compteur


 

Partagez | .
 

 ☩ Event ☩ And when history did not cooperate - Groupe B

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'William Cooper' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'OUI/NON' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Feat : Jaimie Alexander
Messages : 1498
Autre Identité : Rose Chambers

Race : Asgardienne
Localisation : Midgard
Emploi : Guerrière


Feuille de personnage
Pouvoirs:

history was changed
Lady Sif

Légèrement agacée par le comportement des certains, ennemis du colonel ou pas, Lady Sif restait indécise quant à ses avis sur les membres de l’équipe. Elle ne connaissait que William Cooper, et le colonel mais pour accomplir sa mission, elle n’avait pas d’autre choix que de rester avec les Midgardiens. Après tout, compte tenu des évènements actuels, son coeur de noble guerrière la guider sur un altruisme qui n’appartenait qu’à elle. Sif était la Lady de Guerre après tout.

Le camp d’adverse n’avait que trop peu de pertes et ils perdaient trop de temps, il fallait prendre d’assaut ce complexe et au plus vite. Le regard noisette de la déesse se posa sur Richards pendant que celui-ci détachait un petit objet de sa bandoulière. Sif tenta de comprendre les intentions du colonel et quand ce dernier ordonna au commando de se mettre à couvert, elle obéit, se cachant derrière une colonne.

Bon sang ! Les Hommes ont des ressources intéressantes pour les combats. L’asgardienne fût quelque peu surprise par la détonation et le sifflement dans ses oreilles, mais cette surdité ne dura qu’un instant. Une fois sortie de sa cachette, Sif ne put s’empêcher de sourire en surprenant le chef de l'escouade remettre l’un de ses hommes à sa place. Elle l’observa discrètement, cet homme, ce Reed, était-ce vraiment un humain? Peu importe, elle n’était pas là pour cela après tout.

Le temps d’un court conseil, les ordres étaient donnés par le colonel qui déploya une carte holographique. Malgré ce que l’on pouvait croire, Sif maîtrisait cette technologie, elle n’était pas si dépaysée après tout. Une bataille, des gens étranges, des pouvoirs étranges, aucune logique et beaucoup de surprises, trop de surprises. Après son discours, des portes l'ouvrèrent sur une sorte de… cage en fer. Le viage impassible, Sif s’interrogea, la dernière fois qu’elle avait confiance à l’architecture midgardienne, celle-ci s’était retrouvée sur le toit d’un navire volant. Un avion, comme l’avait nommé le fils de Coul. Méfiante, elle entra tout de même avec les autres.

Sans vraiment comprendre le mécanisme de cette étrange machine, l’asgardienne profita de cet instant pour ajuster son armure et resserrer ses brassards. Lorsqu’elle regarda autour de sa personne, tout le monde semblait concentré, près à l’attaque. Alors que les portes de métal se séparèrent, ce n’est qu’un étroit passage qui s’offrait à eux. Un homme à l’allure épuisé se tenait devant la cabine. La déesse fronça les sourcils, était-ce lui la cause de ce léger problème? Armée de sa fine lame, Sif se fraya un passage pour sortir et sauta sur l’inconnu. Mort ou juste assumé? Cela n’avait aucune sorte d’importance.

La voix ainsi libérée, le commando se divisa en petit groupe, Lady Sif se retrouvant avec la jeune demoiselle du groupe. La déesse ignore si cette petite brune avait remarqué sa présence car elle se précipita vers le point de rendez-vous. Quand Sif la retrouva, elles étaient face à un homme, aux intentions plus que douteuses à en juger son regard déplacé.

Visiblement, la jeune humaine savait ce qu’elle faisait, mais… tout s’est passé si vite ! Alors qu’une onde sonique explosa à l’endroit même où le prisonnier (à en juger son style vestimentaire) se tenait. L’instant suivant, il capturait la brunette dans ses bras. Au sourire de l’humain, Sif comprit qu’elle devait agir et vite. La jeune fille avait une force que Sif ne comprenait pas complètement, elle poussa un cri et réussit à fuir les mains vicieuses.

On embrasse les dés = les dés sont des hommes ! :
 

“Surtout ne bougez plus, je vais m’en occuper” dit-elle avec vaillance. Sif s’avança entre la jeune fille et l’échappé et s’immobilisa. Le visage de la déesse s’assombrit mais elle abordait un sourire médisant. Le prisonnier se léchait les babines, il ne savait pas à qui il avait à faire, pauvre homme. Il commença à jouer avec elle, certainement avait-il deviné la force de la guerrière. Le fou s’amusa à filer on ne sait où puis à revenir à sa place, ou tout du moins à quelques centimètres plus près. La déesse de guerre ne broncha pas, attendant le moment opportun. Il continua ainsi son manège et s’approcha dangereusement de Sif. D’un geste du bras, Sif leva sa dague avec rapidité et dextérité pour ainsi blesser au bras. “On ne s’approche pas de moi. ”Surpris d’avoir été si facile à atteindre, le captif recula de quelques pas, une colère noire déchirant son visage. Il poussa un cri avant de saute de nouveau sur Sif, qui d’un bras écarta Phillia et de l’autre, planta sa dague le bras déjà blessé de l’humain. En revanche, la lame resta dans la plaie. “Filez jeune fille, allez retrouver les vôtres.




Invité, I wonder if I serve the King...
From All The Laws Of Asgard, This Is The One i have Break ! @ ALASKA.

C'est qui le patron?:
 


Dernière édition par Lady Sif le Dim 22 Juin - 22:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Lady Sif' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'OUI/NON' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral

history was changed
Groupe B
- Jack Reed - Mason Mindus - Philia Jenkins - Lady Sif - William Cooper - Marcus Marielo -



Richards se jeta dans la bataille sans attendre. Une balle pour un prisonnier ! Un ! Une autre pour un nazi ! Deux ! Le colonel se débarrassait de ses ennemis un à un, épaulé par ses hommes. Il essuya une attaque d’un mec bien énervé qui crachait du feu en le balançant dans le vide, son corps se brisant un étage plus bas.
Il voulait dégager la voie pour ses hommes mais soudain, il se trouva aux prises avec les troupes d’élite de l’Hydra. Tant pis ! Les jeunes devraient se démerder tout seul un instant.

La bête cornue écaillée musclée et géante fonça sur Marcus, toute cornes en avant. Son ennemi voulaient en découdre à l’arme blanche avec lui. Quelle impétuosité ! Quelle arrogance… La bête, elle, n’avait que de la force brute et tout ce qu’elle voulait c’était réduire ce corps en charpie pour le déguster joyeusement. Il fonça sur Marcus. Ce dernier tenta d’atteindre son oeil mais la bête leva la tête au dernier moment, lui assénant un violent coup de cornes qui le blessa à l’abdomen. La créature se retourna, le regard bouillant de fureur et d’un plaisir sadique et réitéra son attaque sur lui mais avant qu’il ne puisse l’attendre, une insoutenable douleur lui perça le flanc. Jack Reed venait de l’entailler profondément au niveau de la hanche à l’aide de son épée. Le monstre poussa un hurlement bestial -qui ressemblait à un étrange mugissement- avant de renoncer, se cachant dans l’une des cellules.

Le petit homme stressé regardait ses deux victimes se tordre de rire. Hahaha ! Et si il approchait pour voler leurs armes ? Hihihi ! Peut-être pourrait-il s’échapper et se débarrasser de tous ces boulets sur sa route ? Il fit un pas vers les deux soldats mais voilà, l’un d’eux parvint à se libérer de cette emprise et dégaina sans attendre en le visant. “Hey merde…” Il se retourna sans demander son reste et détala comme un lapin. De tous, il était sans doute l’un des moins courageux.

La garce ! Comment avait-elle pu le toucher ?! Lui ?! Elle venait de lui déchirer le bras ! Le droit en plus ?! Quel odieux malheur. S’il était de nouveau enfermé, il n’avait plus qu’à espérer devenir ambidextre. Pedro aurait sa revanche ! Il disparut aussi vite qu’il était apparu, laissant dans son sillage les traces d’un sang frais versé.


Enfin, chacun d’eux parvint à l’infirmerie, bientôt rejoint par Richards, accompagné de ses hommes, dont on pouvait entendre les jurons rageurs. Une fois à l’intérieur, Richards referma la porte en s’écroulant contre une armoire. Les murs de l’infirmerie étaient fait en un verre spécial extrêmement résistants cela dit, ils avaient la particularité d’être opaque pour ceux qui se trouvaient à l’extérieur alors que ceux à l’intérieur avaient un point de vue parfait. Les prisonniers achevaient les derniers soldats de l’Hydra en poussant des cris victorieux, lorsque soudain, une porte dissimulée dans le mur explosa, libérant plus d’une vingtaine de gardes armés jusqu’au dents. Cette fois, on pouvait clairement parler de guerre entre les hommes d’Hydra et les prisonniers ! Heureusement, eux étaient à l’abri… pour l’instant.

Richards reprenait son souffle en essuyant son front humide et jeta un coup d’oeil sur l’assemblée, légèrement tendue. Lui, encore un peu essoufflé leur offrit un large sourire. “Qu’est-ce qu’on s’amuse hein?!” “Kowalski ! Situation!” “Nous sommes cernés mon colonel. Des hommes d’Hydra tentent de reprendre le contrôle de la prison. S’ils y parviennent, nous devront les affronter. S’ils perdent, nous devront affronter les prisonniers. Dans tous les cas, ils sont trop nombreux et hélas je dois le dire, mieux armés que nous.” Richards haussa ses sourcils en réarmant son fusil d’assaut. “Bon. On a connu pire. Rappelle-toi l’Afghanistan…” “Non colonel…” “Bogota ...?” “Non colonel…” “Le Vermont?!!” “Non col…” “Ca va ! Ton pessimisme commence sérieusement à me les briser.” “Désolé colonel… ” Le militaire gradé sembla hésiter. Son regard, pour une fois, exhalait une certaine inquiétude. Puis soudain, il parut enfin décidé. “Bon. Très bien. Au grand maux les grands remèdes. Que tout le monde s’assoie.” Il ouvrit l’une des nombreuses poches de son uniforme et en sortit une sphère argentée pas plus grosse que sa main. Personne ne savait de quoi il s’agissait, sauf… Kowalski, qui semblait d’ailleurs plutôt incertain. “Est-ce vraiment une bonne idée mon colonel ? Nous sommes derrière du verre et...” “Non ! C’est bien la pire mais vu la merde dans laquelle on se trouve et sauf si tu as le marteau de l’autre haltérophile barbu dans ton sac je vois mal quelles autres solutions nous avons.” Le soldat ne répondit rien tandis que Richards semblait armer l’engin dont il tournait la partie supérieure jusqu’à entendre un clic. Là, il regarda chacun d’entre eux. “Ecoutez-moi attentivement. Lorsque je lancerai cette machine en dehors de l’infirmerie, vous devrez vous cacher avec les meubles, les linges, bref, tout ce que vous trouverez pour vous protéger le corps et les yeux. Je me suis bien fait comprendre ?” Il attendit encore quelques secondes que chacun puisse se cacher comme il le pouvait puis prit une profonde aspiration avant d'entrouvrir la porte pour y faire glisser avec douceur la boule d’argent. Il referma la porte immédiatement et se cacha en étouffant un gémissement de douleur dans sa moustache.

La boule passa presque inaperçue entre les jambes des prisonniers et des soldats, jusqu’à ce qu’elle se soulève pour léviter dans les airs. Là, elle se mis à tourner sur elle-même de plus en plus vite, de façon vertigineuse et tout fut violemment plongé dans une lumière d’une incroyable puissance. Un grondement terrible faisait vrombir l’infirmerie et très vite, ils sentirent la chaleur monter, encore et encore et encore, jusqu’à ce que l’air devienne à la limite du respirable. très vite, porter un vêtement (ou une armure) était presque intolérable. Mais c’est alors que la lumière cessa et il n’y eut plus aucun bruit à part peut-être celui de leur propre respiration.


Situation


Dé pour connaître la gravité des brûlures de chacun et ce même à travers vos vêtements :
1 et 2 > Légère 1er degré (rougeurs et sensibilité de la peau, comme un bon coup de soleil)
3 et 4 > Moyenne 2ème degré (cloques très douloureuses, Infection possible)
5 et 6 > Grave 3ème degré (Destruction de la peau touchée qui devient brune ou noire)

Richards se relève en toussant légèrement et en se tenant l’abdomen. Heureusement, le verre de l’infirmerie a tenu et vous a protégé d’une mort certaine ! Pour preuve, lorsque vous sortez de là, tout est mort à l’extérieur, complètement carbonisé. Une horrible désolation. Vous passez entre les corps, suivant le colonel qui se dirige vers la porte explosée par où les soldats de l’Hydra sont entrés peu de temps avant.

Vous empruntez les escaliers de service qui vous emmènent plusieurs étages plus bas. Le colonel demeure complètement silencieux. Un poids pèserait-il sur sa conscience ? Mieux valait éviter d’aller le lui demander !

Tout en descendant, Richards s’arrête soudain en levant son arme sur un scientifique binoclard se redressant en tremblant. Il avait une cinquantaine d’année et paraissait plus effrayé qu’autre chose. Vous l'emmenez avec vous, tout en restant prudent. Ce type pouvait être n’importe qui. Vous arrivez au niveau -12 ! Voici le plan du niveau.

Vous arrivez donc, par l’escalier indiqué sur le plan, dans une grande salle servant de réfectoire pour le personnel de la base. Le colonel ordonne à ses hommes de vérifier que l’endroit est sûr puis vous pouvez prendre du temps pour vous restaurer avec la nourriture que vous avez sur vous ou bien celle que vous trouvez dans la salle. Il y a également des bancs et des tables et de l’eau fraîche en libre distribution.

Le colonel reste avec le scientifique pour le forcer à parler et celui-ci vous affirme qu’il est un employé du gouvernement et que l’Hydra l’a forcé à travailler pour eux. Il vous parle notamment du fait que les prisonniers étaient utilisés pour des expériences afin de dupliquer leur pouvoir et ainsi créer une armée de surhumain qui serait contrôlée par l’Hydra.

Mason peut aller de son côté et peut trouver un objet.

Carte du douzième sous-sol :
 
En vert : l'endroit dont vous venez
En rouge : les portes sont closes, sécurisées par les soldats de Richards

Note HRP

Mason > Tu as un dé OUI/NON pour savoir si tu trouves un objet ou non.
Tu choisis la forme de l’objet (une montre, un caillou, un porte-clés Hello Kitty…), il doit juste être facilement dissimulable aux yeux des autres. Tu ne dois pas te faire voir. A la fin de l’Event, nous te dirons quelle est sa réelle fonctionnalité.

Votre premier -et unique- tour de repos ! Profitez-en. Pour ceux qui ont un soin sur eux, vous pouvez l’utiliser ou bien l’offrir à ceux qui sont blessés et qui n’en ont pas. Vous n’êtes pas obligés de vous soigner mais si vous êtes blessés, il faudra le prendre en compte dans vos actions et rp suivants !

Jack Reed loupe son premier tour.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

history was changed
Mason Terry Mindus


Mason avait mal aux côtes et le souffle court, mais son compagnon de mésaventure avait réussi à faire fuir l'autre enfoiré, bon il avait l'air vénère et la grosse veine bleue de son front menaçait d'exploser mais ça Mason s'en foutait un peu. Il ramassa son équipement et maudis copieusement ses idées lumineuses avant de reprendre son avancée, il dut jouer des coudes et donner quelques coups de crosse mais personne ne tenta de vraiment se mettre sur leur route, trop occupés qu'ils étaient d'assouvir leur plus bas instincts de vengeance contre les soldats, Mason appliqua la crosse de son fusil avec violence et à trois reprises sur le visage d'un détenu qui passait par là, vérifiant qu'il n'avait pas un objet intéressant, il avait tout de même une mission il ne fallait pas l'oublier. Face au manque de présence de quoi que ce soit de vraiment intéressant il pénétra dans l'infirmerie, il devait agir vite, les autres n'allaient pas tarder, il balaya la sale mais visiblement elle avait été pillée et à part quelques scalpels et autres outils il n'y avait rien.

Richards fit son entrée, après une brève prise de bec digne d'un film hollywoodien qui tira un soupir interne à Mason, il se décida à agir. Enfin! C'était pas tout ça mais il avait des objets à voler lui, des puissants si possible. Il avait foi en Richards et sa capacité apparemment innée à répandre la destruction avec ses armes. Il sortit une étrange boule métallique qui intrigua fortement Mason, ça il n'avait pas bossé dessus, bon son truc c'était surtout les armes à feu et les missiles mais il pouvait toujours changer d'avis si ce truc tenait ses promesses. Le sergent balança la boule dans la salle après l'avoir enclenché et demandé à tous de prendre les plus grandes précautions pour s'en protéger. Mason entama un "repli stratégique" à l'opposé de la porte d'entrée de la salle, il pénétra dans une armoire posée là et calfeutra toutes les sorties d'air, persuadé qu'un genre d'agent toxique serait relâché, il se mit ensuite en position fœtale et attendit. C'est alors qu'une grande chaleur sembla envahir sa cabine improvisée. C'était quoi ce truc? Une grenade micro-onde?


I'M MELTING!:
 

Mason ne se sentait pas bien, ses vêtements le gênait, la chaleur était oppressante, étouffante et douloureuse, il serra les dents, la cabine était pas une bonne idée finalement. Il serra les dents et frappa de son poing ganté sur la paroi de métal pour encaisser la douleur. Une fois passé, il sortit et constata que son visage le faisait incroyablement souffrir, approchant ses gants de ce dernier, il compris que le bas de son visage ainsi que son cou, a savoir les parties exposées de son corps, avait été fortement irrité par l'arme, sans doute avait-elle émis des radiations, Mason devrait faire un check up de son équipement et de sa biopuce une fois rentré, il ne connaissait pas très bien les risques liés aux radiations sur sa biopuce et il ne comptait pas le découvrir de si tôt. Il ne prêta pas attention aux autres, trop heureux de s'en être sorti à bon compte, et pis il ne devait rien à ces gens, bon sauf l'homme volant peut-être mais ça c'était autre chose.

La troupe se remit en route, Richards semblait en proie à des soucis, avait-il dégusté plus que la normale? Mason l'espérait sincèrement, ça faisait un enfoiré de moins. Le criminel ouvrit un peu sa tenue afin de limiter les frottements du tissu sur la peau de son cou qui le faisait souffrir. Quelle abjection, il irait pas bronzer de si tôt, sauf avec une crème indice 50 et encore. Visiblement son bracelet marchait toujours, aucune IEM n'avait été lancée par l'engin. Un bon point, il devait penser à l'obtenir cette grenade. La troupe pris les escaliers. Ils arrivèrent dans une sorte de Self et Richards envoya ses hommes, et donc Mason, sécuriser la zone, là était sa chance. Il entama une observation précise des lieux, la plupart des objets de la salle étaient d'une banalité affligeante mais il gardait le secret espoir de trouver quelque chose d'intéressant.

Il est l'heure de piller sans vergogne!:
 

Mason balaya la salle du regard, fusil dressé, il ne voulait pas prendre le risque qu'un retardataire ou un mec en train de faire sa sieste mette fin à son existence par ce qu'il avait été stupide et imprudent. Il baissa les yeux vers ce qui semblait être une tas de petits cristaux bleus fluorescents. Intrigué, Mason sut qu'il devait se décider vite, il subtilisa un des cristaux comme si de rien était, vérifiant tout de même que personne le regardait. Il mit le cristal en question dans une des poches de sa tenue et repris sa ronde. Une fois cette dernière effectuée, il se mit en position près d'une des portes, près à explorer ce que cette base avait d'autre à lui offrir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Mason Terry Mindus' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Six faces' :


--------------------------------

#2 'OUI/NON' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 163

Feuille de personnage
Pouvoirs:

history was changed
Marcus Marielo

Marcus avait vraiment raté son attaque. Il n'avait pas été suffisamment rapide pour toucher ses globes oculaires. Cela lui avait valut d'être chargé par son ennemi avec ses cornes. Toutefois, il ne s'était pas laissé faire et il avait utilisé son agilité pour bouger son torse sur le côté afin de minimiser les dégâts, mais cela avait été difficile. Il ne fut toucher sur sur le côté plus ou moins profodément et lorsqu'il se dégageait pour ne pas rester empaler sur l'une de ses cornes, il sentit une douleur assez pénible là où il avait été toucher. Marcus avait du lâcher sa dague pour pouvoir utiliser ses deux mains afin de se retirer de la corne. Il ne pensait pas de suite à la reprendre.

L'homme mi-reptile mi-taureau fonçait une nouvelle fois vers lui, mais grâce à l'aide de Jack qui l'avait entaillé avec son épée, cela l'avait stoppé. Marcus pouvait respirer un peu et reprenait sa dague qu'il rangeait dans sa chaussure. Il en profitait pour se rendre dans la salle en voyant Richards s'y rendre et il le suivait en se posant un peu pour reprendre son souffle. Malheureusement, il n'eut pas beaucoup de temps de le faire. Le colonel demandait la situation à l'une de ses soldats et cela semblait être assez délicat. Bien qu'il ne soit pas trop intelligent, il avait fait pas mal de missions avant et ce genre d'ambiance semblait à ses yeux assez complexe. Peut-être se faisait-il une fausse idée de la situation et il espérait que cela soit le cas. Toutefois, il ne pouvait pas savoir ce qui les attendait plus loin dans le complexe.

Ce n'était pas cela qui allait le stopper, mais savoir ce qu'on allait voir ou affronter permettait d'avoir un plan plus construit. Lorsque que le colonel parlait à tout le monde en leur demandant de s'assoir, il ne le faisait pas. Cela ne fera que compresser sa blessure et lui faire perdre plus de sang. Néanmoins, il écoutait par la suite tout ce qu'il disait en voyant une sorte de sphère. IL comprenait qu'il allait employé les grand remèdes et lorsqu'il le lança, Marcus courait.

Possibilité des chiffres:
 

Marcus sentait encore plus la qu'avant en raison de la chaleur qui se dégageait dans l'infirmerie. Il avait renversé une table pour se cacher derrière celle-ci. Cela n'avait peut-être pas été une bonne idée, mais il n'avait eu trop le temps de réfléchir et son état, ne lui avait pas permis de courir aussi vite qu'il l'aurait voulu. Les vêtements qu'il avait devenait insupportable à porter, mais il devait l'endurer, tout comme l'air qui était opressante. La main qui avait été resté exposé au moment de l'exposition le faisait souffrir et lorsqu'il voyait celle-ci, elle était complètement noire jusqu'au poignet.

Voyant le groupe partir, il les rejoint en serrant fortement les dents et suivait tant bien que mal. Il passait au travers des corps calcinés, brûlés avant de descendre les escaliers jusqu'au prochaine étages où il se posait contre le mur en respirant difficilement dû à ses blessures. Il essayait alors de se servir de son kit de soin, mais tout ce qu'il arrivait à faire et de faire tomber celle-ci devant lui.


Dernière édition par Marcus Marielo le Mar 24 Juin - 19:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Marcus Marielo' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Six faces' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Administrateur
Feat : Jaimie Alexander
Messages : 1498
Autre Identité : Rose Chambers

Race : Asgardienne
Localisation : Midgard
Emploi : Guerrière


Feuille de personnage
Pouvoirs:

history was changed
Lady Sif

Sif était prête à affronter son adversaire doté d’une vitesse hors du commun, mais ce dernier n’avait pas apprécié la blessure qu'elle lui avait affligée. Après quels regards haineux il prit la meilleure décision pour lui : fuir. La déesse resta immobile quelques instants pour s'assurer qu’il était bien parti. La guerrière rattrapa ensuite le groupe le plus vite possible, quelque chose d’horrible se tramait ici, et le pire était à venir.

Comme elle en avait conclu dès son entrée dans ces lieux, elle n'assistait pas à une bataille entre deux camps, le SHIELD et son ennemi de toujours, mais entre trois. Sif se précipita dans la salle de soins, point de rendez-vous ordonné par Richards, et tout le commando fût sur place, sain et sauf. Légèrement en retrait, Lady Sif écouta attentivement ce Kowalski, la situation était critique. Ils étaient en sécurité dans cette pièce mais pour combien de temps? L’optimisme de Richards fit sourire la guerrière, elle aussi avait connu des guerres et des combats difficiles, mais après tant de siècles à risquer sa vie pour son royaume, elle était toujours là.

Mais le dialogue entre le jeune soldat et son supérieur était inquiétant. Richards avait eu une idée pour les libérer de ce piège à rats, mais cela semblait dangereux. Rien n’effrayait la déesse de la guerre, mais il fallait bien avouer qu’elle était en terrain inconnu et que cette situation lui déplaisait. Et pourtant, l’humour du colonel arracha de nouveau un sourire en coin, elle n’avait pas compris la signification du mot - haltérophile - mais marteau et barbu avait suffi à l’asgardienne de comprendre la référence.

L’officier reprit son sérieux, son ton était grave.  Digne chef qu’elle était, Sif s'apprêtait à l’interrompre, mais leurs regards croisés, elle se tut. Il était temps de sortir d’ici, et ce par n’importe quel moyen. Ignorant ce que cette petite sphère serait capable de faire, la guerrière se glissa sous une table, cachant son visage contre ses genoux.

Lady Sif devina les gestes du colonel, et les secondes suivantes furent insoutenables. En cause des combats, les hommes, à l’extérieur, semblaient bien trop préoccupés par leurs frappes pour remarquer quoi que ce soit. Là, un tremblement assortissant secoua les murs de l'infirmerie avant qu’une chaleur étouffante n'enveloppe le corps de la déesse. Rapidement, elle eut le souffle court, et une fièvre s’empara d’elle, ses cheveux collaient sur sa nuque, des perles de sueur coulaient de son front, et même l’envie de sortir de son armure de fer était écrasée par l’air caniculaire.

On se jette à l'eau:
 

La peau de la déesse brûlait au fur et à mesure de la force du halo de lumière, par chance pour elle, la douleur restait supportable. Quand la noirceur s’installa, seuls les souffles courts et saccadés brisèrent le silence. Avec prudence, Sif se redressa, évitant le moindre contact. Muspellheim, le monde de feu, était plus doux après cette expérience. “Tout le monde va bien?” Très peu de réponse, sinon les quelques gémissements de chacun.

Lorsque Sif posa un pied à l’extérieur, une épouvantable odeur de chaire brûlée planait dans l’air. Il ne restait plus rien des hommes présents il y avait encore quelques secondes. Alors qu’elle suivait les autres pour accéder à l’escalier, Sif ne découvrait que des corps carbonisés, parfois, il ne restait qu’un tas de cendres. La descende se fit dans un silence de mort, avec douceur, la déesse posa sa main sur l’épaule de Richards et le força à arrêter son pas. “Vous n’aviez pas le choix.” Sans un mot, il se retourna et reprit sa route. Cet homme était un homme bon. Pour preuve, dans leur course, le groupe tomba sur un homme isolé, même sans confiance, Richards l’embarqua avec lui.

Arrivée au niveau suivant, l’équipe pénétra dans une sorte de réfectoire. Pendant que le colonel chargeait ses hommes de cerner les lieux, la déesse de la guerre trouva de l’eau et n’hésita pas à prévenir les autres. “Il y a de l'eau par ici, venez boire !” Au loin, Sif entendit un bruit, lorsqu’elle se retourna, l’un des hommes du commando était dans un piteux état. Sans prendre le temps de s’altérer, elle se précipita sur lui et ramassa sa trousse de secours. “J’ai besoin d’aide par ici !  Tenez, buvez, cela vous fera du bien.” L’homme était amoché, sa chair avait bruni et était à vif par certains endroits. Sif espérait qu’il n’y ait pas d’autres blessés.





Invité, I wonder if I serve the King...
From All The Laws Of Asgard, This Is The One i have Break ! @ ALASKA.

C'est qui le patron?:
 


Dernière édition par Lady Sif le Jeu 26 Juin - 18:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Lady Sif' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Six faces' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

history was changed
Nom du joueur

Jack se tenait prêt à une autre offensive de la part de l'HYDRA. Des créatures de genre, il n'en avait jamais vue, excepté quand il s'agissait d'extra-terrestre tentant d'envahir Gamaïa. Heureusement pour lui, son offensive avait marché mais son compagnon d'infortune était dans un sale état. L'humain -si du moins la créature avait encore un côté humain- venait de le blesser au côté gauche de son torse et cela risquait de lui être fort préjudiciable pour la suite des opérations. Lame Noire se contenta de retenir qu'il ne faut jamais sous-estimer ces humains qui semblaient avoir une grande imagination quand il s'agissait de produire des monstres en grande quantité. Dire que sa fille était considérée comme un monstre sur Gamaïa!

La suite des événements fut plutôt catastrophique. D'abord, le groupe avait atteint l'infirmerie comme prévu mais un détail avait été omis: les murs de verre. Opaque pour ceux de l'intérieur, elle offre une vue parfaite pour ceux ayant un point de vue extérieur. Jack se concentra alors pour parer toutes attaques. Même si ce verre semble résistant, il ne devait pas négliger la sécurité du groupe. Richards semblait quelque peu tendu, mais il gardait son calme. "Un bon chef dans une telle situation..." pensa Lame Noire en attendant les ordres. Il vérifia cependant que son armure soit bien en place pour répondre à d'éventuels assauts. Il entendit alors une explosion. De nouveaux soldats de l'HYDRA. Combien sont-ils? Jack n'avait pas peur de tous les affronter mais étant donné de quoi sont capables les humains, il avait quelques doutes quand à leur apparence.

C'est alors que Richards demanda un rapport de la situation. Celle-ci étant critique, Richards s'empara alors d'une arme qu'il gardait cachée dans sa tenue de soldat. Une sphère que Kowalski semblait connaître les effets. Jack aurait voulu étudier plus en détail cette arme avec son armure mais le Colonel leur ordonna de tout faire pour se protéger le corps et les yeux. Pourquoi? Il n'en savait rien, mais ceci paraissait urgent pour que même lui, qui possède une armure soit affecté. Jack regarda autour de lui pour essayer de trouver un abri. Il vit un lit. C'est alors que le Colonel envoya la sphère. Très vite, il se cacha derrière le lit en espérant que tout aille bien pour sa peau.

Un peu de proba!:
 

De la position où il était, Jack voyait la sphère tourner de plus en plus, provoquant ensuite une immense lumière et une chaleur intense. Bientôt, il lui fut tout à fait insupportable de rester dans son armure, mais il le devait s'il voulait résister à une telle attaque. Son armure ne cessait d'afficher des alertes à cause de la chaleur. Elle devait se refroidir. "Patience, patience!" pensa Jack qui sentait sa peau brûler. Puis, il n'y eut plus aucun son. Le verre avait tenu, Jack s'en était sortit avec quelques coup de soleil. Les autres n'eurent pas autant de chances. Sans attendre, le groupe prit la direction de la sortie et empruntèrent un escalier qui menait quelques étages plus bas. Des cadavres carbonisés jonchaient le sol tandis que Jack ne pouvait dire un mot devant tout ceci. Même Richards ne se permettait aucun commentaire.

Un scientifique de la base fut sur leur route, paniqué par les révoltes du Cube. Jack ne voyait pas d'un très bon oeil de prendre un civil avec eux mais ne fit aucun commentaire. Il se contenta de garder sa lame près de lui. Finalement, une grande salle s'offrit à eux au bout de l'escalier, salle réservée au personnel du Cube. Jack retira son armure pour faire état de ses brûlures. Rien de bien grave pour la suite. Il s'empara d'une bouteille d'eau et en bu quelques gorgées. La fraicheur lui fit pousser un léger soupir de soulagement. Pour la nourriture, il 'en avait pas besoin pour l'instant. Il se contenta d'en prendre une infime partie en réserve et attendit les ordres, écoutant les dires du scientifique.


Dernière édition par Jack Reed le Ven 27 Juin - 8:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Jack Reed' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Six faces' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modérateur
Feat : Bradley Cooper
Messages : 1409
Race : Mutant
Localisation : New York
Emploi : Aucun


Feuille de personnage
Pouvoirs:

history was changed
William Cooper

William était debout, son sabre en main. En cet instant, il aurait volontiers abattu ce chien qui les avait pris par surprise. Mais quelque chose retenait son bras. Il n’eut pas la chance d’apaiser sa colère par le sang, son ennemi venait de détaler, préférant vivre que de finir en charpie.

Le clandestin se retourna dans tous les sens à la recherche d’une proie, la colère d’Horus avait besoin de son lot de sang, et elle semblait guider chaque pas de William. Il ne pouvait expliquer ce besoin de sang, peut-être était-ce juste un besoin de violence. Puis il la vit, la jeune mutante était à terre, son ennemi venait d’être mis en fuite par Sif. Mais alors qu’à cette vue, sa colère aurait pu redoubler d’intensité, elle s’évanouit libérant William de son terrible fardeau. Il rejoint son amie et l’aida à se relever. Puis ensemble et avec le reste du groupe, ils se rendirent à l’infirmerie.

De là où il se trouvait, William pouvait observer ce qu’il se passait dans tout l’étage, les prisonniers venaient d’abattre les derniers soldats encore en vie et criaient leur joie d’être à nouveau libre. Mais bien sûr, cela n’allait pas être aussi simple. Au fond de la salle, une porte cachée explosa libérant de nouveaux soldats, la guerre entre les prisonniers et l’Hydra n’était pas terminée.

Le colonel semblait nerveux, la situation lui échappait. Un dialogue s’engagea entre le chef de l’escouade et son second. William n’écouta qu’à moitié ce qu’ils se disaient, ses pensées revenaient sans cesse sur ce qu’il s’était passé. Mais il était tiraillé entre le désir de découvrir comment se débarrasser du don que lui avait laissé Horus, et le désir d’en savoir plus dessus. Mais la situation ne se prêtait pas à ses interrogations et le colonel se tourna vers son équipe. Il les avertit du danger à venir. Aussitôt, William observa la pièce à la recherche d’un abri. Il y avait un bureau non loin, il le reversa et se mit à l’abri derrière, il fit signe à Phillia ne le suivre. C’était étrange, mais depuis quelque temps, il ne supportait pas de rester trop longtemps éloigner de la jeune femme. Avait-il peur pour elle ? Possible. Y avait-il quelque chose de plus égoïste là-dessous ?  Probable.

ça brûle !:
 

La chaleur submergea William, cela en devenait insupportable, l’air brûlant transformait une simple respiration en un exercice extrêmement difficile. Puis ce fut sa peau qui se mit à chauffer, ses vêtements étaient brûlants, le contact entre les deux était des plus désagréable. Puis soudain, ce fut fini. La lumière qui se dégager de l’objet disparut tout simplement et la chaleur redescendit aussi vite qu’elle était arrivée.

William se releva, il n’avait pas été gravement touché, juste quelques rougeurs par endroit, rien qui ne nécessitait de soins urgents. Lorsque la déesse de la guerre s’enquit de la santé de ses alliées, William lui adressa un simple mouvement de tête pour lui dire que tout allait bien. Sans même qu’il puisse voir comment allait Phillia, le groupe quitta la salle. À l’extérieur, il n’y avait que la mort, ça sentait le brûler, l’odeur était difficilement supportable. William suivit le groupe qui emprunta la porte par où étaient arrivé les soldats, là ils descendirent par les escaliers de service. En chemin, ils tombèrent sur un scientifique, le colonel décida de le garder avec eux. Cela n’aurait tenu qu’à William, il l’aurait assommé et laissé sur place.

Ils arrivèrent enfin au niveau -12, il semblait s’agir du réfectoire où les gardes mangeaient. William rejoignit la déesse quand elle indiqua la présence d’eau, il but jusqu’à plus soif, les contrecoups de la chaleur se faisaient encore sentir et l’eau était bienvenue. Puis soudain, il entendit Sif crier, William se retourna pour voir ce qui n’allait pas. Il la vit agenouillée au-dessus d’un soldat. William se précipita et il reconnut Marcus. « Eh merde ! »

Il prit le kit de soin que l’ex-agent du SHIELD avait fait tomber par terre et s’occupa de ses blessures. Il désinfecta toutes les brûlures, mais quand il vit sa main toute noire, il ne savait pas trop quoi faire. Il hésita un instant à enlever la peau carbonisée pour s’assurer qu’il n’y aurait pas d’infection, mais cela risquait d’être très douloureux. Il désaffecta la main, et attrapa les bandages présents dans la trousse de soins et s’appliqua à recouvrir chaque partie brûler. Une fois cela fait, il sera bien le bandage, cela tiendrait au moins jusqu’à ce qu’ils soient sortis d’ici, jusqu’à ce qu’il reçoive de meilleurs soins.


Dernière édition par William Cooper le Ven 27 Juin - 11:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'William Cooper' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Six faces' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Acoustique
Feat : Chesca Miles
Messages : 819
Autre Identité : Supersonique

Race : Mutante
Localisation : N'importe où
Emploi : Freelance


Feuille de personnage
Pouvoirs:

history was changed
Phillia Jenkins

Phillia avait été terrorisée à l'idée que le prisonnier se jette à nouveau sur elle, qu'il neutralise son cri en lui bâillonnant la bouche pour ensuite "s'amuser" avec elle comme son regard l'avait laissé entendre. Elle était restée à genoux, figée, se tenant le bras qui avait été à deux doigts de se déboîter...
Mais pour son plus grand soulagement, elle vit la guerrière en armure la protéger. Contrairement à la jeune fille, elle réussi à blesser le mutant. Elle ne sut pas tellement comment la guerrière pu réussir un truc pareil, le facteur chance y était pour quelque chose... Mais quand même ! Cette femme était impressionnante !!

Dans un soupir de soulagement, Phillia entendit leur adversaire s'éloigner. Il ne devait pas tellement avoir le courage facile... Et il pensait peut-être trouver plus tard des proies plus faciles pour assouvir ses... pulsions. Un frisson la parcouru de part en part à l'idée qu'elle ait pu laisser filer un être aussi abject. Mais il faut dire qu'elle n'y pouvait pas grand chose.
Parcourant le reste de la salle, elle croisa le regard de William. Ce qu'elle y vit au début lui serra le cœur... Non... Pas encore... Pas maintenant... Elle reconnaissait la rage qui l'avait animé au moment où il avait été à deux doigts de tuer son Divin. Mais comme la dernière fois, ce sentiment disparu complètement. Il vint aussitôt vers elle et l'aida à ce relever, aide qu'elle accepta volontiers malgré le fait que c'était la seconde fois qu'elle s'appuyait sur lui depuis le début de la mission.

- Pourquoi c'est toujours toi qui m'aide et me porte ? gémit-elle, faussement fâchée et avec un demi-sourire sur les lèvres. Blesse-toi, toi aussi... J'ai l'impression d'être en sucre moi du coup...

Suivant William comme son ombre, ils atteignirent enfin l'infirmerie à peu près en même temps que les autres. Là, elle en profita pour s’asseoir en tailleur et massa son bras endoloris tout en vérifiant s'il fonctionnait bien. La douleur allait certainement lui faire faire des mouvements plus raides, mais il était en parfait état.
Glissant ses doigts dans ses cheveux, la mutant les secoua pour faire disparaître la sensation de la prise de son ancien adversaire sur sa tête. Elle avait échappé au pire... à bien pire... Heureusement que la guerrière était là. Elle allait devoir lui demander son nom à celle-ci d'ailleurs, à l'occasion. Le mystère qui l'entourait l'intriguait de plus en plus.

Tout en vérifiant son état, elle n'avait pas perdu une miette de la discussion de Richards avec un de ses subordonnés. Cet homme lui plaisait, c'était un leader dans l'âme et il s'efforçait de rester positif malgré leur position assez désespérée. Car leur situation était vraiment désespérée !! Leur refuge temporaire allait bientôt être prit d'assaut malgré le fait que les prisonniers et les membres de l'HYDRA soient en train de s’entre-tuer.
Mais c'est alors qu'une solution émergea dans l'esprit du colonel. Il sortit un drôle d'objet et recommanda à tout le monde de se mettre à couvert. Phillia fronça les sourcils, se demandant ce qu'il comptait bien faire avec ça, mais le temps des discussions avait cessé... Elle rejoignit William qui s'était réfugié derrière un bureau et se recroquevilla sur elle même alors que son ouïe lui permit d'entendre la petite sphère rouler à l'extérieur de l'infirmerie.

Oh non pitié !! Pourquoi moaaaa T-T :
 

Ce fut un véritable enfer... Alors que la température de la pièce chauffait de plus en plus, Phillia pouvait entendre les hurlements de douleurs de ceux restés à l'extérieur. Elle osait à peine imaginer ce qu'il s'y passait... Ils étaient en train de cuire... de brûler... vivant. Et elle pouvait parfaitement les entendre !!! Des larmes dégringolèrent de ses yeux et tremblante de la tête aux pieds, elle se boucha les oreilles pour tenter désespérément de faire taire ces cris.
Mais bientôt, ce ne fut plus son ouïe qui fut agressée... Elle n'avait plus aucune importance. Peu importait les cris des hommes qui mourraient atrocement de l'autre côté de ces murs. Elle sentit le haut de son bras droit chauffer anormalement, plus fort que le reste de son corps alors dégoulinant de sueur. Et puis la douleur fut insupportable... Elle voulu hurler, mais son cri resta coincé au fond de sa gorge. Et heureusement, car il aurait pu briser le verre qui les préservait du plus gros de l'enfer.

Et puis la chaleur cessa brusquement. Tout le corps de Phillia se détendit dans un soupir de soulagement... sauf le haut de son bras. La mutante resta un moment immobile alors que les autres se levaient et quittaient la pièce, hébété par ce qu'il venait de se passer. Le silence soudain de l'extérieur de la pièce glaçait le sang de la jeune fille... Elle n'osait pas bouger, elle se refusait même à regarder l'état de son bras qui la brûlait toujours, comme s'il était fait de braise. Mais elle finit par se faire violence et doucement, elle se dressa sur ses jambes. La douleur de son bras était insupportable mais elle n'entravait que peu ses mouvements et elle se concentra pour faire un pas devant l'autre.
Elle fut la dernière à sortir, la dernière à constater le spectacle morbide de ce à quoi ils venaient d'échapper... de ce qu'ils avaient provoqué. Phillia releva la tête pour observer le colonel juste au moment ou la guerrière s'approcha de lui pour lui glisser qu'il n'avait pas eu le choix. Cela la rassura, un tel massacre n'avait pas été commit de sang froid ni sans aucun état d'âme, c'était déjà ça. Car même si elle comprenait que cela avait été nécessaire, peu importait la cause ou la raison, un meurtre restait un meurtre. Après un dernier regard sur un corps calciné qui lui fit remarquer que son bras ne devait pas être dans un meilleur état, elle suivit le groupe.

Ils débouchèrent sur un réfectoire et, non sans un certain soulagement, la jeune mutante se dirigea aussitôt vers les robinets. Elle vit du coin de l'œil l'ex-agent du SHIELD qui d'après ses souvenirs répondait au nom de Marcus et grimaça en voyant sa main. Et elle sut alors son bras était dans le même état et que pour l'instant, personne ne l'avait encore remarqué. Mais plutôt que de signaler qu'elle avait peut-être elle-aussi besoin d'aide, elle laissa la guerrière et William s'occuper de l'agent. Elle pouvait se débrouiller seule... enfin... normalement...
Une fois les robinets atteins, elle en profita pour boire un flot continu d'eau, s'aspergeant le visage et la tête. La chaleur l'avait complètement déshydratée et le soulagement fut palpable. Et puis, hésitant et grimaçant, elle finit par mettre son épaule sous le flux d'eau et la fit couler sur la tache noir sur son bras. Cette fois-ci, son cri ne resta pas coincé sans sa gorge. Tout en criant et sanglotant sous le coup de la douleur, elle se cramponna sur le lavabo pour se forcer à rester en place. Elle devait tenir, cette douleur était bénéfique... Elle éteignait le feu... Elle devait...

Phillia se laissa choir par terre, jamais elle ne s'était brûlé avec une tel intensité et l'eau, tout en nettoyant et rafraîchissant sa plaie, avait réveillé la douleur. Elle ne pleurait plus mais des larmes perlaient au coin de ses yeux. Elle fit tomber son épée qui la gênait et sa trousse de secours par terre à côté d'elle. Et, de son bras valide, elle commença à en sortir se dont elle avait besoin. Ses idées étaient de moins en moins claires, l’adrénaline et l'endorphine retombait et elle entrait en état de choc, elle devait faire vite...
Elle eut le temps de sortir un linge qu'elle aspergea de désinfectant et l'appliqua sur sa brûlure ce qui lui arracha un gémissement suraiguë et qui atteignit les ultra-sons. Jamais... La douleur n'allait donc jamais cesser ?!!! Phillia appuya son dos sur le lavabo, soudain épuisée. Elle regarda tout le groupe autour d'elle d'un regard légèrement vitreux alors que sa main appuyait toujours le linge désinfectant sur sa brûlure. Elle avait l'impression que son bras s'engourdissait... La douleur était-elle trop forte ? Ou alors tombait-elle dans les pommes à cause de son état de choc ?

- Le... Le premier qui me met sur la touche... à cause de ça... dit-elle d'un air menaçant, au bord de l'inconscience. Il se prend mon pied entre les deux jambes... C'est... C'est clair ?


Phil' Jenkins ~ Supersonique



Dernière édition par Phillia Jenkins le Sam 5 Juil - 16:24, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Phillia Jenkins' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Six faces' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral

history was changed
Groupe B
- Jack Reed - Mason Mindus - Philia Jenkins - Lady Sif - William Cooper - Marcus Marielo -



Le calme régnait enfin. Richards, assit, ouvrit sa gourde pour en tirer une gorgée mais grimaça d’autant plus en jetant un regard noir au contenant. “Je savais bien que j’aurais du prendre du whisky…” Puis il la rangea en poussant un nouveau soupir. Son front transpirait et il s’essuya d’un revers de manche. Discrètement, alors chacun vaquait à ses occupations, Kowalski s’approcha du Colonel en murmurant. “Monsieur, vous avez besoin de s...” mais Richards l’interrompit, faisant mine de continuer sa phrase à sa place. “Besoin d’un Single Malt oui mais voilà je doute qu’on en trouve ici. Va donc t’assurer que tout ce petit monde va bien… On n’a pas terminée notre mission.” Ce regard, Kowalski ne le connaissait que trop et il n’insista pas, s’exécutant. C’était comme tenter de raisonner un chat devant un bol de lait.

Richards resta avec le scientifique qui avoua se nommer Roger Muller, se relevant pour toiser leur petit compagnon de fortune. Roger Muller, un éminent scientifique d’origine suisse qui travaillait bien pour le SHIELD. Le colonel avait pu lire avant le départ la liste des vrais employées. “Bon, alors toi et tes petits copains vous vous amusez à greffer des oreilles de cochons sur le dos des souris si j’ai bien compris.” L’autre ne sembla rien comprendre à ce qu’il disait mais ne rétorqua pas sur le sujet. Non, il était bien trop effrayé et tremblait comme une feuille “Vous allez me laisser sortir alors ?” “Oui bien sûr.” Répondit Richards comme une évidence en fouillant dans sa petite poche de devant pour en tirer une boite de tic tac. Il glissa deux bonbons sur sa langue et se retourna vers Roger. “Mais avant, Docteur Muller j’ai besoin de vous pour trouver la salle de vidéosurveillance du Cube.” L’autre équarquilla les yeux en déglutissant et bredouillant “La salle de video su….?” “Oui, mon plan m’a été détruit tout à l’heure et j’ai donc besoin d’un guide et je suis désolé mais vous êtes le seul ici qui pourrait prétendre à ce rôle.” Muller enfouit sa tête dans ses mains, catastrophé, suppliant Dieu ou qui voudra bien l’entendre qu’il veut juste sortir d’ici vivant.

Comme Richards lui avait donné l’ordre de passer les troupes en revue, il se dirigea vers le petit attroupement réunissant Marcus et Cooper qu’il connaissait de nom, ainsi que la superbe brune plantureuse qui semblait sortir tout droit d’une série de Sam Raimi, genre la Légende du Sourcier. Il constata que Marielo était entre de bonnes mains -sans vouloir faire un jeu de mot de mauvais goût- mais autre chose attira son attention, ou plutôt, un cri. Il plissa ses yeux et se courba. Ce son était insupportable et il savait, comme tout le monde, d’où il provenait. La jeune mutante qui les accompagnait était un peu plus loin et venait vraisemblablement de faire un malaise. Il ne perdit pas une seconde et se précipita vers elle en voyant immédiatement la compresse sur son bras brûlé. La gamine avait un sacré caractère mais ce n’était pas à lui de juger si elle était encore apte à poursuivre ou non la mission. Il la fit s’asseoir et poursuivit les soins. C’était un miracle qu’elle soit toujours consciente. Kowalski appliqua sur la brûlure une pommade spéciale avant de la protéger d’un bandage et pour terminer, il lui fit une piqûre. Celle-ci servirait à calmer la douleur même si les effets secondaires étaient plutôt désagréables : elle aurait la nausée pendant un petit moment.

Richards poussa de sa voix rauque en reprenant son sac “Tout le monde debout !” Il était temps de repartir et Phillia faisait toujours partie de l’aventure.

Deux soldats étaient en tête de ligne, ouvrant la route au colonel et à Muller, leur guide. Ils traversèrent un long couloir, longeant le réfectoire où ils s’étaient installés et arrivèrent devant une porte dont l’accès requérait la possession d’un badge. A ce moment précis, deux soldats de l’Hydra surgirent au fond du couloir, tirant sur le groupe. Sans doute venaient-ils des étages inférieurs. Les chacals ! Il fallait qu’ils s’abritent d’urgence dans cette salle car d’autres pouvaient se pointer. Dans la panique et sous les échanges de coup de feu, Roger passa le morceau de plastique devant le détecteur qui vérifia son identité en scannant dans un même temps son iris droit et enfin la porte coulissa, s’ouvrant sur une salle relativement petite, visiblement un sas. Ils s’y engouffrèrent, refermant la porte derrière eux. Kowalski tenta de bloquer la porte. “Il faut absolument sortir d’ici !” “Je fais mon possible !!” Rétorqua Muller, en pleine crise, essayant de se remémorer le mot de passe qui ouvrirait la seconde porte intérieure.

BINGO ! La porte s’ouvrit en grand sur une salle plus grande sans lumière. De l’autre côté, la porte coulissante commençait déjà à s’ouvrir, un fumigène atterrissant à leurs pieds. Tous se ruèrent dans la salle noire sous l’ordre du colonel et la porte se referma sur eux. Ils étaient en sécurité pour un moment, du moins, ils l’espéraient.

Les lumières s’allumèrent, d’abord aveuglantes, sur une pièce totalement hermétique excepté les petits trous dans le sol. Il n’y avait rien ici. Les murs étaient blindés et lisses et il n’y avait qu’une seule entrée… une seule sortie. Richards se retourna sur Muller, la rage se lisait dans ses yeux. C’était un piège ! Le scientifique n’avait plus du tout le même regard. Il n’était plus craintif ou fébrile ou s’il l’était encore, c’était d’excitation ! Un sourire de psychopathe s’étendait sur ses lèvres sadiques. “Sale pourriture de traitre !” Gronda le colonel. C’est alors que survint un son particulièrement désagréable, un vrombissement étrange derrière les murs et alors, de l’eau s’extirpa des trous et commença à monter. Muller leur lançait un regard fou alors que Richards l’attrapait à la gorge, lui ordonnant d’ouvrir la porte mais il refusa avant de croquer l’une de ses dents, étouffant dans sa bave mousseuse un dernier “Heil Hydra !” Le corps sans vie retomba mollement au sol.


Situation


Tout le monde à apporter ses palmes et son canard en plastique ? L’eau monte ! Si les choses continuent ainsi, vous serez noyés dans quelques minutes ! Il vous faut agir rapidement. Le corps de Roger est tombé à côté d’une trace qui attira votre oeil au sol. Il s’agit en fait d’une évacuation circulaire mais hélas pour vous, elle est fermée ! Pour parvenir à l’ouvrir (je vous laisse choisir la méthode) et donc à vous échapper, vous devez réunir 4 OUI en lançant un dé chacun !

Si vous y parvenez, vous serez forcément attiré dans la trappe et la salle dans laquelle vous atterrirez sera banale et à faible luminosité. Qu’est-ce qu’il vous attend en bas ?

Carte du douzième sous-sol :
 
En vert : l'endroit où vous vous trouvez à la fin du post MJ
En rouge : les endroits où les hommes d'Hydra se postent pour vous tirer dessus
En bleu : votre chemin

Note HRP

Jack, fais attention à prendre plus en compte les posts de tes collègues rp.

Mettez-vous d’accord quant à la méthode pour ouvrir la trappe. J’attends de vous un réel travail d’équipe. Si jamais chacun fait sa méthode, même si le nombre de oui et atteint, j’interviendrais pour dire que la trappe ne s’ouvre pas.

Enfin, les blessés, n’oubliez pas que vous l’êtes ♥



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Acoustique
Feat : Chesca Miles
Messages : 819
Autre Identité : Supersonique

Race : Mutante
Localisation : N'importe où
Emploi : Freelance


Feuille de personnage
Pouvoirs:

history was changed
Phillia Jenkins

Alors que la jeune fille tentait vainement de rester consciente, elle sentit qu’on s’occupait d’elle. Un mince sourire naquit sur ses lèvres et elle relâcha ses derniers muscles pour les laisser faire. Elle tourna de l’œil au moment où elle commença à sentir la pommade bénéfique sur sa blessure.
Quand elle rouvrit les yeux, son bras était bandé et la douleur était en-dessous du seuil de l’insupportable. Elle vit d’un côté le bras droit de Richards, Kowalski,  qui rangeait ses affaires et de l’autre William qui apparemment s’était précipité vers elle. C’était eux qui l’avaient soigné…

Elle voulut ouvrir la bouche pour les remercier, mais la voix rauque du colonel la coupa dans son élan. La jeune fille réprima une grimace et adressa alors un simple signe de tête à Kowalski tandis qu’elle s’aidait de William pour se relever.
Elle se dressa lentement sur ses pieds et, malgré quelques légers vacillements, elle tint bon. Une légère migraine se fit sentir et elle eut quelques nausées, mais elle réussit à rassembler suffisamment de force pour rester droite seule. Elle adressa un sourire désarmant à William alors qu’elle le lâchait.

- Merci pour tout… Mais je pense que ça va aller mainten… Oooh !!

Alors qu’elle avait tenté de faire un pas, elle sentit sa migraine et ses nausées affluer. Elle ne tomba pas qu’en se rattrapant de justesse au bras de son ami. Elle sentit le rouge lui monter aux joues face à cette démonstration de faiblesse.

- J-Je… Je vais bien !!! Hein ? T’en fais pas pour moi… Enfin… S’il te plait, ne fais aucuns commentaires… Je risquerais alors d’être dans l’obligeance de te frapper.

Paraître faible et dépendante des autres était comme une insulte pour l’amour propre de la jeune fille. Elle avait passé la majorité de sa vie à ne pas être vu comme une princesse, et dépendre ainsi de son ami pour continuer à avancer au beau milieu d’une mission ne l’y aidait pas le moins du monde !!!
Mais elle se plia toutefois aux exigences de son corps. Il y avait garder sa fierté et agir stupidement. Et Phillia était consciente que si elle lâchait William, elle ralentirait les autres. Et à chaque pas, elle sentait ses forces revenir petit à petit et elle finit par suivre le même rythme que le reste du groupe. Toutefois, la peur de se voir flancher à nouveau la fit garder sa prise sur la manche de son compagnon.

- Je t’assure… lui glissa-t-elle comme pour se justifier. Tu aurais été blessé autant que moi, tu ne serais pas mieux lotit !! Essaie de te faire brûler vif le bras et tu feras moins le malin, crois-moi

Mais alors qu’ils continuèrent à progresser, l’ennemi vint leur rappeler qu’il était tout aussi difficile à tuer que le plus tenace des insectes. Phillia voulu tenter d’utiliser une charge sonique, mais alors qu’elle commençait à peine à rassembler les ondes dans un point, elle sentit ses vertiges revenir. Aussi s’en remit-elle entièrement au reste de l’équipe.
Elle fut l’une des premières à se précipiter dans la salle qui allait leur servir d’abri. L’adrénaline était revenue et ses mouvements gagnèrent en rapidité… En tout cas, quand il s’agissait de fuir des balles pour pénétrer dans une salle, cela ne lui posait plus tellement de problème…  Mais c’est alors que le piège se referma sur le groupe. Phillia vit l’eau pénétrer dans la pièce et leur seul moyen de sortit mettre fin à ses jours dans un dernier spasme sur le sol.

La jeune fille observa la pièce dans laquelle ils étaient à la recherche d’un moyen rapide d’en sortir. Et c’est là qu’une trappe juste à côté du corps du scientifique attira son regard. Le signalant au reste du groupe, ils se rendirent rapidement compte qu’elle était verrouillée. Phillia fit alors la grimace alors que son esprit commença à se faire une raison.
Ça n’allait pas être agréable pour elle mais, si elle devait se servir de ses pouvoirs pour la dernière fois durant la mission, c’était bien pour ce moment-là !! Elle raffermit sa prise sur le bras de William et se concentra. Elle tenta de créer la charge sonique la plus puissante qu’elle put, sachant pertinemment que l’eau allait ralentir son effet. A la fin, ses jambes tremblaient et William devait quasiment la porter si elle ne voulait pas tomber.

- Écartez-vous !! les avertit-elle avant de la lancer en direction de la trappe.

BOUM !!!... Boum ?:
 

Malheureusement pour la jeune fille, son état ne lui avait pas permis de rassembler une charge sonique suffisamment puissante. L'eau déjà bien trop haute ralentit considérablement son attaque et ce qu'il resta de sa charge n'eut aucun effet sur la structure de la trappe. En voyant cela, le découragement sapa le peu de force qu'il restait en Phillia qui s'écroula sur son ami. Elle émit un sanglot à la fois dégoutté, découragé et épuisé... N'en avait'elle donc jamais finit d'échouer ?!!

- Dé... Désolé... gémit-elle. J'ai... J'ai plus la force... Je peux... plus...

Face à l'échec de la tentative de la jeune fille, tous tentèrent de soulever la rappe en utilisant la force. Phillia utilisa alors ses dernières réserve puisée dans sa frustration et sa colère pour dégainer son épée et la glisser dans la fente de la trappe. Là, se cramponnant totalement sur sa garde, elle s'appuya de tout son poids sur son arme pour tenter de faire levier.
On lui avait explosé les tympans, tenté de lui faire des attouchements, brûlé le bras... Et maintenant elle n'était plus capable de faire de charges sonique ?!! Hors de question !!! La trappe devait céder... Elle le devait !!! C'était loin d'être finit...


Phil' Jenkins ~ Supersonique



Dernière édition par Phillia Jenkins le Sam 5 Juil - 16:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Phillia Jenkins' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'OUI/NON' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Modérateur
Feat : Bradley Cooper
Messages : 1409
Race : Mutant
Localisation : New York
Emploi : Aucun


Feuille de personnage
Pouvoirs:

history was changed
William Cooper

William finissait de bander la main de l’ex-agent du SHIELD, quand il entendit un son aigu qui attira son attention. C’était Phillia, elle gisait au sol, inconsciente. William laissa les derniers petits soins sur Marcus sous la direction de Lady Sif, et se précipita vers son amie. Il la rejoignit en même temps que l’un des agents qui les accompagnait, Kowalski lui semblait-il. Comment avait-il fait pour ne pas s’apercevoir de la blessure de la jeune femme ? Elle avait si bien caché la douleur qu’il n’avait eu aucun doute sur sa bonne santé. Quel naïf il faisait ! Le soldat soigna rapidement Phillia, William pour son plus grand désarroi n’eut pas grand-chose à faire, il aurait voulu se montrer plus utile.

Quand la jeune femme se réveilla, William lui tenait la main, sans doute inconsciemment il voulait s’assurer qu’elle allait s’en sortir. Lorsqu’elle se leva, William n’était pas loin, l'aidant du mieux possible. Puis manquant de tomber à nouveau, Phillia, s’accrocha au bras de son ami. L’ancien professeur la soutenu, ne disant rien à sa demande, mais n’en pensait pas moins. Pourquoi c'était elle que les x-men avaient envoyée pour cette mission ? Une fois tout ceci terminé, il aurait deux mots à dire à ce Charles Xavier.  Il ne supportait pas de la voir en danger, non pas qu’elle ne puisse pas se débrouiller dans de telles situations. Mais William était sans doute trop protecteur avec elle, pendant un temps il l’aurait considéré comme une petite sœur qu’il faut protéger, mais il cela, semblait encore plus profond.

Puis soudain, ils furent à nouveau plongés en enfer. Des soldats les avaient retrouvés et déjà ils se faisaient attaquer. Le groupe fuyant les tirs suivit le scientifique qu’il avait récupéré, ce dernier les mena jusqu’à une petite salle, un genre de sas. Après quelques secondes, le scientifique réussit à ouvrir l’accès à une seconde salle où ils se réfugièrent. Plongé dans le noir, William ne comprit pas tout de suite ce qu’il venait de se passer. Ce n'est que quand la salle fut éclairée par une vive lumière, que William comprit. Après les quelques secondes qui lui fallut pour s’adapter à la luminosité, il put voir qu’ils se trouvaient dans une salle fermée de tout côté, qui ne comportait aucun accès apparent. William se tourna vers le scientifique quand le colonel l’insulta. Quelques secondes plus tard, Muller gisait sur le sol, qui avait commencé à se remplir d’eau. Cela lui rappelait étrangement une scène qu’il avait déjà vécue dans un ancien temple égyptien, comme quoi le destin avait un très mauvais sens de l’humour. Mais cette fois-ci William ne pouvait plus absorber l’eau pour se sortir d’affaire.

Puis Phillia alerta le reste du groupe de la présence d’une trappe dans le sol. William observa de plus près ce qui semblait être leur dernière chance. Aucune poignée pour tirer dessus et aucune imperfection permettant une possible ouverture n’étaient visibles. Puis la jeune femme s’apprêta à faire jouer son pouvoir. Sentant le corps de la jeune femme lâcher, William dut presque la porter pour qu’elle ne tombe pas à nouveau. Le son caractéristique de l’onde se fit entendre, mais l’attaque sonique fut entièrement stoppée par l’eau. Une fois, s’être assuré qu’il pouvait lâcher son amie sans risquer une nouvelle chute, il s’approcha de la trappe et usa de son pouvoir.

À présent muni des caractéristiques d’un gorille, William usa de sa force surhumaine pour frappe le sol juste à côté de la trappe. Le métal plia à peine sous le coup, mais cela permettait de glisser ses doigts sous la trappe afin de la soulever. La lame que mit ensuite Phillia afin de faire levier, permit à William d’affermir sa prise sur la plaque de métal, puis il tira de toutes ses forces.

Sésame ouvre-toi !:
 


William sentit la trappe céder sous ses doigts. Il arriva à la soulever de quelques millimètres. Il semblait en fait que le bord de la trappe qu’il tirait commençait à se tordre. L’espace qu’il avait réussi à créer permettrait à d’autres lames de passer afin d’amplifier l’effet de levier. Mais sous la résistance de la plaque et comme il forçait énormément, il n’allait pas tenir bien longtemps à ce rythme si personne ne venait l’aider à tirer la trappe.


Dernière édition par William Cooper le Lun 30 Juin - 20:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'William Cooper' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'OUI/NON' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

history was changed
Mason Terry Mindus

Mason était rentré dans une pièce en proie au chaos. La situation lui plaisait énormément, Richard était mal en point, Marcus et Phillia avaient subis de graves brûlures ce qui les rendait inopérant. Les derniers dangers de ce groupe pouvaient être écartés avec un peu de malice. Enfin, tous sauf l'Asgardienne, Mason détestait cette femme, même si il parvenait à lui faire du mal avec son gant électrique, ce dont il doutait fort, il ne pourrait jamais l'immobiliser suffisamment longtemps pour s'en tirer, et pendant ce temps l'homme volant aurait tôt fait de le mettre hors d'état de nuire. Pour l'instant tout se passait bien mais il devait rester vigilant et ne pas griller sa couverture. Les premiers soins finirent d'être administré et Mason s'autorisa à prendre un verre d'eau, il se demandait si une grenade suffirait à tout ce petit monde pour être mit hors du tableau.

Une balle transperça le verre qu'il tenait, pulvérisant le plastique et manquant de lui emporter une main, la fusillade s'engageât, Mason compris qu'il devait faire montre d'un minimum de réflexe et il se mit à couvert derrière une table, les balles fendirent les air dans tout les sens, visiblement la petite surprise de Richards n'avait pas suffi à se débarrasser de tout le monde. Il entama de couvrir les autres par des rafales courtes de son M-16, il devait économiser les balles, il pouvait en avoir besoin, mais il se devait de faire montre d'un certaine bonne volonté, Mason en oublia le scientifique et a vrai dire tous les problèmes liés au groupe, entièrement concentré sur l'instant présent, il lâcha une dernière rafale avant d’emboîter la pas au reste du groupe, les autres pouvaient bien crever, il devait se sortir de là. Tous le monde fit son entrée dans une salle et le groupe s'arrêta immédiatement. Mason se retourna, interloqué, ils n'allaient pas contempler les murs tout de même. C'est là qu'il entendit le "Heil Hydra" Son corps se raidit... Le sale fils de pute! Richards tenaient à présent l'homme par le col et les portes étaient fermées. Quelle guigne! Il fallait faire quelque chose, la panique envahit Mason, si il y avait bien une chose qu'il n'avait pas prévue c'était ça.

Tout s'emballa, la mutante tenta d'user de ses pouvoirs mais elle était trop faible. L'homme volant avait pris le relais, faisant bouger une trappe sur le sol, visiblement leur seule chance de salut. Il fallait agir vite, il avait une prise mais son corps de Gorille prenait de la place, la mutante faisait levier avec son sabre, les places seraient chère et Mason n'allait pas laisser sa survie entre les mains des autres. Il se devait de faire quelque chose, se glissant à côté de Phillia en manquant de peu de la bousculer, il sortit son couteau et se prépara à le planter dans l'interstice déjà utilisé par Phillia, il n'aurait ensuite plus qu'à faire levier avec le poids de son corps, la vraie question était : y arriverait-il? Pas le temps de se la poser, il s’attela à la tâche.

Comme un poisson dans l'eau:
 

Visiblement il ne s'en sortait pas trop mal. Le couteau se glissa sans mal dans l'interstice et Mason se releva, dégoulinant d'eau, sa brûlure le lança de nouveau mais il avait mieux à penser, sa survie était en jeu. Son corps était plein d'adrénaline, il s'appuya sur la lame de tout le poids de son corps et il sentit la plaque bouger un peu, il priait pour que l'asgardienne réussisse à les sortir de là, qu'elle serve à quelque chose cette alien!


Dernière édition par Mason Terry Mindus le Mar 1 Juil - 4:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Mason Terry Mindus' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'OUI/NON' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

history was changed
Jack Reed

Jack continuait d'attendre les ordres mais commençait à s'impatienter. Les son aigus provenant de la jeune X-Men, Phillia Jenkins ne le rassurait en rien. Il avait eu de la chance et devait faire attention ou sinon, il serait le prochain à ralentir l'équipe. Il soutint le regard de la mutante un instant, comme s'il l'étudiait. La vue de sa blessure au bras ne l'impressionnait guerre, mais sa souffrance lui laissait un sentiment amer dans son coeur, comme s'il arrivait à la comprendre. Heureusement que William était là pour s'occuper d'elle, sinon, elle risquait d'être un véritable poids pour la suite, même si Jack n'arrivait pas à l'admettre pleinement.

Quant au scientifique, Lame Noire maintenait qu'il ne fallait pas lui faire pleinement confiance, même s'il faisait partie de la liste. Combien de membres du Gouvernement Gamaïen avait cautionné le massacre des êtres normaux sur sa planète? Toute une famille, avec en plus l'Armée. Pour la Terre, le scénario se répétait. On ne pouvait plus savoir à qui faire confiance. Lame resta silencieux, étudiant le scientifique de près. Il avait beau être terrorisé, il y avait quelque chose d'étrange. C'était comme s'il savait que le groupe allait à sa rencontre. Mais il n'eut pas le temps d'y réfléchir plus longtemps. Des soldats de l'HYDRA arrivait, encore! Jack activa alors son gant électrique et lança un filet d'électricité sur les soldats qui furent distrait un instant. Parfait, cela leur laissait le temps de s'enfuir. Le groupe longe un long couloir où le scientifique les guide en tant que véritable plan humain pour Richards. Ils finirent par atteindre un sas qui devait leur servir en tant qu'abri. Jack se tint prêt à repousser tout agent de l'HYDRA tandis que Müller cherchait le mot de passe pour fermer la porte. Jack aurait bien voulu cracker le code mais il était trop concentré sur la sécurité de l'équipe, surtout celle de Phillia qui risquait à tout moment de lâcher.

Miracle, la porte se ferme in extremis. Lame Noire poussa un léger soupir à peine audible et suivit le groupe tout en surveillant Müller. Son expression avait changée. Il semblait plus rassuré...Il riait? Ce n'était que lorsque de l'eau s'infiltra de tous les côtés que Jack comprit. Müller était un traitre! Mais il était la seule chance pour le groupe de survivre! Quand il tenta de s'emparer du col de sa chemise, il vit une mousse blanche entourer sa bouche. Il était mort. Jack regardai son corps sans vie en train de flotter paisiblement sur l'eau. Que pouvait-il faire maintenant? C'est alors que Phillia fit remarquer la présence d'une trappe. Trois du groupe ont déjà tenté de la soulever et pour l'instant, il n'y a qu'un petit interstice de quelques centimètres. Ni une ni deux, il désactiva son gant et enclencha le protocole de son armure pour respirer sous l'eau. Puis il plongea dans l'eau avec son épée. Il ne pouvait pas utiliser ses pouvoirs électriques, il fallait donc utiliser sa force. Sa lame noire servirait de levier.

Ouvre-toi petite trappe!:
 

Parfait! Le travail d'équipe de Phillia et William avec l'autre soldat a finit par payer! Jack plaça sa lame et grâce à leur force combinée, il réussirent à soulever la trappe de quelques centimètres. Jack se tint prêt à faire un dernier effort pour que la trappe soit ouverte complètement. Mais il ne sait pas s'il tiendra encore longtemps dans cette position. Surtout que le couteau du soldat à côté de lui ne lui semble pas très solide. S'il cède, ceci pourrait leur être fort préjudiciable pour la suite.


Dernière édition par Jack Reed le Mar 1 Juil - 10:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MAITRE DE JEU
Messages : 664
Localisation : Dans le plan astral
Le membre 'Jack Reed' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'OUI/NON' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

☩ Event ☩ And when history did not cooperate - Groupe B

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» ☩ Event ☩ And when history did not cooperate - Groupe A
» ☩ Event ☩ And when history did not cooperate - Groupe C
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avengers Now :: Event :: ☩ Event ☩ And when history did not cooperate-