compteur


 

Partagez | .
 

 N'oublie jamais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Administrateur
Feat : Jaimie Alexander
Messages : 1498
Autre Identité : Rose Chambers

Race : Asgardienne
Localisation : Midgard
Emploi : Guerrière


Feuille de personnage
Pouvoirs:



 ❝ N'oublie jamais ❞
JEREMIAH ~ LILWELL ~




          Heimdall avait fait appeler Lady Sif pour affaires personnelles. La déesse était dans la cour d’entraînement quand un garde l'en informé. Elle prit congé auprès de son partenaire d'exercice et alla rejoindre le gardien sans plus tarder. Quand elle arriva à l'entrée du Bifrost, il était dos à elle, le regard plongé dans la voie lactée. « Tu m'as fait demander, qui y t-il ? » Elle pénétra dans la coupole et se plaça à ses côtés, observant le spectacle d'étoiles dans le voile du ciel. « J'ai posé les yeux sur quelqu'un que tu connais. Il s'avère que Lilwell se trouve sur Midgard. » Il avait parlé d'un ton plat mais Sif sentait le regard en coin de son aîné sur elle. Il était évident qu'il avait su pour le demi-elfe et sa petite sœur. Sif posa les mains sur ses hanches, qu'est-ce que son ancien...ami foutait dans le monde des humains ? Heimdall gardait ses yeux ouverts, sans cligner les paupières, Sif se doutait qu'il devait l'observer en ce moment même. «Je ne comprends pas pourquoi tu m'as fais venir. Il lui est arrivé quelque chose ?» Le gardien tourna enfin le visage sur elle, et sourit sans pour autant dire un mot. La guerrière arqua un sourcil et laissa un léger sourire se dessiner sur ses lèvres. « Je passe par mon portail pour aller sur Midgard, d'ordinaire. » Son frère pouffa et se retourna vers la serrure du pont. D'un geste sec, il planta la clé du Bifrost pour l'ouvrir. « Il est sur le continent où l'armée des Chitauris a attaqué, mais dans une autre région. Tu le trouveras dans la bibliothèque de la ville, mais laisse lui le temps. » Sif inclina la tête vers le gardien mais nu le temps de poser d'autres questions qu'elle se retrouvait aspirée par le portail.

Cinq secondes plus tard, le tunnel multicolore la libéra dans un camp non loin de la ville. Une bibliothèque avait-il dit. Tiens donc, alors qu'elle écumait ce genre d'endroit pour la Reine depuis tellement de mois. Ce ne pouvait être que pour ça qu'Heimdall l'avait envoyé ici. En revanche, vêtue de son amure, elle n'allait pas passer inaperçue, un peu comme dans ce petit village dans le désert où elle avait retrouvé Thor et ses nouveaux amis mortels. Malgré cela, la tête haute et la marche assurée, la déesse suivait les indications la guidant à Lilwell. Les humains se retournaient sur son passage, la tossant de haut en bas, elle pouvait même entendre leurs murmures la juger. Les mortels sont si étroits d'esprits pensa-t-elle. Ignorant ces inconnus, elle continuait sa recherche et tombait devant une bâtisse imposante, des inscriptions énormes au-dessus de la porte indiquées où elle était au bon endroit. Silencieuse, elle passa la porte et rencontra une dame d'un certain âge, assise derrière un comptoir. Sans hésiter, Sif s'avança vers elle. « Bonjour, je cherche un dénommé Lilwell» rien aucune réponse, la femme aux cheveux gris ne réagissait pas. L'asgardienne se racla la gorge, signalant sa présence peut-être qu'elle n'avait pas entendu. « Vous êtes dans une bibliothèque ici, mademoiselle !» Sif recula d'un pas, fortement étonnée par la froideur et l’irrespect dont faisait preuve cette personne. Alors la déesse l'observa juste quelques secondes. La vieille dame avait les cheveux attachés dans un chignon lâche, une chemise particulièrement étrange fermée jusqu'au cou, mais ce qui perturba le plus Sif était cette chose qu'elle avait sur le visage. C'était quelque chose qui reposé sur le nez, devant ses yeux.

« Lilwell travaille ici ! » L'humaine leva enfin les yeux sur la guerrière et retira l'objet de son visage, elle se dressa sur sa chaise et toisait la déesse de la tête aux pieds. La déesse n’appréciait guère l'attitude de cette femme, mais elle restait parfaitement calme après tout cette bibliothécaire ignorait qui était en face d'elle. « Il n'y a personne de ce nom qui travaille ici, et puis... rendez-vous service, rentrez chez vous et allez mettre de vrais vêtements, le carnaval est passé. » Sif n'en revenait pas, cette bonne femme commençait à lui taper sur les nerfs. Pour qui se prenait-elle pour s'adresser ainsi aux gens ? L'asgardienne ignorait ses remarques désobligeantes sur sa tenue, après tout ici ce n'était peut-être pas aux goûts du jour, en revanche ça l'était plus sur Asgard, et seulement cela importait la guerrière. « Je sais qu'il est ici ! » insista-t-elle. La vieille hôtesse se leva sur ses jambes, elle était de petite taille, Sif devait bien la dépasser d'une tête ou deux. « Sortez maintenant, ou je devrais contacter la sécurité, mademoiselle. » Mademoiselle, depuis quand ne l'avait-on pas appelée comme ça ! Sif gronda intérieurement, bon sang l'envie de remettre cette mégère à sa place était vraiment tentante. Elle se contentait simplement de lancer un noir regard sur l'humaine. C'est alors qu'elle posa ses yeux derrière la déesse et leva le menton. « Freyderikson, pouvez-vous montrer la sortie à cette... demoiselle ! » Sif se retourna vers l'homme en question et resta muette. Lilwell ?



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia




Invité, I wonder if I serve the King...
From All The Laws Of Asgard, This Is The One i have Break ! @ ALASKA.

C'est qui le patron?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité



 ❝ N'oublie jamais ❞
Lady Sif ~








Un soupire profondément désespéré se fit entendre dans la petite chambre du 221 de l'une des petites rues piétonnes de Bangor. Ca faisait certes déjà dix bonnes minutes qu'il était réveillé mais la sonnerie du réveil tardait à se faire entendre et il était bien sur hors de question qu'il mette un pieds hors du lit avant qu'elle n'ait retentit. A peine quelques secondes d'attente supplémentaire la douce voix d'un chanteur quelconque passant à la radio en cette matinée, se fit entendre et la couette fit un bond magistral laissant enfin apercevoir le corps étendu et vraiment pas motivé de Jeremiah. On était samedi, peut être le pire des jours pour aller travailler. La bibliothèque était souvent blindée de monde et il avait rarement une pause. Et quand il en avait une un hurlement venait souvent percer sa bulle de pensées pour le ramener sur le plancher des vaches. Quoi que la bibliothécaire ne se privait pas de lui hurlé dessus même lorsqu'il n'était pas en pause, à se demander si ce n'était pas une manière de s'exprimer. Il savait pourtant que la vieille peaux de la réception avait fait l'armée, il y a très longtemps. Maintenant elle était soit en train de hurler des SILENCES!!! ou de lui hurler dessus pour qu'il vienne récupérer des livres pour les ranger. Au début lorsqu'il n'était pas encore habitué à l'endroit il avait manqué de faire basculer une immense bibliothèque. Tellement surpris pas le hurlement qu'il en avait lâché les livres qu'il rangeait et avait du se rattraper à la bibliothèque pour ne pas tomber au sol. Peu après un collègue lui avait expliqué que si elle l'appelait lui c'est qu'elle devait lui faire un minimum confiance pour lui confier ses précieux livres. Autant dire qu'il avait mis un peu de temps à s'y faire.

Un nouveau soupire se fit entendre alors qu'il se redressait et sortait du lit lentement, il attrapa ses lunettes distraitement sur la table de nuit et saisit quelques vêtements avant de passer dans la salle de bain. Une désagréable sensation d'être épié lui titillait la nuque depuis qu'il était sortit du lit et même la douche rapide n'y fit rien. Autant dire que la journée promettait d'être ennuyeuse. Il détestait ce genre de sensation, depuis qu'il avait quitté l'hôpital il avait tout mis en oeuvre pour ne plus ressentir cette sensation d'avoir des yeux fixé sur soi. Il regarda son déjeuner, légèrement barbouillé et abandonna l'idée d'en avaler plus. Son estomac était vraiment trop noué. Il finit son jus de fruit et rangea tout le reste. Un coup d'oeil à la pendule lui indiqua qu'il avait encore un peu de temps à tuer, aussi prit-il tout son temps pour mettre son manteau, prendre ses affaires, lacer ses chaussures et autres actions du quotidien qui ne méritent généralement pas autant de temps.

La force des rayons du soleil lui fit mal aux yeux lorsqu'il mit les pieds dehors. Rapidement il changea ses lunettes de vue pour celle de soleil, c'était assez rare d'avoir un temps pareil à cette période de l'année. Et il ne pourrait même pas en profiter. Quoi que peut être que les gens iraient dehors plutôt que de venir à la bibliothèque, ce serait vraiment plus vivable sans toutes ces personnes autour de lui. Manquerait plus qu'il se prenne à tous les examiner tient! Du suicide! Sa tête n'y survivrait pas! Le souvenir de la dernière fois qu'il avait tenter d'examiner une personne lui revint en mémoire, ou du moins les conséquences que cela avait eu sur sa santé. Il avait eu un mal de crâne carabiné pendant plus de trois heures d'affilées. Autant dire que les petites bourdes dans le rangement de la bibliothèque n'étaient pas passés inaperçu et qu'il avait du tout refaire jusqu'à ce que le tyran de la réception soit content.

Arrivé sur son lieu de travail, la sensation ne l'avait absolument pas quittée, et il commençait à vraiment s'inquiéter. Est ce que quelqu'un avait remarqué qu'il était bizarre? Est ce qu'on avait parlé de lui au gouvernement ou ce genre de chose qui faisait qu'il était suivit? Et si c'était le cas qu'est ce qu'il allait lui faire? Il avait déjà été à l'hôpital, qu'est ce que ce serait cette fois?! Il se mordilla la lèvre nerveusement, il n'avait pourtant rien remarqué de spécial autour de lui. Anxieux il pénétra dans la bibliothèque, pas ouverte au publique avant encore une bonne demi heure. Le tyran, Mme Cornwellis, n'était pas encore là. Il avait juste à préparer les différents papiers pour la journées et après il serait libre d'ouvrir les portes.


Début d'après midi, il en avait déjà mare d'être là. Il faisait une chaleur à ne pas savoir à quelle période de l'année on était et sa tête commençait sérieusement à lui tourner. Sans parler des FREYDERIKSON qui retentissaient de temps à autres et faisaient bourdonner ses tympans. Il venait de prendre sa pause de s'était réfugier aux toilettes quelques minutes pour se rafraîchir un peu. Il revenait dans le hall, la sensation d'être épié était toujours là et son estomac semblait toujours vouloir faire des montagnes russes. Sans parler de la fatigue qui pointait le bout de son nez. Non il ne se sentait vraiment pas bien. D'ailleurs Clara, la stagiaire lui avait déjà demandé au moins trois, ou peut être quatre fois si il voulait de l'aide. Bien entendu il avait fait comme si tout allait bien mais il se demandait vraiment si il allait pouvoir terminer cette foutue journée. Heureusement comme il l'avait prévu il y avait moins de monde.

Il était perdu dans ses pensées lorsqu'il entendit son nom prononcé alors qu'il passait devant la réception une pile de livre dans les bras. Il cligna plusieurs fois des yeux avant que les mots du tyran ne fasse tilt dans sa tête et qu'il se tourne vers la demoiselle en question. Demoiselle qui était tout de même plus grande et impressionnante que lui. Rien qu'avec sa tenue sortie d'une de ses reconstitutions médiévales qu'il avait déjà vu à la télé. Son mal de crâne s'amplifia et il du poser les livres en urgence sur le comptoir pour ne pas les lâcher. Une sorte d'impression de déjà vu sortie de nulle part vint s'ajouter à son malaise et il ferma les yeux dans le but de calmer toutes les informations indistinctes qui tentaient de se frayer un chemin dans sa tête, vraiment désagréable. Il serra les dents et s'adressa à sa patronne.

-Si vous le permettez Mme Cornwellis, j'aimerais prendre mon après-midi, je ne me sens pas très bien...

La vieille peaux le jaugea du regard derrière ses lunettes et pinça les lèvres, peu contente que son employé préféré soit obligé de partir. Elle acquiesça simplement et il entendit un tonitruent CLARA! résonner derrière lui alors qu'il allait chercher ses affaires dans son casier. Lorsqu'il revint il fit signe à la jeune femme de le suivre et pris la direction de la porte d'entrée.

-Veuillez l'excuser, elle n'aime pas vraiment les jeunes et les styles vestimentaires qui ne correspondent pas à ses critères....

Il tenta de lui faire un sourire rassurant tout en lui ouvrant la porte avant de la suivre à l'extérieur. Sa migraine sembla se calmer un peu alors qu'il se retrouvait sous le soleil, l'impression d'être épié disparaissant légèrement, laissant place à la réalisation que son estomac était vide.

-Vous cherchiez quelque chose?














© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Dernière édition par Jeremiah I L Freyderikson le Mer 30 Avr - 20:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administrateur
Feat : Jaimie Alexander
Messages : 1498
Autre Identité : Rose Chambers

Race : Asgardienne
Localisation : Midgard
Emploi : Guerrière


Feuille de personnage
Pouvoirs:



 ❝ N'oublie jamais ❞
JEREMIAH ~ LILWELL ~




LA DEESSE DE LA GUERRE NE GERE PAS ENCORE TRES BIEN L'INFORMATIQUE --" Vraiment désolée partenaire



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia




Invité, I wonder if I serve the King...
From All The Laws Of Asgard, This Is The One i have Break ! @ ALASKA.

C'est qui le patron?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité



 ❝ N'oublie jamais ❞
Lady Sif ~






[Défis du jour bonjour! A - B - Q....]


Alors qu'il tentait de calmer son estomac, la jeune femme continua de lui parler. Il fronça les sourcils, et repéra rapidement plusieurs regards curieux posés sur eux. La poisse, elle attirait vraiment l'attention avec son armure! Et puis de quoi elle parlait au juste? Son cerveau était un tel bazar à l'heure actuelle qu'il n'aurait même pas su dire si il l'avait vraiment déjà vu ou pas. Quoi que son visage lui disait quelque chose mais le quelque chose restait perdu dans une montagne d'autres quelques choses plus ou moins important. Son instinct lui disait pourtant qu'il aurait vraiment du s'en souvenir. Mais là tout de suite il était vraiment trop mal pour pouvoir se souvenir de quoi que ce soit. Dire qu'il avait une mémoire immense. Tsss, un immense bazar ouai! Et puis le regard des passants commençait à lui peser un peu. Il ne réagit même pas lorsqu'elle lui posa les mains sur les épaules. Il cligna des yeux plusieurs fois.

-hm... peut être... je ne sais pas.. vraiment j'ai un énorme mal de crâne... ne pourrait-on pas...discuter de cela ailleurs je vous pris... mon appartement n'est pas très loin... si vous n'avez pas encore manger... je vous invite...

Bien entendu il tenta un sourire se voulant rassurant, bien qu'un peu crispé. Il jeta un dernier coup d'oeil pas très à l'aise tout autour. Puis indiqua le chemin pour se rendre au dit appartement. Ce n'était pas si loin que ça, et il se félicita d'avoir eu la bonne idée de ne pas habiter trop loin de son lieu de travail. Il pris garde à ne pas regarder les passants et de se concentrer sur le sol. Il sortit ses clés avant même d'être arrivé devant la porte et l'ouvrit rapidement, laissant passer la jeune femme pour finalement pénétrer dans le bâtiment et la guider jusqu'à son étage, ouvrit une nouvelle fois la porte et fit signe à la brune de passer avant qu'il ne ferme le passage tout en prononçant un "faites comme chez vous". La chaleur était vraiment insoutenable dehors, mais là dans l'ombre ça allait un peu mieux. Il s'empressa de brancher le ventilateur et proposa un siège à son invitée avant de s'excuser pour passer dans la salle de bain. Trois aspirines plus tard il était de retour dans le salon.

-Vous... vous voulez boire quelque chose en attendant?


Qu'est ce que c'était que ces aspirines de m****! Ca allait mettre combien de temps à agir ces trucs sérieusement! Il se rappela notamment que la notice disait qu'il était préférable de manger en même temps que la prise de comprimés. De toute manière il avait faim! Et puis il allait faire quoi à manger? Si ça pouvait être rapide... Il passa dans le coin cuisine, ouvert sur le salon et commença à chercher de quoi faire des pattes avec ce qui restait dans le frigo. C'est à dire des lardons et de la crème fraîche. Il n'avait vraiment aucune envie de réfléchir au pourquoi du comment pour l'instant, il priait juste pour que l'aspirine fasse effet et vite! Mais le problème lorsqu'on a mal au crâne, qu'il fait chaud et qu'on a rien dans le ventre c'est qu'on a tendance à faire des malaises. Aussi son "et donc vous disiez que nous étions amis?" fut coupé en plein milieux dans un tintamarre de casseroles et poêle qu'il entraîna dans sa chute.








© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administrateur
Feat : Jaimie Alexander
Messages : 1498
Autre Identité : Rose Chambers

Race : Asgardienne
Localisation : Midgard
Emploi : Guerrière


Feuille de personnage
Pouvoirs:



 ❝ N'oublie jamais ❞
JEREMIAH ~ LILWELL ~




La déesse trouvait ce jeune homme très étrange, Lilwell n'était pas un garçon commun mais là... Elle ne le comprenait pas. Il n'était pas à l'aise, les passants les observaient et leurs regards le troublé. Visiblement il n'était pas dans son état normal, et souhaitait rentrer chez lui. Sif était invitée, mais elle ne savait pas quoi faire. Vu l'état de ce garçon, forcer sa mémoire n'était certainement pas une bonne idée, mais était-il vigilant de le laisser seul dans cet état ? L'asgardienne laissa sa curiosité prendre le dessus et l'accompagna. Ils ne s'adressaient aucun mot, tous deux silencieux, lui montrant le chemin, elle légèrement en arrière le suivait, pensive. Heimdall aurait-il fait erreur ? La déesse secouait la tête, il n'avait jamais eu tort, ce jeune homme brun était bien Lilwell, tout du moins, en avait-il l’apparence, plus mature.

C'est avec galanterie qu'il avait invité l'asgardienne à entrer chez lui. Sif le trouvait tout de même imprudent, combien même, elle le connaissait, lui n'avait, pour une raison qu'elle ignorait encore, plus aucun souvenir d'elle. Elle était une inconnue pour lui, une partie de lui devait avoir gardé sa familiarité. Timidement, la déesse entra dans les appartements de Lilwell, avançant doucement quand même anxieuse. « Faites comme chez vous. » Elle sourit pour le remercier et s'aventurait dans la première pièce, cela ressemblé à une cuisine, mais Sif n'en était pas certaine, elle ne maîtrisait pas complètement la culture humaine.

Le fond de la salle était... la salle de séjour. Il y avait trop d'objets étrangers pour les yeux asgardiens. En revanche son intention ne pouvait plus se décrochait d'une toile, sur le mur, là juste devant elle... c'était... c'était le Palais d'Asgard ? Sif s'approchait du tableau en question, et devinait un tas d'autres peintures contre le mur. « Mais c'est Alfheim ?! » Chose rare, Sif était complètement obnubilée par ce qu'elle avait devant les yeux et n'entendit pas Lilwell revenir avant qu'il ne fasse résonnait un bruit lourd et métallique. Elle avait compris sa remarque mais n'en revenait pas.

La déesse fît mine de ne pas avoir entendu sa question et pointa discrètement l'une des toiles. « Vous... Est-ce vous qui avez peint ces œuvres ? Avez-vous déjà visité cet endroit ?» Les peintures étaient sublimes et quasi identiques aux paysages d'origine. Lilwell avait énormément des talents, et étonnamment son esprit avait gardé quelques briques de souvenirs, des lieux surtout à ce qu'elle pouvait constater. Intriguée, Sif reposait le cadre à sa place, avant de se retourner pour observer le reste de la pièce.

Là encore d'autres toiles captaient son intention, l'un des dessins représentait une silhouette svelte, celle d'une femme en armure. La déesse s'approchait davantage et resta stupéfaite pendant quelques instants. Le portait de cette femme... ces longs cheveux noirs et ce sourire taquin... c'était elle. C'était elle oui. Avec délicatesse, elle s'empara de l’œuvre et laissait courir ses yeux sur ses propres traits. Lilwell l'avait faite incroyablement belle. « Ceci semble pouvoir répondre à nos questions, est-ce vous qu'il l'avez dessiné ? » Allait-il avoir peur de la reconnaître? N'ayant aucune réponse de sa part, Lady Sif leva les yeux et Lilwell n'était pas là où elle s'attendait à le voir. Elle arqua un sourcil et doucement se dirigea vers le comptoir.  Elle venait de découvrir alors le jeune homme allongé au sol, inerte. « Est-ce que ça va? Vous m'entendez? ».

La déesse le secoua légèrement mais aucune réponse. Les yeux de Lilwell étaient clos, il ne réagissait à rien. Sif ne sachant quoi faire regardait autour d'elle. Que devait-elle faire ? Elle n'avait jamais eu l'âme d'une infirmière, c'était une guerrière pas une guérisseuse. Elle comprit qu'une porte la mènerait dans sa chambre, vigilante, elle se saisit du bras de l'inconscient pour le soulever et le porta sur son épaule, elle était forte après tout, et Lilwell avait des origines d'elfes il devrait être... plus léger de ça ! Combien même cela ne changeait rien pour elle, et puis, pour un humain, il était assez fluet. Veillant à ne pas lui cogner la tête contre l'arche de la porte, elle entra dans une chambre aux tons clairs, là aussi débordante d’œuvres que la salle de séjour. Il y avait de la verdure qui décorait joliment la pièce, l'instant d'une seconde, Sif s'imagina dans la chambre de Lilwell, sur Alfheim. Un léger sourire aux lèvres, elle posa avec douceur son fardeau sur le lit.

La guerrière toucha le front du jeune homme, il était chaud, pour un humain en tout cas. Sif retourna dans la cuisine pour humidifier un tissu qu'elle avait pris dans la chambre. C'était un haut visiblement, elle le passa sous l'eau avant de le tordre pour qu'il ne soit que légèrement mouillé. Elle retourna dans la chambre pour poser le tissu sur le front de Lilwell, doucement, Sif s'était assise à côté de lui et attendait qu'il revienne à lui. Ses prunelles se baladaient dans cette chambre inconnue, elle sourit à nouveau, il y avait des toiles en pagailles, Lilwell n'avait jamais su s'ordonner. Une nouvelle fois, Sif se retrouvait surprise devant une toile. Silencieuse, la déesse se leva du lit pour prendre le tableau entre ses mains. « La destruction du Bifrost... Quand Thor et son frère se sont battus ? » Cette scène, la lady ne l'avait pas vécu, mais Thor lui avait conté ce terrible événement. Elle pouvait découvrir le pont brisé, le ciel étoilé d'Asgard... Odin tenant Thor par la cheville, la tête vers les abîmes, son regard blessé sur Loki, sa main refermée sur Gungnir. L'asgardienne ne pouvait quitter la scène des yeux. La scène étant émouvante, c'était en particulier le visage déchirant du Dieu des mensonges qui bouleversait Sif. Elle n'avait jamais vu ses traits aussi... déchirants... A cet instant, la déesse de la guerre comprenait la douleur et l’angoisse de son ami d'enfance. A cet instant là... Sif pardonnait à Loki de l'avoir chassé de la prison l'autre jour, elle pardonnait aussi son amertume contre son frère... Comment Lilwell avait-il pu dessiner ce visage de ce point de vue ? Il n'était pas présent ! Personne ne l'était sinon les trois protagonistes... Le talent de Lilwell cherchait-il à reprendre le dessus ? Lilwell ne lui avait-il pas expliqué toutes les variantes de sa clairvoyance? Son arrivée n'avait-elle pas bousculé les choses ?



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia




Invité, I wonder if I serve the King...
From All The Laws Of Asgard, This Is The One i have Break ! @ ALASKA.

C'est qui le patron?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité



 ❝ N'oublie jamais ❞
Lady Sif ~








Il ouvrit lentement les yeux, encore en proie au sommeil. La sensation de fluidité et de douceur qui l'entourait était à la fois familière et étrangère. Son mal de crâne pour sa part s'était atténué et paraissait comme lointain. Une voix douce et féminine lui arriva aux oreilles.

-Enfin réveillé...

Se tournant dans la direction d'où provenaient ces paroles, son regard tomba sur une jeune femme allongée à ses côtés et dont les yeux verts semblaient pétiller de malice. Un sourire en coin apparu sur les lèvres de la jolie brune.

-Eh bien Mr Marmotte, on ne dit plus bonjour...

Le temps qu'il mettait à réfléchir lui paraissait être une éternité. Comme si il n'était pas vraiment présent. Son bras, bougea contre sa volonté et ses doigts vinrent caresser la joue de la jeune femme alors qu'il sentit un sourire se dessiner sur ses propres lèvres. Celles-ci bougèrent sans pour autant qu'il entende aucun son sortir de sa bouche. La scène sembla alors s'éloigner et même les paroles de la jeune femme se firent lointaines. Il se retrouva rapidement dans le noir complet. Ne distinguant plus ni sol, ni murs ou plafond. Rien que du vide, partout. Il lui sembla rester là une éternité. Puis finalement de l'obscurité naquit une sorte de porte d'où filtrait la lumière. Ne sachant pas vraiment comment il se dirigea vers celle-ci et posa sa main sur la poignée pour l'ouvrir. Un déclic se fit entendre puis la porte s'ouvrit silencieusement. Il du cligner des yeux plusieurs fois avant de s'habituer au trop plein de lumière. Apparemment il venait d'arriver dans une sorte de jardin ensoleillé. Il marcha quelques minute en silence, ne contrôlant une fois de plus ni ses geste, ni ses pensées. C'était vraiment étrange comme sensation, mais d'un autre côté ça ne le dérangeait pas plus que ça. Des voix se firent entendre un peu plus loin et son corps alla se cacher derrière un arbre. Dans ce qui semblait être une petite cours deux personnes discutaient tranquillement. Il reconnu sans mal la jeune femme. L'autre personne était un homme plutôt grand et musclé. Ses cheveux blonds retombant sur ses épaules. Son esprit lui souffla qu'il s'agissait du prince Thor. Sans plus de précision. Les deux protagonistes semblaient attendre quelque chose ou quelqu'un et discutant, cependant il n'entendit aucun mot sortir de leur bouches. Et effectivement quelques minutes après trois hommes vinrent se joindre à eux.

-THOR! SIF! Vous êtes donc là!

Un autre blond arriva en courant alors que les deux autres marchaient tranquillement derrière lui.

-Eh bien Fandrall que t'arrive t-il tu semble pressé!

Les voix qu'il n'avait pas perçu jusqu'ici se mirent à résonner. Le dénommé Fandrall repris son souffle puis un immense sourire se dessina sur ses lèvres. Pendant ce temps là les deux derniers arrivant prirent place dans la petite cours.

-Qui ne le serait pas! N'oublis pas ...

Les mots se perdirent une fois de plus et tout sembla s'éloigner jusqu'à ce que le noir ne revienne. La porte suivante sembla mettre moins de temps à apparaître que la première. Il l'ouvrit sans trop se poser de questions, se préparant à devoir fermer les yeux en arrivant à cause de la lumière, mais ce ne fut pas la peine. Il était en intérieur. Dans ce qui se trouvait être une immense bibliothèque. Plus précisément une immense bibliothèque vide. Un bruit de chute le fit pourtant sursauter et il se retourna pour constatait que finalement elle ne l'était pas complètement, un jeune homme d'à peu près son âge était perché sur une échelle, regardant le livre à terre comme si il avait eu peur qu'il se fasse mal. Le visage du brun lui rappela quelque chose, mais il ne se focalisa pas sur qui cela pouvait bien être. Plus il avançait dans son dédale de vision, plus il se rappelait que ce n'était pas la première fois que cela arrivait. Et surtout que les informations lui reviendrait peut être plus tard. Pour l'instant il n'avait qu'à regarder les images défiler et écouter les paroles prononcées. Il ne pouvait pas faire plus.

-EH TOI!

Il leva une nouvelle fois la tête vers l'inconnu sur son échelle qui le fixait légèrement en colère, contre qui ou quoi, il n'aurait su dire.

-Oui toi! Tu comptes laisser ce livre par terre toute la journée?!

Il cligna des yeux et ramassa le dit livre après s'être incliné. Il entendit une voix féminine sortir de sa bouche souffler un "non Majesté". Prenant le livre à la couverture légèrement abîmée il se retourna vers le brun qui lui tendait la main pour récupérer l'ouvrage.

La scène suivante et celle d'après se suivirent rapidement, il n'y eut pas vraiment de parole. Il y fut principalement question d'une jeune femme brune avec des oreilles plus pointues que la moyenne et d'un homme blond fin et surtout immense, de son point de vue, qui les regardait avec mépris avant de les gronder pour des bêtises qu'ils auraient faites puis de leur assigner des corvées ou des sanctions.

Une fois de plus il se retrouva dans le noir. La porte suivant mis du temps à apparaître. Il lui sembla que ça durait plus longtemps que d'habitude. Il se sentit comme à l'étroit dans son propre corps, comme si celui-ci avait rapetissé. Il était dehors, il entendait la mer pas très loin mais ses yeux étaient fixés sur les étoiles alors qu'il avançait prudemment vers la falaise. Un point lumineux sembla alors bouger face à lui, s'agrandir au fur et à mesure qu'il avançait. Puis sans qu'il ne puisse rien y faire, la chose lumineuse lui arriva dessus à une vitesse folle et il se sentit tomber en arrière.

A ce moment là dans la petite chambre de l'appartement, Jeremia se réveilla en sursaut. Combien de temps s'était-il écoulé? Il tenta de respirer plus calmement. Que c'était-il passé? Ses idées étaient embrouillées. Il passa ses mains sur son visage, tentant d'y mettre un peu d'ordre. Puis se calmant légèrement il sentit une présence à ses côté. Son cerveau encore sens dessus dessous, il tourna la tête pour découvrir la jeune femme de son rêve. Depuis combien de temps était-elle là?

-Sif?

Il fronça les sourcils, ne sachant pas pourquoi il avait prononcé ce nom, puis se rappela qu'il s'agissait de celui de la jeune femme. C'était bien comme ça que l'autre l'avait appelé n'est ce pas? Il était toujours en partie à bout de souffle et son crâne était toujours douloureux. Mais tout de même moins que lorsqu'il avait pris l'aspirine. VOILA! Il avait pris cette aspirine après être revenu chez lui avec la brune et avait perdu connaissance. Par réflexe il attrapa un carnet à dessin et un crayon avant de mettre sur papier ce qu'il venait de voir en rêve. Toutes ces scènes... c'était étrange... ça paraissait pourtant tellement familier. Il s'en sentait épuisé. Heureusement qu'il avait pris sa journée finalement. Il hésita tout de même un moment avant de crayonnait la première scène qu'il avait vu. Surtout lorsque la jeune femme était à ses côtés.








© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administrateur
Feat : Jaimie Alexander
Messages : 1498
Autre Identité : Rose Chambers

Race : Asgardienne
Localisation : Midgard
Emploi : Guerrière


Feuille de personnage
Pouvoirs:



 ❝ N'oublie jamais ❞
JEREMIAH ~ LILWELL ~




Alors qu'elle était plongée dans ses souvenirs, les yeux rivés sur les toiles, Sif remarqua que la respiration de Lilwell était lourde et saccadée. Alors qu'elle s'approcha de lui, elle constatait qu'il parlait dans son sommeil, rien de compréhensible, mais ses lèvres bougeaient. Avec douceur, la déesse posait sa main sur le front en sueur de son ami, mais c'est à ce moment qu'il sembla reprendre ses esprits. Il avait mis du temps pour émerger de ses rêves, mais comme s'il l'avait senti, il posait son regard clair sur l'asgardienne, et c'est là qu'il retrouva son nom. Elle n'avait pas eu le temps de réagir que Lilwell s'était emparé de son carnet à croquis. Le silence s'installa entre eux, il semblait cherchait une idée, une image, mais c'est enfin qu'il commençait à crayonnait. Discrète, Sif s'approcha de lui, et observa ses traits par-dessus son épaule. Au début, les coups de crayon n'avaient aucun sens, mais c'est au fur et à mesure que l'on pouvait distinguer un visage, celui d'une femme, de longs cheveux en cascade sur ses épaules... Quand la déesse reconnue enfin le portait, elle posa doucement sa main sur le dos de l'artiste. « Lilwell... »

Il ne réagissait pas à son appel, elle l'interpella à nouveau, même résultat. Sif s'approchait un peu plus de l'amnésique, et même au contact de son bras contre le sien, il était toujours plongé dans son œuvre. Le plus tendrement possible, elle posa une main sur les doigts de Lilwell, l'empêchant ainsi de continuer. Elle captura alors son menton baissé entre son index et son pouce, et forçait son visage à tourner vers elle. « Lilwell, regarde-moi ! » La guerrière planta son regard de jade dans les prunelles bouleversées de son ami. « C'est moi... » C'était dans de rares occasions que Sif laissait paraître ses émotions, elle était à la fois inquiète et soulagée. Lilwell avait sans aucun doute été son ami le plus proche, et avec lequel elle n'avait jamais eu le souci de se dévoiler. Il l'avait parfaitement bien connu, combien même à ce jour, Sif n'était plus celle d'autrefois, son cœur n'en restait pas moins fragile bien au contraire. Émotionnellement, Sif était instable surtout depuis les derniers événements. Effrayée par le manque de réaction de Lilwell, Sif se redressa et s'empara du tableau qu'elle avait vu plus tôt. « Tu dois te souvenir  de moi, nous nous sommes connu, il a longtemps. » Elle retourna s'asseoir à côté de lui, et posa la toile sur ses genoux.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia




Invité, I wonder if I serve the King...
From All The Laws Of Asgard, This Is The One i have Break ! @ ALASKA.

C'est qui le patron?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité



 ❝ N'oublie jamais ❞
Lady Sif ~






Il sentit vaguement quelque chose de tiède et chaleureux lui caresser le dos et une voix encore un peu lointaine lui parler, ou plutôt à un certain Lilwell, mais quelque chose lui disait qu'au fond il n'y avait pas d'importance concernant le nom utilisé.Finalement des mains apparurent dans son champs de vision, l'empêchant de continuer son oeuvre et l'obligeant tendrement à tourner la tête. Il regarda la jeune femme un peu perdu. Son cerveau, pour sa part, tournait à toute vitesse. Si ce qu'elle disait, non, si ce qu'elle était, était réel, alors qu'en était-il pour le reste? Toutes ces choses qu'il avait vu et dessinées? Qui était-il au final? Quand était-il de Jeremiah? Et pourquoi ne se rappelait-il de rien, du moins pas comme si il l'avait vécu lui même? Son regard se pose sur son esquisse entamée, sa respiration s'étant bloquée dans sa gorge. Ses yeux lui piquaient légèrement et il avait du mal à respirer. Ce ne fut qu'après plusieurs secondes lui ayant paru une éternité qu'il pu prononcer un mot. Il se tourna alors vers Sif.

-Comment?

Il resta encore quelques secondes la bouche entrouverte avant de reprendre.

-Comment pourrais-je.. Je...je suis humain ...enfin terrien...Comment...j'ai juste la trentaine... Et en même temps j'ai... j'ai ces images...c'est comme si j'y étais...mais sans y être vraiment...

Il se prit la tête entre les mains. Son estomac se rappela peu discrètement à lui mais il n'y fit pas attention. Il en était juste à se demander ce qui avait pu être vrai ou faux dans sa vie. Jusqu'où pouvait être allé la supercherie.

-Je ne suis que JEremiah Freyderikson. Comment pourrais-je être quelqu'un d'autre sans le savoir?

Il lança un regard désespéré vers Sif.

-Comment je pourrais venir d'un autre monde et ne même pas m'en souvenir?

Ne pouvant plus rester assis plus longtemps il se leva, un peu trop rapidement pour son cerveau qui en eut le tournis l'espace d'une seconde, puis se dirigea vers la cuisine et s'occupa les mains en farfouillant dans les casseroles et les paquets de nouilles pour finalement se relever avec des sachets de Earl Grey dans une main et la bouilloire dans l'autre. Laissant celle-ci faire son travail, il attrapa deux tasses et deux cuillères, ainsi que le sucre en morceaux et déposa tout sur la table basse du salon avant d'aller chercher la bouilloire et de remplir les deux tasses. Il posa des gâteaux secs sur la table et s'installa, laissant la jeune femme faire de même. Pour se remettre les idées en place, rien ne valait une tasse de thé. Un instant son regard se perdit dans sa tasse puis il releva la tête vers Sif.

-Je ne comprend absolument rien...

Il repassa toutes les scènes dont il avait pu rêver depuis qu'il avait ces visions. Bizarrement il ne pensa même pas à une ruse du gouvernement ou à quelque chose s'en rapprochant visant à le faire tourner en bourrique. Son regard était retourné dans son thé lorsqu'il cru y voir une silhouette en armure d'un vieil homme borgne. Il fronça les sourcils et manqua de laisser tomber la tasse. Au final l'inverse se produisit et il manqua de briser la tasse entre ses doigts alors qu'il ne comprenait pas vraiment pourquoi cette image lui inspirait autant de colère. Une petite voix vint lui souffler à l'oreille un nom qui n'apaisa pas sa colère.

-Odin....

De l'incompréhension, sa voix était à présent emprunte de haine et le nom était sortit dans un souffle. Pas qu'il allait paraître menaçant avec son gabarit, mais la colère et la haine parurent dans ce simple mot. Même si il ne se souvenait pas le pourquoi de cette haine, son corps et son esprit avait plaçait beaucoup d'amertume le concernant. Maintenant restait à savoir pourquoi.





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administrateur
Feat : Jaimie Alexander
Messages : 1498
Autre Identité : Rose Chambers

Race : Asgardienne
Localisation : Midgard
Emploi : Guerrière


Feuille de personnage
Pouvoirs:



 ❝ N'oublie jamais ❞

~ Jeremiah ~



Le jeune homme semblait si désemparé, perdu dans ses pensées. Était-il en train de se souvenir?  La lady ignorait comment et pourquoi Lilwell s’était retrouvé là, et elle espérait avoir es explications, après tout l’elfe n’était pas du genre à disparaître plus de trente ans sans écrire ou bien même visiter la déesse sur Asgard. Il ne s’était pas retrouvé là par hasard, et elle avait la ferme intention de trouver des répondes. C’était un ami très proche après tout. Sif fut troublée par le regard qu’il posa sur elle, il avait peur de ce que lui disait son esprit. Elle n'esquissait pas un geste, ne souhaitant pas l’effrayer davantage. Lui aussi attendait des réponses, mais enfermé dans sa panique, ses mots n’avaient plus de sens, son esprit pensait plus vite qu’il ne pouvait parler. L’asgardienne redoutait qu’il ne renie son passé, satisfait de son humanité.

Sans un mot, il quitta la chambre à toute hâte, suivit de près par Sif. Le bras posé contre l’encadrure de la porte, elle l’observait s’affairer. Lilwell avait toujours été excité, et vif, autant que ses idées certainement. Contrairement à ce qu’on l’on pourrait penser, son surplus énergie ne le rendait pas insouciant pour autant. Non, il était même trop prudent, en confit éternel avec les incertitudes de l'univers, toujours craintif de l’inconnu. Cela expliquer sa réaction après tout, Lilwell n’avait pas changé, il était bien là, fidèle à lui même, après tant d’années, désorienté. Précipité dans ses gestes, il semblait préparer une sorte de tisane. La guerrière sourit et leva les yeux au ciel, les elfes et leurs plantes… Lilwell s’était installé sur le sofa, le visage fermé. Ses tableaux ne l’aidaient-ils pas? La lady aurait pourtant pensé que poser les yeux à nouveau sur ses dessins, ses propres souvenirs, lui permettrait de mieux appréhender la chose, de mieux comprendre aussi ce don si particulier qu’il avait.

Alors qu’elle se tenait devant lui, silencieuse, les prunelles de l’elfe lui quémandaient des réponses, réponses qu’elle n’avait pas. Puis comme s’il replongeait dans son esprit, Lilwell se figea avant de blanchir. “Lilwell?” Il était avec elle physiquement mais ses pensées semblaient être bien trop loin. La déesse s’approcha alors doucement de lui, impatiente de connaître les raisons de son silence. Après quelques minutes, le visage pâle de l’elfe reprit des couleurs et il souffla le nom du Roi des Dieux. La guerrière inclina le minois, et attendait qu’il lui explique. “Qu’as-tu vu?” De nouveau face au néant du silence, elle arqua un sourcil, légèrement menaçante. Auparavant, quand elle lui lançait un tel regard, il ne la provoquait pas plus que nécessaire, mais là.

Toujours absent et muet, aucun mot ne sorti de sa bouche. Sif soupira en levant les yeux d'exaspération cette fois avant de lui mettre une tape légère derrière la tête. Elle n’avait mit aucune violence dans son geste, c’était juste sa façon de lui remettre les idées en place. Si Thor ou Fandral voyaient la scène, ils lui diraient certainement que la meilleur façon de lui rafraîchir la mémoire serait de l’embrasser. Sif avait d’autres ressources avant d’arriver à ce genre méthode. "Je t’ai posé une question. Si cela t’ennuies de me répondre, dis le et je m’en vais." Elle insista encore, et continuerait s’il le fallait. Comme Loki lui avait dit un jour, elle était plus obstinée qu’un bilgesnipe, mais plus maligne aussi. Elle se redressa et se dirigea vers la porte, s'il n'était pas capable de prendre une décision elle le ferrait elle-même.


© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia




Invité, I wonder if I serve the King...
From All The Laws Of Asgard, This Is The One i have Break ! @ ALASKA.

C'est qui le patron?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité



 ❝ N'oublie jamais ❞
Lady Sif ~






La voix de Sif finit par le faire revenir à la réalité, à moins que ce ne fut la petite tape qu'elle lui mis derrière la tête. Heureusement qu'il n'avait pas sa tasse remplie à rabord . Un peu perdu il cligna des yeux plusieurs fois avant de relever les yeux vers la jeune femme, qui se trouvait à présent à côté de la porte? Hein?. Elle semblait légèrement énervée, avait-il fait quelque chose de... en fait il réalisa qu'ils étaient dans le salon et plus dans la chambre. Un peu comme si il avait été en mode automatique depuis son réveil. Autant dire que ça avait du être assez mal perçu par la brunette. Allait-elle partir? Comme ça? Alors qu'ils n'avaient encore discuter de rien?

-Hm... Pardon... j'étais dans mes pensées... Bien que ça n'excuse pas tout...

Il saisit la coupelle avec les gâteaux secs et les présenta à Sif.

-Un gâteau?

Il reposa la coupelle sur la table basse et lui désigna la tasse fumante de thé placée devant elle.

-Servez vous, n'hésitez pas...

Il repris une gorgée dans sa propre tasse. Il mis quelques secondes à se rappeler quelle était la question dont elle parlait. Comment pouvait-il expliquer quelque chose qu'il ne comprenait pas vraiment lui même? Ca allait surement être long et tiré par les cheveux, mais peut être qu'elle pourrait l'aider finalement, de ce qu'il avait vu ils avaient été plutôt proches. D'ailleurs c'était un peu dérangeant de se dire que la personne en face de soit avait été...aussi proche et qu'il ne se souvenait pas de ça, c'était vraiment perturbant. Il déglutit une dernière fois.

-En fait... c'est compliqué... tout à l'heure... quand j'ai...perdu connaissance...c'était comme si... je vivais des scènes sans pour autant en faire vraiment partie... Si ce que vous dites est vrai... eh bien il s'agirait de souvenir...

Il désigna les tableaux aux murs et déposés un peu partout tout autour.

-Mais parfois c'est différent... ça ne me concerne pas... Un peu comme avec...

Il chercha autour de lui avant de retourner dans la chambre puis de revenir avec la peinture où l'on voyait Loki en train de tomber dans le vide.

-Celle-ci par exemple... La sensation était différente... Je n'ai jamais rencontré cet homme... du moins depuis les trente dernières années... je ne l'ai reconnu que lorsqu'ils l'ont montré à la télé après les événements de New York... Pourtant je le vois dans ces rêves dont je vous ais parlé...ces souvenirs...

Il hésita quelques secondes. Devait-il vraiment lui parler de ses visions? Quoi qu'il avait déjà bien entamé le sujet et il se serait fait enfermer pour moins que ça. Bizarrement il sentait qu'il pouvait faire confiance à la jeune femme. Peut être ce passé commun.

-A vrai dire... pour être franc avec vous... je ne comprend pas toujours... Depuis que j'ai dix ans... j'ai ces sortes de visions pas toujours claires...

Il se passa une main dans les cheveux, tentant de réfléchir à comment continuer. C'était déjà assez étrange de penser à ce sujet mais en parler paraissait encore plus fou. Pas la peine de se demander pourquoi on l'avait enfermé la dernière fois.

-Parfois ça arrive à des personnes que je connais...parfois à des gens que je n'ai jamais vu de ma vie... ou du moins pas depuis trente ans... Je ne sais absolument as d'où ça peut venir... Est ce qu'il s'agit de quelque chose que j'avais déjà avant?

Il reporta son attention sur Sif, recherchant des réponses.

-Pour ce qui est de la tasse de thé... j'ai cru voir un visage... le nom d'Odin m'est venu à l'esprit... Un vieil homme borgne avec une barbe blanche...et au regard froid... vous connaissez?









© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Administrateur
Feat : Jaimie Alexander
Messages : 1498
Autre Identité : Rose Chambers

Race : Asgardienne
Localisation : Midgard
Emploi : Guerrière


Feuille de personnage
Pouvoirs:



 ❝ N'oublie jamais ❞

~ Jeremiah ~



Sif comprenait son désarroi, il était naturel d’être perturbé par la situation. Vivre pendant trois décennies et se rendre compte qu’il manque plusieurs siècles de souvenirs. Elle avait connu Lilwell et son caractère ambigu, elle n’avait jamais su et voulut le percer à jour. Or là, cet homme perdu devant elle, ce n’était pas l’elfe mais l’humain et il allait lui falloir du temps pour concilier sa vie passée à celle de Midgard. Sur Alfheim, Lilwell était un homme important, ici la Lady n’avait pas le sentiment que son rang était tenu.

Quelque peu perplexe, l’asgardienne cherchait une solution ludique pour lui expliquer les choses en douceur. Elle refusa gentiment l’encas qu’il lui offrait et flâna dans l’appartement, le menton entre son index et son pouce, la déesse réfléchissait à la même explication. Ses prunelles noisette tombèrent une fois encore sur les toiles peintes par son ami. C'étaient des briques de souvenirs, c'est cela qu’il lui fallait pour l’aider à comprendre et à croire. Dès lors, Sif s’occupa de rassembler quelques tableaux, avec cela, elle serait capable de lui expliquer pour lui permettre de redécouvrir son monde.

Elle rassembla devant eux un grand nombre de dessins, et commença donc son cours d’histoire. Elle n’avait jamais eu la fibre maternelle pour enseigner aux autres, du moins quand il ne s'agissait pas d’apprendre à se battre. La déesse s’assit à côté de Lilwell, et posa une oeuvre sur ses genoux. Alfheim. Le sublime trône de Frey. “ C’est ton père, Frey. Il règne sur Alfheim, le monde des elfes. Tu ne m’as jamais parlé de ta mère, je sais simplement qu’elle n’était pas l’épouse de Frey” Sif ne portait aucun jugement sur ses mots, elle se contentait simplement de dire ce qu’elle savait de lui. Cette première pièce étant importante, elle la posa de côté. Elle dévoila, ensuite les différents paysages de la terre elfique qu’elle reconnut puis les différents mondes qu’il avait peints. Elle s’attarda sur une toile importante, pour elle, l’histoire d’Asgard. L’on pouvait devinait qu’un événement important avait lieu, l’on voyait une cérémonie, un couronnement, celui de Thor. “Odin, Père de Toute Chose, Roi des dieux et protecteur des neuf royaumes devait céder sa place à son fils aîné, Thor, détenteur du marteau légendaire Miojnir.” Sif posa le doigt sur l’homme trônant la salle et la silhouette à la cape rouge pour présenter père et fils. “Ici, c’est Frigga, notre Reine, et là Loki, le… fils cadet.” Sif passa outre les véritables origines de ce dernier, ce n’était pas important après tout. "Là, tu retrouves les "Trois Guerriers", Volstagg, Fandral et Hogun. Cette jeune femme ici, tu l'as devant toi." Elle esquissa un sourire.

La déesse continua de lui conter son histoire, leurs histoires, tout en se servant des souvenirs figés dans le temps. Il n’avait rien oublié, son esprit avait juste renfermé la véritable signification de ses images. Ils avaient donc passé, là, plusieurs heures à redécouvrir la vie de Lilwell. Il avait été attentif et Sif avait su, du moins l’espérait-elle, être clair. À l’entendre il est vrai qu’un humain aurait pu la prendre pour une folle, elle parlait de magie, d'immortalité, de monde et de races étranges et parfois effrayants mais c’était l’univers. Celui d’Yggdrasil.

Elle en avait assez dit, la déesse n’avait aucune intention de perturber davantage son ami de longue date, et se décida à le quitter, à le rendre à sa vie d’humain. “Tout ce que tu as dessiné est ce que tu as vu et vécu. Ta mémoire te reviendra.” Doucement, elle se pencha avec douceur sur le visage de l’elfe et elle posa les lèvres sur le coin de sa bouche avant de disparaître, le laissant seul à méditer. “Tu sauras où me trouver.


© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia




Invité, I wonder if I serve the King...
From All The Laws Of Asgard, This Is The One i have Break ! @ ALASKA.

C'est qui le patron?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 

N'oublie jamais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jude { Un cœur qui aime vraiment n'oublie jamais. »
» N'oublie jamais d'ou tu viens [Mermaid's]
» Parce qu'on oublie jamais ses premières fois •• Seis'
» Je n'oublie jamais personne ...
» Oublie ce qui t'a blessé dans le passé, mais n'oublie jamais ce qu'il t'a appris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avengers Now :: Reste des USA-