compteur


 

Partagez | .
 

 Tango Down [PV Ondine Delamarine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
Assit dans le salon de sa planque de Brooklyn, Jean était nerveux. Il savait que Interpol était sur ses traces, à force d'accepter des contrats risqués, il avait fini par se faire repérer, bien qu'ils n'aient aucune idée de son identité véritable. Cette planque était normalement sécurisé, dans une heure, un indic devait lui apporter des infos sur son fils. Des informations vitales pour Jean qui coulait le retrouver coûte que coûte. Il prenait ainsi un gros risque en fixant un rendez-vous à quelqu'un, être à un endroit donné était une faiblesse mais il devait prendre ce risque, il ne pouvait pas se permettre de laisser passer une telle chance, chaque jour ou son fils était entre les mains de l'organisation était un jour de plus ou Jean ne pouvait le voir, et ça il ne pouvait le supporter. Il avait failli à ses devoirs et il ne pourrait jamais se le pardonner. Jean avait cependant pris quelques précautions, il n'était pas un amateur et l’appartement était truffé d'armes, de pièges, d'explosifs et de surprises à l'attention des visiteurs indélicats. Jean avait d'ailleurs à proximité de lui un Desert Eagle calibre 50, il fallait dire que l'ex-agent de la DGSE ne se sentait pas tranquille, il avait déjà failli se faire rattraper par son passé, il ne laisserait pas cela se reproduire. Un doux parfum de paranoïa flottait dans sa vie depuis quelques temps. Bain, son opératrice, faisait de son mieux pour effacer les traces, mais elle n'était pas infaillible, et lui non plus.

A plusieurs kilomètres de là, l'agent Peter Hank se frottait les mains, bientôt il allait mettre la main sur l'assassin surnommé The Professional. Cela faisait 6 mois qu'il bossait jour et nuit sur ce dossier, tout avait commencé par des petites erreurs, puis en remontant sa trace, il avait fini par obtenir des photos, des comptes en banque. Plus il remontait la piste, plus la dimension de cet assassin devenait étrange, apparu il y avait deux ans maintenant, il avait fait preuve d'un savoir faire et d'une méthode très rare dans le milieu, un an et demi pour le repérer était déjà un exploit en soit de la part de cet homme. Vu sa formation, il avait pensé aux agences d'espionnage mais aucune d'entre-elle n'avait donné de retour positif, personne ne savait d'où sortait cet homme. Comme si il était sorti du néant. L'affaire l'avait vite passionné et ses efforts porteraient bientôt leurs fruits. Il avait localisé l'homme grâce à un mouvement bancaire, il avait remonté jusqu'à un appartement dans Brooklyn, il le tenait, il avait mobilisé des équipes d'intervention et maintenant il était prêt à l'action, il ne savait pas ce qui forçait cet homme à prendre de tels risques, car c'était vraiment un risque stupide qui avait permis de le retrouver, mais il s'en moquait, sa carrière s'arrêtait ici.

Jean était parfaitement inconscient du piège qui se refermait sur lui, il devait partir dans 5 minutes pour retrouver l'homme qui détenait les informations à Central Park. Il se leva et s'équipa, Desert Eagle, Couteau de combat, Pistolet de secours, il prenait le strict minimum. Il se dirigeât vers la porte et l'ouvrit, il tomba nez à nez avec sa voisine de palier, une jeune fille charmante, équipée de son jogging, elle fit un salut rapide à Jean et parti en trottinant, l'assassin n'était pas aussi pressé aussi descendit-il avec calme les marches de l'escalier. Il eut un mauvais pressentiment, comme si quelque chose de louche se tramait. Il finit par arriver sur le palier de l'immeuble quand il se rendit compte de quelque chose de louche, un rien, un simple reflet sur un toit, il fixa son regard sur la source lumineuse et il vit un homme tenant une arme, Jean compris tout de suite, il avait été repéré. Quelle poisse!

Il garda un air détendu, faisant mine de n'avoir rien vu en secouant la tête comme si il venait d'avoir une hallucination, il passa ensuite ses mains sur ses poches en faisant mine d'avoir oublié quelque chose. Il soupira avec conviction avant de rentrer de nouveau dans l'immeuble, il devait se sortir d'ici, mais visiblement son petit jeu n'avait trompé personne, il entendait une cavalcade dans la rue, plus de dix hommes à vue de nez, il sprinta dans les escaliers, il devait atteindre l'appartement au plus vite, c'est à ce moment là qu'il percuta une jeune fille, il trébucha et s'étala dans les escaliers, là on atteignait un records, la cavalcade le rattrapait, il aperçut la pointe d'un fusil d'assaut de manière furtive en jetant un oeil en bas. Il tourna son regard vers la jeune fille et là il eut la plus stupide des idées, se relevant calmement il se saisit de son arme à feu et la pointa sur elle.


-On va faire une ballade. Restez calme et tout se passera bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
La Fille de l'Eau
Feat : Emmy Rossum
Messages : 773
Autre Identité : Watergirl

Race : Ondine (sorte de nymphe)
Localisation : De retour à New York
Emploi : Chômeuse


Feuille de personnage
Pouvoirs:
    Vous devez vous demander ce que Ondine peut bien faire dans ce quartier. C'est simple. Un élève de sa classe est tombé malade. Vu que personne s'est dévoué pour lui prendre les devoirs, même pas ses propres amis, aimant rendre service, Ondine les a pris, s'est renseignée sur l'endroit où il habitait et s'est rendu chez lui. Voilà que sur place, la jeune fille se rend compte le malade était en réalité en pleine forme et qu'il a sorti une excuse bidon pour sécher les cours. Il faut dire que Ondine n'a pas du tout été ravie. Au contraire, si elle l'avait su, elle l'aurait laissé se débrouiller tout seul. Elle comprenait un peu mieux que ses amis ne lui aient rien pris, ils devaient savoir. Mais bon, elle avait gardé ses commentaires pour elle et s'est mise à lui expliquer les cours qu'il a raté tout de même, histoire de ne pas être venue pour rien. Seulement, avait eut un peu de mal à se concentre car il s'était mis à la draguer, ce qu'elle avait vraiment trouvé pitoyable. D'ailleurs, au final, le trouvant trop relou, Ondine avait quittait l'appartement. C'est ainsi que dans un immeuble du quartier de Brooklyn, Ondine est en train de descendre les escaliers pour quitter l'immeuble et rentrer chez elle. Seulement, elle ne se doutait pas que cet instant banale changerait. Alors qu'elle descend les escaliers, un homme qui courait la bouscule. Tout les deux tombent au sol après ce petit impact. Dans le cas de Ondine, c'est sur son derrière. Étant un peu de mauvaise humeur, elle ne retient pas sa langue pour râler.

    "Aïe! Vous pourriez faire attention tout de même!"


    Alors qu'elle se relève en regardant celui qui a foncé sur elle comme un joueur de rugby d'un regard noir, celui-ci se met à lui braquer une arme à feu sur elle. Elle écarquille les yeux alors de surprise. Elle a déjà rencontré des gens susceptibles, mais au point de sortir des armes à feu, jamais. Un peu plus vieux avec de la barbe et un fusil, ce type pourrait facilement passer pour un vieux aigris. Bref, elle allait ouvrir la bouche demander des explications sur son comportement un peu trop expéditif quand elle perd le contrôle de son pouvoir, ce qui fait qu'elle devenait une silhouette aqueuse. Bon sang! Elle venait d'utiliser ses pouvoirs devant un type hostile qu'il ne connaissait pas et sous sa forme civile en plus. Maudit pouvoir. Depuis qu'elle a récupéré son corps suite à sa mésaventure avec le Serpent, ses pouvoirs devenaient capricieux et agissaient sans qu'elle le veuille sous le coup d'émotions fortes. Jusque là, elle a su gérer, mais là, c'était le pompom. Reste à espérer qu'il ne ferait pas le lien entre son identité secrète et son identité d'héroïne. Enfin, au moins, comme ça, elle ne craignait pas les balles perdus vu que sous cette forme elles la traversaient. Bref, elle fait une tentative de désarmement en donnant un violent coup de pied retourné à la main de son agresseur. Elle reprend ensuite son apparence normale et dit :
    "C'est quoi votre problème? On ne peut pas rentrer chez soi tranquille?"