compteur


 

Partagez | .
 

 Échos des elfes et demi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Modérateur
Feat : Evangeline Lilly
Messages : 661
Autre Identité : Maeja Branwen

Race : Elfe
Localisation : Midgard, premère branche d'Yggdrasil et tout droit
Emploi : Elfe errante


Feuille de personnage
Pouvoirs:
Échos des elfes et demi
Une ombre arriva sur l'ouvrage que je consultais et me fit lever le regard. Au début agacée de me trouver perturbée dans ma lecture, je perdis aussitôt mon air contrarié en reconnaissant Frey, mon roi. Je me radoucis et lui sourit « Mon roi. Je peux faire quelque chose pour vous ?» Frey s'installa face à moi et jeta un œil à l’épais volume en ancien elfique que j'étudiais, grimaça, constatant visiblement qu'il n'y comprenait rien, et reporta son attention sur moi. « Dire que c'est ici qu'on t'a trouvée il y a tant d'années. Toujours aussi assidue quand il s'agit de dépoussiérer de vieux volumes et de vieilles histoires. » J'acquiesçais, amusée. J'étais non seulement une des rares elfes à aimer le combat, mais aussi à m’intéresser au passé de notre peuple. Le langage et l'écriture avec laquelle ce livre avait été écrit avaient été perdus depuis bien avant le règne de Frey, avant d'adopter la langue d'Asgard. Il m'avait fallu des décennies juste pour trouver assez de matière pour en percer la signification. Encore aujourd'hui avec mes connaissances, la lecture restait laborieuse.

Mais je doutais que Frey soit venu me trouver dans l'unique but de débattre de ces vieilleries, l'histoire n'était pas sa grande passion. Je reposais la plume avec laquelle je prenais des notes de ma lecture et attendis que le souverain d'Alfheim expose la raison de cette entrevue. « J'aurais besoin de toi, tu es la seule qui puisse t'en occuper. J'ai retrouvé des traces de vieux rouleaux concernant la technologie elfique ancienne, qui pourrait même être à l'origine de celle des elfes noirs. » Je tendis l'oreille, cette information était particulièrement intéressante. « Où ç » « Laisse-moi finir, j'y venais. Ces rouleaux sont sur Midgard, tu es la mieux placée pour le retrouver. D'autant plus que je ne connais personne d'autre qui s'y intéresserait autant que toi... et à en juger pas ton regard, cela t’intéresse. » Effectivement, si je n'avais pas appris à me tenir, j'aurais sans doute été en train de frétiller sur ma chaise, seules les étincelles dans mon regard témoignaient de mon enthousiasme. Une lueur que Frey connaissait bien chez moi. J'avais visiblement bien choisi mon moment pour passer quelques jours sur mon monde d'origine.

Trois jours plus tard, de retour sur Midgard, je retrouvais la trace des rouleaux en question après de longues recherches, grandement facilitées par Internet. Pour ce genre de recherches, les sites douteux sur les théories du complot étaient une véritable mine d'or. C'est là que je trouvais mention de rouleaux trouvés dans des ruines vikings au Canada, écrite dans un langage inconnu qui n'avait rien en commun avec le futhark nordique. Les rouleaux étaient conservés à la bibliothèque de Bangor, dans le Maine. C'était d'autant plus ironique que c'était très proche de l'endroit où j'étais arrivée sur Midgard.

Le trajet fut moins direct qu'avec le SHIELD, je dus prendre un train jusque Portland puis un bus pour Bangor. Quelle idée d'aller enterrer un document aussi intéressant dans un lieu aussi perdu et inaccessible. Moi qui avais pris l'habitude de la flexibilité des métros new-yorkais... Fort heureusement, le trajet en lui-même fut calme. J'avais pris soin de m'habiller aussi humainement que possible et avait même utilisé mes petites capacités en magie pour rendre humaine les pointes de mes oreilles. Je poussais le détail en faisant une simple tresse unique dans mes cheveux, rien ne pouvait trahir ma nature elfique.

Enfin arrivée à Bangor, je trouvais sans peine la bibliothèque, en espérant ne pas m'être trompée. Ça allait être l'occasion de tester les faux papiers que j'avais pu me faire faire, au cas où j'aurais des ennuis avec le gouvernement. J'étais toujours prévoyante et, aujourd'hui, je ne me déplaçais pas en tant qu'ambassadrice, mais à but personnel. J'entrais dans la bibliothèque et me présentais à une vieille documentaliste à l'air de chouette. « Bonjour, excusez-moi. Je m'appelle Maeja Branwen, archéologue spécialisée dans l'histoire scandinave. » Je présentais ma carte de visite imprimée le matin même, confirmant ma version. Je me doutais qu'ils ne laisseraient pas n'importe qui accéder à des documents aussi anciens. Voyant le petit mouvement de tête de la vieille dame, indiquant qu'elle m'écoutait, je continuais. « Vous avez des documents trouvés sur le site de L’Anse-aux-Meadows. Est-ce qu'il serait possible de les consulter ? ». Je n'eus pas plus de mal à la convaincre, elle me posa juste quelques questions sur mes recherches en général, auxquelles je n'eus pas beaucoup de mal à répondre, ce qui était pour elle de l’histoire ancienne m'était contemporaine.

Finalement, elle s'éloigna du bureau, je l'entendis interpeller quelqu'un. « Freyderikson, vous voulez bien accompagner cette dame aux archives, les fouilles de L'anse ». Quand la personne désignée arriva près de moi, j'eus toutes les peines des neuf mondes à cacher ma stupéfaction. De tous les endroits de Midgard, je tombais sans même le chercher sur lui. Déjà, il s’appelait Lilwell et non Freyderikson, ensuite... c'était mon ami d'enfance qui avait disparu il y avait bien des années, un coup dur pour Frey, son père, dur pour moi aussi, nous étions tous certains qu'il avait été tué. C'était dire mon état de choc, sans compter que lui ne semblait pas me connaître et je le suivis, essayant de rester aussi naturelle que possible, jusqu'à ce que nous soyons seuls. Là, je ne retins plus mon étonnement et surtout ma joie. « Lilwell ! » Je pris ses mains dans les miennes, n'arrivant pas à croire que c'était bien lui. Certes, d’apparence humaine, mais nous avions grandis ensemble, il était comme un frère pour moi, le doute était impossible. « C'est incroyable ! Mais nous te croyons... Tu avais disparu ! Pourquoi ne nous as-tu pas dit où tu étais ! Frey était désespéré, Fjolnir a retourné tout Alfheim dans l'espoir de te retrouver ! » 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité



 ❝ Echo des elfes et demi ❞
Rigel Ditfridottir~





Un bon moment était passé depuis qu'il avait eu la visite de Sif. On ne pouvait pas dire que celle-ci n'avait rien changé dans sa vie. Au contraire, il passait maintenant deux fois plus de temps à inspecter ses tableaux, tentant de se souvenir, ce qui généralement lui donnait une bonne migraine. Son cerveau tentait également de comprendre pourquoi, non de Dieu, et encore il était maintenant sur que celui-ci n'existait pas... donc il se demandait pourquoi il était était sur cette fichue planète, à avoir des visions de gens qu'il connaissait et pour d'autres pas du tout, mais aussi, et surtout, dans un corps de mortel!!! A chaque fois la figure du Roi d'Asgard lui revenait en mémoire sans qu'il ne puisse mettre le doigt sur l'information. Un peu comme quand on a un mot sur le bout de la langue sans pour autant réussir à mettre le doigt dessus, autrement dit une sensation très désagréable. Finalement il s'était fait une sorte de mémo, un simple carnet à dessin où il avait croqué toutes les personnes qu'il connaissait avec les informations les concernant et les références vers les différents tableaux et dessins y étant associés. Il avait également entreprit de ranger ceux-ci, aussi les avait-il référencés puis avait mis les cotes dans ce qui lui semblait être un ordre chronologique. Doublement d'ailleurs, l'un concernant les événements représentés, l'autre les dates de représentations. Il espérait faire un lien, peut être, plus tard, mais pour l'instant ça n'avait ni queue ni tête. Enfin il y voyait tout de même un peu plus clair dans ce qu'il avait déjà sous les yeux. D'aute part, certaines impressions avaient commencées à apparaître, telle que celle d'avoir été plus grand ou d'avoir eu une meilleure vue. A croire que ce qui avait maintenu sa vie précédente sous scellés était en train de lâcher tout doucement.

Mais d'un autre côté, sa vie de tous les jours restait plus ou moins la même. Une routine assez banale en soit. La bibliothèque était tout de même bien silencieuse depuis le passage de la brunette en armure et il s'y ennuyait presque. Du moins tant que sa patronne ne l'appelait pas pour une raison ou une autre alors qu'il était à l'autre bout de la salle, voire mieux en salle d'exposition ou d'archives. A croire que les téléphones n'étaient plus reliés ente eux. Non les stagiaires étaient de très bon messagers après tout.

C'est là qu'arrive une journée un peu moins banale! Bon certes le début est le même, mais il suffit souvent que quelqu'un éternue à l'autre bout de l'univers pour que finalement une invasion alien débarque sur New York! Cette journée n'était pas vraiment aussi terrible que l'invasion alien en question (aucune référence à un fait réel n'est à noter ici!) mais celle-ci n'en fut pas mois surprenante. Les événements se déroulèrent ainsi : Un "Freyderikson" retentit dans la bibliothèque alors qu'il était en salle des archives pour classer des documents, autrement dit dans la salle la plus éloignée du bureau de la bibliothécaire. Ce fut d'ailleurs la pauvre Anna qui vint lui annoncer que Mme Cornwellis voulait le voir. Il soupira puis laissa les quelques parchemins qu'il tenait, espérant que ce ne serait pas long, pour aller voir ce qui pouvait encore faire hurler la vieille carne, pardon sa gentille patronne... Apparemment quelqu'un voulait accéder à des documents anciens. Il leva la tête et seul son self contrôle qu'il pensa plus tard venir probablement de ses origines princières, lui permis de ne pas rester bouche bée devant la jeune femme. Très sérieusement il se demanda si toutes les femmes d'Asgard, Alfheim voire des neufs Royaumes en général, qu'il connaissait, allaient venir le voir ranger des bouquins ou si c'était un pur hasard. Il conduisit donc Rigel, si il se souvenait bien de ce que Sif lui avait dit, jusqu'à la salle où se trouvaient les documents demandés. Il écouta donc Rigel parler, lui annonçant au passage qu'on le croyait mort, très joyeux! Enfin au moins certaines personnes l'avaient cherché, c'était tout de même réconfortant!!

-Hm... eh bien il faut croire que je suis là... Avec certains problèmes de mémoire ... et des changements physiques mais... je suis là...

Il remarqua au passage les efforts que la jeune elfe avait fait pour passer inaperçue et se dit que Sif aurait de quoi prendre exemple, ne serait-ce que sur le style vestimentaire.

-Content de te revoir... je suppose...

Il ne savait pas vraiment si il devait la prendre dans ses bras ou non, à vrai dire il avait encore un peu de mal à être à l'aise avec ces souvenirs qui sortaient de nulle part.

-Hm... et tu voulais voir ces documents??

Changement de sujet radical, histoire de ne pas trop s'attarder, quelque chose lui disait qu'ils auraient largement le temps de discuter.





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Modérateur
Feat : Evangeline Lilly
Messages : 661
Autre Identité : Maeja Branwen

Race : Elfe
Localisation : Midgard, premère branche d'Yggdrasil et tout droit
Emploi : Elfe errante


Feuille de personnage
Pouvoirs:

Échos des elfes et demi
Rigel & Liwell

Sa réaction fut des plus surprenantes. Déjà, je ne comprenais pas pourquoi il n'avait pas réagit en me voyant et je comprenais encore moins pourquoi il semblait si peu surpris, si... si passif en fait. Est-ce que je m'étais trompée ? Est-ce-que ce n'était pas mon ami d'enfance mais un humain lui ressemblait étrangement ? Non, c'était lui, je le savais. D'ailleurs il me le confirma en ajoutant qu'il avait des problèmes de mémoire. Je le relâchais. Non, sérieusement, encore un ? Le fait qu'il puisse affirmer avoir des problèmes de mémoire me fit partir du principe qu'il avait déjà du croiser quelqu'un qui le connaissait et l'avait mis sur la piste, sinon il aurait montré un peu plus de surprise que ça. Enfin le Lilwell que je connaissais était bien moins imperturbable. Je ressentais à nouveau combien mon ami m'avait manqué. Je réalisais également combien son peu de réaction me blessait. Moi, son amie d'enfance, celle avec qui il avait joué, qui avait partagé ses tous et autres espiègleries. Celle qui l'avait mis tant de fois dans des situations délicate et le laissait affronter seul la colère de son père quand il se faisait prendre pendant que, cachée dans un coin sombre, je riais. Celle qui avait partagé temps de temps avec lui et son frère, celle qui représentait son propre père et un jour son frère auprès des autres monde. Il ne se souvenait pas de moi, il ne me reconnaissait même pas. Son regard avait pour moi le même éclat que pour une étrangère.

Mais je devais passer outre ce sentiment aussi étrange et blessant pour moi. Il avait perdu la mémoire, il n'y pouvait rien et moi non plus. J'étais guérisseuse, je réparais les tissus, activais la régénération, je savais faire disparaître des lésions mais n'avais aucune influence sur la psyché. Si sa perte de mémoire avait été due à un problème physiologique, sa régénération naturelle aurait réparé ce problème de lui-même, depuis le temps. Mon cœur se serra à nouveau. Tant d'année depuis que sa disparition nous avait été rapportée et que j'avais cru mon ami d'enfance disparu à jamais. Ignorait la portée que cette rencontre avait sur moi, il poursuivit tranquillement en revenant sur les documents que j'avais demandé. Je souris alors qu'une petite larme perla au coin de mon œil... Ça, c'était tellement lui. Il ne perdait jamais le Nord et c'était si naturel de le voir revenir sur un sujet qui m'était complètement sortit de l'esprit qu'une nouvelle vague de souvenirs me traversa. Je ne résistais pas cette fois et, sans prévenir, je l'attrapais pour l’étreindre avec tendresse, mon sourire se muant en fou-rire incontrôlé, c'était bel et bien lui.

Je le relâchais quelques secondes plus tard et essuya la petite larme parasite et réprimant un bruit étrange à mi-chemin entre le rire et le sanglot. Moi d'habitude si forte... J'étais visiblement plus éprouvée que je ne le pensais des pertes récentes. Tant d'amis sur Alfheim, Frigga... D'avoir cru perdre Loki, et retrouver d'un seul coup Lilwell que je croyais mort. « Pardonne mon émotivité... C'est juste, tellement inattendu ! Qu'importe si tu ne te rappelles pas de moi, Lilwell. Tu n'imagines pas ma joie de te revoir ! ».

Je respirais profondément et me repris. Oui, les documents, Frey m'avait envoyé ici les étudier. Frey... quand il apprendrait que son fils était vivant ! J'avais hâte de le lui annoncer. Je suivis mon ami d'enfance dans la resserve et ne tarda pas à identifier les vestiges que je cherchais. M'installant à une table, je sortis mon éternel carnet et commença à retranscrire soigneusement chaques caractères et motifs gravés. Je pourrais les étudier plus tard, l'important pour le moment étant de tout consigner. « Tu sais... » Dis-je en retraçant avec précision les lignes de ce qui ressemblait à un des engins volant qui avaient attaqué Asgard « Ces documents sont extrêmement important pour notre peuple et son passé. C'est incroyable et un peu ironique que tu t'en sois trouvé si proche. Tu ne te rappelles pas du tout d'où tu viens ? Ni de moi ? Ni de Frey ou Fjolnir ? Ni de comment tu t'es retrouvé ici ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité



 ❝ Echo des elfes et demi ❞
Rigel Ditfridottir~





Elle le relâcha et s'excusa. Il comprenait un peu sa gêne, il fallait dire que la situation était un peu bancale. Au moins pour l'instant n'était-il tombé sur personne ayant voulu le tuer ou le torturer pour une raison X ou Y. Il lui sourit gentiment tout en la laissant se reconcentrer sur le but premier de sa visite.

Il observa la brune dessiner d'un air pensif, encore une impression de déjà vu. Ca devenait presque blasant à force. En tout cas elle avait un bon coup de crayon, peut être qu'il pourrait lui montrer ses œuvres qui sait. Elle aurait peut être d'autres précisions que Sif n'avait pas pu connaitre sur untel ou untel. Et puis elle pourrait peut être connaitre un moyen de lui rendre ce qu'il avait perdu. Contrairement à l'Asgardienne, Rigel avait l'air plus intellectuelle. Pas que Sif soit une simple barbare mais ses instincts guerriers semblaient être très présent dans son mode de vie. Enfin là n'était pas la question. Il fronça les sourcils en reconnaissant vaguement certains dessins. Il savait que ça voulait dire quelque chose sans pour autant savoir quoi exactement. La voix de Rigel finit par le sortir de sa rêverie.

- C'est sur que c'est ironique.... Manquerait plus qu'ils soient passé de musées en musées à chacun de me déménagement...

L'idée d'aller vérifier lui traversa l'esprit une minute mais il se retint, après tout manquerait plus que ce soit le cas. Quoi de plus bizarre encore après tout ce qu'il savait déjà de la situation.

-A vrai dire j'ai des souvenirs de beaucoup de chose... mais jusqu'à il y a peu... je ne savais pas qu'il s'agissait de souvenirs... Il faudra que je te montre quelque chose avant que tu ne partes...enfin si tu as le temps bien sur...

Il se gratta l'arrière du crâne l'air pensif puis remonta ses lunettes, celles-ci ayant glissé jusqu'au bout de son nez.

-Tu n'aurais pas une idée de comment j'ai pu ...devenir mortel... par pur hasard? Quelque chose ayant un rapport avec Odin peut être...

Il se tut le temps qu'une des stagiaires passe à côté de la porte une pile de livre dans les bras.

-Tu veux de l'aide Anna?

La jeune femme lui fit signe qu'elle allait se débrouiller et passa son chemin tant bien que mal et Jeremiah reporta son attention sur Rigel.

-A chaque fois que j'essaye de me souvenir du comment ou du pourquoi je vois son visage, ça doit bien être un indice non?

Il hésita à lui parler de certains événements étranges ayant eu lieux depuis le passage de Sif. Il avait remarquer ça une fois en pleine nuit alors qu'il venait de se réveiller en sursaut, un reste de fils lumineux qui sortaient ou entraient en lui au niveau de son bras avant de disparaître d'un coup. Comme si il n'était pas censé les voire. Au début il avait cru qu'il les avait rêvé, mais de temps en temps des sortes de petites décharges électriques semblaient lui traverser les membres sans qu'il n'y ait de raison précise à ces phénomènes. Finalement il décida de garder le silence à ce sujet, au moins le temps que la jeune femme finisse de recopier l'ouvrage. Si ça n'avait tenu qu'à lui il lui aurait directement donner l'original, ça aurait été plus simple, et puis les documents appartenaient apparemment à Alfheim ça n'aurait été que justice que de les leur rendre, mais d'un autre côté ça n'aurait fait qu'attirer des ennuis à tout le monde.






© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Modérateur
Feat : Evangeline Lilly
Messages : 661
Autre Identité : Maeja Branwen

Race : Elfe
Localisation : Midgard, premère branche d'Yggdrasil et tout droit
Emploi : Elfe errante


Feuille de personnage
Pouvoirs:

Échos des elfes et demi
Rigel & Liwell

Oublié, ou presque, la surprise et l'émotion des retrouvailles. A présent, tout mon esprit était balayé par la curiosité et l’excitation de la découverte, ce que j'avais sous les yeux n'étaient autre que les ébauches de ce qui semblaient être les vaisseaux des elfes noirs ! Je n'avais pas encore pu mettre la main sur un de ces engins pour en étudier le fonctionnement, et pourtant j'en rêvais. D'en trouver des traces aussi claires, appartenant pourtant aux elfes d'Alfheim, c'était un indice incroyable sur notre histoire, cela confirmait que nous bénéficions autrefois d'une telle technologie. Si aujourd’hui elle ne servait plus qu'à la vie quotidienne, nous avions eu des techniques bien plus avancés tels que ces engins et même des armes. Je ne trouvais rien qui me permette de dater ces documents mais j'étais certaine que cela datait d'avant les guerres contre Asgard. Il y avait dans les coffres d'Odin des trésors des elfes, j'en aurais mis ma main à couper.

Les documents n'étaient pas très nombreux et j'eus vite fait de tout retranscrire, j'en avais presque oublié la présence de mon ami amnésique, sa voix, pourtant en réponse à une réflexion que j'avais fait sans trop y penser, me fit sursauter. Je refermais mon carnet et le rangeais soigneusement dans mon sac. Il émettait l'hypothèse que ces documents l'aient suivi. « Possible, ce qui voudrait dire que quelqu'un sait qui tu es... ». Je méditais un instant sur cette déclaration, si c'était le cas, alors ce quelqu'un avait volontairement omis de lui en parler, tout comme il n'avait pas jugé utile d'avertir ses proches de sa présence en ces lieux. Ce qui impliquait donc qu'il le tenait dans l'ignorance. Pourquoi alors le laisser en contact avec ces documents ? La réponse me semblait évidente, si c'était le cas, ils étaient gardés ensemble pour mieux les surveiller, en étant certain que Lilwell n'irait jamais y fouiller. Ce qui semblait effectivement marcher, si je n'étais pas venue par hasard, il était vraisemblable que jamais il n'ai eu l'idée d'aller chercher par ici. Mais tout ceci me semblait tiré par les cheveux et les vestiges anciens n'étaient pas si rares, cela ne pouvait être qu'une simple coïncidence. Bien sur, ça n'expliquait par ce que l'elfe faisait sur Midgard, sans ses souvenirs et persuadé d'être un simple humain, ça n'avait pas pu arriver sans raison.

Je comptais bien mener ma petite enquête, à commencer par Asgard. La dernière fois que nous avions eu signe de vie de sa part, c'était lors de sa mission la bas. Quant à ses souvenirs, il dit vouloir me montrer quelque chose. Cette journée avait donc décidé d'entretenir ma curiosité jusqu'au bout. « Bien sur mon ami. Il y a peu ? Qu'est ce qui t'as fait réalisé que c'était des souvenirs ? » J'étais surprise qu'il connaisse le nom d'Odin, en dehors des mythologies humaines en tout cas. « Je ne sais pas, la dernière fois que nous avions eu de tes nouvelles, tu étais sur Asgard... Si c'était Odin qui s'était chargé de toi, je pense qu'il t'aurait directement tué, je me renseignerais, cette histoire est réellement louche. Mais j'ose espéré que tu n'es pas mortel pour autant ! Je ne crois même pas qu'il soit possible de changer notre nature, peu importe la magie employée ! Enfin... oui, sauf peut être celle d'Odin. » Je me retins d'ajouter « si c'est bien lui, il a de la chance de dormir, ce vieux sénile cruel ! ». Je le gardais pour moi étant donné que, officiellement, Odin avait toujours sa place sur le trône et non pas son fils qui se faisait passer pour lui. Cela contrariait mes affaires pour une fois, Loki ne devait pas en savoir plus sur cette histoire que moi. Du moins, je l’espérais pour lui.

Une humaine nous interrompis et Lilwell alla lui proposer son aide avant de revenir. Aussi, quand il me parla de « son visage », j'eus un moment d'hésitation en pensant qu'il parlait du visage de cette humaine, avant de réaliser qu'il devait sûrement toujours parler d'Odin. Il avait toujours eu cette incroyable capacité à se disperser et sembler changer de sujet alors qu'il pensait toujours à la même chose, c'était toujours un peu étrange. « Oui peut-être, ou simplement parce qu'il serait l'une des dernières personnes que tu aurais vu, toi seul pourra le savoir si tu trouves la clefs de tes souvenirs. Je te proposerais bien d'essayer de vérifier si je ne peux pas débloquer quelque chose dans tes souvenirs, mais je ne sais que guérir des blessures physiques, si ta perte de mémoire n'est pas de cet ordre, je ne pourrais rien faire de plus.» J'approchais ma main de sa tempe, je pouvais aussi vérifier du même coup si son organisme restait celui d'un elfe ou si sa composition était celle d'un humain, mais je suspendit mon geste, attendant qu'il le poursuive ou qu'il s'en éloigne. Tenter de savoir tout cela était une décision qui n'appartenait qu'à lui. «Si je parviens à détecter ce qui te bloque, j'ignore ce qui se passera. C'est à toi de décider. » le prévins-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité



 ❝ Echo des elfes et demi ❞
Rigel Ditfridottir~





La jeune femme semblait de plus en plus intriguée, et c'était peut être quelque chose de positif étant donné la situation. Au moins pourrait-elle l'aider un peu, voir peut être plus que Sif, après tout elle venait aussi d'Alfheim. Il lui signala d'ailleurs le passage de cette dernière quelques mois auparavant et ce qu'il avait réalisé avec les informations qu'elle lui avait fournies. Il sorti son carnet de sa poche et lui montra le résultat, bien entendu toutes les toiles étaient chez lui mais pour l'instant c'était un début. De toute manière il fallait bien qu'il retourne à son poste avant de pouvoir emmener Rigel jusqu'à son appartement.

-C'est possible... Il faut que je retourne bosser, j'en ai encore pour...

Il regarda sa montre distraitement. La perspective qu'Odin n'y soit finalement pour rien lui traversa l'esprit, mais il ne comprenait pas vraiment comment il aurait pu atterrir là sans qu'il ne soit impliqué. Il soupira.

-Une bonne heure et demi... On se retrouve à l'entrée de la bibliothèque? Je te laisse le carnet, si tu vois des choses à rajouter... On en reparlera plus amplement chez moi... Ce sera peut être plus discret...Si tu as besoin d'un renseignement concernant la bibliothèque en attendant n'hésite pas à demander...

Il lui souri une dernière fois avant de sortir de la pièce pour retourner à ses affaires, espérant qu'aucun hurlement venant de l'accueil ne retentisse à nouveau.


~~~~~~~~~~1h30 et des brouettes plus tard ~~~~~~~~~~~
Finalement la journée se finit plutôt calmement. Pas de hurlement, pas de nouvelle arrivée alien, de documents anciens à sortir ou autres événements de ce genre. Que des livres à ranger. La routine entre autre. Il arriva tranquillement devant les portes de la bibliothèque.

-Bonne soirée Mme Cornwellis! Bon week end!

Un "à lundi Mr Frederikson" lui parvint aux oreilles avant qu'il ne retrouve Rigel au point de rendez-vous, un sourire aux lèvres.

-Ca y'est! On peut y aller!

Il lui emboîta le pas et commença à avancer en direction de son appartement. Heureusement qu'il n'était pas très loin.

-Tu as pu voir ce que tu voulais?

Quelques minutes plus tard, il était déjà en train de sortir ses clés de son sacs. Deux minutes plus tard, le temps de retourner tout le dit sac pour trouver les dites clés, ils purent enfin accéder à l'appartement du dit zigoto bibliothécaire et pas foutu de ranger son sac! Il la laissa passer puis referma la porte. Ils se retrouvèrent dans un petit couloir se terminant sur la porte donnant aux toilettes, ainsi que sur l'entrée donnant sur le salon au fond à gauche. Il lui fit signe de s'asseoir du côté du canapé alors qu'il pris la direction du coin cuisine, celui-ci étant ouvert sur le salon.

-Tu veux quelque chose? On peut discuter pendant que je cuisine si tu veux...

Un amas de toiles peintes se trouvait dans plusieurs recoins et sur les murs du salon. On en oubliait presque la porte donnant sur la chambre et celles menant au bureau et à la salle d'eau. Bureau et chambre qui contenant aussi pas mal de toiles, croquis et autres documents plus ou moins importants.

-D'après Sif toutes les toiles pourraient correspondre à des souvenirs, j'ai essayer de toutes les classer dans le carnet que je t'ai donné tout à l'heure mais j'avoue que certaines personnes ou paysages restent des énigmes, d'ailleurs tu as pu voir qu'il y a des portraits sans noms ou des noms sans portraits... Des personnes que je suis censé connaitre mais que Sif n'a pas reconnu sur les peintures apparemment...






© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Modérateur
Feat : Evangeline Lilly
Messages : 661
Autre Identité : Maeja Branwen

Race : Elfe
Localisation : Midgard, premère branche d'Yggdrasil et tout droit
Emploi : Elfe errante


Feuille de personnage
Pouvoirs:

Échos des elfes et demi
Rigel & Liwell

Je n'avais pas bien compris que l'aide qu'il m'avait demandé consistait à venir chez lui, enfin, j'avais accepté, je n'allais plus faire marche-arrière non plus. Mais cela n'était pas beaucoup pour servir mes intérêts, j'étais ici à but purement officieux et même si j'étais «hébergée» par le SHIELD, j'étais également surveillée. Le fait de m'absenter trop longtemps pouvait me poser problème, bien que les rapports entre l'organisation et moi étaient assez cordiaux, au moins paisible, je me voyais mal justifier une absence trop prolongée. Cela pouvait mal passer que je me serve de leur confiance pour aller trouver des choses appartenant à chez moi, surtout pas, dans cette situation, des plans qui ressemblaient fort à des armes. D'autant plus que, à but personnel, si je pouvais me servir de ces découvertes pour offrir de meilleures protections à mon peuple, je n'irais pas cracher dessus. Je gardais le carnet comportant mes notes confidentielles bien en sûreté dans le double fond de mon sac et attendit patiemment que Lilwell ait fini ses heures de travail en flânant dans les rayonnages de la bibliothèque. Je parcourais distraitement un traité de chimie organique quand il m'annonça que nous pouvions y aller. « Oui, je te remercie. Allons y. »

Il ne vivait pas bien loin et le trajet ne fut qu'une courte affaire, trouver ses clefs se relevèrent presque aussi long. Dire que notre espion d'élite avait toujours été ce tête-en-l'air... Le seul capable d'égarer un arc fixé dans son dos ! Entrant (enfin) dans son appartement, mes sens furent envoûtés par une odeur de peinture et le laque pour toiles. J'avais toujours aimé ce parfum de pigments et de solvants, cette sensation de poussière ambiante qui renfermait l'expression d'une créativité flottante. Des toiles parsemaient en effet la pièce, certaines terminées, beaucoup inachevées. Je m'approchais de l'une d'elle et fut surprise de reconnaître un paysage d'Alfheim, terriblement familier, c'était la vue depuis la salle du trône. J'aurais reconnu cette végétation particulière entre mille. Je fus tirée de ma contemplation quand il prit la parole. « Oh, tu sais, je ne pourrais pas m'éterniser. Si je peux t'aider, nous avons à nous hâter, je ne voudrais pas que mon absence soit trop longue. Je n'étais pas ici à but officiel... Comment te rappelles-tu de cela ? » Dis-je en montrant la toile en question. Aux vues de ses explications, je compris que ces images qu'il peignait lui venaient à l'esprit sans qu'il puisse raccorder ces images à des souvenirs concrets. À but informatif, j'ajoutais « En effet, je connais bien cet endroit et toi aussi, c'est la vue de la salle du trône d'Alfheim. Tu sais que Frey, ton père, en est roi? » Je regardais quelques autres toiles « Et ça, c'est une ruelle d'Asgard, un peu plus à droite de l'endroit cadré, on peut voir le Bifrost normalement. C'est incroyable que ces visions te soient aussi nettes. Mais c'est une bonne nouvelle, cela veut dire que tes souvenirs sont inaccessibles, mais pas disparus. On tente ? » Achevais-je en m'approchant de lui.

Il avait eu raison de préférer attendre qu'on soit chez lui, j'ignorais complètement ce que je pourrais faire pour lui ni, si je pouvais agir, ce qu'il en résulterait. Il était temps de savoir, j'étais dévorée par la curiosité, mais pas autant que lui, probablement, c'était ses souvenirs après tout, le mystère de sa mémoire. Je posais ma main contre son front et fermais les yeux, concentrant mon énergie de guérison, l'orientant dans les méandres de sa mémoire. La première chose que je ressentis, c'était qu'il n'y avait, justement, aucune anomalie, rien qui ne me permette de dire que sa nature avait changé, malgré les apparences, il restait un demi-elfe-vane, seule son enveloppe avait été altérée. La deuxième fut une sensation de blocage quand je me concentrais sur la zone du cerveau normalement allouée à la mémoire. J'y concentrais mon énergie quand une force prodigieuse m'expulsa, assez forte pour me faire reculer de quelques pas avant de chuter au sol, dans une violente lumière bleutée provenant de mon ami par bourrasque. De toutes les démonstrations de magie incontrôlée que j'avais pu provoquer, celle-la était bien la meilleure, j'ignorais ce que j'avais fait. Mais ce n'était pas mon unique problème, au milieu de la lumière, Lilwell était tombé à genoux, les mains sur les tempes et visiblement en proie à une intense douleur. Une angoisse sourde monta en moi, ne comprenant pas ce qui se passait, je n'étais pour rien dans ce déferlement que je sentais magique, j'en étais tout simplement incapable, ce n'était pas de mon fait. Enfin, la lumière déclina et les bourrasques cessèrent, je me précipitais auprès de lui « Lilwell ! Que s'est-il passé ? Ça va ? Dis-moi que ça va... » Murmurais-je en l'examinant, il n'avait aucune blessure. « J'ignore ce qui a provoqué ça... Comment te sens-tu? ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité



 ❝ Echo des elfes et demi ❞
Rigel Ditfridottir~




Elle ne lui appris pas grand chose, au contraire, c'était à se demander si elle avait même jeté un coup d'oeil à son carnet pendant qu'il finissait ses heures. Sif lui avait déjà fait un léger topos quant aux lieux représentaient en essayant de comprendre le pourquoi du comment, après tout même si on se souvenait de paysages, il y avait toujours un truc en particulier qui faisait qu'on s'en souvenait plus que d'autre. Certes il n'avait toujours pas toutes les réponses mais c'était déjà pas mal. Il fut assez déçu par celle qui disait avoir été son amie auparavant. A croire que tout ce qui l'intéressait là tout de suite c'était de tester une expérience sur un cobaye. Bien entendu qu'il savait que Frey était roi, c'était une des principales choses que Sif lui avait rapporté! Et il lui semblait que l'elfe l'avait déjà mentionné un peu plus tôt. Il acquiesça alors qu'elle lui proposait de tenter. Il n'avait pas grand chose à perdre de toute manière, et elle avait l'air tellement enthousiaste. Elle pensait peut être qu'elle allait retrouver son ami tel qu'il avait disparu. Mais au fond, il était persuadé que ce ne serait pas tout à fait le cas, après tout si il n'avait pas pu totalement oublier plus de cinq siècles, il n'allait pas oublier trente ans. Et il en avait vu en trente ans, il fallait pas croire. Elle posa sa main sur sa tempe après qu'il soit passer côté salon, laissant la casserole à côté de l'évier. La suite ne fut qu'un intense mal de crâne suivit par une dégringolade d'images plus ou moins nettes, de sentiments plus ou moins forts et de lumières aveuglantes. Pourtant il était sur d'avoir fermé les yeux.

Il sentit son corps se transformer légèrement sans pour autant que la douleur ne prenne le pas sur celle qui lui transperçait les tempes. Petit à petit les pièces du puzzle jusque là éparpillées dans son esprit, et accessoirement dans son appartements, finirent par se raccrocher les unes aux autres. Les sons, les voix se raccordèrent aux images. Il se vit observer les gens, voir Sif se rapprocher de Thor, Loki se renfermer un peu plus, les évènements s'enchainèrent les uns après les autres, les messes basses, les complots, l'espionnage en lui même... Tout prenait un sens dans sa tête. Il avait pensé qu'Odin était la source de tous ses problèmes, mais au final il s'était peut être trompé sur toute la ligne. Certes c'était lui qui l'avait envoyé, qui lui avait bloqué ses souvenirs, mais finalement ce n'était qu'à sa demande. Il se voyait maintenant clairement pénétrer dans la salle du trône d'Asgard pour demander audience. Il se voyait lui expliquer son envie de tout recommencer ailleurs, d'arrêter l'espionnage, de disparaître, loin de tous ces conflits qui le dépassaient. Il n'avait ici aucun but précis, certes Alfheim était son foyer mais il n'y avait pas de place réelle, il n'était qu'un bâtard, jamais destiné à monter sur un trône quel qu'il soit. On le lui avait déjà expliqué des centaines de fois. Il avait vu le peu d'amis qu'il avait s'unir ou se désunir publiquement ou en privé, il avait vu toute l'hypocrisie derrière les gens qu'il aurait du aimer, derrière les peuples qu'on lui demandait d'aider.

Il en avait parlé à Beren, le grand conseiller de son père. Au moins avait-il tenu son rôle de conseiller, il lui avait indiqué que personne si ce n'est Odin lui même ne pourrait accéder à sa demande, du moins si il arrivait à le convaincre. Il lui avait promis de garder tout cela secret si il parvenait à ses fins. Mieux valait qu'ils le croient tous mort. Tout ça pour avoir une vie lambda, loin des attentes princières et des relations diplomatiques. Odin avait tout d'abord été sceptique mais il avait bien du voir quelque chose à y gagner. Il lui avait alors expliqué le processus. Frigga de son côté avait chercher une famille. Ils n'étaient que deux à avoir été au courant de tout. Beren n'en savait au final qu'une partie. Lui même avait approuvé le choix de Frigga concernant la famille. Et les choses s'étaient faites. La suite il s'en souvenait comme ayant été sur Midgard. Il comprenait mieux ce qu'il s'était passé lorsqu'il avait reçu ce don de vision, même si l'origine de celui-ci restait encore vague. Puis la douleur se retira petit à petit. Le laissant pantelant à genoux sur le sol, les larmes aux yeux. Dire qu'il avait fait tout ça pour oublier et qu'à présent il avait passé les derniers mois à espérer se souvenir. Quelle ironie! Le sort avait été brisé, trop facilement. Cela ne pouvait vouloir dire qu'une chose, la personne l'ayant lancé devait être morte ou presque. Ce n'était pas bon signe. Mais là n'était pas la question. Que devait-il répondre à Rigel? Physiquement tout allait bien, mais il ne pouvait pas lui dire que tout allait bien. Il n'avait eu de cesse de mentir toutes ces années, il était parti pour ne plus avoir à le faire. Mais il ne pouvait pas l'expliquer. Pas à une personne qui avait été proche de lui aussi longtemps. Finalement il ravala ses larmes silencieusement, et se releva en s'appuyant sur le sofa.

-Aucune idée... en tout cas comme tu le vois je suis vivant...

Il lui sourit et retourna côté cuisine.

-En tout cas, une chose n'a pas changé, j'ai faim!

Distraction, il fallait qu'il lui fasse penser à autre chose. Et puis n'avait-elle pas dit qu'elle avait d'autres choses importantes à faire? L'expérience avait marché, il n'y avait plus rien à dire, il était vivant, ses souvenirs étaient là, et puis? Elle allait dire qu'il était vivant en rentrant sur Alfheim? Et ensuite? Il n'avait pas envie d'y retourner, il était fatigué à vrai dire. Certes revoir sa famille lui manquait un peu mais ça ne faisait que trente ans, autrement dit pas grand chose aux yeux de créatures millénaires. Il avait largement le temps de rentrer. Si un jour il voulait y retourner. Il remit ses lunettes sur son nez par réflexe avant de remarquer qu'il y voyait flou. Bien, il n'aurait plus de frais à cause de ces choses. C'était au moins ça. Il ne pris même pas la peine de se regarder dans un miroir, il savait très bien à quoi il ressemblait, il avait du prendre quelques centimètres et un peu de muscles. Ses cheveux avaient poussé, et puis quoi? Pas grand chose de plus. Il mis de l'eau à chauffer et sortit le paquet de pattes.

-Tu restes pour manger ou pas finalement?

Il releva légèrement la tête vers Rigel, le regard interrogatif.




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Modérateur
Feat : Evangeline Lilly
Messages : 661
Autre Identité : Maeja Branwen

Race : Elfe
Localisation : Midgard, premère branche d'Yggdrasil et tout droit
Emploi : Elfe errante


Feuille de personnage
Pouvoirs:

Échos des elfes et demi
Rigel & Liwell

Il n'était pas atteint physiquement, c'était déjà une bonne chose, mais je craignais pour le reste. J'ignorais ce qui s'était passé, je ne savais même pas ce qui l'avait provoqué. Ça ne pouvait pas être moi, certes, j'avais des gros problèmes pour maîtriser ma magie et avait souvent des réactions imprévues et de puissance aléatoire, mais j'avais au moins un peu d'influence sur son déclenchement. Pour imprévisible que soient mes pouvoirs, il me fallait un gros effort de concentration pour obtenir quelque chose, sans oublier cette sensation caractéristique de cette énergie quand je l'utilisais. Je n'avais ni essayer de provoquer quelque chose de particulier, ni ressentit la moindre énergie venant de moi, tout provenait de Lilwell. Ce qui m’inquiétait, c'était son air perdu, comme s'il avait compris quelque chose qui le dépassait. Alors qu'il reprenait ses esprits, il ne me dit rien sur ce qu'il avait vécu. Quelque chose avait changé chez lui et pas seulement ces infimes changements physiques que je constatais. Je le soupçonnait d'avoir pu accéder à certaines clefs de son passé, pourtant, il ne m'en parla pas, orientant aussitôt le sujet sur son appetit... espèce de Vane !

Malgré son sourire, il tenait une certaine distance, je ne savais pas si je devais me sentir plus blessée qu’inquiète. Ce qu'il avait découvert, s'il avait découvert, était-il si dur qu'il ne pouvait en parler ? S'il n'avait rien découvert, pourquoi ne me disait-il pas simplement que rien ne s'était passé ? Sans un mot, je le regardais se lever, remettre ses lunettes, plisser les yeux et les enlever sans marquer plus de surprises sinon une légère satisfaction, puis retourner à sa cuisine l'air soucieux. J'étais convaincue qu'il avait retrouver ses souvenirs, une partie en tout cas. Son regard sur moi semblait moins perdu, comme s'il avait retrouvé qui j'étais. Mais pourtant différent, autrefois il était mon ami, on se disait tout, je le protégeais comme un petit frère, le taquinant très souvent avec Fjolnir. Plus sensible que son aîné, nous nous confions plus souvent l'un à l'autre qu'à lui, plus énergique et moins compréhensif.

Alors, s'il se rappelait de tout ça, pourquoi gardait-il le silence comme si rien n'était plus prioritaire que son paquet de nouilles. Je me levais et alla poser ma main sur son épaule. « J'aurais voulu rester, surtout a ce moment même si tu ne sembles pas vouloir me dire ce qui s'est passé... Mais je ne suis pas libre de mes mouvements, le SHIELD m'accueille mais me surveille aussi. Je devrais justifier mon déplacement s'ils remarquent une trop longue absence et je suis en mission diplomatique, je ne suis pas censée être ici pour mes intérêts personnels. Surtout après les ravages qu'ont provoqués Loki ou Thor sur ce monde. Mais je reviendrais. Ou alors, passes me voir à New York ! Je ne suis pas encore très familière avec cet appareil mais j'ai un téléphone et commence à bien comprendre Internet, maintenant que je sais que tu es en vie, il n'est pas question que nous repartions dans nos coins comme ça ! » Le lui ébouriffais les cheveux avec mon sourire protecteur que je ne lui avait plus adressé depuis des décennies. Je fouinais ensuite dans ses affaires sans plus de gène pour dénicher un bout de papier sur lequel je notais mon numéro de téléphone (non sans vérifier sur ledit appareil, retenir une suite de chiffre abstraite m'échappait encore) ainsi que mon adresse mail, que je déposais sur sa table. « Sinon je suis à moins d'une heure de train, plutôt que rester seul à manger des pâtes, il y a des merveilles à manger en ville, tu peux aussi venir avec moi. Je dois vraiment rentrer. » J’espérais qu'il pourrait comprendre que je devais me montrer discrète, contrairement à lui ou Thor qui pouvaient n'en faire qu'à leur tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité



 ❝ Echo des elfes et demi ❞
Rigel Ditfridottir~





Elle tenta de se justifier quant à la nécessité pour elle de retourner à New York. Certes elle trouva de bonnes raisons, mais une impression de distance demeurait malgré les gestes familier. Il fallait dire qu'il n'aidait pas beaucoup de son côté mais que pouvait-il faire. De toute manière si il entamait une tentative d'explication, la conversation pourrait durer des heures, et elle n'avait surement pas que ça à faire. Il était également hors de question qu'il quitte son poste à la bibliothèque du jour au lendemain comme ça sans prévenir. Peut être plus tard. Son regard se perdit dans l'eau en train de bouillir l'espace d'une minute puis se posa sur le bout de papier fraîchement rempli d'un numéro et d'une adresse mail. Elle aurait pu compléter avec une adresse postale tant qu'à faire, il aurait eu la totale!

-C'est grand New York t'es au courant?

Une petite pique histoire de détendre l'atmosphère.

-Il y a un endroit en particulier où on peut te trouver facilement?

Il se voyait déjà en train de lui écrire des pavés épistolaires, juste pour l'embêter. Elle pourrait peut être transmettre un message à sa famille sur Alfheim qui sait? Ou du moins à Beren qui lui retransmettrait si besoin, il était le plus au fait des raisons de sa décision que les autres après tout. Tant que le message ne tombait pas entre de mauvaises mains...

-Allez! File donc! Comment disait Beren déjà ? Jeune folle immature?

Un léger sourire pris place au coin de ses lèvres. Paradoxalement ce souvenir le ramenait également à une sensation amère. Il espérait qu'ils aillaient bien tous autant qu'ils étaient. De son jeune frère à sa belle mère, en passant par le grand conseiller et le reste du personnel du palais.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

Échos des elfes et demi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Drryz, demi elfe mercenaire
» Elfes / Semi-elfe
» présentation de demi lovato
» Profils Elfes de la forets noirs, et tribus du harad
» Les Elfes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avengers Now :: Reste des USA-