre. “Vous voyez ce que vous m’obligez à faire ? Je n’en éprouve aucun plaisir. C’est à vous et vous seul que vous devez vous en prendre.” A peine eut-il terminé sa phrase que juste sous les décombres sous ses pieds, jaillit une lance qui érafla sa lèvre supérieure. Sans lâcher la pression sur William, il arracha Sif des décombres sans même la toucher. Elle lui lança un regard mauvais plein de défis. Elle l’avait touché. Il posa le bout de ses doigts sur sa blessure, observa le sang, puis reporta son attention sur la guerrière. La seconde d’après, il projeta sur elle un morceau de béton armé d’où sortaient des bouts de métal. L’asgardienne fut projetée, traversant tout l’étage à une vitesse folle avant de heurter la paroi. Non seulement son abdomen fut transpercé mais deux de ses côtes étaient véritablement broyées. Enfin, il balança négligemment celui qui se changeait en animal avant de continuer sa route. Les autres, ils ne leur adressa pas même un regard.

L’ascenseur central avait été arraché mais il n’avait pas besoin de cabine après tout ! Toujours en lévitant, il emprunta ce boyau quand il tomba en arrière, à l’extérieur de la cage d’ascenseur, sur les gravas. Les yeux hagards, il reculait, à même le sol, secouant sa tête puis parvint enfin à se relever. Une fléchette de tranquillisant l’avait touché à la poitrine. Il la jeta furieusement au sol et s’enfuit. S’il ne pouvait pas prendre l’ascenseur, il prendrait les escaliers !


Situation

Graviton vient de se faire toucher à la poitrine par une fléchette anesthésiante visiblement. Par qui ? Vous n‘en savez rien du tout et vous ne le saurez peut-être jamais (ou bien au prochain tour qui sait ?). Il allait vers l’étage supérieur lorsqu’il se rend compte que l’éboulement l’a comblé, il est donc forcé de se retirer à l’étage inférieur pour reprendre des forces et tenter de sortir d’ici.

Maria Hill et Kowalski se relèvent et même s’ils sont blessés, ils reprennent vite leur esprit et sont bien déterminés à mettre hors d’état de nuire le professeur Hall.

A part Sif et Will, vous devez tous faire un jet de dé pour savoir comment vous vous en sortez. A savoir que les murs ne sont pas en bétons, du moins pas tous donc vous n’êtes pas morts (bonne nouvelle!) donc bon, le matos plus les murs sur le coin du nez ça fait mal mais vous avez connu pire.

Oui > Superficiel, des bleus, des éraflures…
Non > Vous êtes blessé à un endroit précis, sans trop de gravité tout de même (foulure du poignet, coupure assez profonde à la hanche, petit doigt cassé…)

Sif, il te reste ta pierre magique répartou ♥
Will, tu dois aussi se soigner un minimum, au moins te faire une atèle -Maria Hill peut t’aider, Kowalski aussi, je te laisse choisir. Bon, tu as très mal mais tu es un guerrier, ce qui ne te tue pas… ne te rends pas forcément plus fort mais ça ne te tue pas et c’est déjà bien !

Plus que trois PNJ ! Maria Hill, Kowalski et un soldat d'élite. Un soldat a succombé au seul mur en béton qui est tombé, c’est moche.

Sif, à un certain moment, celui que tu choisiras dans ton rp, tu aperçois un objet particulier. C’est quelque chose que tu connais. L’objet est long, doré, fin, on dirait bien un bâton de Berserker ! Bingo ! C’en est un justement. Tu peux donc t’en saisir quand tu le souhaites.
N’oublie pas que cet artefact te confère force et vitalité mais qu’il rend aussi ivre de rage et peut faire perdre le contrôle à son possesseur.

Tu devras faire un jet de dé pour savoir si tu parviens à rester totalement maîtresse de toi ou si, dans ta fureur, tu blesses un ou deux alliés qui se trouvaient malencontreusement sur ta route. (En cas d’échec, un jet de dé pour décider qui sera ta cible est possible si tu le souhaites).

Pour les attaques, on utilise le même système que lors du tour précédent, soit deux dés OUI/NON.


Note HRP

Jack Reed, tu loupes ton deuxième tour. Au prochain tour loupé tu seras exclu de l’Event.
Mason loupe son premier tour.

Votre ennemi:
 

La prison où Graviton se réfugie:
 

Avant dernier tour mes chéris ♥ !!!!!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

history was changed
Groupe C

Mason Terry Mindus

Les efforts avaient payés, Mason observa l'eau s'écouler en jubilant intérieurement, un sourire heureux sur le visage. Mais il avait oublié un petit détail, l'eau l'aspirait dans le trou à présent. Il tenta de lutter mais il fut très vite aspiré dans le siphon et ballotté de droite et de gauche, son crâne heurta les bords du conduit et son corps, tel un pantin désarticulé, heurta lui aussi les parois de leur chemin de sortie. Quand ils atterrirent à l'air libre, Mason se félicita d'avoir un casque tout en crachant l'eau qu'il avait malencontreusement avalée, mais le destin ne voulait pas qu'il reste tranquille longtemps. Des soldats d'HYDRA les avaient déjà encerclés, Mason leva son fusil mitrailleur, priant pour que ce dernier ne soit pas enrayé après leur petite virée au pays de la noyade. Il n'eut pas le temps de vérifier sa théorie, l'ordre fut donner de baisser les armes. Mason se sentait mal, ils allaient être emmenés en cellule et sa couverture ne tiendrait pas une demi-seconde sans son casque, il doutait que les soldats prennent bien la mort d'un des leurs pour que Mason fasse sa petite mission.  Il jura en posant son arme au sol, saloperie d'HYDRA.

C'est alors qu'un des soldats abattis son ami, Mason ne perdit pas un instant, il se saisit derechef de son arme et envoya une rafale bien sentie qui coupa presque un homme en deux, son visage exprimant sans doute la surprise, mais Mason n'allait pas lui faire la causette, il partit se mettre à couvert pendant que les autres finissaient le travail, remarquant avec plaisir que le M-16 avaient bien supporté l'eau finalement. Le corps à corps était profitable à son auguste personne vu que le groupe de soldat commençait à sérieusement diminuer, la chance tournait pour eux et Mason espérait que cela continue. Il ne voulait absolument pas crever comme le dernier des péquenauds dans cette base. Les blessures s'accumulaient aussi du côté des péquenauds ++, à part cette maudite déesse et son corps de béton bien sûr. Mason  suivi le groupe, bien en arrière, il faisait mine de ferme al marche mais il jaugeait ses compagnons de route. Comment se débarrasser d'eux sans difficulté? Difficile à dire mais il devait garder à l'esprit cette possibilité. C'est alors qu'un bruit se fit entendre au fond du couloir, un homme approchait, alors que la salle pulsait d'énergie et que les objets s'animaient d'eux même, un certain docteur Hall fit son entrée, projetant sur le groupe débris et autres projectiles. Mason fut époustouflé, ça c'était du pouvoir! Avec ce genre de mec à ses côtés Stark serait de l'histoire ancienne. Mason ouvrit cependant le feu, se dirigeant vers le moindre abri pour éviter de se prendre quelque chose au visage. Les objets volèrent autour de lui et ses coups de feu sporadiques n'avait pas plus d'effet qu'un pansement sur une jambe de bois, les autres ne faisaient pas bien mieux, sauf Marcus qui réussit à lui planter un couteau dans le bras, bien joué. Il sentit alors une formidable poussée le projeter en arrière.


Tu t'envole!:
 

Mason sentit son corps s'élever dangereusement avant qu'il soit projeté dans les airs tel un fétu de paille son monde n'était que confusion, tout allait trop vite, c'est alors qu'il vit un mur... un mur qu'il allait percuter. Il tenta d'amortir le choc, mettant par pur réflexe les bras en avant. Le choc fut terrible, il sentit son corps trembler jusque dans ses pieds et il entendit un craquement désagréable qui lui tira un hurlement de douleur quand il sentit son bras afficher un angle en plein milieu de son avant-bras. Il retomba au sol, perdu et déboussolé.

Mason entendit les cris de douleur de Williaù et ouvrit avec peine les yeux, son monde était douleur et incompréhension, simple passager à bord de son propre corps, il assista comme distant à la torture de Hall sur William, lui arrachant même un petit rire qui finit dans une quinte de toux. En état de choc, Mason ne comprenait plus ce qui se passait. Il devait faire quelque chose, mais quoi? Il se souvenait, il ouvrit la poche de sa tenue et vit le crystal, tout lui semblait clair. Alors que Lady Sif s'écrasait avec un rocher bardé de barres de métal à quelques mètres de lui, Mason se sentit empli d'un rage incroyable, il ne trouvait plus son M-16 mais il avisa rapidement le pistolet et la grenade. Hall se barrait déjà et Mason poussa un juron et se précipita à sa suite alors que ce connard s'envolait vers la liberté, Jean leva son arme et tira, Graviton tomba, Mason écarquilla les yeux, bon il espérait vraiment faire ça mais il n'aurait jamais sérieusement pensé que ça marche. Graviton entama alors de ramper comme le vers dégueulasse qu'il était, Mason poussa un rire mauvais et dégoupilla la grenade à fragmentation, ce salopard allait déguster.

SAY HELLO TO MY LITTLE FRIEND!:
 

La grenade volait vers sa cible et Mason jubilait, Graviton risqua un coup d'oeil derrière lui et il vit l'objet qu'il avait senti entrer dans la zone de son pouvoir, avisant celui qui l'avait envoyé (le seul abruti à rigoler sans quitter sa posture de fin de lancer, il esquissa un sourire mauvais avant de lui renvoyer le projectile. Mason compris trop tard ce qui se passait, la grenade explosa, passablement abîmée par la prise gravitique de Hall elle ne fut pas aussi destructrice qu'elle aurait dut l'être mais le souffle et les shrapnels que reçu Mason étaient, quand à eux, diablement efficaces. Le criminel pensa à une certaine ironie de la situation, blessé par des shrapnels par une arme reliée à lui d'une manière ou d'une autre, il espérait que la tenue de ce salopard de Stark soit aussi facile à fabriquer qu'elle en avait l'air. Il observa des tâches de sang se former sur son corps, son bras droit brisé pendant lamentablement sur le côté, il posa l'arrière de sa tête sur le sol, il avait besoin d'une pause.

sorry for not posting:
 


Dernière édition par Mason Terry Mindus le Mar 8 Juil - 1:46, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Mason Terry Mindus' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'OUI/NON' :


--------------------------------

#2 'OUI/NON' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Acoustique
Feat : Chesca Miles
Messages : 819
Autre Identité : Supersonique

Race : Mutante
Localisation : N'importe où
Emploi : Freelance


Feuille de personnage
Pouvoirs:

history was changed
Phillia Jenkins

Phillia était sur le point de rattraper les autres quand elle entendit une voix hurler de se protéger. Aussitôt après, elle sentit approcher une force destructrice qui balayait tout sur son passage. L’homme était décidé à passer aux choses sérieuses, et il n’y allait pas de main morte !! La jeune fille n’avait pas grand-chose à faire à part se protéger.
Elle regarda autour d’elle à la recherche d’un abri, genre un coffre-fort ou une chambre froide… Quelque chose de barricadé quoi… Mais la vague arriva sur elle rapidement et elle n’avait rien de tel à l’horizon. Aussi se roula-t-elle en boule derrière un lit renversé sur le côté et quand la charge fut sur elle, elle hurla de toutes ces forces pour créer le plus gros et puissant bouclier qu’elle était capable de produire.

Alors ? :
 

Quand le cataclysme prit fin et que le cri de Phillia ne résonnait plus que dans ses oreilles, la jeune fille ouvrit timidement les yeux. Autour d’elle il n’y avait plus que des gravats, elle était ensevelie. Mais elle eut la surprise de découvrir qu’elle était à peu près intacte !! Sa blessure, sa hanche et ses jambes lui faisaient mal, mais elle n’avait aucuns os cassés, à peine des bleus. Et quand elle passa sa main sur le visage, la légère trace de sang qu’elle en retira n’était qu’une légère entaille.
Phillia poussa un soupir de soulagement. Son bouclier avait fonctionné et avait encaissé la quasi-majorité de l’impact. Et même si elle ne voyait plus grand-chose autour d’elle, elle pouvait facilement se faufiler entre les morceaux de murs pour se tirer de là. La jeune fille aurait presque pu se qualifier de chanceuse… Si elle ne savait pas ce qui l’attendait au-dessus.

Inspirant à grand coup, Phillia se tira hors de sa cachette involontaire et observa ce qu’il restait du niveau. Tout était ravagé… dévasté… C’était un miracle qu’autant de membres de l’équipe survivent à ça, tout du moins de son point de vu. Elle sursauta en voyant son adversaire passer devant elle en lévitant, mais il ne lui porta aucune attention, elle aurait très bien pu être une fourmi.
En fait, une seule personne attirait son intérêt, et le cœur de Phillia rata un battement quand elle se rendit compte vers qui il se dirigeait. Elle regarda comme paralysée William soulevé dans les airs, à la merci de leur adversaire qui venait à lui seul de détruire tout un étage. Elle voulait faire quelque chose, mais quoi ? Dès qu’elle s’approcherait de lui, il la repousserait sans même la regarder !! Le bruit du bras de William se brisant sous et yeux et le hurlement de douleur qu’il poussa ensuite la fit frissonner.

- NON !!! hurla-t-elle en écho avec le cri de son ami.

Phillia se mit à trembler de la tête aux pieds, elle pouvait encore entendre les os de William casser sous la force qu’avait employée leur adversaire. Et celui-ci disait qu’il ne devait s’en prendre qu’à lui-même ?!!! Cet ordure s’attaquait à eux et il les punissait pour avoir tenté de riposter ?!! La fureur submergea la jeune fille et son regard refléta un profond désir de tuer. On.ne.touchait.pas.à.William.
Elle vit d’un regard distrait la tentative de Sif, mais ses yeux étaient concentrés sur l’homme. Il avait beau lui donner l’impression de n’être qu’un insecte à ses yeux, d’être tout puissant… Mais à présent, ça n’avait plus aucune importance. Dès qu’il s’en était pris à William, elle n’en avait plus rien à faire. Il allait payer. Lorsqu’il repoussa son ami et qu’il s’en éloigna, elle sortit définitivement de sa cachette.

Elle courut dans sa direction, jusqu’à arriver à la hauteur de William où elle se stoppa net. Ce n’était pas l’état de son ami qui l’avait arrêté, même si cela l’inquiétait aussi. Mais c’était un rire qui était parvenu jusqu’à ses oreilles. Elle vit alors un des soldats qui restait lancer une grenade en direction de l’homme. Malheureusement, elle retourna à son propriétaire qui avait commis la bêtise de ne pas changer de place ni de se planquer.
Mais l’explosion fournis exactement ce dont Phillia avait besoin. Un sourire mauvais apparu sur son visage. Et, tendant le bras, elle s’empara du bruit de l’explosion de la grenade pour le plier à sa volonté. Elle fit de même avec tous les sons environnants, allant jusqu’aux bruits des battements de cœurs des gens autour d’elle. Tous les sons qu'elle arrivait à capter se retrouvèrent réunis en un point au creux de sa main tendue.

Oui, il n’allait pas comprendre ce qu’il lui arrivait… Il ignorait à qui il avait affaire… Il avait peut-être cru éliminer toutes menaces en blessant William et la guerrière. Mais il allait douloureusement comprendre son erreur. Non seulement il l’avait sous-estimé en imaginant qu’elle n’était capable que de son attaque insignifiante de la dernière fois, mais en plus il l’avait mis en colère.
Et, utilisant toute sa rage et sa fureur dans un même geste, elle envoya sur leur adversaire la charge sonique la plus puissante et la plus concentrée qu’il lui ait été amené à faire. Jamais encore elle n’avait rassemblé autant de puissance sonique en un même point. Jamais encore elle n’avait trouvé la force pour en maîtriser autant. Mais William était plus que tout pour elle, et il venait de lui fournir la force qui lui avait toujours manqué. Et l’homme qui avait osé le blesser allait en faire les frais.

Je suis... énervée... :
 

Distrait par l’explosion de la grenade un peu plus tôt, les réflexes endormis par sa flèche tranquillisante et concentré sur sa fuite… L’homme n’eut ni le temps de contrer ni même de sentir l’arrivée de la charge sonique. Elle lui explosa dessus. Les gravats autour de lui s’envolèrent alors dans une explosion furieuse produisant une cacophonie sans nom.
Phillia se boucha les oreilles pour ne pas se faire sonner par sa propre charge, et bien lui en prit. Dès qu’elle fut sûre que la charge ne faisait pas plus de dommages collatéraux, elle se remit à terre et s’approcha de William. Elle ne savait pas dans quel état elle avait mis son adversaire, amis s’il décidait de se venger, mieux valait qu’il ne sache pas qui était à l’origine de son attaque. A genoux près de son ami, elle mit sa main sur sa joue.

- Regarde un peu ton état, dit-elle doucement en cherchant quelque chose d’utile dans sa trousse de secours, mais elle avait déjà tout utilisé lorsqu’elle s’était brûlé le bras. Tiens le coup, j’appelle quelqu’un pour s’occuper de toi…

Elle avisa les membres de l’équipe autour d’elle. Dès qu’elle vit la femme qui les avait aidé un peu plus tôt et Kowalski, elle leur fit signe d’approcher. Et, se retournant vers William, elle lui embrassa le front d’une geste protecteur. Elle faisait ça à chaque fois qu’elle le voyait en position de faiblesse.
Elle prit ensuite sa main et la serra avec force, plus personne ne devait lui faire du mal sans qu’elle ne soit là pour le lui faire payer. Plus personne n’avait à lui faire du mal !! Dès qu’elle était en difficulté, il était là pour elle, ils étaient toujours ensemble… Et vu que rien ne semblait vouloir calmer son besoin compulsif de la savoir en sécurité et de la protéger, elle allait faire exactement pareil. Et il n'avait pas son mot à dire.


Phil' Jenkins ~ Supersonique



Dernière édition par Phillia Jenkins le Lun 7 Juil - 18:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Phillia Jenkins' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'OUI/NON' :


--------------------------------

#2 'OUI/NON' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 163

Feuille de personnage
Pouvoirs:

history was changed
Marcus Marielo

Marcus avait raté sa cible et sa dague se trouvait au sol trop loin pour qu'il puisse la prendre de nouveau. Cela ne lui plaisait pas trop mais , il avait encore son beretta et son bâton. Il pourrait s'en doute faire quelque chose avec l'un des deux, mais il ne savait pas trop lequel il devrait utiliser. Son bâton ? Qui est assez long et qui augmente sa portée s'il va au corps à corps ou alors son beretta. Son pistolet lui permettrait de rester à distance et se serait s'en doute le meilleur choix qui pourrait s'offrir à lui qui sait. Malheureusement, lorsque William l'avait touché, il voyait leur ennemi se mettre en colère et s'occuper personnellement de Will et de Sif la guerrière. Marcus quand à lui fut projeté par un vent violent le poussant une fois de plus contre le mur lui déboitant l'épaule en recevant par la même occasion des débris sur sa main calciné.
possibilité du dé:
 

La douleur qui s'était plus ou moins estompé sans pour autant être partie se faisait de nouveau ressentir en plus de l'épaule qui venait de se déboîter. Il n'avait vraiment pas de chance, mais cela se paiera un jour. Qui travaille dur et avec volonté verra ses efforts récompensés. Marcus y croirait vraiment et essayait de ne plus penser à la douleur, mais cela était relativement difficile à ses yeux. La douleur était assez forte et son épaule n'arrangeait pas les choses toutefois, il n'en était pas pour le moins déconcentrer. Il restait toujours observateur de ce que l'ennemi pouvait faire et il choisissait alors une solution simple, mais qui lui permettrait d'éviter pour le moment d'autres blessures. Il sortait son beretta de son étui et pointait l'adversaire en essayant de rester calme et de ne plus penser à la douleur. Celle-ci l'empêchait plus ou moins de se concentrer et il dû faire un effort pour arriver à oublier momentanément cette douleur pour tirer en visant le corps de l'adversaire. Toutefois, il ne tirait pas encore et lorsqu'il comptait le faire, il eut une surprise. L'homme était parti quelques part. Cela lui donnait une pause en espérant qu'ils en avaient terminée avec lui. Néanmoins, quelque chose lui disait que cela n'était pas le cas. Marcus n'en savait rien, mais il en avait juste le pressentiment.

Mariah et le sergent (s'il avait bien retenu son grade) se relevaient bien que blessés et suivant leurs exemples, Marcus ne comptait pas rester en reste. Après qu'il est fait cela, ils descendirent vers l'étage inférieur. Les suivants à quelques pas derrière, il gardait dans sa main valide et sans dommage son berretta. Prêt à défourailler à n'importe quel moment, il aperçut à l'étage inférieur l'adversaire et il prenait son temps pour viser en se tenant prêt de l'ascenseur. Une fois prêt il tirait en rafale.

possibilité du dé:
 

Malheureusement, il ne réussit pas à le toucher, des objets virevoltants bloquaient ses tirs et certains étaient plus dangereux que d'autres. La seule chose qui réussissait à faire pour le moment était de détourner son attention sans le toucher. Ne souhaitant pas être une gêne, il s'empressait de recharger son berretta afin qu'il soit prêt à l'emploi.


Dernière édition par Marcus Marielo le Lun 7 Juil - 18:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Marcus Marielo' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'OUI/NON' :


--------------------------------

#2 'OUI/NON' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modérateur
Feat : Bradley Cooper
Messages : 1409
Race : Mutant
Localisation : New York
Emploi : Aucun


Feuille de personnage
Pouvoirs:

history was changed
William Cooper

William se trouvait sous des décombres, que venait-il de se passer ? Il voyait encore Hill crier de se mettre à l’abri et puis la seconde d’après il recevait des débris de murs en pleine figure. Il ouvrit les yeux, il était face contre terre, il entendait le crépitement de quelques câbles électriques arraché. Il se retourna et repoussa de son bras les décombres qui le gênaient, mais ce qu’il vit lui glaça le sang.

Au-dessus de lui se tenait le Docteur Hall. Le guerrier chercha une échappatoire, il essaya de se redresser, mais une force le clouait au sol. Graviton tendit une main vers lui, aussitôt, William fut soulevé, il ne touchait plus le sol. Il se savait perdu. Était-ce vraiment la fin ? Il leva les yeux vers Graviton, le regard haineux de ce dernier faisait comprendre à William qu’il serait impossible de le raisonner. Mais il ne lâcha pas le regard du docteur, il affronterait la mort en la regardant en face. Mais Hall sembla avoir d’autres projets pour lui, d’une simple pression de son pouvoir, il brisa le bras droit de William. Le hurlement de douleur qui s’en suivit résonna dans toute la pièce. La douleur était telle que William perdit connaissance sans même avoir entendu la phrase accusatrice du docteur.

Lorsqu’il reprit connaissance, la première chose qu’il sentit fut cette intense douleur. Il faillit à nouveau s’évanouir, mais tient bon en voyant le visage qui se trouvait au-dessus de lui. Graviton avait disparu laissant la place à Phillia. William était livide, la douleur qu’il ressentait l’empêchait de se concentrer, il lui fallut quelques instants pour se souvenir de l’endroit où il était. Il voulut se relever, mais la douleur l’en empêcha. Très vite, Maria Hill les rejoint. William voulut attraper sa sacoche où il avait un kit de premiers secours, mais même avec son bras gauche, le moindre mouvement était un véritable calvaire. Comprenant ce qu’il voulait faire, Hill attrapa la sacoche de William et en sortit ce dont elle pouvait avoir besoin. Elle récupéra deux barres de fer d’un morceau de bétons qui avait grandement amoché lors de l’attaque de Graviton. Elle donna des calmants  au guerrier et s’activa à lui faire une attelle avec les deux morceaux de fer et un bandage. Avec le reste du bandage, elle bloqua le bras contre le corps.

Pendant que Hill s’occuperait de le soigner, William avait le regard fixé sur Phillia. Il avait toujours été là pour elle, et elle avait su répondre présente quand lui avait eu besoin d’aide. Il se perdit dans le regard de la jeune femme et ne fut ramené à la réalité que quand Hill s’adressa à lui pour lui dire qu’elle avait fini. Elles l’aidèrent à  se relever, William ne put réprimer une grimace, le calmant faisait effet, mais pas assez vite. Mais au moins, il n’allait plus craindre d’avoir mal lorsqu'il ferait un mouvement, son bras était totalement immobilisé et ne risquait plus de bouger. Il regarda Hill dans les yeux et d’une manière sûre de lui qui ne laissait pas la place à la discussion il lui dit qu’il refusait d’être laissé derrière, qu’il allait continuer avec eux.

C’est soutenu par Phillia, qui avait récupéré le sabre de William, qu’il suivit le groupe jusqu’à un escalier menant à l’étage inférieur. Depuis le début de cette aventure, ils descendaient. Cette prison n’avait-elle donc pas de fond ? Enfin, arrivés en bas, ils débouchèrent dans une vaste salle. Arrivant derrière l’ascenseur, William n’eut pas tout de suite un visuel sur Graviton. Mais les traces de pas, ou plutôt les explosions au sol indiquaient sa présence. William se cala derrière l’ascenseur, hors de question de prendre autant de risque que la dernière fois. Avec sa blessure et la puissance de leur adversaire, hors de question de tenter le corps à corps. De sa main gauche, il réussit à attraper son pistolet. Il n’était pas ambidextre, mais pouvait toujours tenter quelque chose. Il était hors de question qu’il reste là à ne rien faire pendant que les autres combattaient. Non, il n’allait pas jouer la victime incapable de se débrouiller.

Il se stabilisa en se reposant sur la cage d’ascenseur avec son épaule droite. La douleur était bien présente, il dut faire un effort incroyable pour l’ignorer et continuer son action. Il leva son bras gauche et visa son ennemi. Avoir ainsi le bras tendu, il voyait sa main trembler, très vite une tension se fit sentir dans le bras tendu, mais il resta immobile, attendant le bon moment pour attaquer. Il savait que dans une telle position, il serait à la merci de son ennemi si ce dernier se retournait contre lui.

Probabilité du lancer de dés:
 

C’est toujours tremblant qu’il appuya sur la gâchette. La détonation affirma que la balle était bien partie. Bien trop rapide pour pouvoir être suivi des yeux, il put quand même la voir lors qu’elle entra dans le champ gravitationnel qui entourait le Docteur Hall. La balle ralentit et changea de direction. Elle piqua vers le sol et frôla le docteur. Craignant des représailles de Graviton, William se mit à l’abri derrière l’ascenseur. Il prenait conscience à ce moment-là de la peur que Hall provoquait chez lui. Ce type avait bien failli le tuer, pourquoi ne l’avait-il pas fait, aucune idée. William avait plus ou moins compris que l’intervention de la déesse de la guerre avait joué en sa faveur. Pourquoi ce type ne les avait pas tous tués, il en avait largement le pouvoir. Non au lieu de cela il avait préféré se réfugier ici. Pourquoi ? Avec ses pouvoirs il aurait pu se frayer un passage jusqu’à la surface, non, il semblait, avoir préféré les attirer encore plus profondément. Il avait un plan, William en était certain, et pour la première fois il eut envie de fuir. Ce monstre avait réussi à les attirer ici, dans un but bien précis.


Dernière édition par William Cooper le Mer 9 Juil - 10:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'William Cooper' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'OUI/NON' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Feat : Jaimie Alexander
Messages : 1498
Autre Identité : Rose Chambers

Race : Asgardienne
Localisation : Midgard
Emploi : Guerrière


Feuille de personnage
Pouvoirs:

history was changed
Lady Sif

La lady écarquilla les yeux, le sol craquelait et les murs cédèrent. Le chaos qui régnait désormais, ne lassant que des tas de ruines et de poussières. L’éclairage instable perturba quelques instants la déesse, elle sentait le docteur Hall bougeait, ses pieds ne touchaient pourtant pas le sol détruit.

Avant qu’elle n’eut le temps de faire quoi que ce soit, elle retrouva la trace de son ennemi qui se tenait juste devant William. La guerrière tenta une approche furtive, mais l’inquiétude s’empara d’elle lorsque ses prunelles découvrirent le corps de William soumis au pouvoir de Hall. Elle devait faire vite, elle profita des décombres pour se protéger et attendit le bon moment, elle ne devait pas blesser William. La seconde suivante, Cooper hurla de douleur. Sif grinça des dents, elle devait faire diversion. Alors que Hall était plongé dans sa folie, elle en profita pour lui lancer sa lame au visage, seule la lèvre fut légèrement coupée.

Elle se plaqua complètement au sol, pensant lui échapper, mais Sif pouvait déjà sentir son corps quitter le sol. Elle n’avait pas peur, non, loin de là, elle avait enfin un ennemi à sa taille, et même si elle n’en ressortait pas sans égratignure, l’envie de vaincre cet homme était si tentante. A son tour, la gravité l’obligeait à faire face à son adversaire, elle ne pouvait que lui lancer un regard noir, et un sourire apparu sur ses lippes. Il n’avait pas du tout apprécié son geste, et il lui fit payer cher. Un bloc de béton s’écrasa contre l’asgardienne, la projetant à travers l’étage avant qu’elle ne percute un dernier mur.

Son coeur s’arrêta sous le choc terrible, et la guerrière pouvait sentir la chaleur de son sang envahir son armure. Elle resta inerte un court instant, la vision trouble, avant de reprendre son souffle et d’user de sa puissance pour se dégager. Haletante, elle essaya de s'extirper des décombres mais une douleur terrible lui arracha un cri, instinctivement, sa main se posa contre son torse et elle devina des morceaux de métal. “Par Odin…” Sans attendre plus encore, elle arracha le métal de son abdomen, les éclats étaient profondément plongés dans sa chair. Ses doigts ensanglantés cherchèrent sa ceinture sans trouver sa bourse de cuir. Saisie par son mal, la déesse siffla de rage, où était sa pierre de runes? La vue toujours embrumée, elle tenta de repérer sa pochette. Elle n’était pas loin d’elle mais un grondement fit de nouveau trembler le sol et la bourse glissa dans un creux.. Se mordant les lèvres, Lady Sif poussa sur ses jambes pour ramper plus près, puis étira son bras pour se saisir de la pierre.  Elle ne se soucia pas de sa peau meurtrie et arrachée. De son autre main, elle arracha les sangles de son armure pour s’en libérer. Ce n’était pas beau à voir, mais elle avait connu pire n’est-ce pas? Le souffle court, elle broya la pierre entre ses paumes et l'effrita sur ses blessures. La magie ne tarda pas à la guérir un maximum, elle n’en avait pas assez pour se soigner complètement mais cela ferait l’affaire pour le moment. Des goûtes perlaient de front de la déesse, elle avait eu de la chance, son état aurait pu être pire. Se tenant la poitrine en grimaçant, Sif s’assit dans la poussière et enfermait de nouveau son torse dans sa cuirasse. Elle n’avait jamais été en si mauvais état.

Lorsque l’asgardienne reprit complètement ses esprits, plus personne n’était à l’étage sauf Kowalski.  “Madame? Madame vous allez bien? Laissez moi vous aider” La voix résonnait dans sa tête. Ravalant sa fierté, la guerrière accepta l’aide du jeune homme, son corps tout entier était douloureux, malgré l’effet médicinal de la pierre. “Où sont-ils? Et Cooper?” Le sergent resta muet une seconde devant la déesse, elle était effrayante ainsi, sale de son sang et de la poussière, il finit par déglutir et lui répondre. “Hall s’est enfui au niveau inférieur Madame. Et Cooper n’a qu’un bras cassé.” La guerrière inclina la tête et s'écarta doucement de Kowalski. C’était donc en dessous d’elle que cela se passait. Ses yeux de la déesse se plantèrent dans le sol, et elle resta immobile. Elle ressentait quelque chose d’étrange, ses prunelles noisettes balayèrent les ruines de l’étage, il y avait beaucoup d’armes, et d’objets ici. Sif savait qu’elle devait filer au niveau supérieur mais elle était certaine qu’elle trouverait une arme intéressante. Kowaslski comprit immédiatement la démarche de l’asgardienne, et l’aida dans sa recherche.

Moins que quelques secondes plus tard, Lady Sif aperçut un trésor, le bâton berserker. Elle l’avait trouvé, enfin ! Avec vigilance, elle s’approcha de l’arme, elle savait les ravages qu’elle pourrait, dès lors, provoquer avec ce pouvoir entre ses mains. “Éloignez-vous de moi, cela voudrait mieux.” Le sergent s'exécuta sans un mot. La déesse s’arrêta devant l’artefact, les runes inscrites mettaient en garde quiconque saisirait le bâton, elle avait entendu les légendes, mais l’armée Berserker n’hésitait plus depuis bien des siècles, avoir cette arme était un privilège et une malédiction.

Que la force soit avec moi:
 

Ses doigts s’enroulèrent autour du manche doré, les runes scintillèrent et la puissance s’empara du corps de la déesse de la guerre. Son regard s’assombrit, elle sentait toute sa colère refaire surface, elle qui, sur Asgard, était réputée pour son contrôle. Tous ses souvenirs défilèrent devant ses yeux : Des années d’entraînement pour être autre chose qu’une femme, la dernière guerre qui avait détruit des vies, ma mort de Frigga, la douleur d’Odin, la douleur qu’elle venait de surpasser, le départ de Thor, la veille de … Tout ce qui était en pouvoir d'alimenter sa rage était bon à prendre.

Une question subsistait : serait-elle capable de se contrôler ? Elle se retourna vers le sergent qui recula d’un pas par sécurité. La déesse avait le visage aussi sombre que les abîmes, son coeur si pur et vaillant n'était désormais qu’un coeur brisé et en colère. Sans dire un mot, Sif sauta dans la cage de métal pour rejoindre le niveau inférieur.

Ça va faire mal... pour nous:
 

À nouveau, la guerrière sentit son corps léviter au-dessus du sol, est-ce le cas pour les autres? Peu importe. Elle ignora les raisons pour lesquelles, il l’avait approché vers lui, mais c’était parfait. Contrairement à la fois précédente où elle s’était sentie prisonnière d’une barrière invisible, là, elle se sentait capable de se mouvoir, péniblement certes mais assez pour porter un coup. Avec son expression de défi, elle dévisagea l’homme avant de lever le bâton pour porter le premier coup. Elle n’avait pas réussi à agir assez vite et Hall put remarquer sans problème son geste. Telle une poupée, elle fût projetée au loin, percutant quelqu’un, impossible de savoir qui, avant qu’elle ne rencontre à nouveau un mur de plein fouet. La douleur était intense, tout comme son pouvoir.

Elle s'étripa avec difficulté du béton, puis un son s’échappa de ses lèvres, le visage dirigeait vers le sol, son corps entier était secouée par des spasmes. Elle riait, son rire était mort de gaieté.

       




Invité, I wonder if I serve the King...
From All The Laws Of Asgard, This Is The One i have Break ! @ ALASKA.

C'est qui le patron?:
 


Dernière édition par Lady Sif le Mer 9 Juil - 12:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Lady Sif' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'OUI/NON' :


--------------------------------

#2 'OUI/NON' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

history was changed
Jack Reed

De toutes les abominations que Jack avait vu dans sa vie, il pensait avoir fait le tour. Taureau-lézard, expériences par des soldats de l'HYDRA, l'Abomination, ennemi de Hulk était aussi un cas. Mais voir un homme possédant une telle puissance de la nature était encore plus impressionnant en soi. La gravité, quelle force extraordinaire. Jack ne tenta rien d'imprudent et resta à l'écart le temps de l'étudier. Est-ce qu'il pourrait seulement le toucher? Cette question ne se posa plus lorsque ses coéquipiers tentèrent de s'en prendre au professeur. Toutes tentatives échouèrent lamentablement ce qui conforta Jack dans l'idée d'étudier son ennemi avant de tenter quoi que ce soit. les choses ne changeaient pas. Graviton leur était supérieur, il leur fallait une tactique en urgence et vite. Mais ce fut sans compter sur l'un des soldats qui firent pénétrer la lame dans le corps de Graviton.

"Parfait" pensa  Jack qui se prépara à dégainer. Mais la suite fut beaucoup moins joyeuse pour le Gamaïen qui vit que Graviton préparait quelque chose. Quelque chose qui risquait de mettre sa vie en danger. D'instinct, il se retira mais il était trop tard. Le murs craquelèrent, le sol se divisa en millions de morceaux inégaux. Le chaos régnait suite à cette vague d'une puissance incroyable. Jack eu le souffle coupé suite à l'onde de choc et subissait le poids de son armure de plein fouet. Il risquait fortement de passer à travers les étages et de se blesser gravement dans ces conditions. Hill avait crié de se mettre à l'abri mais il était bien trop tard. Ce fut le trou noir total.

Le réveil fut quelque peu douloureux. Des décombres recouvrait Lame Noire qui ne fit aucun bruit et essaya de rétablir sans aucun son les capacités de son armure. Jack entendit William se précipiter sur Graviton en tentant une attaque de front. Le professeur n'eu aucun mal à l'arrêter. Mais la suite révolta Lame Noire. Son cri le glaça d'effroi mais l'ampli aussi d'une immense colère. Personne n'avait le droit de s'en prendre à lui! Sif en fit tout autrement. Sa lance venait de le toucher à la lèvre, laissant couler un filet de sang. Jack tenta de bouger légèrement et n'eu par miracle aucun bleus, juste quelques éraflures mais pas de problème majeur. Jack réfléchit à la situation. Il ne voulait pas attaquer ce monstre de front. Apparemment, Hall s'était barré et le reste de l'équipe était resté calme. Lame Noire ne pouvait pas en être sûr tant il avait mal à la tête. Il attendit encore un peu, jugeant les bruits qu'il entendaient tel des murmures à ses oreilles.

Chance!... ou pas...:
 

Bon, il fallait pour lui rejoindre les autres. Il les voyaient au loin et s'empressa de les rejoindre au plus vite. Chacun tentait encore tant bien que mal de toucher le surhomme. Mais avait-il seulement une faiblesse? Excepté si quelqu'un contrôlait les vecteurs ici, personne ne pouvait aller à l'encontre de la gravité. A moins que la puissance électrique de Lame Noire ne soit assez puissante pour le toucher. Jack s'avança et attendit un moment pour attaquer son ennemi par derrière. Il activa son gant électrique et en intensifia la puissance. Une lame électrique était maintenant formée dans son bras gauche. Avec dextérité, il visa la tête de Graviton avec un arc électrique puissant.
A l'attaque!... Je hais les dés!:
 

La suite fut moins drôle pour Lame Noire. Graviton dévia sans peine l'arc électrique et repoussa Jack qui fut claqué au sol, totalement retourné et quelque peu inconscient. Il voyait double et s'était dès maintenant attiré la rage du scientifique déchu. Jack sentit qu'il fallait être prêt à riposter au cas où et s'empara de sa lame. Mais ce n'est pas dit que dans son état, il puisse faire quoi que ce soit.


Dernière édition par Jack Reed le Mer 9 Juil - 16:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Jack Reed' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'OUI/NON' :


--------------------------------

#2 'OUI/NON' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral

history was changed
Groupe B
- Jack Reed - Mason Mindus - Philia Jenkins - Lady Sif - William Cooper - Marcus Marielo -



Le cri de la gamine l’avait projeté dans les escaliers sans ménagement. Il avait presque été sonné si ses pouvoirs n’avaient pas un minimum protégé sa chute pour le conduire à l’étage en dessous… celui qu’il abhorrait tant… l’endroit où se trouvait sa cage. Ses mains tremblaient, ses dents claquaient. Il observa ses doigts avec terreur. Il sentait ses forces l’abandonner. Certes, il avait toujours en lui ce pouvoir phénoménal qui faisait de lui un être plus proche de la véritable divinité que tous ces asgardiens -ou presque tous- mais cette maudite fléchette lancée par cette ombre dans la cage d’ascenseur l’affectait, et ce de plus en plus.

Son répit fut bref. Déjà la petite troupe de gai lurons venait le harceler. N’avaient-ils donc rien de mieux à faire ? Vivre par exemple ? les attaques se succédèrent mais ne donnèrent rien contre lui. Il était bien trop puissant ! Maintenant ce fut au tour de la femme qui l’avait blessé à la lèvre peu de temps avant. Elle était toujours en vie ? Par quel foutu miracle ?! Et en plus de cela, elle l’attaquait de front, avec une arme qu’il ne reconnaissait pas. Il voulut la balayer d’une pensée avant qu’elle n’approche mais il eut des sueurs froides lorsqu’il réalisa qu’il en était incapable. Il dut se concentrer un maximum pour la repousser d’un geste rageur. Il soufflait bruyamment. Son front humide perlait et son regard commençait à se troubler. Nom de dieu. Il ne pouvait pas finir comme ça ! Pas maintenant ! Il voulait être libre. Il n’avait pas à rester là, cloîtré comme une bête pour le plaisir de ces rats en blouse blanche !

Hill, le maintenant toujours en joue, s’approcha d’un pas. Franklin allait l’agresser lorsqu’elle poussa de sa voix forte. “Stop !!! Docteur Franklin, nous ne sommes pas vos ennemis !! Nous ne vous voulons aucun mal !! Nous venons pour vous libérer !” Le docteur à l’âme corrompu eut une grimace, se laissant tomber en arrière sur le banc de béton qui lui servait de couchette, un rire convulsif secouant son corps. “Oh oui… me libérer hein ? Me libérer pour que je retourne chez moi ? Pour que je revois ma famille ? Pour que je reprenne mon travail comme si de rien n’était ?” Un nouveau rire remplit la salle avant de cesser brusquement. “Comment pouvez-vous espérer ne serait-ce que me convaincre une seconde que vous n’allez pas juste m’enfermer de nouveau.” Maria serra les dents “Nous ne sommes pas comme eux, nous ne sommes pas Hydra ! Nous sommes vos alliés et votre patrie ! Le véritable ennemi est là, à notre porte ! Aidez-nous à le combattre ! Aidez-nous.” Acheva-t-elle en baissant son arme. Le docteur Franklin inclina sa tête en fronçant son regard sur l’arme qui s’ abaissait. Il parut suspicieux puis son visage redevint étrangement humain. Humain. Avec des émotions et une conscience. “Je vous crois… Vous n’êtes pas Hydra.” Puis son regard redevint profondément mauvais. “Mais moi je le suis.” Hill tenta de garder son calme. Vraiment, cela se présentait mal. Lui ? Hydra ? Ses oeillades d’un bleu cristallin se firent plus perçantes que jamais sur Franklin. “Ce sont eux qui vous ont enfermé, ce sont eux qui font des expériences sur vous depuis des semaines et vous maintiennent dans un état végétatif constant.” L’autre haussa simplement ses sourcils. “Vraiment ?” Maria demeura silencieuse mais elle n’aimait vraiment pas la tournure des évènements et elle commençait à avoir très chaud. Ce n’étaient pas toutes ces technologies énergétiques et ces armes destructrices de haut niveau qui pouvait prétendre à la plus merveilleuse invention, non ! C’était le déodorant !

Graviton se redressa doucement, son corps soudain enveloppé dans cette même aura invisible et étrange. Maria recula lentement d’un pas. “C’est le SHIELD qui m’a trouvé. C’est le SHIELD qui m’a amené ici ! C’est le SHIELD qui m’a mis sous sédatif pour me garder sous contrôle ! Vous avez toujours été de fieffés menteurs, lui me l’a bien fait comprendre, même si je ne voulais pas le croire au début.” Hill tiqua. A qui faisait-il donc allusion ? “Vous vous érigez comme des sauveurs, comme le dispensateur du bien de l’humanité mais vous n’êtes en rien différents des autres ou bien si, pour prétendre être meilleurs vous êtes en fait certainement les pires!!!

Oh oh… FEU A VOLONTE !!!!” Cracha-t-elle en le visant de nouveau, tirant sur le docteur autant de balles que pouvait en contenir son chargeur avant que ce dernier soit vide. “Kowalski ! Donnez-moi le sédatif !” Avec un sang-froid exemplaire, le sergent se cacha comme elle derrière l’ascenseur pour lui tendre ce qu’elle demandait.

Graviton n’était pas vaincu, pas encore, et il comptait bien le leur faire comprendre. S’imaginaient-ils venir jusqu’ici à des centaines de mètres sous la surface, dans la cage d’un monstre et… “...ressortir vivant?!!!!” Qu’il hurla avec une profonde démence ancrée dans ses yeux, déformant son visage et tout son être. Son pouvoir sembla exploser et c’est le bâtiment entier qui crissait et grondait. Aucun doute, il voulait le faire s’effondrer.

Kowalski continuait de tirer mais les éléments se déchaînaient et le bruit était si fort qu’ils avaient du mal à entendre leur propres coups de feu. “On n’a pas le temps il faut évacuer ! “ “Faites-les évacuer ! Moi je reste pour essayer une dernière fois.” “C’est de la folie !” “ Barrez-vous c’est un ordre !” Mais Kowalski ne bougea pas, pas plus que les autres membres du groupe. Tous auraient bien préférés ne pas rester là mais voilà, leur conscience leur interdisait de partir, et pour Mason, sans doute était-ce la trouille de se faire griller.


Situation

Bravo mes amours vous êtes arrivés à l’ultime tour de l’aventure !

Vous vous trouvez donc dans la cellule de Graviton. C’est le chaos ! Le bruit est infernal ! Votre vue est mauvaise car la poussière et la matière s’agite tout autour de notre gentil docteur.

Votre objectif > Attaquer Graviton sans cesse pour qu'il gaspille de l'énergie à vous contrer et ainsi garder le complexe en un seul morceau et aider Maria Hill à le neutraliser, tout en préparant votre repli rapide sentant que la base est sur le point de s'écrouler.

Vous avez comme les derniers tours, 2 dés pour attaquer !

Une fois votre attaque passée, vous lancerez un dé de 6 pour déterminer comment vous vous en sortez.

½ > sans dommages supplémentaires, vous aidez ceux qui ont plus de mal à s’en sortir
¾ > Vous êtes blessés à un endroit précis mais c’est supportable
⅚ > Vous vous mangez des débits qui semblent vous en vouloir à mort et c’est non sans aide que vous parvenez à vous enfuir.


La prison de Graviton:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

☩ Event ☩ And when history did not cooperate - Groupe B

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» ☩ Event ☩ And when history did not cooperate - Groupe A
» ☩ Event ☩ And when history did not cooperate - Groupe C
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avengers Now :: Event :: ☩ Event ☩ And when history did not cooperate-